Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

45. Le roi d’Aragon donne Alchañiz à l’ordre militaire de Calatrava (1179)

Traduction de P. Buresi.

Texte intégral

1En 1158, le roi de Castille Sanche III donne la ville de Calatrava, située sur le Guadiana, à l’abbé cistercien Raymond de Fitero. Les Templiers, qui tenaient la place, refusent en effet de la défendre face aux Almohades qui viennent de reprendre la ville d’Alméria (1157), conquise par Alphonse VII de Castille-Leon dix ans plus tôt. Raymond de Fitero, avec quelques compagnons, décide de défendre la ville et, s’inspirant du modèle templier, décide de fonder un ordre militaire d’inspiration cistercienne. Le premier ordre militaire hispanique est né. Il obtient rapidement des terres, des châteaux et des droits, donnés principalement par le roi de Castille, une confirmation de ses statuts par le chapitre de Cîteaux et la confirmation pontificale de ses propriétés et de ses privilèges.

2Le risque était grand pour les autres royaumes de voir la Castille utiliser contre eux cet ordre de guerriers professionnels, fondé certes à l’origine pour la lutte contre l’Islam, mais susceptible de se retourner contre des chrétiens si le roi de Castille, son bienfaiteur, l’exigeait. Pour parer le risque, les autres souverains favorisent les ordres qui naissent sur leur territoire. Ainsi, une dizaine d’années plus tard, lorsque l’ordre de Santiago naît en León, dans des circonstances relativement obscures, sans doute d’une confrérie (hermandad) de chevaliers, Ferdinand II lui donne-t-il de nombreuses terres situées dans les régions frontalières du royaume avec l’Islam et aussi avec la Castille. Mais la parade la plus efficace réside dans l’« internationalisation » des ordres militaires. Très vite, le souverain de Castille commence à favoriser l’ordre léonais de Santiago en lui donnant la forteresse d’Uclés, cependant que l’ordre de Calatrava voit ses intérêts favorisés par le monarque léonais.

3La donation par Alphonse II d’Aragon du château et des territoires d’Alchañiz à l’ordre de Calatrava en 1179 participe du même processus. C’est pourquoi le texte de la charte mentionne l’obligation de « faire la guerre et la paix » pour le roi et la fidélité que les frères de l’ordre lui doivent. Recevant des biens et des privilèges dans les différents royaumes chrétiens de la Péninsule, les ordres militaires perdent tout intérêt à s’engager aux côtés d’un souverain plutôt que d’un autre. Ainsi, dès la fin du XIIe siècle, l’implantation frontalière de leurs propriétés face à al-Andalus, la fidélité qu’ils doivent aux différents monarques chrétiens et leur vocation militaire, font d’eux les « défenseurs de la chrétienté » et les spécialistes de la lutte contre l’Islam.

4Au nom de la sainte Trinité et indivisible Majesté. Qu’il soit clair à tous les hommes, présents et à venir, que moi, Alphonse, par la grâce de Dieu, roi d’Aragon, comte de Barcelone et marquis de Provence, je fais cette charte de donation à Dieu notre seigneur et aux frères de Calatrava présents et à venir. Il me plaît par bonne intention et par libre volonté, pour le salut de mon âme, et celles de mon père, de ma mère et de mes autres parents, pour la défense et l’exaltation de la chrétienté et l’oppression des païens, de donner et de concéder en perpétuité, au seigneur Dieu et à la maison susdite et aux frères qui y servent Dieu, présents et à venir, le château (castrum) et la ville d’Alchaniz, avec ses territoires ci-dessous nommés, c’est-à-dire du côté de Saint-Pierre de Calanda, selon la séparation des territoires d’Alchaniz avec les territoires de Saint-Pierre de Calanda, et jusqu’à la colline des Confrères, et jusqu’à Casp le long des territoires de Casp qui m’appartiennent jusqu’à Iberum et selon la limite entre les territoires d’Alchaniz et ceux d’Adcon, et par le fleuve d’Algares jusqu’au pic de Bine, puis jusqu’au Pic d’Aznarlagamma, et jusqu’à Socespalda ; et selon la limite avec les territoires de Monterrubeo, ensuite jusqu’à Valbobera et jusqu’à Jaganta et la Sierra de Molinos, et d’Exulf en direction de Mezquita jusqu’à Arannoval et le long de la limite avec les territoires de Montealvano et d’Obon et d’Oliet et d’Arinno et d’Alvalat et de Jocar.

5Je fais la donation susdite avec tous les territoires nommés, déserts et peuplés, avec les plaines et les montagnes, avec les pâturages, avec les eaux, et les cours d’eau, avec les forêts et les taillis, les bois, les pêches, les chasses et tout le reste qui appartient à l’usage des hommes et à mon droit. Et je concède ce présent acte de manière perpétuelle au seigneur Dieu et à la maison déjà nommée de Calatrava, et aux frères présents et à venir qui y servent Dieu, pour qu’ils l’aient en possession libre, franche et ingénue, sans aucune diminution à leur propre propriété, pour la défense et l’exaltation de la chrétienté et l’oppression de la terre et de la nation (gentem) des païens. De telle manière aussi que, de ce château, ils fassent la paix et la guerre contre les païens pour moi et mes successeurs, en me restant toujours fidèle, à moi et à ma descendance pour tous les siècles. Amen. Seing du roi Alphonse d’Aragon, comte de Barcelone et marquis de Provence.

6La charte de cette donation a été faite à Feriza, au mois de mars de l’ère mille deux cents dix-sept, entre les mains de Martin Pérez, en ce temps-là maître de Calatrava, et de son frère Sanche Pérez et du frère Furtadus.

7Moi, Roi Alphonse, régnant en Aragon, à Barcelone et en Provence. Pierre, évêque de Saragosse ; Jean, évêque de Tarazone ; Étienne, évêque de Huesca ; Blasco Romeu, seigneur à Saragosse, Artallo, porte-étendard (alférez) du roi à Alagon ; Blasco Mendoza à Borga ; Rinino Romeu à Tirasona ; Pierre Ortez à Aranda ; Rimino de Orrea à Epila ; Pierre de Castelazol à Calatayud ; Michael de Sainte Croix à Daroca et Therol ; Pierre Ladron à Belchite ; Pierre de Sos à Sos ; Gombald Benavent à Bel ; Marcho Férez à Huesca ; Fortuné de Stada à Stadela ; Pèlerin de Castelazol à Alchezer ; Sanche d’Orta majordome du roi.

8Moi, Bernard de Caldis, scribe du seigneur roi, j’ai écrit cette charte et je fais ce seing.

9Bullarium ordinis militioe de Calatrava, D. Ignatij Josephi de Ortega y Cotes, D. Joannis Francisci Alvarez de Baquedano, D. Petri de Ortega Zuniqa et Aranda, éd. Antonij Marin, 1761, rééd. D. W. Lomax, Barcelone (« Biblioteca de Historia Hispánica »), 1981, écrit, XIII, p. 13.

Bibliographie

Bibliographie

Carlos de Ayala Martinez et alii, « Ordenes Militares en la Edad Media peninsular. Historiografia I. Reinos de Castilla y León », Medievalismo, Boletín de la Sociedad espanola de estudios medievales, 2, 1992, Madrid, p. 119-169 : mise au point historiographique et références bibliographiques. – Alan J. Forey, « The military orders and the Spanish reconquest in the twelfth and thirteenth centuries », Traditio, 40, 1984, p. 197-234, rééd. Military Orders and Crusades, Variorum Reprints, Aldershot, 1994. – Id., The Military Orders. From the Twelfth to Early Fourteenth centuries, Londres, 1992. – Id., « The Military Orders 1120-1312 », The Oxford Illustrated history of the Crusades, Oxford, 1995, p. 184-216. – Joseph F. O’Callaghan, The Spanish military Order of Calatrava and its affiliates, Variorum Reprints, Aldershot, 1975.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540