Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

42. Les péages des marchandises importées du monde musulman dans la vallée de l’Ebre (seconde moitié du xiie siècle)

Texte intégral

1Ce document latin du roi Alphonse II d’Aragon (1162-1196), donné à connaître, transcrit et étudié par Miguel Gual Camarena, se trouve recopié, sans indication de sa date exacte, dans une confirmation postérieure, accordée par son petit-fils Jacques Ier en 1252, dont l’original sur parchemin est conservé aux archives de Lérida. Il fixe les tarifs de douane et péages perçus sur les marchandises en provenance des zones musulmanes de la Péninsule et du Maghreb. Il s’agit donc d’un texte postérieur à la reconquête de Tudela (1119), Tortosa (1148) et la vallée de l’Ebre, sur le cours duquel se trouvent toutes les stations indiquées, et antérieur à celle de Valence (1238). Il présente l’intérêt de fournir une liste assez détaillée des produits, qui semblent correspondre essentiellement à des importations, donc à des exportations des pays d’Islam, transportés le long de cette voie fluviale, en donnant peut-être une certaine idée de leur valeur respective selon une échelle de taxation. Il ne dit rien de l’origine des marchands qui transportent ces marchandises. L’unité de poids ou quintal a une valeur variable selon les régions ; ici la charge correspond à 5 quintaux.

2Au nom du Seigneur et selon sa grâce. Qu’il soit connu de tous, aussi bien présents que futurs, que moi, Alphonse, par la grâce de Dieu roi d’Aragon, comte de Barcelone et marquis de Provence, fais sur ma terre et dans mon royaume un établissement pour l’amélioration de tous les péages situés entre Tortosa et Tudela et entre Tudela et Tortosa, [pour des marchandises] en provenance de Ceuta, de Bougie, de Valence et de tous autres lieux.

3J’ordonne que la charge de brésil, de Tortosa à Tudela, donne 20 sous, ainsi répartis : que Tortosa ait 2 sous, Azcho 12 deniers, Mequinenza 12 deniers, Vilella 12 deniers, Pina 2 sous, Saragosse 8 sous, le Castelar 12 deniers, Alagón 2 sous, Galur 2 sous.

4De même la charge de cochenille (ou quermès : grana) donne 20 sous qui se répartissent entre ces villes de la même façon que pour le brésil.

5De même la charge de peaux de lapins, 20 sous, répartis ainsi qu’il est écrit entre ces villes.

6De même la charge d’indigo 20 sous répartis encore entre ces villes comme il est écrit.

7De même la charge de laque donne 20 sous qui se répartissent aussi entre ces villes comme il est écrit.

8De même la charge de cordouans blancs ou rouges donne 20 sous ; et ces 20 sous ce répartissent entre ces villes comme écrit ci-dessus.

9Et la charge de peaux de chèvres (buchines) donne de Tortosa à Tudela 10 sous. Et ces 10 sous se répartissent de telle sorte que Tortosa ait 12 deniers, Azcó 6 deniers, Mequinenza 6 deniers, Vilella 6 deniers, Pina 12 deniers, Saragosse 4 sous, Le Castelar 6 deniers, Alagón 12 deniers, Galur 12 deniers.

10De même la charge de cire donne 10 sous, et ces 10 sous se répartissent entre ces villes de la même façon que pour les buchines ainsi qu’il est précisé pour les charges taxées de 10 sous.

11Et la charge d’étain et de cuivre donne 5 sous de Tortosa à Tudela. Ces 5 sous se repartissent ainsi : que Tortosa ait 6 deniers, Azcô 3 deniers, Mequinenza 3 deniers, Vilella 3 deniers, Pina 6 deniers, Saragosse 2 sous, le Castelar 3 deniers, Alagón 6 deniers, Galur 6 deniers.

12De même la charge d’alun donne 5 sous, qui se répartissent entre ces villes ainsi qu’il est écrit ci-dessus pour l’étain et le cuivre.

13De même la charge de coton donne 5 sous, qui se répartissent entre ces villes ainsi qu’il est écrit ci-dessus pour l’étain et le cuivre.

14De même la charge d’alun donne 5 sous, qui se répartissent entre ces villes ainsi qu’il est écrit ci-dessus pour l’étain et le cuivre.

15De même le quintar d’épices donne 5 sous, qui se répartissent entre ces villes ainsi qu’il est écrit ci-dessus pour l’étain et le cuivre.

16De même la charge de cumin donne 5 sous, qui se répartissent entre ces villes ainsi qu’il est écrit ci-dessus pour l’étain et le cuivre.

17De même la charge d’origan donne 5 sous, qui se répartissent entre ces villes ainsi qu’il est écrit ci-dessus pour l’étain et le cuivre.

18Et la charge de fer ou d’acier ou de cleda (argile destinée au dégraissage des tissus ?) donne, de Tortosa à Tudela, pour chacun de ces produits, 2 sous et demi.

19Et ces deux sous et demi se répartissent ainsi : que Tortosa en ait 3 deniers, Azcó 3 oboles, Mequinenza 3 oboles, Vilella 3 oboles, Pina 3 deniers, Saragosse 12 deniers, le Castelar 3 oboles, Alagón 3 deniers, Galur 3 deniers.

20Et tout drap de soie donne : à Tortosa 2 deniers, à Azcó 1 denier, à Mequinenza 1 denier, à Vilella 1 denier, à Pina 1 denier, Saragosse 3 deniers, Le Castelar 1 denier, à Alagón 1 denier, à Galur 1 denier.

21Et la charge de buis donne à Galur 1 denier, à Alagón 1 denier, au Castelar 1 denier, à Saragosse 3 deniers, à Pina 1 denier, à Vilela 1 denier, à Mequinenza 1 denier, à Azcó 1 denier, à Tortosa 2 deniers.

22Et le quintal de sucre donne : à Tortosa 2 deniers, à Azcó 1 denier, à Mequinenza 1 denier, à Vilella 1 denier, à Pina 1 denier, à Saragosse 3 deniers, au Castelar 1 denier, à Alagón 1 denier, à Galur 1 denier.

23Alquimer (sorte de cape musulmane ?), cenicir (drap de couleur cendrée ?), albernochs (peut être burnous ?), de chaque pièce : 2 deniers à Tortosa, 1 denier à Azcó, 1 denier à Mequinenza, 1 denier à Vilela, 1 denier à Pina, 3 deniers à Saragosse, El Castelar 1 denier, à Galur 1 denier.

24Et de tout ce qui est écrit ci-dessus, que la charge soit de 5 quintaux.

25La charge de papier donne 20 sous, qui se répartissent comme indiqué ci-dessus.

26La livre de soie donne à Tortosa 1 denier, à Azcó 1 obole, à Mequinenza 1 obole, à Vilela 1 obole, à Pina 1 obole, à Saragosse 3 oboles, au Castelar 1 obole, à Alagón 1 obole, à Galur 1 obole.

27Que personne n’ose lever de péage supérieur à ce qui est indiqué. Et toutes les autres choses qui circulent comme marchandises, qu’elles payent pour (per) Valence selon ce qui est écrit ci-dessus. Quant à moi, je reçois tous les marchands qui vont par cette route dans ma garde, ma fidélité et ma sécurité, dans la mesure où ils donnent le péage qui est écrit ci-dessus. Et ceux qui prendraient davantage, ou commettraient quelque abus ou feraient quelque mal aux marchands, qu’ils perdent à tout moment ma grâce et mon amour, et encourent ma colère. Et j’ordonne fermement à mes merinos, à mes bailes, et à tout le conseil de Saragosse, et à tous [les gens] de la Ribera (= rives de l’Ebre) de [sévir] contre ces éventuels malfaiteurs et perturbateurs, s’il s’en trouve, de telle sorte qu’ils les détruisent physiquement et dans leurs biens s’ils les trouvent.

28Miguel Gual Camarena, « Peaje fluvial del Ebro (siglo XII) », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragon, VIII, 1967, p. 1-34.

Bibliographie

Bibliographie

Olivia Remie Constable, Trade and Traders in Muslim Spain. The Commercial Realignment of the Iberian Peninsula 900-1500, Cambridge, 1994.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site