Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

48. Lettre almohade rapportant l’expédition victorieuse contre le Portugal (1190)

Traduction de P. Buresi

Texte intégral

1La réunification d’al-Andalus sous l’égide des califes almohades ouvrit une nouvelle période d’affrontement avec les royaumes chrétiens de la Péninsule. Pendant quelques années, Ibn Mardanîsh (le « Rey Lobo » des chrétiens), qui dirigeait une grande principauté autour de Murcie, détourne vers lui les coups des Almohades. Mais à sa mort en 1172, les fils de ce prince se soumettent au calife almohade Abû Ya’qûb Yûsuf (1163-1184). Le second front dont s’occupent les nouveaux souverains d’al-Andalus est le front portugais, où le caudillo, Giraldo Sempavor, et le roi de Portugal, Alfonso Enríques (1139-1185), profitant des difficultés de la nouvelle dynastie, s’emparent de Trujilllo, Cáceres, Evora en 1165, de Montánchez et Serpa en 1166, de Badajoz en 1169 et de Beja en 1173.

2C’est ainsi sur le front portugais qu’en 1184 le souverain almohade Abû Ya’qûb Yûsuf, blessé par un coup de lance, trouve la mort, alors qu’il venait de renoncer au siège de Santarem. Son fils Abu Yûsuf Ya’qûb lui succède, mais jusqu’au début des années 1190, il ne lance pas d’offensive contre les royaumes chrétiens parce qu’il est occupé par la révolte des Banû Ghâniya en Ifrîqiya. De son côté, Sanche Ier de Portugal (1185-1211) profite, en 1189, du passage d’une importante armée de croisés en route vers la Terre Sainte pour s’emparer du port musulman de Silves. Une garnison composée de chevaliers des ordres du Temple, de l’Hôpital et d’Évora assure la défense de la place.

3Après la signature préalable de trêves avec la Castille et le León, le calife almohade, arrivé en avril 1190 dans la Péninsule, se porte contre le royaume du Portugal. Pendant qu’un détachement tente en vain de reprendre Silves, puis Evora, le calife s’empare de Torres Novas, puis de Tomar, le principal château templier du Portugal, qui était dirigé par le maître Gualdim Pais. La lettre almohade, adressée à la population de Ceuta, omet de préciser que le retour en Andalus des troupes musulmanes est décidé à la suite du déclenchement dans l’armée d’une crise de dysenterie, en raison de la chaleur et des difficultés d’un approvisionnement que le secrétaire-épistolier nous présente pourtant sous un jour favorable. Pendant ce temps, les troupes de Sanche Ier se réunissent à Santarem dont la conservation est indispensable à la défense de Lisbonne. Il semblerait qu’un contingent de croisés anglo-normands soit venu lui prêter main-forte.

4Malgré le ton de la lettre de 1190, c’est en 1191 qu’ont lieu les plus grandes victoires almohades sur le Portugal. Le 10 juin 1191 le calife almohade s’empare d’Alcacer do Sal, puis des châteaux santiaguistes de Palmela et d’Almada. Enfin, les défenseurs de Silves sont contraints à la capitulation le 10 juillet et obtiennent l’autorisation de se retirer en territoire chrétien.

  • 1 Fonctionnaires et idéologues du régime almohade.

5Du Prince des Croyants (amîr al-mu’minîn) fils du Prince des Croyants, fils du Prince des Croyants - que Dieu les soutienne de Sa gloire et qu’il les assiste de Son aide - aux talaba1, aux Almohades, aux notables, aux shaykh-s et à la population de Ceuta - que Dieu augmente leur puissance et leur richesse et qu’il facilite par sa bénédiction ce qui Lui plaît et qu’il les guide vers ce qu’il désire. La paix soit sur vous et la bénédiction et la grâce de Dieu, [...suit un long paragraphe de louanges à Dieu, à son prophète Muhammad et aux califes-imâms, princes des croyants, almohades].

6Nous vous adressons cette lettre [...] du siège de Séville - que Dieu la garde - et nous vous conseillons de prier Dieu Très Haut, de Lui être soumis, de faire appel à Lui, de vous appuyer sur Lui [...].

7Nous avions décidé - que Dieu vous protège - d’entreprendre dans la Péninsule cette heureuse razzia contre l’Infidèle où qu’il se trouve [...].

8Nous avons mobilisé les Almohades - que Dieu les protège - et leurs frères arabes - que Dieu les aide - et certaines tribus sujettes. Ils sont tous accourus avec une intention sincère et une grande émulation pour razzier les ennemis voisins [...].

9Mais nous ne nous attendions pas à une telle multitude, et nous ne mettions pas notre confiance dans les ennemis, nous ne combattons que par Dieu seul, nous n’implorons que Lui, et ne demandons la victoire et l’aide que de Lui [...].

10C’est parce que Dieu Très Haut a fait connaître les principes de cette entreprise fortunée qu’une grande terreur a envahi le cœur des Infidèles [...].

11Le plus grand d’entre eux, le seigneur de Castille, s’empressa de nous envoyer des messagers pour demander l’autorisation de nous envoyer des ambassadeurs chargés de nous annoncer son désir de conserver l’alliance et la protection de l’illustre pouvoir et aussi de se mettre au service des Almohades - que Dieu les aide - dans leur guerre contre les gens de son espèce et dans leur lutte contre les gens de sa religion. Nous avons accédé à sa requête en attendant de prendre notre décision : soit le combattre, soit signer une trêve [...].

12Lorsque on est arrivé à Qasr al-Madjaz - que Dieu lui accorde sa protection-, les ambassadeurs [du seigneur de Castille] sont arrivés à Séville - que Dieu la protège - où ils ont rencontré les Almohades et les talaba de la ville - que Dieu les comble de bienfaits - ; ils ont remis les lettres d’accréditation prouvant qu’ils étaient les notables de son peuple, qu’il comptait sur eux dans son avarice et sa dissolution, qu’il leur faisait confiance pour les décisions qu’ils prendraient et qui l’engageraient, et qu’il leur avait donné carte blanche dans tous les accords qu’ils contracteraient pour lui et sa soumission [...].

13Ils ont transmis le message dont leur souverain les avait chargés et ils ont ainsi permis de réaliser son désir de servir les objectifs de Dieu ; ils affirmaient que lorsque leur souverain serait appelé à participer en personne ou avec ses hommes, il se hâterait de suivre pas à pas ce que lui ordonnerait le pouvoir Illustre à ce propos.

14Nous avons pensé, sous l’inspiration de Dieu, que, d’un point de vue général, l’intérêt des musulmans résidait dans la division des ennemis, dans la divergence de leur discours et dans la diversité de leurs avis, et que l’aide la plus grande que les musulmans pouvaient espérer provenait de leurs passions contradictoires. Aussi leur avons-nous accordé un traité comme il plaît à Dieu.

  • 2 C’est par ce surnom, Ibn al-Rîq ou Ibn al-Rinq, que les musulmans désignent les rois de Portugal, (...)

15Son cousin paternel, le maître du León, qui exerçait les mêmes fonctions que lui auprès de son peuple, bénéficiait alors d’une trêve. Il en demanda le renouvellement [...]. Nous avons accédé à sa requête en fixant les conditions de la trêve et le respect de ses clauses. La ferme décision fut alors prise d’attaquer l’ennemi de Dieu, Ibn al-Rîq2, qui était le voisin le plus proche et le plus difficile.

16Donc, forts de notre décision, nous nous sommes tournés vers ses terres et nous avons levé vers lui le visage de la résolution et de l’hostilité, nous avons prié Dieu Très Haut de promettre son pays à la ruine et sa puissance à la mort. Dieu soit loué pour sa décision de nous aider et de nous prêter assistance en cela, il n’y a pas d’autre dieu que Lui.

17Les Almohades ont continué - que Dieu les aide - leur chemin jusqu’à Cordoue - que Dieu veille sur elle - ils y ont déchargé leur fardeau et y ont chargé des victuailles, ils y ont renouvelé leurs provisions et complété leurs préparatifs ; ils y sont restés quelques jours, renforçant leur intention et leur désir de mener à bien cette entreprise ; ils en sont partis avec la bénédiction et l’aide de Dieu [...] ils ont traversé le Guadalquivir [...] et ils se sont dirigés vers les terres cultivées de Santarem - que Dieu la conquière - ils ont déraciné ses cultures et ils ont partout fait du butin et répandu la ruine, ils ont pris le temps de brûler et de détruire les habitations et les demeures.

18Puis ils sont allés vers une forteresse ennemie appelée Turrush (Torres Nova) située sur une hauteur difficile d’accès [...]. Les Almohades - que Dieu les aide - ont investi la place avec force, se sont jetés magnifiquement sur les infidèles qui s’y trouvaient et ont combattu contre eux de tout leur pouvoir [...]. Lorsque [les infidèles] sentirent que la guerre tournait mal et quand elle leur eut fait boire des coupes de douleur et les eut appelés à contredire leur âme pourrie, ils tendirent les mains pour implorer notre pouvoir qui ne tarde jamais à obtenir qu’on fasse appel à sa magnanimité [...]. Ils voulaient sortir avec ce qu’ils avaient de plus cher et avec les femmes et les enfants qui étaient avec eux, abandonnant aux Almohades - que Dieu les aide - toutes les armes et tous les biens que contenait le château. Nous avons accepté leur supplique afin qu’ils soient pour leur peuple et les gens de leur religion un exemple et une leçon et afin qu’ils racontent à ceux qu’ils allaient retrouver la grandeur des signes et de l’avertissement dont ils avaient été les témoins [...]. Les Almohades - que Dieu les aide - ont trouvé [dans le château] un grand nombre de chevaux et d’armes, de biens et de vivres. Dieu a conquis [cette place] de cette généreuse manière pour les siens, Il a rompu par sa force la puissance de Ses ennemis et II a averti l’Infidèle Ibn al-Rîq qu’il était vulnérable de toutes parts.

19[L’expédition continue jusqu’à Tomar, « cité bien défendue, au terroir fertile, avec des vignes, des arbres fruitiers et de riches terrains de culture. Cette ville subit le même sort que Torres : elle fut ravagée et incendiée » (É. Lévi-Provençal, p. 65). Pendant le siège de la ville,] des groupes de cavaliers almohades - que Dieu les aide - allaient à droite et à gauche et espionnaient le pays des ennemis de Dieu, à l’est et à l’ouest, au sud et au nord, y répandant le malheur et l’infortune, humiliant et avilissant les habitants. Les Infidèles, pendant ce temps, étaient réduits à l’impuissance dans leurs châteaux (husûn) encombrés et dans leurs refuges d’accès difficile [...]. Leur roi Ibn al-Rîq se trouvait à Santarem - que Dieu la rende [à l’Islam] - réduit à l’impuissance [...], il ne trouvait dans son peuple humilié et dans ses armées défaite, personne pour se battre ou se défendre [...].

20Les Almohades sont restés plusieurs jours à fouler son pays [...]. Nous étions tributaires, pour l’approvisionnement, de la distance qu’il y a entre le territoire des musulmans et celui des infidèles et de l’aide des Almohades - que Dieu les aide - de Cordoue - que Dieu la protège - qui nous fournissaient en fourrage et en nourriture [...].

21Nous sommes revenus dans le pays des musulmans [...] en remerciant Dieu Très Haut pour ses bienfaits [...].

22Nous vous informons de cette grande expédition et des signes clairs, blancs et limpides pour que vous participiez aux réjouissances et que vous ajoutiez vos éloges aux remerciements et aux louanges et que vous vous associez aux actions de grâce des Almohades [...].

23Cette lettre fut écrite le 26 djumâdâ II 586 (31 juillet 1190).

24Évariste Lévi-Provençal, Madjmû‘ rasâ’il muwahhidiyya min inshâ’kuttâb al-dawla al-mu’miniyya, Rabat, 1941, lettre no 34, pp. 218-228 ; traduction partielle par Évariste Lévi-Provençal, « Un recueil de lettres officielles almohades. Étude diplomatique et historique », Hespéris, 28, 1941, p. 1-80, lettre no 34, p. 64-66.

Bibliographie

Bibliographie

J. F. R Hopkins, Medieval Muslim Government in Barbary Until the Sixth Century of the Hijra, Londres, 1958.— Ambrosio Huici Miranda, Historia política del imperio almohade, 2 vols. Tétouan, 1956-1959. — M. Martinez Antuna, « Campañas de los almohades en España », Religion y Cultura, 39, 1935, p. 53-67 et 327-358. — Bruna Soravia, « Entre bureaucratie et littérature : la kitâba et les kuttâb dans l’administration de l’Espagne ummayade », Al-Massâq, 7, 1994, p. 165-200.

Notes

1 Fonctionnaires et idéologues du régime almohade.

2 C’est par ce surnom, Ibn al-Rîq ou Ibn al-Rinq, que les musulmans désignent les rois de Portugal, Alfonso Enríques (1139-1185) et son successeur Sanche Ier (1185-1212).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site