Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

53. Lettres d’innocent III aux Siciliens

Texte intégral

1La condition de la population musulmane demeurée nombreuse en Sicile après la conquête normande s’est dégradée lentement au cours du XIIe siècle. Certes, si, comme le rappelle - pour s’en étonner - Ibn Djubayr, qui séjourna dans l’île fin 1184-début 1185, la tolérance religieuse subsiste à peu près, il n’en va pas de même du statut économique et social (aggravation de la dépendance des paysans musulmans vis-à-vis des maîtres du sol chrétiens, laïcs ou ecclésiastiques ; désagrégation de la société musulmane urbaine ; position de plus en plus difficile des cadres de cette société face à l’administration et à l’aristocratie normandes ; conversions plus ou moins forcées, etc.). Des révoltes avaient éclaté à plusieurs reprises notamment dans l’est de la Sicile, entraînant l’abandon de cette partie de l’île par les musulmans qui se concentrèrent davantage à l’ouest dans les régions montagneuses entre Palerme et Agrigente. En retour, un véritable pogrom frappa ceux-ci en 1160.

2La très grave crise que connut la Sicile durant une vingtaine d’années après la mort de Guillaume II (1189) fut l’occasion de nouvelles révoltes qui éclatèrent dès 1190 et que Tancrède (1190-1194) eut beaucoup de mal à réduire. Elles reprirent après l’intermède du règne d’Henri VI (1194-1197) dans un contexte qui dépasse le seul cadre du royaume. Deux partis se disputent alors le pouvoir. Le parti « normand », autour de la reine Constance, tante du feu roi Guillaume II et veuve de l’empereur Henri VI ; celle-ci entend borner ses ambitions au seul royaume, qu’elle veut préserver pour son jeune fils Frédéric âgé alors de quatre ans, et qu’elle fait couronner roi à Palerme en 1198 ; c’est aussi le parti que soutient le pape, qui entend exercer son droit de suzeraineté et qui est fort peu soucieux de voir perdurer le vaste empire germano-italien d’Henri VI. Cette même année 1198, à la mort de Constance, le nouveau pape, Innocent III, prend en mains les destinées du royaume au nom du jeune Frédéric. De son côté, le parti « germanique » entend bien poursuivre la politique d’Henri VI : maintenir le royaume de Sicile dans l’orbite de l’empire et en assurer le gouvernement. Constitué de barons venus en Italie avec le défunt empereur, et que celui-ci avait installés dans la péninsule, il a alors à sa tête Markwald d’Anweiler, ministérial devenu duc de Ravenne et marquis d’Ancône par la faveur impériale. Malgré les efforts d’innocent III, celui-ci parvint à s’assurer le contrôle de la Terre Ferme, et passa en Sicile fin 1199. Il se rallia les musulmans, qui voyaient en lui un adversaire des barons normands qui les opprimaient. Il y avait là, aux yeux d’innocent III, un danger d’autant plus grave que, du fait de leur concentration géographique et du renforcement de leur cohésion interne, les musulmans représentaient une capacité de nuisance considérable (razzia jusqu’aux portes de Palerme par exemple) : ils pouvaient constituer, par le recours à la révolte permanente, un « état insurgé » - pour reprendre l’expression de H. Bresc - encadré par des gayti (de l’arabe qâ’id), notables ruraux que l’administration normande avait jusqu’alors employés. Les trois lettres ci-dessous rendent bien compte de l’inquiétude du pontife.

1. Lettre d’innocent III aux nobles et au peuple de Sicile (24 novembre 1199)

3Aux nobles comtes, barons, citoyens et à tous ceux qui sont établis en Sicile.

4Parce que les actions les plus récentes de Markwald sont pires que les premières, parce qu’il conspire non seulement contre le royaume de Sicile, mais contre presque tout le peuple chrétien, parce qu’il s’est transformé contre vous en un autre Saladin, sa malice prétend porter témoignage de la vérité, bien qu’aucune vérité ne soit en lui.

5A son arrivée, il s’est associé à certains Sarrasins contre le roi et les chrétiens et il a demandé leur aide. Et afin d’exciter davantage leurs esprits à la ruine des nôtres et d’accroître leur soif, il a déjà souillé de sang chrétien leurs gosiers et il a livré à leur volonté par la violence des femmes chrétiennes captives. La cause du Roi des rois, à défaut de celle du roi enfant, ne l’émouvrait-elle pas, et l’injure faite au crucifix ne le toucherait-t-elle pas ? Qui ne se révolterait contre un tel personnage, qui se dresse contre tous et s’allie aux ennemis de la croix, afin d’affaiblir la foi de la croix, et qui, devenu un infidèle inférieur aux infidèles-mêmes, s’efforce de soumettre les fidèles ? Animés du zèle de la loi divine, hâtez-vous de vous armer avec Pinhas afin de frapper d’un seul coup d’un seul glaive le Juif se tournant vers la Madianite ainsi que cette dernière, et de défendre l’honneur du royaume de Sicile, qu’en défendant vous renforcerez dans la religion de la foi. Bien que nous ayons été disposés à aimer et à maintenir les Sarrasins, s’ils demeuraient dans la fidélité au dit roi, et à accroître pour eux les bonnes coutumes, cependant, nous ne voulons ni ne devons les soutenir, alors qu’avec Markwald, ils machinent la perte du royaume.

6Nous avertissons donc votre communauté, nous l’exhortons dans le Seigneur et vous enjoignons en rémission des péchés de vous lever utilement et avec force au nom du Dieu des armées contre ledit Markwald, ennemi de Dieu et de l’Église, persécuteur du roi, et par là tout simplement adversaire de la religion chrétienne, dont il est l’ennemi intime, et cela sans crainte devant la face (de Dieu], puisque, à partir du moment où il s’est éloigné de Dieu, de nombreux maux se sont abattus sur lui, puisque Dieu s’est retiré de lui et ne veut pas davantage laisser le pouvoir du pécheur agir sur le sort des justes. Quant à nous, observant la perfidie de Markwald qui, comme il n’a pu jusqu’ici l’emporter avec les chrétiens, s’efforce d’opprimer, comme nous l’avons dit, les chrétiens avec l’aide des Sarrasins, nous accordons à tous ceux qui marcheront contre ces gens qui persistent dans leur iniquité le même pardon des péchés que celui que nous concédons à ceux qui passent la mer pour la défense de la terre d’Orient : par la Sicile, en effet, il sera possible de porter plus facilement secours à la Terre Sainte, pour laquelle si, ce qu’à Dieu ne plaise, elle tombait au pouvoir des Sarrasins, il ne subsisterait alors aucune certitude de récupérer la province de Jérusalem [...].

7O. Hageneder, W. Malaczek, A.A. Strnad (éd.), Das Register Innocenz III., t. II, 2. Pontifikatsjahr : Texte, Rome-Vienne, 1979, p. 411-414.

2. Lettre d’innocent III aux Sarrasins de Sicile (25 novembre-10 décembre 1199)

8À tous les Sarrasins établis en Sicile. Qu’ils demeurent dans l’attachement envers nous et dans la fidélité due au roi.

9Nous avons entendu dire, et nous nous en réjouissons, que vous avez conservé jusqu’à présent et observez désormais la rigueur de vos coutumes, de sorte que vous avez maintenu, selon vos usages, la foi que vous avez manifestée à vos seigneurs, que vous la conservez intacte, et que vous ne serez jamais amenés à la trahir ; et nous souhaitons que cela se manifeste avec évidence dans l’affaire de Markwald, afin qu’il ne puisse ni vous séduire par des promesses, ni vous détourner par des menaces ou la violence, et qu’ainsi vous persisterez loyalement dans la fidélité à notre très cher fils dans le Christ, Frédéric, illustre roi de Sicile, et que vous résisterez fermement et puissamment aux entreprises dudit Markwald. Vous avez de la force grâce à ce discernement dans les affaires temporelles, ce qui fait que, distinguant les choses bonnes des mauvaises et les meilleures des bonnes, et ayant méprisé et rejeté les pires, vous choisissez les meilleures. Vous connaissez, comme nous le croyons, par ouïe dire la mansuétude du siège apostolique, qui résiste aux orgueilleux et accorde sa reconnaissance aux humbles et aux soumis. Vous connaissez par expérience la tyrannie de Markwald qui n’épargne que ceux auxquels il ne peut nuire, mais se déchaîne d’autant plus contre les soumis que ceux-ci cherchent à s’humilier davantage devant lui : rendant le mal pour le bien, donnant en retour la haine pour l’amour, comme cela apparaît à l’évidence dans ses actes. Vous savez aussi comment, s’agissant de ceux à l’appel desquels il était entré avec son seigneur dans le royaume et grâce à la trahison desquels il avait occupé toutes les places fortes du royaume et bientôt le royaume tout entier, il les aura non seulement spoliés de tous leurs biens, mais bien plus, sévissant contre les personnes, il les aura envoyés en exil et les aura aussi fait mutiler. Vous avez entendu, vous avez vu sa cruauté : comment il a fait précipiter des prêtres et d’autres dans la mer, comment il en a livré beaucoup aux flammes, comment il a fait flageller tous et chacun. Nous croyons que vous avez compris et tenez pour assuré que si son œil n’a pas épargné les chrétiens, il n’épargnera pas non plus les Sarrasins, contre lesquels il sévira d’autant plus volontiers qu’il croira rendre à Dieu un service plus grand en répandant le sang des païens. Lui qui a conspiré contre son seigneur et le fils de son seigneur, qui l’a relevé de la poussière et tiré de la fange, et qui s’efforce de le priver de son héritage maternel, maltraitera plus sévèrement les nations étrangères, et surtout celles qui suivent d’autres usages et d’autres rites : il enivrera ses flèches de leur sang, il nourrira son glaive de leur chair. Et lui qui a arraché à l’encontre du salut de son âme les dépouilles des chrétiens, si par violence ou par astuce, il était en mesure de vous en imposer par la force ou par la ruse, alors il épuiserait complètement vos richesses et les donnerait aux siens comme butin. Et il est sûr qu’il n’observerait ni les serments ni les promesses qu’il vous aurait faits, lui qui n’a pas respecté le serment qu’il nous a fait publiquement. Comprenez donc ceux qui comprennent la vérité, et, persévérant dans les coutumes de vos ancêtres et dans la constance de votre fidélité, ne vous soumettez pas ni vous ni vos enfants à son joug qui, même s’il paraît léger au début, n’en détruira pas moins à la fin le cou de ceux qui le supportent ; et le regret serait vain et inutile, après que le cancer se serait insinué dans les parties vitales. Vous devez songer que, au moment où de nombreux princes et une grande multitude de peuples ayant pris la croix s’apprêtent à passer la mer, s’il arrivait que vous suiviez Markwald, et que celui-ci se lie à vous contre le roi enfant, alors ils tourneraient leurs armes contre vous. Et Markwald, comme il ne pourrait résister à leurs forces, chercherait de son plein gré ou contraint à les apaiser par votre sang, et rachèterait sa propre vie par votre mort.

10Nous avertissons donc votre communauté, nous lui conseillons et nous l’exhortons, lui mandant formellement par lettre apostolique à vous adressée, qu’en imitant dans cette affaire la constance de vos ancêtres, en ne cherchant pas à être ingrats vis-à-vis des bienfaits que les rois de Sicile vous ont accordés, comme de la mansuétude du siège apostolique qui non seulement veut vous maintenir dans de bonnes coutumes, mais aussi les accroître, vous persistiez dans notre attachement et dans la fidélité au roi, et que vous ne croyiez pas aux promesses et mensonges de Markwald, qui promet seulement pour abuser, et qui abuse pour pouvoir vous soumettre à sa tyrannie. Nous dirigeons vers le royaume, avec une armée nombreuse pour votre défense et sa défaite, notre très cher fils C(intius) cardinal-prêtre de Saint-Laurent-in-Lucina, nos vénérables frères les archevêques [Anselme] de Naples et [Angelo] de Tarente et nos chers fils les nobles Ja(cques) maréchal et O(don) de Palumbaria, nos parents. A leur vue, Markwald ne pourra, Dieu aidant, résister, et lui et tous ses partisans et fauteurs seront foulés aux pieds. Nous avons assigné très fermement par précepte au dit légat et à tous nos envoyés qu’ils vous défendent et vous maintiennent, et qu’ils se préoccupent d’accroître les bonnes coutumes.

11Donné au Latran.

12Ibidem, p. 421-423.

3. Lettre d’innocent III aux gayti et aux Sarrasins de Sicile (12 septembre 1206)

13Au qadi et à tous les gayti à Entella, Platani, Iato, Celsi et à tous les gayti et les Sarrasins établis en Sicile. Connaître et aimer la vérité, qui est Dieu.

14Nous nous réjouissons grandement et nous louons grandement la sincérité de votre foi, parce que, bien que vous ayez été circonvenus jusqu’à présent de bien des manières et de nombreuses fois, cependant, par la grâce de celui qui n’écarte personne de sa miséricorde, ce dernier a agi miséricordieusement en vous, de manière à ce que vous ne puissiez succomber à ces tentations, et à ce que vous ne vous éloignez pratiquement pas de la constance dans la fidélité que vous avez envers votre seigneur, notre très cher fils Frédéric, illustre roi de Sicile. Puisque le temps est proche où ce même roi, qui grâce à Dieu grandit en âge et en sagesse, reconnaîtra les aspirations désespérées de ceux qui attendent sa paix, et sachant condamner le mal et choisir le bien, il pourra répondre à chacun selon ses mérites, nous avertissons avec soin votre communauté et l’exhortons - remarquant que le bien devient inutile si on l’abandonne avant la fin et que c’est en vain qu’il court vite celui qui abandonne avant d’atteindre le but - à persister ainsi dans la pureté de sa foi, parce que, avec la permission de Dieu, vous pourrez couronner les difficultés et les peines que vous avez endurées jusqu’à présent avec une persévérance louable à cause de la fidélité due au roi ; et ledit roi qui pourra très bientôt rétribuer dignement selon nos conseils les peines de ses fidèles, augmentera d’autant plus la récompense de votre fidélité qu’il lui apparaîtra qu’elle lui a été conservée par votre bonne volonté et notre sollicitude, nous qui entendons bien répondre par nous-même comme par lui-même à votre zèle par des récompenses équivalentes.

15P.L., t. 215, c. 985.

Bibliographie

Bibliographie

M. Amari, Storia dei Musulmani di Sicilia, Florence, 1854, 2e éd. revue par C. Nallino, Catane, 1933-1939.— H. Bercher, A. Courteaux, J. Mouton, « Une abbaye latine dans la société musulmane : Monreale au XIIe siècle », Annales E.S.C., 1979, p. 526-547.— H. Bresc, « De l’État de minorité à l’État de résistance : le cas de la Sicile Normande », État et colonisation au Moyen Age (dir. M. Balard), Lyon, 1989, p. 331-346.— P. Racine, L’Occident chrétien au XIIIe siècle. Destin du Saint-Empire et de l’Italie, Paris, 1994.— G. Galasso (dir.), Storia d’Italia, t. III, Il Mezzogiorno dai Bizantini a Frederico II, Turin, 1983.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540