Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

58. Lettre du gouverneur de Jaén au roi de Castille à propos de la rupture des trêves (1211)

Traduction de Pascal Buresi

Texte intégral

1En 1195, la bataille d’Alarcos se solde par une cinglante défaite du souverain Alphonse VIII de Castille face aux Almohades. Les expéditions menées jusqu’au nord du Tage (1196 et 1197) permettent au calife al-Mansûr de prendre possession de la région comprise entre le Tage au nord et la Sierra Morena au sud. Dix-sept années durant, la Manche fait partie de l’empire almohade. À l’abri de la Sierra Morena, le calife al-Mansûr, puis son fils al-Nâsir, installent des troupes en provenance du Maghreb autour des villes de Cordoue, de Séville et de Valence. Dans les villes frontalières elles-mêmes, les traces de restauration, de renforcement des défenses sont nombreuses ; de cette époque datent les murailles almohades de Chinchilla, qui fut le centre le plus important de la Manche orientale face aux chrétiens. Les fouilles archéologiques ont aussi mis à jour à Calatrava (Qal‘at Rabâh) de nombreux renforcements d’époque almohade, c’est-à-dire datés très précisément, pour cette ville, des années 1195-1212.

2À l’exception de la prise de contrôle par les chevaliers de l’ordre de Calatrava du château de Salvatierra (1198) où l’Ordre, privé de l’essentiel de sa base territoriale depuis 1195, installe son nouveau siège, enclavé dans les territoires musulmans, les trêves, périodiquement renouvelées, sont respectées et la région semble avoir été calme pendant toute la période. Mais en 1210, les trêves entre la Castille et les Almohades arrivent à leur terme. En avril et mai 1211, les chevaliers de Salvatierra s’enfoncent dans les terres de Jaén, près d’Andùjar et de Baeza. Le gouverneur de Jaén écrit au souverain de Castille - pour cette expédition ou pour une autre, mais les sources ne mentionnent que celle-ci -, pour demander la réparation des dommages subis.

3Cette lettre, qui manifeste la bonne connaissance des réalités castillanes et aragonaises par les fonctionnaires provinciaux de l’Empire almohade, fournit de précieuses informations non seulement sur l’organisation des razzias chrétiennes, sur le nombre des troupes engagées et sur la participation réelle de chevaliers aragonais, probablement des membres de l’ordre militaire venus en aide à leurs confrères de Salvatierra, mais aussi sur les obligations du prince chrétien telles qu’elles étaient conçues par les musulmans.

4En représailles, le calife al-Nâsir passe en Andalus. Il assiège le château de Salvatierra d’où sont parties les expéditions chrétiennes contre l’Andalousie (mai 1211). Il s’en empare en septembre 1211, après cinq mois de siège. La chute de Salvatierra provoque une grande émotion dans la chrétienté latine et motive l’organisation, l’année suivante, d’une grande croisade contre les Almohades.

  • 1 Lors du mariage d’Alphonse VIII de Castille (1158-1214) avec la fille d’Aliénor d’Aquitaine, Alién (...)

5De ‘Abd al-Rahmân fils de notre seigneur (sayyid) le calife prince des croyants au roi de Castille, Tolède et Gascogne1, que la grâce de Dieu le renforce et lui inspire ce qui Lui donne satisfaction.

6[...] Cette lettre vous est adressée - que Dieu vous assiste - depuis Jaén - que Dieu très Haut la protège - [...]

7Vous connaissez les accords signés entre les Almohades - que Dieu les renforce -, et vous, et vous savez quels pactes en bonne et due forme nous devons observer, conserver et respecter ; les sujets qui les enfreindraient ou qui y seraient hostiles méritent un châtiment.

  • 2 Al-Balawî, le secrétaire almohade qui rédigea, dans la première moitié du xiiie siècle, le formula (...)
  • 3 Illisible dans le manuscrit.

8Or il s’est produit ces jours-ci une affaire pleine d’ambiguïté et génératrice d’animosité : une troupe importante de cavaliers chrétiens avec leurs hommes est partie de votre pays pour attaquer les districts de Shaqûra (Segura), et ceux d’autres châteaux (husûn) qui relèvent de la juridiction de Jaén - que Dieu les protège tous ils ont enlevé un certain nombre de musulmans avec leurs montures ; ils se sont emparés de gros troupeaux de vaches et de moutons ; puis ils ont traversé ces régions jusqu’à la côte en proclamant leur hostilité et en allumant les feux de la guerre. Ils se plaisaient à brûler les récoltes et prenaient tout leur temps pour multiplier les actes hostiles ; on aurait dit qu’ils ne dépendaient d’aucun roi, qu’ils ne craignaient aucun juge. C’était pure tyrannie et entêtement de leur part : ils violaient le pacte des Almohades (c’est-à-dire signé avec/par eux) - que Dieu les fortifie -, qui ne saurait admettre d’être troublé, rompu ou corrompu. Jamais en temps de guerre ou d’hostilité, on ne commettra d’actes pires que ceux qui viennent d’être commis en temps de paix et de trêve ; ces hommes ont été reconnus et identifiés ; les chefs des régions concernées - que Dieu les aide - se sont assurés qu’ils faisaient bien partie de vos gens et qu’ils venaient de votre pays : il y avait le guide Untel fils d’Untel, et le guide Untel fils d’Untel2. Il est impossible que quelqu’un comme vous s’accommode d’une telle rupture des accords et que vous ayez donné votre autorisation aux responsables par vos actes ou vos paroles. Aussi, grande a été notre surprise devant cette violation scandaleuse qui s’est produite en temps de paix stable, et qui contredit tout ce que nous pensions de vous pour ce qui est du respect des accords et de la fidélité aux traités. Si encore cette expédition avait été de taille réduite [...]3, mais elle était des plus importantes et les dégats se sont répandus [...] dans les territoires [..]. Que penser de celui dont dépendent les coupables et qui est maître du pays dont ils viennent [...] les musulmans ne pouvant riposter [...] la conservation des clauses [du traité] et le respect de la grandeur de leur imâm - que Dieu l’aide et le soutienne - tandis que ces gens prenaient plaisir à faire durer leurs actes hostiles et d’accomplir tout ce qu’ils pouvaient pour nuire au pays et terroriser les serviteurs [de Dieu] (= les musulmans).

9Il ne suffisait pas à ces brigands de causer des dommages, ils ne se contentaient pas d’infliger des préjudices aux serviteurs [de Dieu], de multiplier les dégats à un moment ou à un autre, de voir les terres de ce pays accumuler les pertes, à cause de leurs forfaits, mais ils s’en vantaient. Fermer les yeux sur des événements de cette sorte, montrer de la faiblesse dans ce genre de trahison, délaisser les droits de la paix, rompre les nœuds de la trêve, rien de tout cela ne convient à la fidélité [dont vous vous réclamez]. Il ne serait pas bon que quelque remarque de vous inspirât [de telles actions] à l’un de vos hommes ; parce qu’une paix est quelque chose que l’on garde et la guerre est quelque chose qui a un prix et qui mérite réflexion.

Notes

1 Lors du mariage d’Alphonse VIII de Castille (1158-1214) avec la fille d’Aliénor d’Aquitaine, Aliénor Plantagenêt (1160-1214), le souverain castillan reçut la Gascogne en dot. Malgré une expédition militaire en 1205-1206, il ne parvient cependant pas à prendre entièrement possession de cette région. Les prétentions castillanes sur ces territoires sont de facto abandonnées vers 1208, mais le roi de Castille continue de se considérer comme « seigneur » de Gascogne, ce que reflète le début de cette lettre.

2 Al-Balawî, le secrétaire almohade qui rédigea, dans la première moitié du xiiie siècle, le formulaire, qui devait servir de modèle, d’où est extraite cette lettre, a supprimé toutes les noms de personnes.

3 Illisible dans le manuscrit.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site