Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

57 La référence à la guerre sainte dans la titulature princière de la première moitié du xiiie siècle

Texte intégral

1On propose ci-dessous 6 textes de la première moitié du XIIIe siècle extraits des volumes 10 et 11 du Répertoire chronologique d’épigraphie arabe (RCEA). Il s’agit d’inscriptions, pour la plupart des textes de construction d’un édifice, et une épitaphe, comportant des formules qui créditent un souverain de son activité en faveur de la guerre sainte. Les deux premières, de 1209 et 1211, concernent le malik d’Alep al-Zâhir Ghiyâth al-Dîn Ghâzî (1186-1216), fils de Saladin, la troisième, de 1213, le malik ‘alÂdil Sayf al-Dîn, frère de ce dernier, qui depuis l’Egypte, impose son autorité à une bonne partie des domaines ayyûbides, de 1200 à 1218. Dans la cinquième apparaît le malik al-‘Azîz, fils d’al-Zâhir, qui règne à Alep de 1216 à 1237, et dans la sixième et dernière le malik et sultan al-Sâlih Ayyûb, qui étend son autorité à Damas et à l’Egypte de 1239-1240 à 1249. La quatrième, de 1223, ne concerne par un Ayyûbide, mais un Artuqide du Diyarbékir (Amida, Hisn Kayfâ), le malik et sultan Mawdûd (1222-1232) et son fils Mas’ûd, qui règnera après lui (1232-124). On constate dans ces documents la banalisation des formules de guerre sainte qui deviennent, au même titre que les autres laqab-s princiers, un élément habituel de l’onomastique princière (que l’on peut étudier dans son ensemble à partir de ces inscriptions).

Texte de construction, de 1209, à la citadelle d’Alep (au-dessus d’une porte)

2Ceci a été fait par ordre de notre maître le sultan, al-Malik al-Zâhir, le savant, le juste, le champion de la foi, le combattant, l’assisté de Dieu, le victorieux, le vainqueur, Ghiyâth al-dunyâ [wa 1-dîn], le roi de l’islâm et des musulmans, le seigneur des rois et des sultans, le subjugueur des infidèles et des polythéistes, le dompteur des révoltés et des rebelles, Abu 1-Muzaffar al-Ghâzî, fils d’al-Malik alNâsir Salâh al-dîn Yûsuf, fils d’Ayyûb, le défenseur de l’émir des croyants, - que Dieu glorifie ses victoires - sous l’administration de Badr al-Dîn Aydamur, serviteur d’al-Malik al-Zahîr. Cela [fut achevé] en l’année 606 (1209).

3RCEA, 10, no 3652.

Texte de construction d’un minaret à Lattaquié

4La fondation de cette tour d’appel à la prière a été ordonnée par notre maître al-Malik al-Zâhir, le sultan, savant juste, champion de la foi, défenseur des frontières, combattant, assisté de Dieu, vainqueur, celui qui réunit les paroles de la foi, le subjugueur des adorateurs de la croix, celui qui déploie l’étendard de la justice et de la bienfaisance, Ghâzî, fils d’al-Malik al-Nâsir, l’auxiliaire de l’émir des croyants, que Dieu glorifie ses victoires ! Cela [a été achevé] en dhû l-qa‘da de l’année 607 (avril-mai 1211), sous l’administration de l’esclave avide de la miséricorde de Dieu, Muhammad, fils de Husayn, al-Hakkârî.

5RCEA 10, no 3664.

Texte de construction d’une tour à Bosrâ en 1213

6La construction de cette tour bénie a été ordonnée par notre maître al-Malik al-‘Âdil Sayf al-Dunyâ wa l-Dîn, le subjugueur des infidèles et des polythéistes, le souverain des deux nobles sanctuaires, de Jérusalem, de la Syrie, de l’Egypte, du Yémen, de Khilât, de Khoï et de Salmas, Abû Bakr, fils d’Aiyûb, l’ami dévoué de l’émir des croyants, sous l’administration de l’émir Rukn al-Dîn Mankuwirish, fonctionnaire d’al-Malik al-‘Âdil et de Falak al-Dîn (?). Le début de sa construction eut lieu en djumâdâ II de l’année [60] 9 (novembre 1212), et la fin le dernier jour de safar, des mois de l’année 610 (20 juillet 1213).

7RCEA 10, no 3724.

Texte de construction d’une madrasa à Diyarbékir

8[A ordonné de] le faire notre maître le sultan al-Malik al-Mas‘ûd, le savant, le juste, l’assisté de Dieu, le victorieux, le vainqueur, le champion de la foi, le combattant, le vivificateur de la justice dans les mondes, Rukn al-Dunyâ wa l-Dîn, l’appui de l’islâm et des musulmans, l’illustration des rois et des sultans, le tueur des infidèles et des polythéistes, le dompteur des révoltés et des rebelles, la noblesse des armées des musulmans, le défenseur des guerriers et des champions de la foi, l’auxiliaire de l’imâm, qui tient les hommes sous son patronage, le parangon du monde, le Chosroès de l’Iran, le potentat de Tûrân, le vaillant, l’homme de confiance, l’heureux faucon, le prince Abû 1-Fath Mawdûd, fils de Mahmûd, fils de Muhammad, fils de Qarâ-Arslân, fils de Dâwûd, fils de Sukmân, fils d’Artuq, l’assistant de l’émir des croyants. Cela [a eu lieu sur l’injonction] de l’émir, le maréchal, le grand homme d’Etat Shams al-Dîn Abû l-‘Izz.... d’al-Malik al-Mas‘ûd. Le constructeur fut Mas’ûd. Dessin du maître Dja’far, fils de Mahmûd, al-Halabî. Cela [a été achevé] en l’année 620 (1223).

9RCEA 10, no 3900.

Texte de construction sur une tour au château de Shayzar

10Voici ce qu’a [ordonné] de construire notre maître le sultan al-Malik al-‘Azîz (...) le seigneur très illustre, grand, savant, juste, champion de la foi, combattant, défenseur des frontières, assisté de Dieu, victorieux, vainqueur, Ghiyâth al-Dunyâ wa l-Dîn, le sultan de l’islâm et des musulmans, le seigneur des rois et des sultans, le tueur des infidèles et des polythéistes, (... ?) Abu l-Muzaffar Muhammad, fils d’al-Malik al-Zâhir Ghâzî, fils d’al-Malik al-Nâsir Yûsuf, fils d’Ayyûb, le défenseur de l’émir des croyants, -que Dieu éternise sa royauté et fasse durer (?) la victoire de ses étendards et de ses emblèmes !-(... ?) le 21 dhû l-qa‘da de l’année 630 (29 août 1233), sous l’administration de l’esclave avide de la miséricorde de Dieu Abu Bakr, fils de ‘Uthmân, fils de.(... ?), fils de Umar, que Dieu ait pitié de lui ! Façon du maître ‘Alî, que Dieu ait pitié de lui !...

11RCEA 11, no 4057.

Epitaphe à Damas

12Gloire à notre maître le sultan, le seigneur très illustre, al-Malik al-Sâlih Nadjm al-Dunyâ wa l-Dîn Abu al-Muzaffar Ayyûb, fils d’al-Malik al-Kâmil Muhammad, fils d’Abû Bakr, fils d’Ayyûb, le sultan de l’islâm et des musulmans, le subjugueur des infidèles et des polythéistes, le vivificateur de la justice dans les mondes, celui qui rend justice aux opprimés contre les oppresseurs, le potentat de la Syrie, le sultan des Arabes et des Persans, le possesseur des deux sanctuaires sacrés, le roi des deux continents et des deux mers, le roi de l’Inde et du Sind, du Yémen, le roi de San‘â’, de Zabid et d’Aden, le seigneur des rois des Arabes et des Persans, le sultan des Orients et des Occidents, le roi auguste Nadjm al-Dunyâ wal-Dîn, que Dieu fasse durer ses jours, déploie ses étendards sur les deux horizons, et double son pouvoir, par Muhammad et sa famille ! Voici qui a été fait sous la direction de l’émir très illustre Shudjâ’al-dîn ‘Anbar al-Sâlihî, en l’année 647 (1249).

13RCEA 11, no 4323.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site