60. Les différentes confessions religieuses en Orient d’après Jacques de Vitry (1216)

Traducteur N. Bériou

1Étudiant à Paris dans le cercle du fameux maître théologien de Notre-Dame, Pierre le Chantre, Jacques de Vitry venait d’achever une campagne de prédication en faveur de la croisade à travers la France (1214), quand le pape Honorius III le nomma évêque d’Acre, à charge pour lui de poursuivre, dans les lieux encore détenus par les chrétiens d’Occident en Terre sainte, l’œuvre de recrutement des hommes, et de réunion des fonds. A peine arrivé, il confiait au parchemin ses premières impressions (texte, a). Quelques mois plus tard, après avoir parcouru la Syrie jusqu’à Antioche, il complétait sa lettre (texte, b), destinée à la fois à ses anciens compagnons des écoles parisiennes, et à la moniale bénédictine Lutgarde de Saint-Trond, au diocèse de Liège.

2Les déboires des Occidentaux, depuis la défaite de Hattin qui leur avait fait perdre Jérusalem (1187), avaient propulsé Acre, difficilement reconquise en 1191, au premier plan, comme capitale effective et principal centre économique de la Palestine franque. Jacques de Vitry, cependant, la scrute et la juge ici avec le regard du pasteur, engagé dans un combat indissociablement politique et religieux. L’image biblique de la bête monstrueuse place d’emblée ses lecteurs dans une dramatisation rhétorique voulue. Attentif aux particularismes religieux, l’évêque décrit avec justesse, au début de son propos [a], les rites et les usages liturgiques et disciplinaires des chrétiens orientaux, voire leurs coutumes vestimentaires, plus immédiatement perceptibles à ses yeux que les différences en matière de foi. Confiant dans l’efficacité de sa prédication, qui devrait ramener toutes les confessions de foi sous la houlette de l’Église de Rome, il partage aussi l’opinion commune, mais erronée, d’une infériorité en nombre des Sarrasins, mentionnée dans la deuxième partie de la lettre [b]. Une savante construction du discours vise à mettre ici en évidence les atouts des chrétiens, face à des adversaires peu nombreux, divisés, et menacés par l’éventualité d’une alliance avec un autre chrétien, le mythique « prêtre Jean ». Bien informé sur les sectes musulmanes hétérodoxes des Assassins et des Druzes, et sans illusions sur la possible duplicité des chrétiens d’Orient, l’auteur n’est pas pour autant le partisan d’un combat à outrance qui réduirait les musulmans à néant. Il préfère appeler de ses vœux des conversions au christianisme, qu’il estime possibles, avec l’aide des puissances surnaturelles. Le déplacement des préoccupations, de la croisade à la mission, caractéristique des choix des frères mendiants au XIIIe siècle, connaît ici une de ses premières attestations.

3[a] [...]

  • 1 Vendredi 4 novembre 1216.

4La sixième férie après la fête de la Toussaint1, nous abordions au port d’Acre. Toute la ville s’empressa de venir à notre rencontre, et nous reçut dans la plus grande joie.

  • 2 Dans Apoc. 12, 3, la bête a sept têtes ; cependant l’énumération qui suit donne bien neuf groupes.
  • 3 Chrétiens de confession monophysite, qui confondent les deux natures du Christ, au profit de la na (...)
  • 4 Gal 5, 2.
  • 5 Confusion avec le monothélisme, forme atténuée de mopnophysisme, à laquelle ont adhéré les discipl (...)

5J’ai trouvé Acre comme un monstre et une bête à neuf têtes2, en lutte les unes contre les autres. Il y avait là des Jacobites3 avec leur archevêque, qui, selon l’usage des Juifs, pratiquaient la circoncision sur leurs enfants, et n’avouaient leurs péchés en confession à personne sauf à Dieu. D’autres parmi eux n’étaient pas circoncis, et ils avouaient leurs péchés aux prêtres, mais tous se signaient avec un seul doigt quand ils faisaient le signe de la croix. Je leur ai fait un sermon dans leur église, aidé d’un interprète qui savait parler la langue des Sarrasins, en leur montrant que, s’ils pratiquaient la circoncision, le Christ ne leur servait à rien4, et qu’ils devaient être soignés de la lèpre des péchés par les prêtres, dont l’office est de « discerner entre lèpre et lèpre » (Deut. 17, 8) ; c’est ce que dit le Seigneur dans l’Évangile (Luc 5, 14) : « Allez et montrez-vous aux prêtres ». Ils furent pris de componction en écoutant la parole de Dieu, qu’ils n’avaient pas l’habitude d’entendre, si bien qu’ils me promirent fermement de ne plus pratiquer la circoncision et de faire désormais leur confession aux prêtres. Quant à leur manière de se signer avec un seul doigt, j’ai fait mine de la tolérer à cause de l’unité de l’essence et de la trinité des personnes, puisqu’il y a trois parties dans un doigt, tandis que nous, nous nous signons en joignant les trois doigts de la main au nom de la Trinité et de l’Unité. Quelqu’un m’a ensuite expliqué secrètement qu’ils se signent avec un seul doigt parce qu’ils croient qu’il n’y a qu’une seule volonté dans le Christ5, alors qu’il y a la volonté de la divinité et celle de l’humanité qui lui est soumise, comme cela est écrit dans l’Evangile (Matth. 26, 39) : « Non pas comme je veux, mais comme tu veux ».

  • 6 Les chrétiens d’Orient qui, sous la domination arabe, étaient restés fidèles à la « religion de l’ (...)
  • 7 Allusion à des pratiques des Coptes et des Syriens, qui tolèrent les troisièmes noces.
  • 8 Nestorius, prêtre d’Antioche qui séparait nettement les deux natures du Christ, ne concevait pas q (...)
  • 9 Chacun de ces deux peuples a son Église particulière. Les Géorgiens sont chalcédoniens, de rite by (...)
  • 10 Suit l’énumération des communautés de latins : les Génois, Pisans et Vénitiens, qui disposent de c (...)

6J’ai aussi trouvé des Syriens6, traîtres et passablement corrompus. Élevés chez les Sarrasins, ils se conformaient à leurs mauvaises mœurs, et certains d’entre eux, séduits par l’argent, révélaient aux Sarrasins les secrets des chrétiens. Et comme ils font, selon l’usage des Grecs, les offrandes saintes avec du pain fermenté, ils méprisaient les nôtres que nous faisons avec du pain azyme, au point qu’ils ne voulaient pas les adorer, ni incliner la tête devant elles quand nos prêtres portaient le corps du Christ aux malades. Ils ne voulaient même pas célébrer sur nos autels sans les purifier au préalable. Leurs prêtres, tout en étant tonsurés, se soignaient les cheveux comme le font les laïcs, et ils se mariaient selon l’usage des Grecs, mais ils n’autorisaient pas les troisièmes noces à leurs laïcs7. Leurs filles se déplaçaient toujours voilées, si bien que personne ne pouvait savoir à quoi elles ressemblaient, pas même leurs époux, jusqu’à ce qu’ils se marient avec elles et consomment charnellement leur union. Je les ai donc fait rassembler, hommes et femmes, sur l’ordre de leur évêque, et à l’aide d’un interprète, je leur ai proposé la parole de vie ; par la grâce de Dieu, ils en ont retiré tant de componction que l’évêque et ses ouailles se sont tous soumis à mon obéissance et qu’ils m’ont fermement promis de vivre en suivant mon conseil. Certains d’entre eux, m’a-t-on dit, se baptisaient chaque année à l’Epiphanie. J’ai encore trouvé des Nestoriens8, des Géorgiens et des Arméniens9. Comme ils n’avaient ni évêque ni autre chef, je n’ai pas pu les réunir. Les Arméniens se servent de pain azyme, mais ils ne mettent pas d’eau dans le vin pour les offrandes saintes [...]10.

7Certains Sarrasins, en entendant comment le Seigneur œuvrait, accoururent de concert au baptême. Beaucoup d’entre eux affirmaient qu’ils avaient été avertis en songe, soit par le seigneur Jésus Christ, soit par la sainte Vierge ou par un saint, de se transporter de l’erreur de Mahomet à la grâce du Christ. Selon eux, la Vierge leur disait que, s’ils ne devenaient pas chrétiens, dans peu de temps les chrétiens surviendraient et gagneraient la victoire, et eux périraient de triste mort. [...]

  • 11 Olivier de Paderborn, écolâtre de Cologne, contemporain de Jacques de Vitry, estime aussi que les (...)
  • 12 La première attestation de ce mythique chrétien des extrémités de la terre connue est celle de l’a (...)
  • 13 Fondés au XIe siècle par le Perse Hassan Sabbâh, ce sont des Shi’ites Ismaïliens, qui reconnaissen (...)
  • 14 Ces Sarrasins sont les Druzes, établis au Nord de la Syrie et au Sud du Liban, parmi lesquels seul (...)

8[b] Maintenant, depuis la cité d’Acre, je regarde souvent la mer. En pleurant, j’attends d’un grand désir l’arrivée des pèlerins. Je crois que, si nous avions quatre mille chevaliers armés, avec la grâce de Dieu nous ne trouverions personne qui nous résistât. Car les dissensions sont grandes entre Sarrasins, et beaucoup d’entre eux, reconnaissant assurément leur erreur, se convertiraient au Seigneur s’ils osaient, et s’ils obtenaient l’aide des chrétiens. Je crois en effet qu’il y a davantage de chrétiens habitant parmi les Sarrasins que de Sarrasins11. Beaucoup de rois chrétiens qui habitent en Orient, jusqu’à la terre du prêtre Jean12, quand ils entendent annoncer l’arrivée des croisés, font la guerre aux Sarrasins pour leur venir en aide. Quant aux Sarrasins, qui ont beaucoup de sectes différentes, ils sont très divisés entre eux. Il y a ceux qui suivent la loi de Mahomet, et ceux qui la négligent, en buvant du vin et en mangeant de la viande de porc à l’encontre des préceptes de Mahomet, et en ne pratiquant pas la circoncision selon la coutume des autres sarrasins. Le Vieux de la Montagne est l’abbé de l’ordre religieux des « frères des Couteaux », dont la seule loi est de croire qu’ils seront sauvés par l’obéissance aux ordres, quels qu’ils soient. On les appelle Assassins, eux qui tuent indifféremment les chrétiens et les Sarrasins13. Il y a d’autres Sarrasins, que l’on dit « de la loi secrète », car cette loi, ils ne la révèlent à personne d’autre qu’à leurs fils quand ils sont adultes. Leurs épouses ignorent ce que croient les maris, et ceux-ci se feraient tuer plutôt que de faire connaître à d’autres qu’à leurs fils les secrets de leur loi14. D’autres, misérables et sans loi, disent qu’au jour du Jugement, quand le Seigneur demandera : « Pourquoi n’as-tu pas observé la loi des Juifs ? », ils répondront : « Seigneur, nous n’étions pas tenus de la servir, puisque nous ne l’avions pas reçue et que nous n’étions pas juifs. - Pourquoi n’avez-vous pas observé la loi des chrétiens ? - Seigneur, nous n’y étions pas tenus, car nous n’étions pas chrétiens. Et nous ne devions pas non plus observer la loi des Sarrasins, puisque nous n’étions pas Sarrasins ». [...]

  • 15 Olivier de Paderborn, contemporain de Jacques de Vitry et comme lui prédicateur de croisade, a tra (...)

9Comme je ne pouvais prêcher sur la terre des Sarrasins, quand je le pouvais, je prêchais aux confins des terres des chrétiens et des Sarrasins, et les lettres que je leur faisais parvenir en langue sarrasine leur démontraient leurs erreurs et la vérité de notre loi15. Beaucoup de Sarrasins faisaient baptiser leurs fils par des prêtres Syriens, pour qu’ils vivent plus longtemps. [...]

10Extraits de la deuxième lettre de Jacques de Vitry lors de la cinquième croisade.

11Texte latin éd. par R.B.C. Huygens, Lettres de Jacques de Vitry. Édition critique, Leiden, 1960, p. 83-86 et 95-96.

Bibliographie

Bibliographie

« Acre », dans M. Balard, Les croisades, Paris, 1988. — Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, Paris, 1983. — Jacques de Vitry. Lettres de la cinquième croisade, Texte latin établi par R.B.C. Huygens, traduit et présenté par G. Duchet-Suchaux, Tumhout, Brepols, 1998 (coll. Sous la règle de saint Augustin). — B. Lewis, Les Assassins, Paris, éd. Complexe, 1982.— H. Platelle, « Jacques de Vitry », Dictionnaire de Spiritualité, VIII, 1974, col. 60-62.— J. Richard, La Papauté et les missions d’Orient au Moyen Âge (XIIIe-XVe s.), Rome, Ecole française de Rome, 1977.— B. Z. Kedar, Crusade and Mission : European Approaches towards the Muslims, Princeton, Princeton University Press, 1984. — B.Z. Kedar, « Multidirectional Conversion in the Frankish Levant », dans Varieties of Religious Conversion in the Middle Ages, ed. J. Muldoon, University Press of Florida, 1997, p. 190-199.

Notes

1 Vendredi 4 novembre 1216.

2 Dans Apoc. 12, 3, la bête a sept têtes ; cependant l’énumération qui suit donne bien neuf groupes.

3 Chrétiens de confession monophysite, qui confondent les deux natures du Christ, au profit de la nature divine. Bien que le concile de Chalcédoine ait condamné cette approche (451), l’empire byzantin eut ensuite plusieurs empereurs monophysites, et l’impératrice Théodora envoya des missionnaires monophysites évangéliser les Arabes Ghassanides, à la demande de leur roi. L’un d’eux, Jacques Baradaï (prêtre en 543) a implanté une Eglise dite « Jacobite » en Syrie, Mésopotamie, et Asie mineure, dont les héritiers demeurèrent fidèles à la tradition monophysite après l’invasion arabe sur leurs terres.

4 Gal 5, 2.

5 Confusion avec le monothélisme, forme atténuée de mopnophysisme, à laquelle ont adhéré les disciples de Maron au VIIe siècle (Église maronite, établie sur les pentes du Mont Liban).

6 Les chrétiens d’Orient qui, sous la domination arabe, étaient restés fidèles à la « religion de l’empereur » conforme à l’orthodoxie de Chalcédoine, sont habituellement désignés comme Melkites (de melk = roi). Le nom que leur donne Jacques de Vitry renvoie à une implantation géographique, au demeurant importante, en Syrie du Nord.

7 Allusion à des pratiques des Coptes et des Syriens, qui tolèrent les troisièmes noces.

8 Nestorius, prêtre d’Antioche qui séparait nettement les deux natures du Christ, ne concevait pas qu’il ait été à la fois parfaitement Dieu et parfaitement homme ; il estimait que l’enfant porté par Marie était uniquement la nature humaine de Jésus, ce qui conduisait à récuser le titre de la Vierge « mère de Dieu » (Theotokos). Condamnée par le concile d’Éphèse (431), cette doctrine demeura vivace chez certains chrétiens du patriarcat d’Antioche, d’où elle fut ensuite propagée par des missions en Asie centrale (chrétiens Chaldéens) et en Inde (chrétiens dits « de saint Thomas » ou « de la Ceinture »).

9 Chacun de ces deux peuples a son Église particulière. Les Géorgiens sont chalcédoniens, de rite byzantin. Les Arméniens sont monophysites. Peu nombreux sur le territoire de Syrie-Palestine, ils ne se présentaient pas à Jacques de Vitry, contrairement aux Jacobites et aux Syriens, sous la forme de communautés organisées, avec une hiérarchie sacerdotale ; ils fréquentaient sans doute Acre pour affaires.

10 Suit l’énumération des communautés de latins : les Génois, Pisans et Vénitiens, qui disposent de concessions commerciales à Acre, et les Poulains nés des unions entre immigrants latins et indigènes syriens. A ces sept têtes s’ajoutent enfin les étrangers déracinés et réfugiés à Acre, et les clercs en charge des églises latines, qui se montrent en réalité négligents du soin des âmes qui leur incombe. Vient ensuite un tableau réaliste des mœurs scandaleuses des habitants d’Acre, « l’autre Babylone ». L’évêque le conclut par l’observation que « les chrétiens [y] refusaient le baptême à leurs esclaves Sarrasins, quand bien même les Sarrasins le demandaient instamment en pleurant, [sous le prétexte suivant : « s’ils devenaient chrétiens, nous ne pourrions plus les exploiter à notre guise (cf. Gen. 49, 6) »].

11 Olivier de Paderborn, écolâtre de Cologne, contemporain de Jacques de Vitry, estime aussi que les chrétiens constituent la majorité de la population des Etats musulmans. Un peu plus tard, Burchard du Mont-Sion donne une proportion de trente chrétiens pour un musulman, sauf en Arabie et en Égypte.

12 La première attestation de ce mythique chrétien des extrémités de la terre connue est celle de l’archevêque des Indes nommé Jean, qui a rendu visite au pape Calixte II en 1122. En 1145, Otton de Freising parle le premier du royaume fabuleux du prêtre Jean, en Asie centrale. Un évêque syrien rencontré à Viterbe lui a parlé de ce roi et prêtre à la fois, descendant des rois mages, qui aurait récemment vaincu les Sarrasins de Perse en Asie centrale (il s’agissait en réalité de la victoire du Gur-Khan des Qara-Khitay sur le sultan de Perse Sanjar, en 1141). Puis, en 1165, s’est répandue la nouvelle de l’arrivée en Occident d’une lettre du prêtre Jean au basileus Manuel Comnène, exprimant son intention de reconquérir les terres du Porche-Orient détenues par les Sarrasins, et appelant à une alliance avec lui. Cette lettre apocryphe, traduite au XIIIe siècle en plusieurs langues, a été largement diffusée. Cependant, la localisation du royaume du prêtre Jean resta floue, du fait des représentations confuses de l’Asie dans la géographie médiévale. Et ce prêtre-roi fut confondu avec une autre figure mythique, celle du roi David (initialement, roi de Géorgie), investi de la défense des Portes de Fer contre l’invasion des peuples de Gog et de Magog mentionnés dans l’Écriture, en particulier dans Apoc. 7, 9 et Apoc. 20, 8-10.

13 Fondés au XIe siècle par le Perse Hassan Sabbâh, ce sont des Shi’ites Ismaïliens, qui reconnaissent la succession de Muhammad au profit d”Alî. La branche syrienne, très active au XIIe siècle, était établie dans les forteresses importantes du Nord de la Syrie, sous l’autorité du Shaykh el Djabal (« Vieux de la Montagne »). Leur nom ne vient pas, comme certains l’ont cru à la suite de Sylvestre de Sacy (Mémoire sur la Secte des Assassins, 1809) du hachich qu’ils auraient consommé avant de perpétrer leurs assassinats politiques, pratiqués comme des actes religieux méritoires. Il s’agit de la translittération du mot « Hachîchî », terme populaire d’insulte traduisant le jugement moqueur que l’on portait sur leurs croyances et sur leur comportement.

14 Ces Sarrasins sont les Druzes, établis au Nord de la Syrie et au Sud du Liban, parmi lesquels seule une élite d’inités participe pleinement aux services religieux, et a accès aux écrits, dans lesquels se mêlent divers courants philosophiques et religieux : gnosticisme, néoplatonisme, messianisme, mazdéisme.

15 Olivier de Paderborn, contemporain de Jacques de Vitry et comme lui prédicateur de croisade, a travaillé de même à la conversion des Sarrasins en écrivant des lettres. Puis, quand Jacques de Vitry a accompagné les croisés en Égypte, il a racheté les jeunes enfants musulmans pris dans Damiette : parmi eux, au moins cinq cents furent baptisés.