47. Conflit entre Iraqiens et Syriens à La Mecque après la prise de Jérusalem par Saladin (vers 1190)

1Le calife al-Nâsir (voir le très riche article d’Angelika Hartman, dans Encyclopédie de l’Islam, 2e édition, t. VII, 998b-1004b), né en 553/1158, règne de 575/1180 à sa mort en 622/1225. C’est un personnage hors norme qui tenta désespérément de rassembler tout l’islam, sunnite, chî’ite duodécimain et ismâ ‘îlien, juristes et sûfis, sous son autorité en recourant à des moyens intellectuels variés et à des stratagèmes étonnants. Ayant toutes ses racines à Bagdad, pour lui ne comptait que ce qui se passait dans cette immense mégapole et dans les environs proches ; peu interessé par le djihâd, il supportait mal la prétention de Salâh al-dîn qu’il détestait parce que celui-ci s’était donné le laqab d’al-Malik al-Nâsir (le Roi victorieux) que le calife aurait voulu se réserver ; alNâsir excitait la hargne traditionnelle des Iraqiens contre les Syriens. Le texte qui suit montre combien la reconquête de Jérusalem n’impressionnait guère les sunnites iraqiens alors que l’empereur byzantin avait fait connaître à Salâh al-dîn sa satisfaction lors de la reprise par les musulmans de la ville sainte aux Francs, étrangers venus d’Occident. Il faut avoir en tête cette complexité des rapports à l’intérieur même de l’islam, d’une part, et du christianisme, d’autre part, pour espérer sortir des affirmations réductrices traditionnelles sur l’affrontement croisés contre musulmans.

2Quand le Sultân eut conquis Jérusalem, l’amîr Shams al-dîn Muhammad b. ‘Abd al-Malik, connu sous le nom d’Ibn al-Muqaddam, demanda au Sultân la permission de faire le pèlerinage. Il désirait s’éloigner de Jérusalem ; en effet, il voulait, en une même année, avoir accompli le djihâd et le pèlerinage, visiter Hébron/al-Khalîl, la ville d’Ibrâhîm, sur lui soit le salut, ainsi que les sanctuaires de prophètes (mashâhîd al-anbiyâ’) se trouvant en Syrie et le tombeau du Prophète que les bénédictions d’Allâh soient sur lui ainsi que le salut ! Le Sultân lui en accorda la permission.

3Cette année là, aux pèlerins venant de Syrie, s’étaient joints en grand nombre des pèlerins venus d’Iraq, d’al-Mawsil, des provinces de Djazîra, de Khilât et des régions d’al-Rûm (Anatolie anciennement byzantine, dominée alors par les Turcs) et d’autres provenances. Ils désiraient procéder à la fois à la visite de Jérusalem, juste reconquise et au pèlerinage à La Mecque. On désigna à leur tête Shams al-dîn Ibn al-Muqaddam comme amîr du pèlerinage. Ils partirent et parvinrent à ‘Arafa, sains et saufs, là ils firent halte.

4Quand arriva la veille du jour de ‘Arafa, Shams al-dîn et ses hommes se préparèrent à se mettre en marche et il donna l’ordre de faire frapper les timbales qui donnent le signe du départ. Ses hommes frappèrent les timbales. Alors, l’amîr du pèlerinage des ‘Iraqiens, c’était Muhiyy al-dîn Tâshtakîn, envoya un messager lui signifier l’interdiction de conduire la marche de ‘Arafa avant lui. Il lui interdisait également de faire battre les timbales. Shams al-dîn lui fit répondre : « Je n’ai rien à voir avec toi ; tu es l’amîr du pélerinage d’Iraq ; je suis l’amîr de celui de Syrie. Chacun de nous deux peut procéder selon ce qu’il juge bon et qu’il choisit de faire ! » Il se mit en marche, ne faisant pas halte et n’obtempérant pas [à ce que l’autre lui avait ordonné].

  • 1 Batâtihim, terme dialectal iraqien, non attesté dans les dictionnaires, se comprend d’après le tex (...)

5Quand Tâshtakîn vit que Shams al-dîn persistait dans son refus d’obéir, il monta à cheval avec ses compagnons et ses soldats. Ils étaient accompagnés par la pègre (ghawghâ’) du pèlerinage des Iraqiens et leurs gros bras1, cela formait une foule très nombreuse. Ils marchèrent sur le pèlerinage des Syriens, cherchant à les terroriser. Quand ils s’approchèrent de ceux-ci, l’ordre leur parvint de tenir les pèlerins syriens en arrêt. Ils furent incapables de les forcer à s’en retourner. Alors, les convoiteux d’Iraq attaquèrent les pèlerins de Syrie, les tuant un grand nombre. Ils pillèrent leurs bagages. Un groupe de femmes furent capturées, sauf celles qui parvinrent à repousser les assaillants.

6Shams al-dîn avait reçu plusieurs blessures alors qu’il tentait d’empêcher ses compagnons d’engager le combat. S’il les avait autorisés à se défendre, il aurait agi avec justice et même davantage, mais le regard d’Allâh posé sur lui comme la sainteté du lieu et du jour l’en avaient empéché. Quand il fut couvert de blessures, Tâshtakîn l’emmena dans sa tente pour le soigner. Il l’installa auprès de lui afin de réparer la mauvaise action qu’il avait commise à son égard. Ils quittèrent ‘Arafa cette nuit-là. Le lendemain, Shams al-dîn mourut et on l’enterra dans le cimetière d’al-Mu‘allâ.

  • 2 Mourir au jihâd ou mourir au pèlerinage équivaut au martyre et donne droit à un accès direct au pa (...)

7C’est ainsi qu’il accéda au martyre après avoir accompli le djihâd et avoir conquis Jérusalem ! Qu’Allâh l’ait en miséricorde2 !

8Tâshtakîn fut saisi de crainte à l’égard du crime qu’il avait ordonné. Comment n’avait-il pu respecter l’ordre d’Allâh à propos du Haram al-Sharîf ? Comment avait-il pu être responsable d’une agression contre les pèlerins se rendant à la maison d’Allâh le Très Haut, et verser leur sang contre tout droit ? Il rédigea un procès-verbal présentant sa version. Il obligea les notables parmi les pèlerins venant de toutes les contrées d’écrire de leur écriture [qu’ils avaient été témoins de] ce qu’il avait spécifié. Ils l’écrivirent de leur écriture, à contrecoeur. Son excuse était qu’il avait blâmé Shams al-dîn de faire frapper les timbales et qu’il le lui avait interdit et que Shams al-dîn avait refusé d’obtempérer.

9Quand cette affaire remonta auprès de l’Imâm al-Nâsir li-dîn Allâh, Prince des Croyants, il condamna gravement ce qui s’était passé, l’attribuant à l’absence de jugement de Tâshtakîn. La place que celui-ci occupait auprès de lui s’amoindrit de ce fait. Puis, deux ans plus tard, il se détourna de lui ; il fit emprisonner Tâshtakîn qui fut longtemps détenu. Puis, quelques temps plus tard, le calife lui pardonna et lui confia le gouvernement militaire de la province du Khûzistân ainsi que la perception du kharâj. Il désigna un autre amîr pour le pèlerinage.

10Quand le Sultân apprit le martyre de Shams al-dîn, il en fut attristé et regretta de l’avoir perdu. Il désigna à son poste son fils Tzz al-dîn et il lui confirma le bénéfice des iqtâ‘-s de son père.

11Ibn Wâsil, Mufarrij al-kurûb, tome II, p. 250.

Notes

1 Batâtihim, terme dialectal iraqien, non attesté dans les dictionnaires, se comprend d’après le texte parallèle d’Ibn al-Athîr qui ajoute un troisième terme wa-l-tumâ‘a, les convoiteux.

2 Mourir au jihâd ou mourir au pèlerinage équivaut au martyre et donne droit à un accès direct au paradis, sans jugement préalable, ce que la remarque de l’historien suggère.