Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

52. Deux bulles pontificales de Célestin III à l’archevêque de Tolède (1192 et 1196)

Texte intégral

1La conversion des musulmans ne commence à intéresser les autorités ecclésiastiques occidentales qu’au XIIIe siècle. Dans la péninsule Ibérique, ces préoccupations apparaissent avec les écrits de Raymond Lull ou ceux du catalan Raymond de Penyafort, éminent juriste de la chrétienté et maître de l’ordre des Dominicains.

2Auparavant, la conversion des infidèles paraît secondaire : c’est plutôt la situation des chrétiens vivant en terre d’Islam qui intéresse les autorités ecclésiastiques. À la fin du XIIe siècle, alors que la papauté se tourne de plus en plus vers la frontière ibérique contre l’Islam, le pape recommande à Martin de Pisuerga, archevêque de Tolède et primat d’Espagne, d’envoyer un missionnaire bilingue en terre musulmane, non pour faire du prosélytisme auprès des « infidèles », mais pour servir les communautés chrétiennes de plus en plus nombreuses qui s’y trouvent. En effet, si l’on peut considérer qu’à partir du milieu du XIIe siècle les Mozarabes ont totalement disparu d’al-Andalus, en revanche, déplacés au Maroc par les Almoravides, ils forment là quelques groupes assez importants. Par ailleurs, le dynamisme commercial des chrétiens a ouvert les pays d’Islam aux marchands et navigateurs pisans, génois, catalans ou aragonais qui s’installent et ouvrent des comptoirs dans les villes portuaires du monde musulman.

3Enfin, depuis le XIe siècle, le nombre de mercenaires chrétiens au service des princes musulmans augmente. À l’époque des taifas, des chrétiens participent déjà aux luttes qui opposent entre eux les différents roitelets d’al-Andalus, puis des mercenaires, comme le catalan Reverter, entrent au service des Almoravides qui les envoient se battre au Maghreb sur la frontière méridionale de leur Empire. Au XIIe siècle, cette pratique continue : en 1173, lorsque des trêves sont passées par le Portugal et le León avec les Almohades, Giraldo Sempavor, le « Cid portugais » entre au service du calife Yûsuf Abû Ya‘qûb et part au Maroc avec 350 de ses hommes. Pedro Fernàndez, quant à lui, qui apparaît dans le second texte, appartient à la grande famille des Castro ; après avoir lutté en vain contre la famille des Lara pour obtenir la régence du royaume de Castille pendant la minorité d’Alphonse VIII (1158-1166), il passe au service du calife Yûsuf Abû Ya‘qûb et organise le rapprochement entre le royaume de León et l’Empire almohade (1169).

4Cette alliance se traduit en particulier par une importante collaboration militaire : des régiments almohades apportent leur soutien aux troupes léonaises jusqu’en Asturies, sur la frontière septentrionale du royaume de León avec la Castille. Cette aide musulmane permet au León de compenser sa faiblesse face au puissant voisin castillan et de défendre ses droits territoriaux face au jeune et dynamique royaume de Portugal. Malgré la reprise de la guerre entre le León et l’Empire almohade entre 1173 et 1178, puis en 1183, le rapprochement entre les deux pouvoirs dure jusqu’au début du XIIIe siècle et contribue à expliquer la non-participation du souverain léonais à la croisade de Las Navas de Tolosa en 1212.

5À la fin du XIIe siècle, le pape prodigue tous ses efforts pour instaurer la paix entre les différents royaumes chrétiens de la péninsule Ibérique ; en effet des conflits permanents opposent d’une part la Navarre à la Castille et à l’Aragon, d’autre part le León à la Castille et au Portugal. Aussi les légats du pape, ou ses représentants sur place comme l’archevêque de Tolède, interviennent-ils de plus en plus en souvent dans la Péninsule, enjoignant aux autorités ecclésiastiques de favoriser la lutte contre l’Islam ou menaçant d’excommunication les souverains récalcitrants. Or en 1196, Alphonse IX de León fait de nouveau appel à des troupes musulmanes pour harceler la Castille qui vient d’être gravement défaite, l’année précédente, par le calife almohade al-Mansûr à la bataille d’Alarcos (1195). Al-Mansûr lance en même temps des incursions qui ravagent la région tolédane. La situation est dramatique pour la Castille et le pape intervient pour appeler tous les chrétiens de la Péninsule à s’allier contre le roi de León, et pour délier les sujets léonais de toute fidélité à l’égard de leur souverain.

Mission chrétienne en terre musulmane (1192)

6Célestin évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, au vénérable frère l’archevêque tolédan, salut et bénédiction apostolique.

7Entre toutes les choses qu’il t’incombe de promouvoir habilement, en vertu de tes fonctions pontificales, celles qui touchent aux articles de foi méritent d’avoir une place à part et, incontestablement, elles visent à la gloire autant qu’à la splendeur de l’Église catholique.

8Donc, suite à la demande très honnête et réalisable qui nous a été soumise par les chrétiens qui vivent dans certaines cités des Sarrasins d’Espagne, nous ordonnons, par l’autorité des présentes à ta fraternité, de trouver, dans la mesure du possible, un prêtre instruit dans la langue latine et arabe, cultivé et de bonne opinion, à qui, pourvu qu’il puisse aller et venir en sécurité, tu confieras, par notre autorité et la tienne, la mission délicate de se rendre, fidèlement au nom du Christ, au Maroc et à Séville et dans les autres villes des Sarrasins où vivent des chrétiens.

9Et là où il en trouverait qui soient fidèles à notre foi et aux sacrements de l’Église, qu’il s’emploie à les renforcer et à les réconforter avec une bonté toute fraternelle.

10Toutefois dans celles où il trouverait des chrétiens moins capables, ou égarés par quelque superstition, qu’il les instruise et qu’il les informe avec application, écartant ainsi les mauvaises habitudes contraires à la foi catholique, et promouvant, avec toute sa vigilance et son attention, celles qui sont bonnes et approuvées par les institutions de la sainte Église.

11En effet, ceux qui vivent au milieu du peuple des ténèbres ne peuvent nullement échapper, selon la parole du psalmiste, au fait qu’ils apprennent, au contact des gens auxquels ils sont mêlés, certains actes des ténèbres et que cela ne devienne éventuellement pour eux une cause de scandale.

12Fait à Saint-Pierre-de-Rome, II nonnes de juin, deuxième année de notre pontificat.

13Archives de la Cathédrale de Tolède. A.6.1.1., publ. Fidel Fita, « Noticias », Boletin de la Real Academia de la Historia, 11, 1887, p. 455-456.

Condamnation pontificale de l’alliance du roi de León avec les Almohades (31 octobre 1196)

14Célestin évêque, serviteur des serviteurs de Dieu aux vénérables frères, l’archevêque tolédan et ses suffragants, salut et bénédiction apostolique.

15Alors que la foi de la pensée et la piété des actions devraient être ensemble ravivées par la source du baptême, nous sommes affligés d’une violente douleur quand nous trouvons la tache de la corruption et quelques dépravations de l’erreur chez ceux qui devraient se présenter comme un rempart devant la maison de Dieu et résister aux ennemis du nom chrétien par toute leur puissance et qui s’efforcent de détruire les vignes du Seigneur. Nous avons appris, et cela ne peut assurément que nous attrister, que le roi de León, sous l’inspiration et à l’instigation de Pedro Fernandez qui, comme il le montre dans ses actes, semble désespérer de la miséricorde divine puisque, par une coupable présomption, il a fait la paix avec les Sarrasins qui attaquent sans arrêt et qui infestent les régions d’Espagne, arrachant du carquois de l’iniquité les flèches pour armer un arc pervers, ne cesse de molester et de tourmenter les chrétiens auxquels il devrait fournir courageusement son aide et son appui ; et, oublieux, à ce qu’il semble, du nom de son Dieu, perdant la confiance de la chrétienté en lui par la publicité de ses actes, il s’est fait le soutien d’une nation étrangère qui, avec lui et grâce à lui, ne cesse de faire, autant qu’elle peut, de graves torts aux chrétiens.

16Donc, puisque le membre putride doit être séparé de la partie saine du corps pour que sa pourriture ne puisse, par hasard, engendrer la corruption dans les autres membres, et puisque le châtiment ecclésiastique doit porter plutôt sur ceux qui, insoucieux de la foi reçue, n’ont pas craint de se mêler aux ennemis de la foi chrétienne, nous vous mandons, à vous tous, par cet écrit apostolique et nous vous enjoignons fermement, en vertu du devoir d’obéissance, à l’encontre du roi susnommé et dudit Pedro Fernandez, aussi longtemps qu’ils persisteront dans une iniquité aussi impudente et qu’ils négligeront de prendre les armes pour porter secours aux chrétiens contre les Sarrasins, de prévenir soigneusement les peuples et de vous attacher à les inciter à prendre les armes contre eux, au même titre que contre les Sarrasins ; liant ainsi le roi et Pedro Fernandez, les coupables et leurs auxiliaires, dans une sentence d’excommunication [proclamée] dans tous vos diocèses chaque dimanche et tous les jours de fête. Ainsi un châtiment sévère corrigera-t-il rapidement, avec l’aide de Dieu, et amendera-t-il, ceux que l’amour divin et la grâce du baptême ne détournent pas d’une telle vilenie.

17Nous, en effet, pour ceux qui auront pris les armes contre lui et les siens - tant qu’ils continueront à agir aussi mal-, et qui s’efforceront de venger une telle injure faite au nom chrétien, nous proclamons, par l’autorité du siège apostolique, qu’ils doivent bénéficier de la même rémission que nous avons accordée à ceux qui prennent les armes contre les Sarrasins.

18En outre, si ledit roi n’a pas voulu comprendre comment bien agir, mais préfère persister dans l’audace de son entreprise inique, et s’il a osé introduire des Sarrasins sur son territoire pour combattre les chrétiens, nous voulons résolument et nous ordonnons que vous proclamiez, de par l’autorité du siège apostolique, que les hommes de son royaume sont déliés de toute fidélité à son égard et de toute soumission.

19Il est juste en effet que celui qui néglige de respecter la foi envers son Créateur et qui a totalement oublié le pacte avec son Dieu, comprenne qu’on ne doit pas respecter la foi envers lui et que les hommes qu’il avait reçus à diriger doivent être délivrés du joug de son pouvoir.

20Fait au Latran, II des Kalendes de novembre, sixième année de notre pontificat.

21Publ. par Fidel Fita, « Noticias », Boletin de la Real Academia de la Historia, 11, 1887, p. 456-458.

22Traduction P. Buresi

Bibliographie

Bibliographie

Robert Ignatius Burns, « Renegades, Adventurers, and Sharp Businessmen : The Thirteenth-Century Spaniards in the Cause of Islam », The Catholic Historical Review, 58/3, 1972, p. 341-366. — Giulio Cipollone, Cristianità-Islam : cattività e liherazione in neme di Dio. Il tempo di Innocenzo III, dopo ‘il 1187’, Rome, (Miscellanea Historiae Pontificiae, 60), 1992. — Jean Flori, « Guerre sainte et rétributions spirituelles dans la seconde moitié du XIe siècle : lutte contre l’islam ou pour la papauté ? », Revue d’histoire ecclésiastique, 85, 1990, p. 617-649. — Gerhart B. Ladner, « The Concept of Ecclesia and Christianitas and their Relation to the Idea of Papal ‘Plenitudo Potestatis’ from Gregory VII to Boniface VIII », Sacerdozio e regno da Gregorio VII a Bonfacio VIII, Rome (Miscellanea Historiae Pontificae, 18), 1954, p. 49-77. — Demetrio Mansilla, La documentación pontificia hasta Inocencio III (965-1216), Madrid-Rome, 1955. — James M. Powell, « The Papacy and the Muslim Frontier », Muslims under latin rule 1100-1300, Princeton, 1990, p. 175-203.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540