Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

44. Francs et Egyptiens à la bataille de Tell Djezer (Montgisard) le 25 novembre 1177

Texte intégral

1L’une des plus remarquables victoires franques de l’époque des croisades est remportée par le roi Baudoin IV (atteint de la lèpre) à la tête de la chevalerie du sud du royaume (les Ibelin, seigneurs de la région de Ramla, Renaud de Châtillon qui semble avoir joué aussi un rôle important), renforcé par les Templiers de Gaza, sur une armée considérable dirigée par Saladin qui envahissait le royaume depuis l’Égypte. Les chrétiens avaient menacé l’Égypte d’une invasion franco-byzantine, qui finalement ne put se faire du fait du refus du comte Philippe de Flandre, venu peu avant en Terre Sainte en croisé avec une troupe importante, et sur le concours duquel on comptait beaucoup, de se joindre à l’opération. Il engage en revanche avec les princes du nord, Tripoli et Antioche, dans les derniers mois de 1177, des opérations sans envergure ni succès contre les places musulmanes de Homs, puis de Hârim (Harenc). Ces provocations, et la certitude que l’Égypte ne risquait rien, amènent Saladin à organiser une puissante armée qui traverse le Sinaï en longeant la côte et marche sur Jérusalem en novembre 1177. Averti, le roi Baudoin IV a le temps de venir s’enfermer dans Ascalon avec moins de cinq cents cavaliers levés à la hâte, pendant que Saladin, trop confiant dans la force de son armée, dépasse cette ville et s’avance vers le nord en laissant des contingents de son armée s’éparpiller pour ravager les localités chrétiennes des environs. Une manœuvre audacieuse et inopinée de Baudoin IV et de sa petite armée, profitant de ce que les musulmans n’ont pas laissé d’arrière garde devant la ville pour prévenir toute surprise, sortant d’Ascalon, longeant la côte sans être vus pour revenir ensuite vers l’est attaquer l’armée de Saladin à un moment où elle est quelque peu désorganisée par la traversée d’un ravin, sans lui laisser le temps de la mettre en bon ordre de bataille, débouche sur un succès complet des Francs, qui sauve peut-être momentanément le royaume de Jérusalem. Le récit de la bataille comporte un passage très intéressant où Guillaume de Tyr, en véritable historien, se soucie d’expliquer de façon extrêmement « moderne » la structure de l’armée ennemie, dont il détaille très bien certaines caractéristiques (les tawâshî/s sont effectivement la catégorie des cavaliers d’élite, et les qaraghulâmî/s les cavaliers de seconde catégorie). Les chiffres sont probablement surévalués, mais dans des proportions qui ne les rendent pas invraisemblables.

2Nous pensions qu’ils [l’armée de Saladin] installeraient leurs camps devant la ville cette nuit, là où ils étaient la veille, ou bien qu’ils se mettraient plus au voisinage de la ville pour fermer le siège. La vérité est qu’ils ne prirent aucun repos, ni eux ni leurs chevaux, parcourant toute la région par bandes, chacun pillant où l’élan le poussait. Il y avait parmi eux un satrape d’origine arménienne nommé Ivelin, vaillant à la guerre, ouvert aux tentations, un apostat qui avait abandonné la foi du Dieu médiateur pour suivre l’impiété des gentils. Avec sa troupe il alla jusqu’à Ramla, une ville dans la plaine, la trouva vide car les habitants du lieu s’étaient méfiés du fait qu’elle n’était pas bien fortifiée : les uns avaient suivi l’expédition de Baudoin jusqu’à Ascalon, d’autres en troupe plus faible s’étaient transportés à Jaffa avec les femmes et les enfants, d’autres avaient grimpé jusqu’à un château assez bien fortifié situé dans la montagne, du nom de Mirabel. Après avoir incendié cette ville, Ivelin s’avança avec sa suite vers la ville limitrophe de Lidda, divisa ses troupes, l’encercla soudainement et l’attaqua de flèches en grand nombre et de toutes sortes d’armes, et la harcela sans s’arrêter. Toute la population s’était sauvée au-dessus de l’église Saint-Georges.

3Pendant que ceci se passait, le seigneur roi, apprenant que la multitude des ennemis avait occupé ses confins de long en large, sort d’Ascalon avec les siens, se prépare à faire face à l’ennemi, préférant tenter le risque de la bataille que soutenir le pillage, l’incendie et le massacre des siens. Sortant du côté de la mer, suivant le littoral pour ne pas être vu et pouvoir surprendre l’ennemi, il parvient à la plaine où Saladin s’était installé, et aligne son armée dans tout son appareil, à cheval et à pied, rejoint par les frères de la milice du Temple qui étaient restés à Gaza [...]. Avec le roi se trouvaient Odon de Saint-Amand, le maître de la milice du Temple et quatre-vingts des siens, le prince Renaud, Baudoin de Ramla et Balian son frère, Renaud de Sidon, le comte Josselin, oncle du roi et sénéchal : à eux tous, de toute condition, ils étaient tout juste trois cent soixante-quinze. Après avoir invoqué l’aide du ciel, devant eux le merveilleux bois vivifiant de la croix porté par l’évêque de Bethléem, le seigneur Albert, tous se préparèrent à combattre vigoureusement et dans l’ordre qui avait été fixé. En même temps, ceux des ennemis qui étaient partis plus loin piller et incendier venaient les uns après les autres s’ajouter aux formations ennemies, leur nombre grossissait, en sorte que les nôtres étaient poussés à désespérer non seulement de la victoire, mais aussi du salut et de la liberté, à moins que le Seigneur qui n’oublie pas ceux qui espèrent en lui, dans sa clémence, ne les soulevât par une inspiration intérieure. Les ennemis ordonnent leurs rangs selon la discipline militaire, décidant qui combattrait en premier, qui en secours.

4Alors les rangs des guerriers se rapprochèrent graduellement, la bataille commença, d’abord l’issue fut incertaine malgré l’inégalité des forces, puis les nôtres, qui se pressèrent avec plus de courage, rendus plus fort que d’habitude par une grâce céleste qui les habitait, brisèrent les légions et les mirent en fuite. Lorsque j’ai voulu savoir et cherché avec diligence dans de nombreuses relations véridiques quel était le nombre des ennemis, il apparut qu’il était entré à l’intérieur de nos confins vingt-six mille cavaliers équipés, sans compter ceux qui montaient des bêtes de somme et des chameaux ; sur ce nombre, huit mille étaient remarquables, les Turcs les appellent dans leur langue Toassim, et les dix-huit mille restants n’en faisaient pas partie, les Turcs les appellent Caragolam. Parmi les plus remarquables, il y en avait mille revêtus de soie de couleur safran par dessus leurs cuirasses, de même que l’était Saladin, qui l’assistaient comme gardes du corps privés. En effet, les satrapes des Turcs et leurs plus grands princes, qu’eux-mêmes appellent Emir en langue arabe, ont l’habitude d’élever avec soin des adolescents nés d’esclaves, ou achetés ou tombés entre leurs mains dans des combats ; ils les instruisent diligemment dans la discipline de la guerre ; lorsqu’ils sont devenus adultes, ils leur donnent un salaire proportionné au mérite de chacun et leur confèrent même des possessions considérables. Dans les hasards de la guerre, ils ont l’habitude de leur confier le soin de veiller à la sûreté de leurs personnes, et mettent beaucoup d’espoir en eux pour remporter la victoire. Ils les appellent en leur langue Mamelouks. Entourant sans cesse leur seigneur, ils font tous ensemble les plus grands efforts pour éloigner de lui les blessures et le suivent jusqu’à la mort. Ceux-ci continuèrent à se battre avec constance et persistèrent jusqu’au moment où leur seigneur prit la fuite, si bien que, tandis que les autres se sauvaient, les Mamelouks furent presque tous tués [...].

5Cette belle victoire, à jamais mémorable, nous fut accordée par le Ciel la troisième année du règne de Baudoin IV, le 18 novembre, le jour de la fête des saints martyrs Pierre d’Alexandrie et de la vierge Catherine. Le seigneur roi étant retourné à Ascalon, y attendit l’arrivée de tous ceux qui avaient poursuivi les fugitifs de divers côtés ; ils furent tous rassemblés le quatrième jour. On les voyait arriver chargés de butin, traînant à leur suite des esclaves, des troupeaux de chameaux, des chevaux, des tentes, exultant, « comme les vainqueurs après la prise du butin, quand ils partagent les dépouilles », selon ce que dit le prophète.

6Qu’il soit permis ici de regarder avec attention et de considérer intérieurement la largesse du don divin, et de dire comment le pieux consolateur voulut revendiquer pour lui toute la gloire qu’il a manifestée dans sa libéralité envers nous. Certes, si le comte de Flandre, le prince d’Antioche, le comte de Tripoli, et cette multitude de chevaliers alors absente eussent pris part à l’œuvre présente divinement dirigée par le Ciel, à la façon des imprudents que l’orgueil surprend d’habitude dans la prospérité, ils n’eussent pas craint, sinon de dire, du moins de penser : « C’est notre main excellente et non le Seigneur qui a fait tout ceci. Et maintenant, suivant Sa parole où il est écrit : « Moi, je ne donnerai point ma gloire à un autre », le Seigneur, se réservant pour lui seul toute l’autorité et toute la gloire, utilisant les services non d’un grand nombre mais de peu d’hommes et renouvelant dans sa clémence les miracles de Gédéon, a détruit une immense multitude, signifiant que c’est à lui-même et non à un autre qu’appartient le bienfait où un seul poursuit mille, et deux mettent en fuite dix mille [...].

7Tandis que ces choses se passaient auprès de nous, le comte de Flandre et ceux qui étaient avec lui continuaient à assiéger le château de Harenc, mais inutilement. Adonnés aux plaisirs dissolus, ils s’occupaient plus de jeux de dés et autres voluptés nocives que ne l’exigeaient la discipline militaire ou la règle d’un siège. Ils se rendaient sans cesse à Antioche pour s’adonner aux bains, aux excès de table, à l’ébriété et autres voluptés lubriques, ils abandonnaient le siège à la paresse [...].

8Guillaume de Tyr, XXI, 20-24 (trad. Monique Zerner, dans Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en terre sainte. XIIe-XVIe siècle, Paris, 1997, coll. « Bouquins », p. 699-701).

Bibliographie

Bibliographie

Malcolm Cameron Lyons et D.E.P. Jackson, Saladin, the Politics of the Holy War, Cambridge, 1982. — Joshua Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, t. 1, Paris, 1969. — Steven Runciman, A History of the Crusades, vol. II, The Kingdom of Jerusalem and the Frankish East, 1100-1187, Cambridge, 1952.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540