Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

43. Alphonse VIII de Castille promet d’obtenir le versement d’un tribut par Ibn Mardanîsh à Alphonse II d’Aragon (1170)

Texte intégral

1En 1170, la situation de l’émir Ibn Mardanîsh de Murcie, face à la menace d’une offensive almohade massive contre ses territoires de l’est d’al-Andalus (Murcie et Valence) est critique. Déjà en 1165 une expédition almohade avait envahi la région murcienne et remporté près de cette capitale la victoire de Fahs al-Djallâb. Mais la ville n’avait pas été assiégée et l’armée s’était retirée. L’émir de Murcie a été abandonné en 1169 par son principal allié, son beau-père Ibn Hamushk, qui tenait Segura et Jaén, et qui s’est rallié au tawhîd almohade. Dès le printemps 1170 des forces almohades, réclamées par Ibn Hamushk qui doit résister à Jaén aux attaques d’Ibn Mardanîsh et conseillées par lui, commencent à se préparer à Cordoue pour envahir la région levantine. Le calife Yûsuf Ier à Marrakech a lui-même l’intention de venir participer aux opérations destinées à mettre fin à la « sécession » d’Ibn Mardanîsh et à réunifier l’Andalus. Cette invasion, retardée pour diverses raisons (en particulier les menaces sur la frontière léonaise et les problèmes de santé du calife), n’aura lieu qu’en 1171. Mais on est certainement informé très tôt de ces préparatifs à Murcie et dans l’Espagne chrétienne. Ibn Mardanîsh, que les sources chrétiennes désignent toujours sous le nom de « roi Lope » (Lupus, Lubb en arabe) s’était toujours largement fourni en mercenaires en pays chrétien, surtout semble-t-il en Castille. Alphonse VIII (1158-1214) cherche apparemment à apporter une aide diplomatique à l’émir murcien, avec lequel il entretient de bons rapports, et achète la neutralité d’Alphonse II d’Aragon-Barcelone (1162-1196) en lui promettant la reprise du paiement de parias que l’émir murcien avait antérieurement payées à Raymond Bérenger IV, s’il reste en paix avec Ibn Mardanîsh et s’abstient de toute alliance avec les Almohades (Masmutes/Masmûda). Le roi d’Aragon aurait pu en effet profiter des difficultés d’Ibn Mardanîsh pour étendre ses Etats vers le sud, comme l’y autorisait le traité de Tudilén passé en 1151 avec la Castille, qui reconnaissait aux Catalano-Aragonais des droits sur Valence et Murcie. On ignore quelles furent les suites de ce texte. Ibn Mardanîsh meurt en mars 1172 alors que ses Etats sont envahis et sa capitale assiégée, et ses fils font peu après leur soumission aux Almohades.

2Ceci est l’accord (conveniencia) fait entre A(lphonse) roi de Tolède et de Castille et Ildefonse roi d’Aragon, comte de Barcelone et marquis de Provence. Qu’il soit connu de tous que moi, A(lphonse), par la grâce de Dieu roi de Tolède et de Castille, sur le conseil de C(elebrun), archevêque de Tolède, R(aymond), évêque de Palencia, des comtes et des autres grands de ma curie, je vous promets fidèlement et légalement, à vous Ildefonse, mon parent, par la même grâce roi d’Aragon, comte de Barcelone et marquis de Provence, par cette foi et amitié que nous avons conclue et établie l’un envers l’autre avec nos barons, d’obliger pour vous Lupus, roi de Murcie, à vous garantir et à vous donner pendant cinq ans à compter des prochaines calendes de janvier, et au delà aussi longtemps que vous pourrez en convenir avec lui, la même somme que celle qu’il avait coutume de donner à votre père le comte de Barcelone de bonne mémoire, soit 40 000 gros morabatis d’or aux termes établis entre ce même roi et le comte susdit, ou moins s’il devait donner moins comme quand le comte alla en dernier lieu en Provence, comme cela a été établi et reconnu par G. Ramum, G. de Jorba et ceux qui recevaient cette somme pour le comte.

3De même, je conviens avec vous par cette même foi et amitié que, au sujet des griefs que vous dites avoir contre lui, ce même roi Lupus s’en remettra à l’arbitrage de quatre comtes, à savoir le comte d’Urgel, le comte N(uno), le comte G., et le comte P(ierre), ou de trois ou de deux d’entre eux s’ils ne pouvaient être plus nombreux. Et afin que toutes les choses susdites s’accomplissent complètement pour vous, j’ai fait jurer et prêter hommage pour vous au comte G. et au comte P(ierre), qu’ils garantiraient pour vous tout ce qui a été dit ci-dessus ; et si par hasard, ce qu’à Dieu ne plaise, cela ne se produisait pas, eux-mêmes se constitueraient otages en votre main et pouvoir jusqu’à ce que tout soit accompli pour vous, et ils ne pourraient partir sans votre accord. Si toutefois le comte P(ierre) cessait entre temps d’être mon vassal, il serait libéré de son serment, et G. Roiç le remplacerait dans ses obligations à votre égard.

4Ce serment obligera envers vous les comtes susdits jusqu’à ce que le roi L(upus) se soit engagé (par traité) à vous donner ledit avoir correctement et sans tromperie à votre égard, après quoi ils seront libérés de leur serment. Quant à moi je serai engagé envers vous par cette convention jusqu’à ce même moment où cela sera intégrlement accompli, et eux-mêmes seront également engagés envers vous sur cela du fait de l’amitié concertée entre moi et vous.

5De mon côté, moi, I(ldefonse), par la grâce de Dieu roi d’Aragon, comte de Barcelone et marquis de Provence, avec le conseil des barons de ma curie, des évêques et de mes autres magnats, je m’engage en foi et loi envers vous A(lphonse) mon parent, par la même grâce roi de Tolède et de Castille, par la foi et amitié que nous avons conclue et établie l’un envers l’autre avec nos barons, à être en paix pendant 5 ans avec le roi L(upus) s’il me donne cet avoir, et de la conserver avec lui à cause de l’amour et de l’amitié qu’avait avec lui le comte de Barcelone lorsqu’il alla pour la dernière fois en Provence, et de n’avoir pendant le même temps aucune paix ou d’amitié avec les Masmudas (Masmutis). De la même façon je conviens avec vous, en raison de la même foi et amitié, que des plaintes que le roi L(upus) pourrait déclarer avoir contre moi, je constitue comme arbitres 4 comtes : P. comte d’Urgel, le cmte N(uno), le comte G., le comte P(ierre), ou trois ou deux d’entre eux si davantage ne peuvent être présents. Pour que toutes ces choses soient accomplies, je vous fais prêter serment et hommage (par) R(aymond) Folch, R(aymond) de Moncada et G(uillaume) de Saint Martin, d’accomplir envers vous tout ce qui est dit ci-dessus, ou s’il arrive, ce qu’à Dieu ne plaise, que cela ne soit pas fait, qu’ils viennent comme otages en votre main et pouvoir jusqu’à accomplissement sans s’en aller sans votre accord. Les susdits seront engagés envers vous par ce serment jusqu’à ce que le roi L(upus) se soit engagé à me donner ledit avoir, et moi de mon côté à faire la paix avec lui pour le temps indiqué, après quoi ils seront libérés de leur serment.

6Moi comte N(unius), je jure de faire et accomplir de bonne foi et sans tromperie toutes ces choses telles qu’elles sont indiquées ci-dessus, par Dieu et les quatre saints Evangiles, et je vous en fais hommage, à vous I(ldefonse), roi d’Aragon. Moi comte G., moi comte P(ierre), moi G. Roiç nous jurons semblablement et faisons hommage. Moi R(aymond) Folch et moi R(aymond) de Moncada, et moi G(uillaume) de Saint Martin nous jurons de faire et d’accomplir sans tromperie toutes les choses qui sont dites et promises ci-dessus par notre seigneur le roi d’Aragon, par Dieu et les quatre saints Evangiles, et vous faisons hommage à vous A(lphonse) roi de Castille.

7Charte faite en la Saint Facundus, Il nones de juillet, ère MCCVIII.

8Celebrunus, archevêque du siège de Tolède et primat des Espagnes, témoin ; Raymond évêque de Palencia, témoin. Comte N(unius) témoin. Comte G., comte P(ierre), G. Roiç, témoins. Rodericus Gotereç témoin. Albarus Roderici témoin. Petrus Garsie témoin. M. Gonsalvez témoin. Willelm, évêque de Barcelone, témoin. P(ierre), évêque de Saragosse, témoin. R (aymond) de Montcada, témoin. R Folc, témoin. Willelm de Sancto Martino, témoin. P. de Barcelone, témoin.

9Raymond, chancelier du roi, a écrit cette charte.

10D’après la transcription de Miguel Gual Camarena, Precedentes de la Reconquista valenciana,Valence, Institución Alfonso el Magnánimo, 1953, pp. 222-224, d’après le parchemin no 85 d’Alphonse II aux Archives de la Couronne d’Aragon, (aussi dans A.S. Sanchez Casabon, Alfonso II Rey de Aragon... Documentes (1I62-1J96), Saragossse, 1995, document 90).

Bibliographie

Bibliographie

Ambrosio Huici Miranda, Historia política del imperio almohade, vol. I, Tetouan, 1957. — Pierre Guichard, Les Musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), vol. I, Damas, 1990.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site