Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

56. Les traités commerciaux entre Venise et Alep

Texte intégral

1Très présents à Constantinople et Alexandrie, les marchands vénitiens considéraient le Levant comme une aire commerciale de seconde importance. Au tournant du XIIe et du XIIIe siècle, deux circonstances favorisèrent pourtant l’intensification de leurs activités dans une région où ils disposaient, depuis le début du XIIe siècle, d’un établissement à Saint-Jean-d’Acre : les conquêtes de Saladin (dont le port de Lattaquié et la forteresse de Sahyun, ou Saône) ouvrirent la Syrie du nord sur la mer, tandis que les résultats de la Quatrième Croisade accrurent sensiblement les possibilités de gains pour les marchands du Rialto en Méditerranée orientale. A Alep, ville en plein essor à l’époque Ayyoubide, les Vénitiens apportaient des draps, de l’argent et des pierres précieuses. Ils acquéraient sur place des produits locaux (coton) ou des épices orientales provenant de Balis sur l’Euphrate, un des terminaux de la route de la soie.

2Ce commerce - que n’entravèrent pas les croisades du XIIIe siècle - exigeait d’établir des relations diplomatiques avec la dynastie Ayyoubide installée à Alep : al-Zahir Ghazi (m. 613/1216), troisième fils de Saladin - on notera que la titulature des sultans alépins s’inspire de celle du vainqueur d’Hattin - et ses descendants, al-Aziz (613-634/1216-1236) et al-Nasir Yusuf (634-658/1236-1260). La situation politique contraignait parfois les émissaires du doge à négocier non seulement avec le sultan, mais aussi avec l’émir de Lattaquié ou encore avec le maître du château de Saône (Mengüverish jusqu’en 1229, puis son fils Muzaffar aI-Din‘Utman). Conséquence du rôle qu’ils jouaient dans l’approvisionnement de la Syrie, les Vénitiens obtinrent, d’un accord à l’autre, des conditions plus favorables à l’exercice de leur commerce : fixation et réduction des droits de douane et des péages ; reconnaissance de la communauté formée par les marchands vénitiens auxquels sont concédés trois funduqs, une église à Alep, des bains, une cour de justice etc. ; ébauche d’un droit commercial (précisions importantes sur les naufrages, la responsabilité individuelle, le droit successoral).

3Le dossier comprend six textes qui s’échelonnent de 1207-1208 à 1254 : le traité fondateur négocié entre al-Zahir Ghazi et l’envoyé du doge Pietro Ziani (A), une relation de l’ambassade effectuée en 1225 (B), deux pactes conclus en 1229 par Venise avec le seigneur de Saône (C) et le sultan d’Alep (D), la confirmation, en 1254, des privilèges antérieurs (D) accompagnée d’une lettre du sultan au doge (F). Formellement diversifiés, ces textes présentent aussi une grande variété linguistique. Les langues empruntées - et qui reflètent plus ou moins clairement les actes originaux - sont tout à tour le vénitien (A et B) - dont le premier texte du dossier constitue le plus ancien document linguistique -, le latin (C et D), et le français, fréquemment utilisé comme langue diplomatique au XIIIe siècle aussi bien en Occident qu’en Orient (E et F). Les six textes ont été consignés par la chancellerie ducale dans les Libri pactorum, recueils des accords conclus par la Commune de Venise.

(A) Traité entre le sultan d’Alep et le doge de Venise (604/1207-1208)1

Pacte du sultan d’Alep

  • 2 Le texte vénitien « Eo re aparisente Gasi, lo verer de lo mondo e de liale, padre viturial alii, f (...)
  • 3 Monte Cesfam : Gisr Kasfahan, actuellement Gisr al-Shughur, près de l’Oronte.
  • 4 Un espace blanc.

4Moi al-Malik al-Zâhir Ghâzi, vérité du monde et de la foi, père du victorieux, fils d’al-Malik al-Nasir Yusuf, fils d’Ayyûb, le défenseur de l’émir des croyants2, au nom de Dieu puissant et miséricordieux, auteur des choses advenues et à venir, grâce à Dieu au-dessus de moi, je donne l’ordre au bureau (dogana) des Chrétiens - grâce soit rendu à Dieu, à Dieu l’unique - que l’usage connu ne soit pas remis en question tant que je vivrai, mais de l’améliorer - s’il plaît à Dieu, qui n’aura de fin dans l’éternité et selon Son accord -, de vous faire honneur et de vous donner satisfaction toujours, vous plus que les autres nations, et de vous faire honneur et de vous donner satisfaction durant tout notre règne quand vous parviendrez sur mes terres. Nous accordons notre affection, notre estime à l’honorable P. Marignuni, l’envoyé, le fils de J. Marignuni vénitien - que sa vie soit longue ! - l’envoyé du seigneur des Vénitiens, le doge, honoré, estimé, très noble, grand, élu, très sage et illustre Pietro Ziani, fils de Sebastiano Ziani - que sa vie soit longue ! - et qu’il me soit compté favorablement de vous avoir fait bon accueil, et que Dieu vous garde longtemps ! J’ai accordé satisfaction à ton messager qui vint à moi à ta requête, et je donnerai satisfaction à tous ceux qui parviendront sur mes terres ; et nous l’avons fait pour tous les marchands de Venise, qu’ils soient saufs et en sécurité, dans leurs personnes et leurs biens, et tous ceux qui se réclament de Venise, sur mer et sur terre et dans toutes nos possessions, s’il plaît à Dieu. Et si nous avons su traduire la lettre que vous avez donnée à votre messager, nous avons compris ce qu’il disait et ses paroles, et nous avons trouvé dans sa lettre de grandes louanges et nous avons traité avec lui afin que nous l’aidions à accomplir sa mission et celle de son seigneur, son honneur et sa grandeur, au sujet de ce que celui-ci demande et ordonne, en tout ; et en confirmation de ceci, dans ce but, j’ai commandé de vous accorder satisfaction par cet écrit. Que notre grand bureau connaisse l’ordre et le commandement du grand seigneur le sultan, roi illustre et véritable, qu’il soit connu au levant et au couchant, et nous ordonnons donc qu’il soit appliqué à tous les marchands de Venise - que Dieu les conduise au salut ! Pour les perles et les pierres précieuses que le marchand apporte sur mes terres, qu’il ne peut pas vendre et qu’il veut rapporter chez lui, qu’il paye six pour cent ; sur toutes les marchandises qui entrent et sortent du bureau, il doit donner douze pour cent. Et, outre ce droit, on se conduira ainsi : pour chaque charge de coton, il doit donner dix-sept dirhams à la Porte. Et pour l’argent qu’il veut faire battre à l’Hôtel de la Monnaie, il paiera cinq pour cent, et s’il ne bat pas cet argent, ou ne le vend pas à l’Hôtel de la Monnaie, il doit acheter toute sorte de marchandises avec cet argent, à l’exception du coton, et il doit payer six pour cent sans fraude. Au passage du mont Cesfam3, le sultan le laisse passer sans péage. Et si un homme dissimule ses biens et qu’il est découvert, il ne devra pas payer plus que le péage l’exige. Ils doivent avoir des bains, un funduq et une église à Alep, leurs personnes seront sauves et protégées et tous ceux qui se réclament d’eux à Lattaquié, lorsqu’ils rencontrent mes officiers sur mes terres et dans ma seigneurie de roi illustre - que Dieu me vienne en aide ! Si l’un d’entre eux meurt, on s’occupera de ses affaires qui seront remises à ses parents ; et si on ne trouve aucun de ses parents, le bureau doit s’en charger et confier ses biens au pouvoir du seigneur sultan. Si le défunt avait exprimé ses ultimes volontés et désigné un commissaire, il ne doit y avoir d’opposition pour aucun motif. Et s’il meurt intestat, que ses affaires soient confiées aux meilleurs hommes du navire, en attendant qu’arrive une lettre du doge qui dira de les transmettre à qui de droit. Ceci est l’ordre du sultan, qui s’impose à ceux qui exercent le pouvoir, et lorsqu’un messager arrivera de Venise, qu’il soit bien reçu, honoré et estimé, et tout ce qui est écrit nous l’avons ordonné avec vous dans ce pacte pour toujours à mes gouverneurs (bailii) et mes agents (fatori) dans tout mon territoire. Que Dieu - qu’il est grand ! - soit exaucé ! Ceci fut écrit par Son serviteur, honoré, puissant, sollicité et estimé, et grâce à Dieu l’unique, cette lettre fut faite le 4 et le 8 du mois de [ ]4, 604e année du Prophète. Je rends grâce à Dieu, qu’il soit avec nous, et Sa bénédiction.

(B) Relation de l’ambassade de Tomasino Foscarini (novembre 1225)

Pacte du sultan d’Alep

  • 5 Un espace blanc.
  • 6 « doex », que l’on peut aussi comprendre : le deux du mois de septembre.
  • 7 Le mot utilisé est triçaria.

5L’an du Seigneur 1225, quatorzième indiction, mois de novembre. Comme le seigneur Pietro Ziani, doge de Venise, avait envoyé son messager accrédité le noble Tomasino Foscarini, l’an susdit, au seigneur (5] sultan d’Alep, afin de traiter et décider avec lui des droits de douane que les Vénitiens avaient coutume d’acquitter sur ses terres et d’autres matières, à savoir des hommes qui meurent intestats et des biens des Vénitiens tant vivants que morts, aussi bien des rescapés des naufrages qui échouent sur mes terres et de ce qu’il doit en advenir que d’autres choses semblables, ainsi qu’il est écrit ci-dessous, il arrête, en premier lieu, avec le seigneur sultan, que désormais tous les hommes de Venise sont saufs et sous la protection du sultan dans tous ses pays, sur mer et sur terre, à l’aller comme au retour, dans leurs personnes et dans leurs biens. Et sur les marchandises, on doit acquitter six pour cent. Et si un navire, ou plusieurs, s’échoue sur la côte - que Dieu veuille qu’il n’en soit pas ainsi ! - les personnes et les biens seront sous sa protection. Mais de ce qui sera sauvé du naufrage, le sultan devra avoir quinze pour cent. Et s’il advient qu’un Vénitien décède sur ses terres, qu’il ait la faculté de transmettre toutes ses affaires à qui il voudra. Et que celui qui les recevra ait le droit de s’entremettre dans ces affaires sans aucune opposition. Et s’il meurt intestat, que les Vénitiens qui seront présents puissent s’entremettre dans toutes les affaires du défunt et faire ce que bon leur semblera. Et s’il meurt sans qu’aucun Vénitien ne soit présent, le sultan doit conserver les biens du défunt jusqu’à l’arrivée d’un messager muni de lettres, envoyé soit par le doge, soit par le baile d’Acre. Et que tous les Vénitiens soient saufs et sous la protection du sultan, sa vie durant et après. Et s’il advient qu’un Vénitien commette un vol ou un crime au dépend des sujets du sultan, les marchands de Venise ne devront en subir aucun tort. Ces choses ont été ordonnées par le sultan et Tomasino Foscarini, l’an susdit, à Alep, le douze du mois de septembre6. Ledit Tomasino demanda au sultan de lui donner un funduq au port de Lattaquié ainsi qu’une église et une cour. Et le sultan dit que cela n’était pas dans son pouvoir. Et ayant appris que l’émir de Lattaquié gouvernait cette terre au nom du sultan, il lui rendit visite et s’accorda avec lui pour que tous les Vénitiens soient saufs et protégés dans leurs biens et leur avoir, sur terre et sur mer, dans tout son district. Et au sujet de ce qu’ils payaient en ce lieu sur ce qu’ils achetaient et vendaient, c’est-à-dire huit pour cent, il fut établi et décidé qu’ils ne payeraient plus désormais que trois pour cent sur ce qu’ils vendent et sur ce qu’ils achètent. Quant à la somme de trois dirhams qu’ils avaient coutume d’acquitter, on doit n’en payer désormais que deux, et il doit mettre à notre usage la cour, le funduq, l’église, le bain et le four. Et si un navire fait naufrage dans son domaine, nos hommes et leurs biens seront protégés. Et à l’approche de la mort, on peut confier ses biens à qui on voudra. Et si quelqu’un meurt intestat, que les Vénitiens puissent s’entremettre dans ses affaires et faire ce que bon leur semblera. Et si aucun Vénitien n’est présent, le sultan doit protéger ses biens jusqu’à l’arrivée du messager du doge ou du baile d’Acre. Et si un Vénitien commet un vol ou un crime au détriment de ses hommes, nos marchands ne doivent en supporter aucun dommage à cette occasion. Semblablement, le seigneur de Saône établit avec Tomasino, qui se rendit auprès de lui muni des lettres du doge, que les hommes de Venise qui payaient dix dirhams par charge de poivre à la douane7 n’en payeront dorénavant que huit, et que lorsqu’ils payaient quatre et demi sur le coton (bambaxo), ils payeront désormais quatre. Et que tous les Vénitiens soient saufs et protégés sur mer et sur terre, dans leurs biens et leurs personnes, dans tout son district. Et si un navire des Vénitiens fait naufrage dans ses pays, que les personnes et les biens qui en réchappent soient saufs et protégés par lui. Et s’il advient que l’un des nôtres décède sur ses terres, que celui que le défunt aura désigné ait le pouvoir de s’entremettre dans toutes ses affaires et de les recouvrer de qui les détient sans aucune opposition. Et s’il meurt intestat que celui que les Vénitiens présents s’accordent à désigner s’occupe de la succession et recouvre tout l’avoir du défunt. Et s’il meurt dans ce lieu sans qu’aucun Vénitien ne soit présent, en cette occasion son avoir sera placé sous la garde du seigneur de Sâone qui devra le transmettre suivant les instructions que le seigneur doge ou le baile d’Acre lui feront savoir. Et si un Vénitien commet un crime contre ses hommes, nos marchands n’en doivent subir aucun dommage. Cela fut établi le 8 octobre, quatorzième indiction.

(C) Pacte entre Muzaffar al-Din de Sahyun et le doge de Venise (muharram 627/[20-30] novembre 1229)

Ceci est le pacte du seigneur Muzaffar al-Din (Methafardinus) de Sâone

6L’an du Seigneur 1229, en novembre, troisième indiction, à Saône. Ceci est le pacte du seigneur Muzaffar al-Din de Sâone, qu’il fit avec le très illustre seigneur Giacomo Tiepolo, par la grâce de Dieu doge de Venise, de Dalmatie et de Croatie, seigneur d’un quart et demi de toute la Romanie, dont la teneur est telle. Moi le susdit Muzaffar al-Din j’ai accordé ma confiance à tous les marchands vénitiens qui vont et viennent sur ma terre, de façon qu’ils soient saufs et protégés, à l’aller, durant leur séjour et au retour, sur toute ma terre d’Alep et sur toutes les terres où ils voudront aller, dans leurs personnes et dans leurs biens. Et je veux observer et respecter tout ce qui figure dans le pacte conclu par feu mon père avec tous les susdits marchands vénitiens. Et s’il advenait - ce que Dieu ne veuille - qu’un navire, petit ou grand, fasse naufrage sur mes côtes, les personnes et les biens doivent être saufs et protégés sans aucune contestation. S’il arrive qu’un Vénitien décède dans mes contrées après avoir dicté ses volontés, tout ce qu’il a ordonné vaut et doit être observé. S’il meurt intestat, que les Vénitiens qui se trouveront là puissent s’occuper de tous ses biens sans aucune contradiction. En l’absence de Vénitiens, moi, seigneur de Sâone, je dois conserver les biens du défunt susdit, jusqu’à ce que le seigneur doge ou le baile d’Acre m’envoie leurs lettres ; et ce que contiendront les lettres, je l’accomplirai. Si un litige survient entre Vénitiens, qu’ils se battent ou s’entretuent, ils doivent avoir le droit de régler cela entre eux, et personne d’autre. Pour une charge de chameau de poivre, ils doivent acquitter huit dirhams ; pour une charge ordinaire de poivre ils doivent acquitter six dirhams un quart ; pour une charge de chameau de coton (coton), ils doivent acquitter quatre dirhams ; pour une charge ordinaire de coton, c’est-à-dire une charge de mulet, trois dirhams moins un tiers. Et ceci fut fait au temps du très noble seigneur Giovanni Sucugullo, envoyé du glorieux seigneur doge de Venise. J’ai aussi écris ce pacte de ma propre main et je l’ai muni de mon seing, pour qu’il soit établi et dure perpétuellement. Fait durant le mois de muharram, l’an 627 de Mahomet.

(D) Pacte entre le sultan d’Alep et le doge de Venise (27 muharram 627/[16] décembre 1229)

  • 8 Le passage non traduit - une trentaine de mots dont la signification n’est pas établie - évoque de (...)
  • 9 A une trentaine de km au sud de Lattaquié.

7Au nom de Dieu éternel, amen. L’an du Seigneur 1229, mois de décembre, troisième indiction, à Alep. Ceci est le pacte du seigneur al-Malik al’Aziz, sultan d’Alep, qu’il fit avec notre glorieux seigneur Giacomo Tiepolo, illustre doge de Venise, dont la teneur est telle. Moi, susdit sultan, au temps de Giovanni Succugullo, envoyé du glorieux seigneur Giacomo Tiepolo, illustre doge de Venise, j’ai accordé ma confiance à tous les marchands vénitiens qui viendront des régions d’outre-mer et j’ai confirmé de mon autorité au glorieux seigneur Giacomo Tiepolo, par la grâce de Dieu doge de Venise, de Dalmatie et de Croatie, seigneur d’un quart et demi de toute la Romanie, le traité susdit, à savoir que tous lesdits marchands qui viennent dans mes contrées seront saufs, que leurs personnes et leurs biens seront en sûreté à l’aller, durant leur séjour et au retour, et que je dois les garantir et les protéger, de bonne foi et avec attention de tous ceux qui, placés sous mon pouvoir, voudraient leur nuire. Dans les ventes et les achats qu’ils font, je dois m’en tenir aux droits, de sorte que chacun leur applique le plus bas des prix forts ; et je fais ceci afin que les susdits marchands viennent plus volontiers dans mes contrées avec leurs marchandises. J’ai donc établi à leur intention que, sur tous les produits qu’ils vendront ou achèteront à Alep, ils doivent acquitter six pour cent, à l’exception du coton pour lequel on paiera à la charge. De toutes les marchandises qu’ils apporteront avec eux de Venise, ils sont tenus de donner de la même façon six pour cent (...)8. En outre, pour toute marchandise dans le funduq qui est situé à l’extérieur de la cité, ils doivent un demi dirham de péage au Pont. Je leur fais une remise d’un dirham sur la charge de chameau pour le poivre, de sorte qu’ils doivent acquitter neuf dirhams audit Pont pour la susdite charge de poivre ; je leur remets aussi un dirham de ce qu’ils devaient aussi payer sur la charge de mulet ; pour le coton, je leur remets un demi dirham de ce que j’avais coutume de prélever sur la charge de chameau, en sorte qu’il en reste quatre. Et ils doivent donner pour toutes les marchandises qu’ils apportent avec eux de Venise comme pour le poivre, et pour le cuivre, comme pour le coton. Si un marchand vénitien décède dans mes contrées, et qu’il avait fait son testament, tout ce qu’il avait établi vaudra sans aucune contestation. S’il meurt intestat et que des Vénitiens sont présents, qu’ils aient la capacité de s’entremettre sans aucune opposition dans les biens dudit intestat ; toutefois, que ceux qui reprendront ces biens remettent des lettres au sultan attestant qu’ils ont reçu lesdits biens dudit intestat. Si quelqu’un décède et qu’il ne se trouve aucun Vénitien en mesure de se charger de la succession, le sultan doit conserver lesdits biens du défunt susdit, jusqu’à ce que lui parvienne une missive du seigneur doge de Venise ou du baile d’Acre ; on mettra alors à exécution les instructions contenues dans ladite lettre sans aucune opposition. Au Pont, je leur ai promis de faire un funduq pour les héberger. A Lattaquié aussi, ils doivent avoir une église, un funduq, une cour de justice, un baile et un four ; et à Alep de même, un funduq, une cour de justice et un baile. S’il advient qu’un litige oppose des Vénitiens ou qu’entre eux ils se blessent ou se tuent, leur baile et lui seul doit avoir le pouvoir de juger. De même, j’ai établi pour eux que, chaque semaine, le lundi, un émir rendra justice au bureau de toutes les plaintes qu’ils feront ; je leur ai concédé présentement Berardinus Maomedar. Et s’il advenait - ce que Dieu ne veuille - qu’un navire ou une quelconque embarcation fasse naufrage à Lattaquié ou Gabala9 ou dans l’une de mes contrées, leurs personnes et leurs biens doivent être saufs et garantis sans aucune opposition. Si un ou plusieurs Vénitiens accomplissaient des vols et du pillage dans mes pays, que les marchands qui se trouveront chez moi ne subissent ni dommage ni entrave en rétorsion. Ce traité et ce statut, je l’ai établi pour eux pour toujours. Et je veux et j’ordonne que tous mes amiraux et que le ou les bailes qui examineront le traité que j’ai fait et que j’ai confirmé au sujet des susdits Vénitiens, lui prêtent foi et l’observent fermement. Afin qu’il soit plus sûrement reconnu et appliqué par mes hommes, j’ai ordonné de le protéger de mon honorable seing et de celui de l’honorable atabeg. Ce traité fut fait le 27ème jour du mois de muharram, l’an 627 de Mahomet.

(E) Confirmation des privilèges faits aux Vénitiens (1er septembre 1254-28 février 1255)10

Ceci est le pacte fait par le sultan d’Alep à la requête de noble Jean Secret (Iohannes Secreto), l’an du Seigneur 1254, treizième indiction11

  • 11 Seule cette première phrase est en latin.
  • 12 « Prisier », estimer.
  • 13 Devoir.
  • 14 Baillis.
  • 15 Brève lacune du manuscrit.
  • 16 Grand sceau.

8A [esté] comandé par le haut comandement seignori le soltan - Dex acreisse sa hautece et doble les sostenances de ses mandemens -, de mener les marcheans de Veneise sur lor durable usance et lor ferme costume de venir et d’aler en nostre terre, ne que l’on doie changier nule costume, ne renoveler sur els nul jugement ; mais que il soient ferme sur lor usance coneue et lor privée costume, seguont ce qui est és privileges honorés que il ont de nos en lor mains ; o l’acreissement que il partiront d’els honorer en nostre terre et d’els pusièr12 en toç noç reaumes et bonté perdurable et otrei ferme ; la quele chose seit clere et ne se deit trobler ne ne se deit changier a la longuesse des jors. Et le chemin13 de toç cels qui cest present escrit verront, des amirails et des bailliç, et de cels qui sunt en leut d’els, generalment de receveir cest comandement et de faire ce qui i contient, et trestoç cels qui venront de par els, honorer et pusièr et adier à lor vente et à lor achat, et de prendre ce que il deivent de la dreiture, si come l’usance est corue, sanç nul creissement de nule chose terrene ; et toç jors seit le regart des billiç14 de salver ce que il auront []15 com il serunt en nostre terre au venir et al aler, par quei il puissent entrer et issir salvement o quant que il auront. Por ce que cels qui venrront de cele partie puissent estre sauf et segurs ; et por ce que il sachent ceste chose, fu ce confermé del confermement del haut seignal16.

(F) Lettre du sultan d’Alep au doge de Venise (1er septembre 1254 - 28 février 1255)

  • 17 Le sultan al-Nasir Yusuf porte le laqab de son grand-père : salah al-dunya wa 1-din.
  • 18 Inclination.

9Le soltan le melec el Nasser, salech el dunie cu eldin17, reçut les letres qui vindrent de par le duc, le noble, le grant, le vigoros, le pros, le hardi, le sosteneor des leis de Jhesu Christ, la gloire del peuple de nostre Seignor, l’avanceor des generacions de la crois, le honor de partie des Frans, l’apoieor des enfans del baptesme, le victorien des enfans de Crestienté - Dex alonge le terme de sa vie, et asemble les cuers sur s’amistance et parolent les lengues de son los et de son gré, et toç ens seit s’amistance honoree et sa grace multepliee ! -, et l’entendimes loant s’amor, remembrant s’amistié, maintenant s’acointance, delitant delivrement des dettes que nos avons en s’amor. Et seumes ce que il manda disant en eles de son pendement18 envers nos, et de la fiance que il a en nos ; et le mercions de cest revisitement que nos receumes et de l’amistié, que il a en nos la quale nos tenons à grant repos. Si vint son message, le chier, le gentil, le prisié sire Johan Secret - Dex le face durable ! -, et se presenta en noç mains, et nos retraist par boche son enchargement, et seumes les entreseignes de l’amor qui i conteneit et la reconoissance de sa clere amistié ; si que nostre los dobla en sa clere amor et nostre volenté en s’amistié ; dont nos li avons retrait le respons et fait sa besoigne. Et le duc - Dex le face durable ! -, nos revisite de ses lettres, et nos esjoisse de ses besoignes et de ses servises ; et Dex le haut le face durable de sa longue vie, et son fait seit loe en totes choses !

10Textes traduits du vénitien (A, B), et du latin (C, D) par JeanLouis Gaulin, d’après les éditions de G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, Urkunden zur alteren Handels-und Staatsgeschichte der Republik Venedig mit besonderer Beziehung auf Byzanz und die Levante, II-III, Vienne, 1856-1857 (Fontes rerum Austriacarum, ser. II, 13), no CLXXXV, CCLXX, CCLXXV, CCLXXVI, CCCLII et CCCLIII, et Μ. Pozza, I trattati con Aleppo, 1207-1254, Venise, 1990 (Pacta veneta, 2), doc. no 1-6. Les documents E et F, dont la graphie a été respectée sauf rares exceptions, ont été publiés en premier lieu par L. de Mas-Latrie, « Documents français de l’an 1254 émanant du sultan d’Alep », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 2, 1851, p. 527-530.

Bibliographie

Bibliographie

Claude Cahen, La Syrie du nord à l’époque des croisades et de la principauté franque d’Antioche, Paris, 1940, p. 487-500.— Id., Orient et Occident au temps des croisades, Paris, 1983, chap. 15-16 ; Anne-Marie Eddé, « Les relations commerciales entre Alep et Venise au VIIe /XIIIe siècle », Revue des Etudes Islamiques, LIX, 1991, p. 165-186. — Eadem, La principauté ayyoubide d’Alep (579/1183-659/1260), Stuttgart, 1999 (Freiburger Islamstudien, XXI). —W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen-Âge, vol. 1, Leipzig, 1885, réimp. anast. Amsterdam, 1959, p. 372-378. — R. S. Humphreys, From Saladin to the Mongols. The Ayyuhids of Damascus, 1193-1260, New-York, 1977, p. 155-192. — David Jacoby, « L’expansion occidentale dans le Levant : les Vénitiens à Acre dans la seconde moitié du treizième siècle », Journal of Medieval History, 3, 1977, p. 225-264, réimp. dans Id., Recherches sur la Méditerranée orientale du XIIe au XVe siècle. Peuples, sociétés, économies, Variorum Reprints, 1979, no VII ; Id., Les Italiens en Égypte aux XIIe et XIIIe siècles : du comptoir à la colonie ?, dans Coloniser au Moyen Âge, sous la dir. de M. Balard et A. Ducellier, Paris, 1995, p. 76-89. — Gerhard Rôsch, Il « gran guadagno », dans Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima. II L’età del comune, sous la dir. de G. Cracco et G. Ortalli, Rome, 1995, p. 233-261. — A. Schaube, Handelsgeschichte der romanischen Volker des Mittelmeergebiets bis zum Ende der Kreuzzüge, Munich-Berlin, 1906, p. 213-214.

Notes

1 L’année 604 de l’hégire correspond à la période du 28 juillet 1208 au 15 juillet 1208.

2 Le texte vénitien « Eo re aparisente Gasi, lo verer de lo mondo e de liale, padre viturial alii, figlio de lo re viturial Iosep, filius Iop » reproduit globalement la titulature du souverain ayyoubide, à l’exclusion toutefois des références à la lutte contre les croisés (on pourra comparer avec une inscription de 1207-1208 publiée dans le Répertoire chronologique d’épigraphie arabe, sous la dir. de E. Combe, J. Sauvaget et G. Wiet, t. X, Le Caire, 1939, no 3630 A). La principale anomalie est l’expression « padre viturial alii » pour rendre la kunya et l’ism AbulMuzaffar al-Ghazi (al-Ghazi, père du victorieux).

3 Monte Cesfam : Gisr Kasfahan, actuellement Gisr al-Shughur, près de l’Oronte.

4 Un espace blanc.

5 Un espace blanc.

6 « doex », que l’on peut aussi comprendre : le deux du mois de septembre.

7 Le mot utilisé est triçaria.

8 Le passage non traduit - une trentaine de mots dont la signification n’est pas établie - évoque des taxes mineures sur les draps, les soieries et les épices.

9 A une trentaine de km au sud de Lattaquié.

10 Ce document et le suivant sont postérieurs au 1er septembre 1254 (début de la treizième indiction) ; l’ante quem peut être fixé au 28 février 1255, en admettant que le style utilisé soit celui de Venise.

11 Seule cette première phrase est en latin.

12 « Prisier », estimer.

13 Devoir.

14 Baillis.

15 Brève lacune du manuscrit.

16 Grand sceau.

17 Le sultan al-Nasir Yusuf porte le laqab de son grand-père : salah al-dunya wa 1-din.

18 Inclination.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540