Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

55. La prise de Constantinople en 1204 par les Francs vue par Ibn al-Athîr

Volltext

1Ce récit, relativement précis et très vivant du sac de Constantinople par les Croisés, montre la répugnance des historiens musulmans envers la violence inutile contre des civils et des hommes d’église (prêtres non combattants, ce qui n’est pas le cas des Templiers et des Hospitaliers qu’ils craignent et qu’ils haïssent).

  • 1 L’auteur confond les Comnènes et les Anges.

2Cette année-là [600], en sha‘bân (avril-mai 1204), les Francs s’emparèrent de Constantinople aux dépens des Byzantins. Ils firent disparaître le pouvoir de ces derniers sur la ville. La cause en fut que le souverain des Byzantins avait épousé la sœur du roi de France (malik ifransîs) qui est un des grands rois francs. Il eut d’elle un enfant mâle, puis un frère de cet Empereur se rebella contre lui et s’en empara. Il régna à sa place, et, lui ayant fait crever les yeux, l’emprisonna. Le fils du souverain déchu prit la fuite et alla auprès de son oncle maternel chercher du secours contre son oncle paternel1. Cela se déroulait alors qu’un grand nombre de Francs s’étaient réunis afin de mener une incursion en Syrie afin de délivrer Jérusalem des musulmans. Ils emmenèrent avec eux le fils du souverain déchu. Ils marchèrent sur Jérusalem, voulant régler le conflit entre son oncle et le jeune homme qui n’avait d’autre ambition que cela. Mais, quand ils approchèrent, l’oncle sortit de la ville à la tête de l’armée byzantine pour les combattre. La guerre s’engagea entre eux en radjah de l’année 599(mars-avril 1203), les Byzantins prirent la fuite. Ils rentrèrent en ville et les Francs entrèrent avec eux. Le souverain des Byzantins prit la fuite dans une province frontière de l’empire. D’autres disent que l’Empereur ne combattit pas les Francs en dehors de la ville et que, simplement, ceux-ci l’assiégèrent.

  • 2 En utilisant les engins de projection du feu grégeois, arme dans laquelle excellaient les Byzantin (...)

3Dans la cité se trouvaient des Byzantins partisans du jeune fils, qui lancèrent le feu en ville2. Cela causa du souci aux habitants qui ouvrirent une des portes de la ville par laquelle s’engouffrèrent les Francs. L’Empereur prit la fuite. Les Francs désignèrent ce fils comme souverain mais il ne détenait en réalité aucun pouvoir. Ils firent sortir de prison son père. En fait, seuls les Francs exerçaient l’autorité dans la ville. Ils imposaient de lourdes exigences aux habitants, leur réclamant de l’argent plus qu’ils ne pouvaient en verser. Ils s’emparèrent de l’argent des marchands et de ce qu’on pouvait trouver comme or monnayé ou en lingot, et d’autres choses encore. Ils arrivèrent à en arracher [le métal précieux] qui était sur les croix, sur les icônes du Messie, sur lui soit le salut, et celles des Apôtres, et également ce qui se trouvait sur les Évangiles. C’était insupportable pour les Byzantins. Ils le ressentaient comme un crime affreux dont ils incriminèrent le jeune fils de l’Empereur qu’ils tuèrent. Ils chassèrent les Francs hors de la cité et barricadèrent les portes. Cela se passait en djumâdâ I de l’année 600 (janvier-février 1204). Les Francs s’installèrent à l’extérieur de Constantinople et ils assiégèrent les Byzantins qu’ils combattirent sans discontinuer, de jour comme de nuit. Les Byzantins étaient très affaiblis. Ils envoyèrent un message demandant du secours au Sultân Rukn al-dîn Sulaymân b. Qilidj Arslân, le maître de Qûniya et d’autres provinces, mais celui-ci ne put rien faire.

4Dans Constantinople, nombre de Francs s’étaient installés, près de trois mille, pourtant, vu l’immensité de la cité, leur présence ne se remarquait pas et ils se concertèrent avec les Francs se trouvant à l’extérieur. Ils attaquèrent à l’intérieur de la ville et lancèrent le feu, déclenchant un deuxième incendie qui consuma environ un quart de la superficie de la cité. Puis, ils ouvrirent les portes de la ville ; [leurs compagnons] entrèrent et passèrent les Byzantins au fil de l’épée, trois jours durant. Ils massacrèrent les Byzantins et pillèrent leurs biens. Tous les Byzantins furent soit tués soit ruinés, ne possédant plus rien. Un groupe de grands notables byzantins entra dans la plus grande église, celle qu’ils nomment Sûfyâ. Les Francs s’approchèrent et un groupe de prêtres, d’évêques et de moines sortit à leurs devants, tendant dans leurs bras les Évangiles et la croix ; ces deux objets devaient être leurs intercesseurs auprès des Francs afin qu’ils les épargnassent. Les Francs ne se détournèrent pas pour si peu, ils les tuèrent tous et pillèrent l’église.

  • 3 Nicée et Lazique.

5Il y avait là trois souverains (mulûk) : le Duc de Venise (dûqs al-banâdiqa) était le maître de la flotte de mer et c’était sur ses navires que les Francs avaient fait voile sur Constantinople, c’était un vieillard aveugle, quand il montait à cheval, c’était le cheval qui le guidait ; le second était désigné comme le marquis (al-markîs), c’était le chef des Francs (Boniface de Montferrat) ; quant au dernier, on le désignait comme Kund Afaland (Comte de Flandre ?), c’était lui qui menait le plus gros contingent. Lorsqu’ils furent maîtres de Constantinople, ils tirèrent au sort le royaume [de Byzance] ; le sort fut favorable à Kund Afaland, ils tirèrent au sort une seconde fois, puis une troisième fois, le sort lui fut toujours favorable, alors ils lui confièrent le royaume. Allâh donne ce royaume à qui Il veut, et le sort est favorable à qui Il veut. Quand le sort lui fut favorable, ils en firent le souverain de Constantinople et des territoires environnants. Au Duc de Venise, revenaient les îles au milieu de la mer, comme l’île de Crête et l’île de Rhodes (Rûdus) et d’autres que ces deux-là. Quant au marquis des Francs, il reçut les territoires situés à l’est du Golfe (Mer de Marmara) comme Iznîq et al-Lazîq3.

  • 4 Théodore Ier Laskaris, empereur de Nicée (1204-1222).

6En fait aucun ne réussit à mettre la main sur quoi que ce soit, sinon celui à qui avait été attribué Constantinople. Les Byzantins qui se trouvaient dans le reste des territoires refusèrent de les livrer aux deux autres. Quant aux territoires qui avaient appartenu au souverain de Constantinople et qui se trouvaient à l’est du Golfe, au voisinage du territoire de Rukn al-dîn Sulaymân b. Qilij Arslân et où se trouvaient Iznîq et al-Lazîq, un patrice parmi les plus puissants patrices des Byzantins, du nom de Lashkarî4, s’en empara et les détient jusqu’à aujourd’hui.

7Ibn al-Athîr, Al-kâmil fl l-tâ’rîkh, éd.Tornberg, Beyrouth, 1966, tome XII, p. 190.

Anmerkungen

1 L’auteur confond les Comnènes et les Anges.

2 En utilisant les engins de projection du feu grégeois, arme dans laquelle excellaient les Byzantins et les musulmans.

3 Nicée et Lazique.

4 Théodore Ier Laskaris, empereur de Nicée (1204-1222).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Freemium

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site