Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

41. Le siège de Badajoz par les Portugais (1169)

Traduction de P. Buresi

Texte intégral

1À partir du milieu du XIIe siècle, la division politique des royaumes chrétiens de la péninsule Ibérique rend difficile la constitution d’un front commun face au pouvoir musulman d’al-Andalus. Les Almohades savent jouer de ces divisions pour affermir leur pouvoir. Contre la Castille, l’Aragon et le Portugal qui sont, du milieu du XIIe siècle jusqu’à 1228, leurs ennemis permanents, les dirigeants almohades développent leurs relations avec le royaume de Navarre, le seul qui n’ait pas de frontière avec l’Islam, et avec le León. C’est avec ce dernier que la collaboration est la plus forte : elle se manifeste par des échanges d’ambassadeurs, de troupes et d’informations, voire par une aide militaire directe. En 1169, le roi de Portugal vient apporter son soutien à Giraldo Sempavor qui tente de s’emparer de la ville almohade de Badajoz, située en théorie dans la zone d’expansion du León telle qu’elle a été définie au traité de Sahagún (1158). Pour défendre ses droits, le León apporte son soutien à la garnison almohade assiégée dans la citadelle de la ville.

2Le texte présenté évoque cet épisode et fournit des renseignements intéressants sur l’équipement militaire à l’époque. L’historiographie a souvent opposé, dans la péninsule ibérique au Moyen Âge, les chevaliers chrétiens cuirassés aux soldats musulmans sans armure ; il semble bien pourtant que cette interprétation soit à nuancer. Les textes arabes du XIIIe siècle sont souvent ambigus et leur traduction délicate. Le texte qui suit est de ceux-là : l’auteur, Ibn Sâhib al-Salâ, est un fonctionnaire du makhzan almohade (l’administration fiscale), à l’époque du règne de Yûsuf Abû Ya’qûb (1163-1184). Originaire de Beja dans l’Algarve, il nous a laissé une chronique intitulée Le Don de l’Imâmat (Al-Mann bi-l-imâma) qui est un témoignage de premier ordre sur l’histoire de l’Empire almohade entre les années 1159 et 1173.

3Ibn Sâhib al-Salâ rapporte dans l’extrait choisi comment la garnison almohade, assiégée en 1169 dans la citadelle de Badajoz par le roi de Portugal Alfonso Enríques et par son vassal Giraldo Sempavor, a été sauvée par Ferdinand II de León qui prend les assaillants à revers et qui rend la ville au souverain musulman, en vertu de l’alliance qu’il a passée avec lui. L’auteur évoque dans ce passage les préparatifs des troupes, mais il est très difficile de savoir s’il décrit les Almohades ou les troupes léonaises. Ambrosio Huici Miranda qui a publié une traduction espagnole du texte du Mann tranche en faveur des chrétiens ; or de nombreux éléments tendraient à montrer qu’il se trompe. Ce passage du Mann a été repris presque textuellement, et donc de manière aussi ambiguë, par le grand chroniqueur maghrébin Ibn’ldhârî, dans son Bayân, au tout début du XIVe siècle. Cet ouvrage a aussi été traduit par A. Huici. Or les contradictions contenues dans les deux traductions réalisées à quelques années d’intervalle indiquent une lecture rapide des originaux arabes qui ne prend pas en compte, dans la description des troupes, l’utilisation de lieux communs qui caractérisent habituellement les musulmans plutôt que les infidèles, même alliés. Dans les deux cas, il attribue le port des cuirasses et des casques en fer aux soldats chrétiens et non aux musulmans, quoiqu’il soit à peu près certain qu’il se trompe : la traduction que nous proposons tente de rendre l’ambiguïté du texte arabe.

  • 1 Les shuyûkh (sing. shaykh) désignaient à l’époque almohade les membres des grandes familles issues (...)
  • 2 C’est ainsi que les auteurs musulmans de l’époque désignent les rois de Portugal Alfonso Enríques ( (...)
  • 3 Il s’agit de Ferdinand II de León, surnommé al-Bibûdj, traduit « el Baboso » en espagnol.
  • 4 « Le petit roi » est le surnom donné par les musulmans à Alphonse VII, « l’Empereur » de Castille e (...)
  • 5 Les hâfizh-s (ou huffâzh au pl.) sont de hauts dignitaires de la hiérarchie almohade.

4Cette armée bénite fut bienheureuse : à peine était-elle arrivée à Séville en compagnie du shaykh1 défunt Abû Hafs qui était décidé à aller au secours des musulmans, à empêcher le traître ennemi, Ibn al-Rink2 - que Dieu le maudisse - de s’emparer de la ville de Badajoz, et à protéger les Almohades assiégés dans sa citadelle, et qui, dans ce but, s’était préparé à partir, qu’une bonne nouvelle arriva - due à la bonté de Dieu et au soutien qu’il apporte au pouvoir illustre : Ferdinand connu comme al-Bibûdj3 fils d’Alphonse le petit roi4, le seigneur de Ciudad Rodrigo, d’Ávila, de León et de Zamora, était arrivé avec son armée et un grand nombre de cavaliers et de fantassins pour défendre les musulmans en repoussant de Badajoz ses semblables, les infidèles, et en obéissant au Prince des Croyants - grâce soit rendue à Dieu pour Sa bonté. On rapporte que lorsque [le souverain léonais] arriva à proximité de Badajoz, il envoya son messager au hâfiz5 Abû ‘Alî ‘Umar b. Timsîlt qui était assiégé dans la citadelle avec les Almohades et les habitants andalous de la ville. Il leur dit : « Résistez, parce que je suis venu à vous pour éloigner votre ennemi, et veillez à m’aider pour que je puisse vous rejoindre. »

5Le hâfiz fit percer une porte dans la muraille de la citadelle de Badajoz, sur un côté caché, à l’insu des chrétiens alliés d’Ibn al-Rink - que Dieu le maudisse-, et quand [les Almohades] se furent assurés de l’arrivée de Ferdinand al-Bibûdj et de l’état de guerre entre lui et Ibn al-Rink, ils ouvrirent ce passage, et en sortirent tous ensemble vers la porte de la ville la plus proche et l’ouvrirent ; ils firent entrer par là l’armée de Ferdinand susdit, et il était avec eux, contre Ibn al-Rink et son armée, pour qu’elle puisse combattre à l’intérieur de la ville contre les chrétiens, tandis que les Almohades assiégés aidaient les partisans de Ferdinand déjà mentionnés ; ils s’étaient auparavant rangés en ordre de bataille après voir revêtu les solides cuirasses, les casques en fer brillaient sur leurs têtes, leurs membres étaient protégés, avant-bras et jambes [...].

6Les compagnons de Ferdinand al-Bibûdj redoublèrent d’efforts avec les musulmans contre l’armée d’Ibn al-Rink jusqu’à ce que Dieu la défasse pour la fortune du Prince des Croyants fils du prince des Croyants ; le maudit Ibn al-Rink, vaincu, s’enfuit, mais lorsqu’il chercha, inquiet et pris d’une peur violente, à passer la porte de la ville de Badajoz, Dieu voulut qu’entouré de ses soldats, dans la précipitation de sa fuite et dans sa volonté de s’ouvrir un chemin, le maudit Ibn al-Rink heurtât la barre de la porte avec sa jambe droite : il tomba sur place et s’évanouit. Les infidèles, ses compagnons, le transportèrent dans un lieu appelé Qâya près de Badajoz. Les chefs de Ferdinand al-Bibûdj le suivirent et le ramenèrent prisonnier à celui-ci. Il le mit aux fers, puis le libéra sur la supplique des chrétiens et le laissa partir à Coïmbre, sa ville, vaincu et humilié. Depuis ce jour, il ne monta plus jamais à cheval jusqu’à sa mort - que Dieu le maudisse et le plonge dans le feu.

7Ibn Sâhib al-Salâ, Al-Mann bi-l-imâma, éd. ‘A. al-H. al-Tâzî, Beyrouth, Dâr al-Gharb al-islâmî, 1987, p. 295-296 ; traduction espagnole par Ambrosio Huici Miranda, Al-Mann bi-l-imâma, Valence (Textos Medievales, 24), 1969, p. 143-144.

8Ibn ‘Idhârî, Al-Bayân al-Mughrib, éd. M. Ibn Tâwît, M. Ibrâhîm al-Kîttânî, M. Znaybar, A.-al-Q. Zamâma, Dâr alGharb al-Islâmî, Beyrouth, 1985, p. 106 ; trad. espagnole par A. Huici Miranda, Valence, (« Textos Medievales », 8), 1963, p. 408.

Bibliographie

Bibliographie

David Lopes, « O Cid português : Geraldo Sempavor. Novas fontes arabes sobre os seus feitos e morte », Revista portuguesa de História, 1, 1941, p. 93-109.

Notes

1 Les shuyûkh (sing. shaykh) désignaient à l’époque almohade les membres des grandes familles issues des tribus fondatrices du mouvement almohade.

2 C’est ainsi que les auteurs musulmans de l’époque désignent les rois de Portugal Alfonso Enríques (1139-1185) et Sanche Ier (1185-1212).

3 Il s’agit de Ferdinand II de León, surnommé al-Bibûdj, traduit « el Baboso » en espagnol.

4 « Le petit roi » est le surnom donné par les musulmans à Alphonse VII, « l’Empereur » de Castille et León (1126-1157), père de Sanche III de Castille (1157-1158) et de Ferdinand II de León (1157-1188).

5 Les hâfizh-s (ou huffâzh au pl.) sont de hauts dignitaires de la hiérarchie almohade.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540