Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

49. Le château de Sahyûn en Syrie (xe-xiiie siècle)

Texte intégral

1La forteresse de Sahyûn, le Saône des Croisés (rebaptisé Qalʻat Salâh ed-Dîn par le gouvernement syrien), fait partie d’un réseau de châteaux qui constituaient un véritable maillage du territoire conquis lors des croisades. La mise en place de ces édifices permit, notamment, de défendre les frontières des Etats et de contrôler les voies de passages ou les points stratégiques. La plupart des études sur les édifices fortifiés de Syrie ont été menées durant la période du Mandat français et les chercheurs ont négligé la plupart des structures qui n'étaient pas attribuées aux occidentaux ou moins bien documentées par les chroniqueurs francs, les édifices musulmans en particulier. Certains de ces travaux ont donné lieu à de volumineuses monographies dans lesquelles les chercheurs puisent, aujourd'hui encore, de multiples informations.

2Le château de Sahyûn constitue un très bon exemple de ces forteresses dites franques, réoccupées postérieurement par les musulmans. Situé au nord de la Syrie, à 24 km à l'est de Lattaquié, dans une chaîne montagneuse appelée le djebel Ansarié, il occupe un site stratégique de premier plan, contrôlant une des routes entre la vallée de l’Oronte et la côte. Cette plate-forme calcaire a été fortifiée par les Byzantins au Xe siècle. La construction la plus élevée du site est traditionnellement attribuée à cette période. Les Francs (principauté d’Antioche) s’y sont installés au début du XIIe siècle et l’ont utilisé comme une forteresse seigneuriale, contrairement aux autres châteaux qui étaient tenus, en majorité, par les ordres militaires, templiers et hospitaliers.

Figure 1. Vue du front ouest et de la basse-cour

Figure 2. Plan de Sahyûn

Figure 3. Extrémité sud du grand fossé : on aperçoit les tours le flanquant

3Sahyûn symbolise à bien des égards les multiples interpénétrations culturelles entre les trois civilisations, byzantine, franque mais aussi et surtout, musulmane. En effet, Saladin, après la bataille de Hattin (1187), s’empara du site comme de la plupart des autres châteaux francs de l’intérieur du pays et le réaménagea.

4Ce gigantesque ensemble fortifié s’étend sur un promontoire rocheux long de 600 mètres environ, orienté d’est en ouest. Sur ses faces nord et sud, le château est naturellement protégé par de profonds ravins. La zone orientale de cet éperon calcaire est la plus élevée (439 mètres d’altitude). L’enceinte de la basse-cour épouse la topographie du terrain dans sa partie occidentale (figure 1). Elle est séparée de la forteresse par un fossé renforcé par une ligne de murailles. Cette coupure artificielle, inachevée, fut la brèche par laquelle Saladin et ses troupes envahirent le château. Dans la partie orientale, un fossé beaucoup plus profond a été creusé dans le roc, d’une profondeur de 28 mètres environ, pour séparer le plateau situé à l’est de l’ensemble castrai proprement dit. Cet ouvrage a particulièrement retenu l’attention des chercheurs et plusieurs phases de creusement ont pu être mises en évidence. Le front est, donnant sur ce grand fossé, présente, au sud, une tour circulaire flanquant les courtines sud et est. C’est dans ce secteur que se situent la citerne et les écuries du château. Les ouvrages francs ont intégré les tours rondes byzantines préexistantes (figure 3). Les tours sont relativement peu élevées mais présentent des ouvertures de tir dans trois directions : elles permettent de prendre d’enfilade le fossé mais surtout de pouvoir atteindre le plateau qui lui fait face. A cela s’est ajouté un imposant donjon carré dont la technique de construction est celle du grand appareil à bossages (cf. figure 2, no 2 et figure 4).

Figure 4. Le donjon carré et la ligne de fortification byzantine

Figure 5. Le grand fossé : aiguille servant de pile à la passerelle

5Du côté nord s’élève l’ancien massif d’entrée, la pile monolithe matérialisant toujours le passage anciennement aménagé au-dessus du vide (figure 5). Sur toute la façade nord, le dispositif défensif est relativement peu important, l’escarpement étant assez abrupt pour protéger l’accès à la forteresse. Cependant, ce secteur était particulièrement exposé aux coups des engins musulmans (mangonneaux) lors du siège de 1188. Il dut ensuite être restauré par Saladin (murs épaissis, courtines rehaussées, cf. figure 6). De nombreux réemplois figurent dans la maçonnerie et des éléments architecturaux musulmans caractéristiques ont été ajoutés. Le côté sud présente trois grands ouvrages rectangulaires dont le plus occidental sert aujourd’hui d'entrée (figure 7). Deux de ces tours, ainsi que le donjon carré du front est, sont indépendants des courtines qui les flanquent. Ils restent ainsi autonomes en cas de prise du château. Derrière la ligne de défense principale orientée est-ouest, préexistait une enceinte byzantine (courtine flanquée de tours rondes présentant une succession de petits appareils géométriques, de type opus quadratum). Sur la partie sommitale se dresse la citadelle dite byzantine (cf. figure 2, no 4) ainsi que la chapelle des Croisés qui est en grande partie ruinée et dont il reste peu d’éléments architecturaux mis à part le portail d’entrée.

6De nombreux vestiges de la présence musulmane, relativement bien préservés, sont encore visibles et témoignent d’une fonction plus résidentielle que défensive de la citadelle pendant cette troisième période d’occupation. Le lieu fut réaménagé et une mosquée fut construite. Son minaret carré, atteignant près de 30 mètres de haut, domine les constructions franques (figure 8). Un espace d’habitation ainsi que des bains furent bâtis à proximité, ils dateraient vraisemblablement de la fin du XIIIe siècle. Ces derniers, extrêmement luxueux, sont représentatifs d’un certain art de vivre, notamment le portail, bel exemple de l'architecture décorative musulmane de cette période (figures 9 et 10). Les témoins architecturaux laissés par les Musulmans sont donc en grande partie civils et religieux. Concernant les dispositifs militaires, les restaurations pendant les périodes ayyûbides et mamlouks ont porté sur l’angle nordouest de la citadelle.

Figure 6. Angle nord-est de l'ensemble fortifié. Partie restaurée par les musulmans

Figure 7. Vue du front est, donjon carré au centre

Figure 8. Détail de la mosquée : minaret de section carrée

7Outre les procédés de construction qui influent directement sur la configuration et le profil de la forteresse, chaque culture a dû adapter son édifice en fonction des armes utilisées mais aussi des traditions militaires, dont certaines sont directement héritées de l’antiquité. De telles perspectives de recherche jointes pourraient amener à une relecture de ces sites fortifiés, témoins majeurs des relations que les différentes civilisations ont pu entretenir.

Figure 9. Les bains musulmans

Figure 10. Détail de l'entrée des bains

Clichés : Valérie Serdon.
Plan du Château :
esquisse réalisée à partir de photographies aériennes datant du Mandat français.

Bibliographie

Bibliographie

T. R Boase., Castels and churches of the crusading kingdom, Oxford, 1967.— R. Burns, Monuments of Syria : an historical guide, Londres, 1992, p. 184-188.— C. Cahen, « Note sur les seigneurs de Saône et de Zerdana », Syria, XII (1931), p. 154-159.— P. Deschamps, Les châteaux croisés de Terre Sainte, t. III, La défense du comté de Tripoli et de la principauté d’Antioche, Paris, 1971.— P. Deschamps, « Au temps des croisades : le château de Saône dans la principauté d’Antioche », Gazette des beaux-arts, ser. 6, IV (1930), p. 329-364.— P. Deschamps, « Le château de Saône et ses premiers seigneurs », Syria, XVI (1935), p. 73-88.— R. Fedden, J. Thomson, Crusader Castels, 2nd éd., Londres, 1957.— H. Kennedy, Crusader castels, Cambridge University Press, 1994.— T.E. Lawrence, Crusader castels, éd. par D. Pringle, Oxford, 1988.— W. Müller-Wiener, Castels of the crusaders, Londres, 1966. E.G. Rey, Etude sur les monuments de l'architecture militaire des croisés en Syrie et dans l’île de Chypre, Paris, 1871. — R. Rogers, Latin siege warfare in the twelfth century, Oxford University Press, 1997.— G. Saadee, « Histoire du château de Saladin », Studi Medievali, 3e serie, IX, 2, 1968.— R.C. Smail., Crusading warfare 1097-1193, Cambridge, 1956, p. 236-243.— R.C. Smail, « Crusader’s castels of the twelfth century », Cambridge Historical Journal, 10(1950-1952), p. 133-149.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Vue du front ouest et de la basse-cour
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 2. Plan de Sahyûn
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21093/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 3. Extrémité sud du grand fossé : on aperçoit les tours le flanquant
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21093/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure 4. Le donjon carré et la ligne de fortification byzantine
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21093/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Figure 5. Le grand fossé : aiguille servant de pile à la passerelle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21093/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 6. Angle nord-est de l'ensemble fortifié. Partie restaurée par les musulmans
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21093/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 7. Vue du front est, donjon carré au centre
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21093/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure 8. Détail de la mosquée : minaret de section carrée
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21093/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 9. Les bains musulmans
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21093/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 10. Détail de l'entrée des bains
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21093/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site