Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

50. L’imposition du commerce chrétien en Égypte à la fin du xiie siècle d’après le Minhâdj d’al-Makhzûmî

Texte intégral

1La situation stratégique des pays d’Islam à la jonction de trois continents en fait naturellement une zone de transit et explique que les musulmans contrôlent toutes les routes comerciales caravanières ou maritimes qui conduisent de la Méditerranée à l’Afrique Noire, au sous-continent indien et à l’Extrême-Orient.

2Mais si dans le monde musulman le commerce à grand rayon d’action - qui ne se résume pas au transit - occupe une place importante, les sources qui l’éclairent sont principalement italiennes et rares avant le XIIIe siècle. Deux chapitres du Minhâdj du qâdî al-Qurashî al-Makhzûmî, font connaître le commerce extérieur en Égypte. Ce traité fiscal d’époque fatimide-ayyubide a été rédigé dans les dernières années du règne de Saladin par un membre d’une vieille famille attachée au service des Fâtimides, qui a occupé à plusieurs reprises la fonction de directeur du bureau des douanes (dîwan almadjlis). Dans un chapitre, qui selon Claude Cahen pourrait être le septième, sont exposées les taxes que les étrangers ont à payer dans les ports d’Alexandrie, Damiette et Tinnis. Dans la section 4 du chap IX sont détaillées les pièces de comptabilité qu’ont à leur sujet à établir les agents de l’Administration dans ces ports. Le manuscrit est tronqué, ce qui nous prive d’informations et d’un certain nombre d’explications nécessaires à la compréhension d’un texte très technique ; manquent pour Alexandrie tout ce qui concerne l’exportation et une partie de l’importation et pour Damiette tout ce qui a trait à l’importation.

3Le texte n’en fournit pas moins des renseignements précieux sur « cette période de transition (...) où la substitution de la suprématie franque sur mer à la musulmane est encore récente et n’est pas encore totale (...), période et région où l’élaboration des institutions et usages qui caractériseront le commerce méditerranéen de la fin du Moyen Age n’a pas encore détruit les traditions qui peuvent par l’intermédiaire de Byzance remonter jusqu’à l’Antiquité » (C. Cahen, 1977, p. 220). Il détaille les différentes taxes qui frappent les échanges maritimes et présente l’administration douanière des ports égyptiens de la méditerranée. Les importations payaient un droit ad valorem, il fallait donc les estimer au moment du débarquement. A ce droit s’ajoutait différentes taxes destinées à payer des services : déchargement, établissement de l’acte, gardiennage, etc.... Malgré la modicité de chacune, l’ensemble représentait une somme à peu près équivalente à la taxe douanière. L’ouvrage ne permet pas de faire une étude d’ensemble des produits du commerce méditerranéen de l’Égypte car l’auteur ne nous donne pas une liste complète des produits mais probablement ceux ayant pour la douane des caractères propres comme le corail, l’huile, le safran, le bois, le fer, la poix pour les denrées importée à Alexandrie. Les marchands appartiennent à divers groupes ethnico-confessionnels, dont les Rûm, chrétiens étrangers en général, parmi lesquels sont cités des Génois, des Vénitiens, des Siciliens et des Sardes. Il n’est jamais question de Francs alors qu’il y a dejà eu deux croisades et l’Orient latin.

Douane et commerce à Alexandrie

Courtage (samsara) 1/2 dinar.

Dîme, sur 99 dinars 1/2 : 4 dinars 2/3 1/2/8e.

Grains (hubûb) 2 dinars 1/2 1/4 2 habbas.

4Ce qu’achètent les Rûm pour eux-mêmes, 5 dinars 1/4 1/6/l/2/8e au titre de la dîme et annexes, selon détail donné ci-dessus.

5“Dû” (wâdjib) des bois de toutes espèces, du fer, des clous, de la syâla (c’est-à-dire des clous brisés), de la poix, du liquide et du sec qu’achète le préposé au Matjar à un taux fixe par opposition à ce qui est pris de l’ensemble des denrées, par 100 dinars, la dîme, soit 10 dinars.

6Grains (hubûb) 2 dinars 1/2 1/4 2 habbas.

7Ce que doit comporter la note (tal’îq) de vente quotidienne : sur 100 dinars, la dîme, soit 10 dinars.

8Pour le Compte Noir (al-muhâsabat as-saudâ’) on y dit : par 100 dinars, la dîme et annexes, 12 dinars 1/2 1/4 2 habbas, dont dîme 10, grains (hubûb) 2 1/2 1/4 2 habbas.

9S’il arrive que les Rûm prennent pour eux quelque chose de ces denrées, le Maks en prélève le quint (khums) et annexes au titre du “dû” (wâdjib) des marchandises sur ce qu’achètent les Rûm pour eux-mêmes, comme vu ci-dessus pour le quint et annexes, soit sur 100 dinars au “complet” (kâmil) 31 dinars 1/2, aux deux-tiers 20 dinars 1/2 1/4 l/2/8e, à la moitié 15 dinars 1/8 l/2/6e.

10(manque le folio 103)

11la dîme et annexes, comme il a été détaillé pour la samsara et la dîme sur 100 dinars.

12Ce qui est exigé (yadjibu) des marchands siciliens soumis à la dîme, sur toutes les denrées etc., par 100 dinars la dîme soit 10 dinars, sans qûf ni autre imposition. La retenue (tarh) fixée pour les encans (hilaq pl. de halqa) du Khums, chaque jour où il est convenu un encan, sur les acheteurs selon ce qui a été précisé en fonction de l’affaire (mubâshara) et de la mise en vente (mabîʻ, chose dont sont informés acheteur et vendeur lors du contrat d’encan (halqa). On indique la retenue (tarh) pour chaque vente, et ce qui est ainsi réuni est affecté (yutlaq) aux gens de l’encan (arbâb al-halqa) suivant détail que voici : 1 dinar 2/3 dont annonceur munâdi 1/4 et agents 1 1/4 1/6 répartis comme suit : ceux qui reçoivent 2 qîrât-s, au total I dinar, à savoir :

Le porteur de la clé de l’atelier (sinâ’a) ;

Le peseur à la balance ;

les messagers (raqqâs) qui rassemblent [les participants à la] halqa ;

les manipulateurs qui roulent les marchandises et les exposent en les sortant de leurs récipients ;

les percepteurs (djubât, pl. de djâbî) ;

le magasinier du magasin des caisses etc. ;

les hommes de confiance umanâ’des navires ;

le sceau, pour ceux qui gèrent le sceau des magasins lors de leur fermeture et de leur ouverture ;

les inspecteurs (mufattish) à la porte de l’atelier (sinâ’a) ;

les garçons de la tente (?) qui gardent les marchandises ;

les garçons de la barque, qui font la navette en barque pour apporter les marchandises des navires à l’atelier (sinâ’a), chacun d’eux touchant 1/8 de dinar, soit (ensemble) 1/4 ;

le gardien (harrâs) de l’atelier (sinâ’a) ;

les porteurs au milieu de la halqa, en raison du transport des marchandises, à 1 qîrât

par tête, soit 1/6. de dinar ;

le gardien de la mosquée de l’atelier (sinâ’a) ;

les faibles et les débiteurs (?) ;

le crieur (sayyâh) qui annonce les espèces de marchandises sur lesquelles est conclue la halqa.

Taxe du profit (tawfir) sur ce qui est perçu de la main du djahbadh du Dîwân sur les marchands acheteurs et sur les marchands de Rûm ; par 100 dinars : 1/6 1/8.

13Le Compte Blanc, qui est fait pour le capitaine du navire ; on y introduit la valeur originelle des ventes après prélèvement du courtage (samsara) journellement selon la note (ta‘lîq) du journal (muyâwama), et on y impose les taxes (mukûs) insérées au journal, chacune séparément, conformément au journal ; puis on insère le droit du qûf qui résulte de la somme des mukûs susdits. La détermination sur chaque navire se fait ainsi : soit un montant (irtifâ‘) au complet (bi’l-kâmil) de 1000 dinars ou plus ou moins, on leur impose les taxes et les Rûm versent (yutliq) selon l’échelle suivante : au “complet”, 151 dinars 1/4 ; au droit des deux-tiers (donc sur 666 dinars 2/3), 100 dinars 1/2 1/3 ; la moitié (donc sur 500 dinars), 75 dinars 1/2 1/8. Total qui se décompose ainsi :

14Si le bateau est vendu dans la Place ou détruit, il n’y a pas “congé”

La wilâya sur l’arrivée et le départ

25 dinars

16 dinars 2/3

12 dinars 1/3

Le tawfir

1 dinar 1/4

1/2 dinar 1/3

1/2 dinar 1/8

15Si le bateau est vendu ou détruit, il n’y a pas de départ (la wilâya est donc réduite à 12 1/2 au complet, 8 1/3 aux deux-tiers, et 6 1/4 à la moitié).

16Droit des agents mustakhdimîn

dont suit le détail

12 dinars

8 dinars

6 dinars

Les percepteurs (djubât)

3 dinars

2 dinars

1 1/2 dinars

Le magasinier (khâzin)

3 dinars

2 dinars

1 1/2 dinars

Les hommes de confiance (umanâ’)

3 dinars

2 dinars

1 1/2 dinars

Les portiers de la Porte du Fleuve (bahr)

3 dinars

3 dinars

1 1/2 dinars

17Ce qui est alloué aux percepteurs et au magasinier sur ces taxes est :

- percepteurs

1 dinar

2/3 dinar

- magasinier

2/3 dinar

1/4 dinar 1/2

1/3 dinar

2 habbas

18le reste des taxes dans l’Office du Khums étant affecté ensemble au Dîwân au titre des droits de qûf.

19Ce que versent les Rûm sur le navire au complet, aux deux-tiers et à la moitié selon la définition précédente et qui relève du versement du qûf susdit, est ce qui suit :

20Taxe de la tu ‘ma selon différence, sur navire au complet 16 2/3, aux deux-tiers 11 d 1/2 1/6 2 habbas, à la moitié 8 1/3.

21Taxe de dihâfa, au complet 3 dinars, aux deux-tiers 2 dinars,

22(Manque le folio 108)

Dâr Mâlik d’Alexandrie

6 dinars

Kitba

6 dinars 1/4

Sirâh

12 dinars 1/2

Wilâya

12 dinars 1/2

Tawfîr

1/2 dinars 1/8

Agents

6 dinars

23après imposition de la halqa, de la tu‘ma, et de la diyâfa, soit 22 dinars l/3(se décomposant ainsi) :

Halqa

12 1/2 dinars

Tu‘ma,

8 1/3 dinars (reste) 53 1/4 1/8

Diyâfa

1 1/2 dinars

24et on opère de même pour le “complet” et les “deux-tiers”.

25Tel est le mode d’opération pour les mukûs du Dîwân et le qûf, et tout ce qui dépend du Khums à la vente journellement, et des Comptes Noir et Blanc, et de ce qui est pris lors (de l’établissement) du compte des navires khumsî-s au titre de la taxe de l’ishrâf et du ‘aml, de celles du chef du Fleuve (sâhib al-Bahr), de la wilâya, de la tardjama (interprétariat), du secrétaire du Khums, et du djahbadb du compte - ce qu’on appelle chez les Rûm la ‘arsa - pour ceux à qui on prend le maks “au complet”. Pour les marchands sardes il y a ce qui suit :

Taxe de l’ishrâf et du ‘aml

Taxe du compte : grand navire, 3 dinars, petit navire, 1 dinar ½

L’inspection (taftîsh), de 1 dinar à 1 1/2.

Les hommes de confiance (umanâ’), de 1/3 à 1/4 de dinar.

26Autorisation (annulation ?) d’imposition(?) (hall al-tawdjîb), résultant de la comparaison au nom du Khums entre les comptes blanc et noir, en ce sens que si le compte blanc excède le noir il y a autorisation (annulation ?) d’imposition (?).

27Quand le navire vient de Crète on prélève sur lui par navire cette taxe (sur les fromages ?) 1 dinar.

28Quand le navire contient des noisettes (?) (bunduq) pour moins (ou : plus ?) de 100 shikâra-s, on perçoit sur lui au total 12 shikâra-s, soit, après l’alloué mutlaq sans taxe à ceux qui suivent, 7 au total dont 6 aux marchands du navire et 1 aux interprètes, donc 5 shikâra-s sur quoi on prélève 2 shikâra-s (2 dinars ?).

Taxes (mukûs et rusûm) exigées des commerçants se rendant au khums de Tinnis

29Taux des allocations (itlâqât) à l’exportation. Il est accordé au capitaine 400 grands ratl-s djarwî, et aux marins et marchands arrivant avec lui par tête 200 djarwî.

30Et si le commerçant étranger qui n’a rien importé part avec une grande exportation (?), on lui prend par qintâr djarwî 1 dinar 1/4, avec une remise de 2 qintars par 10. Et s’il part avec les denrées ci-dessus indiquées, on lui prend la taxe susdite, soit la dîme de la valeur, le dû (wâdjib) et la dîme de dîme.

31Le sallûr, par 1000 têtes 2 dinars.

32Dîwân du Réuni (madjmû‘) sur le maks spécial des dhimmî-s, comme suit : pour celui qui arrive du plat-pays, par dinar de n’importe quelle denrée apportée par les dhiimmi-s habitant le pays, 2 dirhams ; qûf du bateau si (la marchandise) est par sacs ‘idl/a‘dâl, 1/6 1/8 de dinar ; de dinar ; qûf du bateau apportant du sallûr, 1/2 1/3 de dinar.

33Pour les chrétiens (indigènes) partant avec les marchands du Khums et tous genres de marchandises, par ‘idl ou pièce dont le poids soit entre i et 4 qintârs, 1/8 1/6 de dinar ; et pour ce qui reste sur chaque pièce 1/6 l/6/8e de dinar.

34Le bois, la poix et le fer, par pièce pesant comme ci-dessus, 1/4 1/6 de dinar.

35Droit de sortie des Rûm que prélèvent les gouverneurs et qu’ils ajoutent au revenu global (irtifâ) par bateau allant à Misr et dans le plat pays et contenant des marchands du Khums acheteurs de lin etc., 1 dinar 1/2.

36Droit de sortie des Chrétiens (indigènes) vers la Syrie pour le Pèlerinage à Jérusalem, par homme 1 dinar.

37Innovation de 581 : “tiers du loyer” des navires rûmî-s arrivant sans cargaison pour l’achat des vivres etc., barques se rendant vers les navires arrivant sans cargaison.

38Parties conservées du chapitre (VII) ?,

39traduction Claude Cahen, Makhzûmiyyât. Etudes sur l’histoire économique et financière de l’Égypte médiévale, Leyde, Brill, 1977, p. 282-286.

Bibliographie

Bibliographie

David Abulafia, « The Role of Trade in Muslim-Christian contact during the Middle Ages », dans D.A. Agius, R Hitchcok (éd), The Arab Influence in Medieval Europe. Folia Scholastica Mediterranea, Reading, Ithaca Press, 1994, p. 1-24. — Claude Cahen, Makhzûmiyyât. Etudes sur l’histoire économique et financière de l’Égypte médiévale, Leyde, Brill, 1977. — Claude Cahen, « Commercial Relations between the Near East and Western Europe from the seventh to the eleventh century », Islam and the Medieval West, K. Seeman (dir.), 1980, p. 1-25. — David Jacoby, « Les Italiens en Égypte aux XIIe et XIIIe siècles », Coloniser au Moyen Age, éd. M. Balard et A. Ducellier, p. 76-89. — B.Z Kedar, A.L. Udovitch (dir.), The medieval Levant, Studies in memory of Eliahu Ashtor, Université de Haifa, 1988. —.A.-L. Udovitch, The Islam Middle East 700-1900, Princeton, 1981.

Annexes

Glossaire

huhub = taxe de 2 dinars 1/2 1/4 2 habbas pour 100 dinars de marchandises.

habba = 1/72 de dinar ; dinar = 40 dirhams.

Matdjar = organisme de commerce qui effectue les achats et les ventes pour le compte de l’Etat et détient un monopole sur certains marchandises.

Maks = douane

Khums = administration dont relève le commerce extérieur des ports égyptiens. Le terme signifie quint et évoque la part de butin destinée à l’Etat ; en fait il englobe toutes les affaires relatives au commerce avec les marchands étrangers non-musulmans quel que soit le montant effectif des doits qu’ils paient.

Quf = ensemble de taxes prélevées pour les salaires des agents au service desquels on a obligatoirement recours (percepteurs, magasiniers, hommes de confiance), la nourriture (tu’ma), l’acte scellé (khatma), le Dâr Mâlik, l’écriture (kitba), le congé (sirah), la taxe pour le commandement local (wilaya), le tawfîr. Djahbadh = personne chargée de l’établissement du compte des marchands.

Dâr Mâlik = entrepôt où sont stockées les marchandises.

arsa = autre ensemble de taxes.

1 ratl = unité de poids de valeur variable, le ratl djarwi est d’origine syrienne.

qintar = centuple du ratl.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21096/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.