Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

59. La bataille de Las Navas de Tolosa (1212)

Traduction de P. Buresi et D. Menjot

Texte intégral

1Les dernières années du XIIe siècle et les premières années du XIIIe siècle constituent le point culminant du conflit entre les chrétiens et les musulmans dans la Péninsule ibérique. Depuis le début du XIe siècle, l’affrontement s’est intensifé et a changé de nature, de civil à l’origine, il s’est transformé en guerre sainte entre chrétienté et Islam.

2La bataille de Las Navas de Tolosa oppose le 16 juillet 1212, les Almohades, dont l’empire s’étendait par-delà le détroit de Gibraltar sur les deux rives de la Méditerranée, du sud de Tolède au Sahara, aux chrétiens des cinq royaumes ibériques, Aragon, Castille, Léon, Navarre et Portugal qui, coalisés pour la circonstance et renforcés par des croisés, remportent une victoire éclatante et définitive. L’enjeu était capital puisque l’affrontement devait sanctionner la domination militaire et politique de la Péninsule ibérique par les chrétiens ou les musulmans.

3La première conséquence de la défaite d’Alphonse VIII de Castille contre le calife almohade al-Mansûr à Alarcos (1195) est l’alliance de la Navarre et du León avec le pouvoir almohade, alors même que ces royaumes chrétiens viennent tout juste de s’unir aux Castillans sous les auspices de la papauté en 1194. Le 29 mars 1196, Célestin III adresse une bulle à Sanche VII de Navarre où il le conjure d’abandonner son alliance avec l’Islam en lui proposant une alliance des « rois d’Espagne » et en lui garantissant l’inviolabilité de la Navarre et un intéressement à la conquête de territoires musulmans. Une autre bulle reconnaît le titre royal à Sanche le Fort de Navarre (20 février 1197), ce qui est fondamental puisque, depuis 1134, le titre royal navarrais n’avait pas été reconnu par Rome. Ces manœuvres diplomatiques pontificales échouent pourtant : Sanche le Fort de Navarre, en échange d’une certaine somme d’argent, accepte uniquement d’observer une prudente neutralité et, dans les premières années du XIIIe siècle, après être allé en Andalus, il renouvelle son alliance avec les Almohades contre la Castille qui vient d’envahir ses territoires. De son côté, Alphonse IX de León (1188-1229) se lance dans une guerre ouverte contre la Castille en 1196 et 1197, ce qui déclenche contre lui une procédure d’excommunication à l’initiative du pape Célestin III (1196). La diplomatie pontificale convainc finalement la Navarre de participer à la Croisade de Las Navas de Tolosa contre la promesse de pouvoir ouvrir un front contre l’Islam. Après la victoire, la Navarre obtient en effet une série de châteaux entre la Castille et l’Aragon qui lui permettent d’accéder à la frontière musulmane dans la région de Valence.

4Ainsi, après la rupture des trêves de 1211, Alphonse VIII, ses alliés aragonais et navarrais, soutenus par la Papauté qui poussait à la croisade depuis plusieurs années, et les Almohades, se préparent à la bataille. La rencontre a lieu aux portes de l’Andalousie, dans la Sierra Morena, à las Navas de Tolosa (al-‘Iqâb) ; elle manifeste la puissance militaire de la chrétienté dans la péninsule Ibérique. Le calife almohade, défait, bat en retraite jusqu’à Baeza, puis Jaén. Les pertes musulmanes sont importantes, surtout durant les heures qui suivent la bataille. La Castille s’empare rapidement de Baeza et d’Ubeda, où, selon l’archevêque de Tolède, Rodrigo Jiménez de Rada, qui participe aux opérations, la population des alentours s’est réfugiée : les deux villes sont rasées. Les châteaux de Duehas, de Riopar, d’Eznavexore et d’Alcaraz dont le siège, d’après les Anales toledanos, coûta la vie à plus de 2 000 chrétiens, sont pris l’année suivante ; par ailleurs la possession des châteaux qui contrôlent le col de Despenaperros (Vilches, Castro Ferral, Banos (de las Encina) et Tolosa), permet à Alphonse VIII de verrouiller les portes de l’Andalousie.

5Cependant, contrairement à une opinion largement répandue parmi les historiens et accréditée par les sources chrétiennes de l’époque, l’empire almohade, vaincu à Las Navas, ne sombre pas dans le chaos et il ne reste pas désarmé : un détachement de 60 cavaliers et de 400 fantassins de la milice de Talavera qui s’aventurent en Andalousie en juillet 1213 en font la douloureuse expérience puisqu’ils sont tous massacrés. Par ailleurs, une troupe de musulmans cordouans, sous la direction d’un fils du gouverneur almohade de la ville, marche sur Tolède, en évitant la route principale gardée par Calatrava et Guadalerza ; elle pénètre dans le territoire tolédan par le col de Milagro, traverse le Tage et razzie le territoire de la Sagra, emmenant beaucoup de captifs, hommes et femmes, et de bétail. Cette troupe, rattrapée par la milice tolédane, subit de lourdes pertes mais elle eut le temps d’exécuter tous les prisonniers. L’archevêque de Tolède verrouille alors le col d’Alhover en y restaurant le vieux château abandonné qui s’y trouve et qui est rebaptisé Milagro. En mars 1214, une troupe musulmane de 700 cavaliers et 1 400 fantassins atteint ce château et l’attaque. L’assaut est rude, la garnison s’épuise dans la défense au point d’être ensuite remplacée intégralement, mais elle résiste vaillamment. Quelle qu’ait été leur issue, ces expéditions révèlent d’une part les capacités d’organisation militaire que possédent encore les villes d’al-Andalus au lendemain de Las Navas, d’autre part la vulnérabilité des conquêtes chrétiennes, y compris au nord du Tage et de Tolède.

6Les capacités défensives d’al-Andalus n’ont pas non plus été anéanties : en effet, à peu près à la même époque, Alphonse VIII, à la tête d’une troupe réduite, décide d’assiéger à nouveau Baeza, qui a, entre-temps, été reconstruite et repeuplée par les musulmans. Le siège commence au début de décembre 1213. Au bout de trois mois, la faim contraint les assiégeants à lever le siège. Cet épisode montre bien les limites de la victoire de Las Navas de Tolosa et des conquêtes qui la suivent immédiatement. Les famines que connaît la Castille après 1212 ont pour cause non seulement les conditions météorologiques que signalent certaines chroniques, mais surtout les destructions répétées et les dépenses d’entretien des armées en campagne qui ne parviennent plus à se ravitailler sur le pays.

7La situation difficile de la Castille après la victoire de Las Navas explique la signature d’une trêve avec l’Empire almohade. S’ouvre alors une période d’accalmie dans les luttes que se livrent entre eux chrétiens et musulmans dans la péninsule Ibérique. La mort de nombreux dirigeants péninsulaires (Sanche Ier de Portugal en 1212, Pierre II d’Aragon à la bataille de Muret en 1213, le calife almohade al-Nâsir à la fin de la même année, et Alphonse VIII de Castille en 1214) explique aussi le retour conjoncturel de la paix entre les royaumes chrétiens et al-Andalus.

...vue du côté chrétien

  • 1 Bérengère fut reine de León par son mariage avec Alphonse IX de Léon en 1197. Après l’annulation d (...)

8Lettre de Berengère (1180 ?-1246), fille d’Alphonse VIII à sa sœur Blanche de Castille (1188-1252) sur le déroulement de la bataille de Las Navas1 (original perdu, copie du XVIIIe siècle, faite sur un original non daté. L’authenticité du texte n’est pas établie).

9Le récit du choc fait par une des filles d’Alphonse VIII à sa sœur Blanche de Castille et corroboré par les chroniques, montre que la stratégie adoptée, était comme dans les autres batailles du Moyen Age, très élémentaire. Les troupes chrétiennes se trouvaient disposées en profondeur sur trois lignes, la première, formée des meilleures troupes et renforcée de contingents, peu nombreux, de croisés en provenance du nord des Pyrénées était dirigée par un chef efficace, le seigneur de Biscaye ; le commandement des deux autres fut confié respectivement aux rois d’Aragon et de Navarre. Une arrière-garde mobile, commandée par Alphonse VIII, avait pour mission d’intervenir pour renforcer les trois autres corps et rompre le front, au cas où la bataille serait indécise ; sur les flancs, étaient placés les cavaliers des ordres militaires tandis que les milices de Ségovie, Avila et Medina del Campo étaient réparties entre les corps. Les troupes musulmanes semblent disposées à peu près de la même façon. Selon le Rawd al-Qirtâs, elles s’étaient déployées au son des tambours qui font trembler la terre et les trompettes dont le son remplit les montagnes et les vallées... (Alphonse VIII) « leva la tête pour voir ce que c’était et il vit les étendards musulmans qui avançaient avec l’enseigne blanche d’al-Mansûr à leur tête sur lequel était écrit, il n’y a de Dieu qu’Allah, Muhammad est le prophète d’Allâh, il n’y a de vainqueur qu’Allâh. »

10La tactique des chrétiens apparaît tout aussi simple : une attaque frontale pour éprouver la résistance de l’adversaire, puis une attaque par les ailes pour obliger le centre adverse à reculer pour éviter l’encerclement, puis toute l’armée à se replier et à s’enfermer dans le camp fortifié. Enfin une attaque frontale des forces en réserve provoqua la déroute des Almohades, la garde califale fut massacrée et le campement d’al-Nâsir (le Miramamolin des chroniques chrétiennes), pillé ; lui-même ne s’échappa qu’in extremis.

11Bérengère, par la grâce de Dieu, reine de León et de Galice, à la chère et aimée Blanche, sa sœur épouse de Louis, fils aîné du roi de France, [...]

12La bataille se déroula ainsi : notre père (Alphonse VIII), comme je vous l’ai dit par ailleurs, conquit les châteaux situés entre Tolède et le col |de Despenaperros] attendant la bataille. Par conséquent, Miramamolin (Muhammad al-Nasir) le vit venir et lui ferma le passage du col. La sortie sud de celui-ci était étroite, Miramamolin ordonna donc aux siens d’essayer d’interdire le passage aux nôtres. Les nôtres, voyant qu’ils ne pouvaient franchir, passèrent par un autre endroit (le col dit du roi), cela se passa le jour de la sixième férie, soit le 13 juillet. Ils se regroupèrent et le passèrent les jours de la sixième férie et samedi. Le dimanche matin, les Sarrasins installèrent leurs tentes et Miramamolin le fit très près des tentes de notre père. Ils étaient prêts pour lutter ce jour-là, mais notre père ne voulut pas lutter par respect pour le jour saint ; cependant nos arbalétriers et frondeurs n’arrêtèrent pas ce jour-là de montrer leur audace et leur valeur, parce qu’il était nécessaire d’éloigner les tentes de Miramamolin du lieu où elles avaient été dressées jusqu’à environ trois tirs de flèches des nôtres.

13Ce jour-là qui était la seconde férie, de bon matin, il ordonna de se préparer au combat et ils se disposèrent à se saisir de leurs armes. Notre père répartit alors les siens en trois lignes : en première ligne, Diego López (de Haro II, seigneur de Biscaye), trois barons avec leurs troupes et avec les pèlerins (croisés non ibériques) qui resteraient dans cette partie du col et tous les hommes des ordres militaires ; en seconde ligne, étaient le roi d’Aragon (Pierre II) avec les siens et avec les trois compagnies que lui donna notre père, en troisième ligne, le roi de Navarre (Sanche VII) avec les siens auquel notre père donna également trois compagnies et, enfin, notre père avec les siens formait la quatrième ligne. La première ligne attaqua et obligea les Sarrasins à se retirer. Ceux-ci contre-attaquèrent, obligeant les nôtres à se retirer jusqu’à la seconde ligne. Notre père, voyant ce qui arrivait, fit avancer les deux lignes suivantes et lui, à son tour, avec la sienne, passa en première ligne, repoussant avec vaillance les Sarrasins, les obligeant à se retirer. Il remit ensuite la première ligne à sa place et revint avec la sienne à la situation antérieure. Les Sarrasins se retirèrent comme l’avaient fait les nôtres auparavant. Notre père, voyant la situation de l’aile ennemie, l’attaqua avec la nôtre, obligeant les Sarrasins à se replier jusqu’à la ligne que commandait Miramamolin. Les Sarrasins se défendirent sur cette position avec bravoure jusqu’à midi. A ce moment, notre père, voyant que son intervention était nécessaire, ordonna à sa ligne d’attaquer et les Sarrasins durent se retirer. Ceux-ci en voyant l’étendard de notre père, perdirent espoir et fuirent. Notre père avec les siens, les poursuivit jusqu’après le coucher du soleil et fit deux lieues pour revenir durant la nuit. Notre père et les rois d’Aragon et de Navarre, sains et saufs, s’installèrent dans la tente de Miramamolin. Jusqu’au matin suivant, ils poursuivirent les vaincus, blessant beaucoup d’entre eux.

14On estime le nombre des morts à 70.000 hommes et près de 15.000 femmes. De notre côté, les morts sont environ 200. Le butin trouvé dans les tentes musulmanes est inestimable : grande quantité d’or, d’argent, des vêtements et des animaux ; seulement et difficilement on peut estimer les flèches et les carreaux à environ 20.000 sommées de fer ; on calcule que les tentes des vaincus étaient environ 100.000.

15J. Gonzâlez, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII de Castilla, vol III, doc. 898.

...et du côté arabe

16Lettre d’Ibn’Ayyâsh rédigée au lendemain de Las Navas de Tolosa.

17La lettre rédigée par Ibn ‘Ayyâsh pour le compte du calife vaincu, al-Nâsir, est un modèle de rhétorique, caractéristique de la chancellerie almohade. Après avoir présenté l’appel à la Croisade comme le signe de la faiblesse du souverain castillan et la preuve de son humiliation, l’auteur de la lettre, sans nier la défaite qu’il justifie par l’absolue volonté de Dieu, présente de manière très vague le résultat de la rencontre militaire, en utilisant de nombreuses références coraniques et en citant la sîra (la vie du Prophète Muhammad).

18Aussi- que Dieu vous conserve et vous aide pour ce qui Lui plaît - le seigneur de Castille, après avoir été vaincu l’année précédente et s’être réfugié dans son pays loin de tout regard, décida de s’abaisser devant les rois de sa religion comme un vil séide et entreprit de les amadouer pour qu’ils l’aident par tous les moyens ; il fit appel à leur pitié en espérant trouver en eux l’attendrissement du fort pour le faible. Les prêtres et les moines répandirent la nouvelle du Portugal à Constantinople, lançant leur appel de la mer Méditerranée (Bahr al-Rûmî) à l’océan Atlantique : “Au secours, au secours, pitié, pitié !” Arrivèrent alors à lui les esclaves de la Croix de tous les profonds ravins et de tous les endroits éloignés. Ils avancèrent vers lui comme la nuit et le jour, de la cime des montagnes et du rivage de toutes les mers ; les premiers à arriver furent les Francs (Ifrandj) en provenance de l’Orient et du Nord, puis les suivit le Barcelonais avec tous les hommes et combattants qu’il avait chez lui ; le seigneur de Navarre était lié par un pacte aux Almohades, à qui il était totalement obéissant, dans le cadre d’un bon traité, mais le seigneur de Rome le menaça si personne de son peuple n’était envoyé et s’il ne s’unissait pas à ceux de sa religion. Aussi rejoignit-il, excité, la multitude et il s’immergea dans la mer écumeuse de leur troupe, chacun en appelant à la croix, et nous, nous en appelions à Celui qui entend et qui exauce.

  • 2 Coran, sourate 66, « L’Interdiction », verset 4.

19Lorsque nous avons avancé avec les Almohades et les musulmans qui les accompagnaient, nous avons vu que le zèle de la Communauté (umma) était considérable, que sa bravoure dans la main de Dieu était terrible, et nous avons su que la Communauté, qui n’a pas de pareille sur terre, et la troupe, que dirigeaient Dieu, « Gabriel, les croyants les plus purs et les anges2 », seraient ensuite triomphantes parce qu’elles étaient le parti de Dieu, pour qui l’[homme] (« créé à partir de la glaise ») s’ennoblit et pour qui s’illustre la religion exilée au moment de la solitude et de la relégation. Nous avons donc demandé à Dieu qu’il nous guide dans le droit chemin, et qu’il nous porte sur la route royale de la foi pure ; nous nous sommes soumis à Lui en nous inspirant de ce que l’islam contient de bien et de grâce divine.

20Nous sommes arrivés à proximité de Jaén, nous y avons installé le campement quelques jours en attendant de traverser le Guadalquivir, car son courant était impétueux et ses eaux avaient débordé sur les deux rives ; en outre nous faisions attention de gouverner au mieux et de protéger notre capital qui était le bien le plus profitable.

21Pendant ce temps, les païens innombrables accouraient à Tolède, dans la corruption, comme une nuée de sauterelles.

22Le seigneur de Castille leur témoignait de l’affection en supportant le pillage de son pays et il se dépouilla pour eux des biens de ses sujets et de son armée.

  • 3 C’est-à-dire comme les seaux dont l’un descend dans le puits pendant que l’autre en remonte le sor (...)

23Nous avions appris de manière certaine qu’il y avait là une troupe comme n’en avaient pas réuni les païens depuis plusieurs siècles. Nous avons traversé le Guadalquivir et nos armées ont avancé résolument. Les troupes infidèles se sont mises en mouvement en semant la terreur dans les châteaux de la frontière qui se trouvaient sur leur passage. Ensuite il fut décidé que les deux armées se rencontreraient dans un endroit appelé “al-Marashsha.” Ce fut un jour funeste pour les musulmans et pour leurs ennemis, qui lancèrent leurs troupes les unes contre les autres. Nous implorons Dieu de compter en notre faveur cette rencontre et d’agréer nos actions : le combat fut terrible, et les âmes bon marché. Dieu voulut mettre à l’épreuve les Croyants et en finir avec les Infidèles. L’issue de ce jour particulier fut pour les Croisés, mais l’issue dernière appartient au peuple de l’islam et de la Foi. Les deux parties se séparèrent ; les flancs musulmans étaient restés fermes, et les régiments furent gardés par le décret de Dieu ; la guerre n’en toucha aucun et il n’en manqua aucun ; Dieu a décidé que les guerres seraient comme des seaux3 et que chaque peuple y aurait la possibilité de vaincre. C’était déjà ainsi à l’époque du Prophète - prière et paix de Dieu sur lui-, lorsque la révélation était une nouveauté brillante et que Gabriel, du ciel vers la terre, était à tout moment ambassadeur ; il en fut ainsi aussi à l’époque des Compagnons du Prophète, que Dieu les bénisse ; tout cela pour que celui qui rend grâce à Dieu et le persévérant tirent les leçons de leur exemple.

  • 4 Le terme ansâr signifie « alliés », mais il est largement connoté en arabe puisqu’il désigne aussi (...)
  • 5 Coran, sourate 4, « Les Femmes », verset 141.

24Donc si les armées ont été rangées en ordre de bataille, les étendards déployés et les déterminations affirmées, et si les communautés de Dieu ont été protégées du mal, ne faiblissez pas puisque nous ne faiblissons pas, et attendez la charge contre les païens et que s’abattent sur eux les soldats de Dieu, qui sont les meilleurs des alliés (ansâr).4 Dieu n’a jamais abandonné les Croyants qu’il n’ait châtié violemment leurs ennemis « et Dieu ne permettra pas aux Infidèles de l’emporter sur les Croyants.5 » Nous vous avons informés pour que cette défaite soit relativisée et ramenée à sa juste proportion et pour que vous sachiez que les Almohades n’ont pas gaspillé un mort et que peu ont été atteints et même aucun. Paix. Cette lettre fut écrite à la fin du mois de safar 609 (mois de juillet 1212).

25Ibn ‘Idhârî, Al-Bayân al-Mughrib fi akhbâr al-Andalus wa-lMaghrib, éd. M. Ibn Tâwît, M. Ibrâhîm al-Kîttânî, M. Znaybar, A.-al-Q. Zamâma, Dâr al-Gharb al-Islâmî, Beyrouth, 1985, p. 263-264 ; trad. A. Huici Miranda, Colección de crónicas arabes de la reconquista, t. 2, Tétouan, 1953, p. 271-272. — Ahmad Azzaoui, Rasâ’il muwahhidiyya. Madjmû’a djadîda (Nouvelles lettres almohades), éd. annotée et commentée de nouvelles lettres almohades, t. 1, Université Ibn Tofayl, Kénitra, 1996, no 68, p. 269-271.

Bibliographie

Bibliographie

Martin Alvira Cabrer, « De Alarcos a las Navas de Tolosa : idea y realidad de los origenes de la batalla de 1212 », Actas del congreso internacional del VIII centenario de la batalla de Alarcos, Cuenca, 1996, pp. 251-263. Martin Alvira Cabrer, « La imagen del miramamolin al-Nâsir (1199-1213) en las fuentes cristianas del siglo XIII », Anuario de Estudios medievales, 26/2, Barcelone, 1996, p. 1003-1028. — Martin Alvira Cabrer « La concepción de la batalla como duelo y la propaganda de cruzada en Occidente a principios del siglo XIII. El desafio del Miramamolin a la Cristiandad antes de la batalla de Las Navas de Tolosa (16 de julio de 1212) », Heresis, 26-27, 1996, p. 57-76. — Martin Alvira Cabrer, « El desafio del Miramamolin antes de la batalla de Las Navas de Tolosa (1212). Fuentes, datación y posibles origenes », Al-Qantara, 18/2, Madrid, 1997, p. 463-490. — A. Huici Miranda, Estudio de la batalla de las Navas de Tolosa, Valence, 1913. — G. Martinez Diez, Alfonso VIII (1158-1214), Col. Corona de Espana, Burgos, 1995. — Denis Menjot, « Las Navas de Tolosa », l’Histoire, no 240, février 2000, p. 80-85. — J.E. Ruiz Domenec, « El significado histórico de la batalla de las Navas de Tolosa » Historia General de España y América, Ladero Quesada (M.A.) (coord.), vol IV, Madrid, 1984, p. 585-589. — C. Vara Thorbeck, El lunes de Las Navas, Jaén, 1999.

Notes

1 Bérengère fut reine de León par son mariage avec Alphonse IX de Léon en 1197. Après l’annulation de son mariage par Innocent III en 1197, elle revint en Castille où elle continua à s’intituler reine de León et de Galice.

2 Coran, sourate 66, « L’Interdiction », verset 4.

3 C’est-à-dire comme les seaux dont l’un descend dans le puits pendant que l’autre en remonte le sort des armes est journalier, tantôt la victoire revient à l’un, tantôt à l’autre.

4 Le terme ansâr signifie « alliés », mais il est largement connoté en arabe puisqu’il désigne aussi les partisans médinois du Prophète Mohammad, après son exil de la Mecque.

5 Coran, sourate 4, « Les Femmes », verset 141.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site