Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

40. Les relations commerciales entre Islam et chrétienté (1169 et 1173)

Traduction de P. Buresi

Texte intégral

1Il est très difficile de se faire une image très claire des relations commerciales entre l’Islam et la chrétienté au Moyen Âge dans la péninsule ibérique. Du côté musulman, certaines consultations juridiques à propos de vol de bétail en période de trêve donnent quelques informations. La distinction semble très claire entre le temps de la paix et le temps de la guerre, le butin étant exclusif du commerce. Les échanges de biens et de personnes entre al-Andalus et les royaumes chrétiens ne cessent ainsi apparemment jamais, ce sont les modalités de l’échange qui évoluent en fonction des circonstances politiques et militaires.

2Si les autorités religieuses ne sont pas favorables au commerce entre chrétienté et Islam, le pouvoir politique semble beaucoup plus souple et paraît plus se préoccuper d’en tirer profit et d’en faire bénéficier les acteurs de la frontière, que de le limiter. C’est ce que révèlent les chartes chrétiennes accordées par le roi : d’un côté, le souverain exempte les seigneurs de la frontière du paiement des portages (portazgos), l’impôt commercial, dans le royaume, de l’autre, il leur accorde le droit de prélever ces taxes sur les convois qui traverseraient leurs seigneuries pour aller en terre des Maures ou pour en revenir. Progressivement avec l’implantation des ordres militaires sur la frontière de la chrétienté avec l’Islam, le roi organise la répartition des portages. Dans la charte de 1169, Alphonse VIII de Castille accorde un privilège permettant à l’ordre de Calatrava de prélever non seulement les taxes commerciales sur les troupeaux venant d’al-Andalus, mais aussi certains impôts royaux. En 1173, le roi castillan répartit le prélèvement des taxes sur les convois entre différents seigneurs de la frontière : l’ordre de Calatrava, grand propriétaire terrien entre Tage et Sierra Morena, et Rodrigo Rodriguez dont l’immense seigneurie était organisée autour de la place forte de Consuegra.

3Le réseau des portages s’étend au XIIe et au XIIIe siècles au fur et à mesure des progrès de l’urbanisation et des échanges. Le péage est non seulement un instrument fiscal mais aussi un moyen d’action politique : par lui, l’autorité royale manifeste sa puissance. Favoriser la prospérité d’une agglomération et renforcer la sécurité sur les routes, tels sont les deux buts affirmés de l’établissement des portages. En effet, l’instauration d’un portazgo, en dirigeant vers une localité un flux d’échanges, lui procure des ressources. Les postes de péage sont par ailleurs autant de postes de police permettant de contrôler les déplacements dans un assez vaste rayon. Par le jeu de création des portages et des exemptions, le pouvoir royal a exercé une influence non négligeable sur le système des communications dans les pays de Castille, en favorisant tel ou tel itinéraire.

4On ne sait pas s’il existait des postes principaux de péage et des postes secondaires qui en dépendaient, ou bien si les agents des premiers patrouillaient sur les diverses routes du territoire de la ville. Les chartes royales qui se multiplient dans la seconde moitié du XIIe siècle en faveur des ordres militaires tendent à diviser la frontière avec l’Islam en secteurs et à attribuer le contrôle de chaque secteur à un ordre en particulier. Lorsque la place de Consuegra est donnée par Alphonse VIII de Castille à l’ordre de l’Hôpital en 1183, celui-ci récupère les privilèges qui ont été accordés auparavant à Rodrigo Rodríguez. Les ordres de Calatrava, de San Juan (l’Hôpital) et de Santiago, grâce à leur implantation territoriale privilégiée à la frontière entre chrétienté et Islam et grâce aux privilèges que leur accorde le souverain, monopolisent ainsi les profits tirés du contrôle du commerce entre les deux mondes.

Alphonse VIII concède le portage de tous les troupeaux qui partent de Cordoue et d’Ubeda à l’ordre de Calatrava et lui confirme certains privilèges (1169)

5Au nom de notre seigneur Jésus-Christ, Amen. Rien ne convient mieux à la majesté royale que de distinguer et d’honorer l’Église et les personnes dévouée à son service, et que de les défendre contre les incursions des hommes mauvais. C’est pourquoi, moi, Alphonse, roi par la grâce de Dieu, je donne et concède à Dieu et à tous les frères de Calatrava tant présents qu’à venir et à vous, Ferdinand Escaza, le maître de sa ville, pour les âmes de mon grand-père, de mon père ainsi que celles de mes parents, pour mon salut et pour mon âme, en droit héréditaire et à perpétuité, le portage entier de tous les troupeaux qui viendraient de Cordoue en haut et en bas d’Ubeda, quel que soit leur chemin, en proportion de ce que Calatrava avait l’habitude de percevoir.

  • 1 Terme d’origine arabe (ta’lîqa) désignant une sacoche suspendue sur le dos d’une monture mais util (...)

6Aussi je vous ordonne et concède que si des chevaliers (milites), d’où qu’ils soient, ont fait trois talegas1 à Calatrava, qu’ils vous versent le quint sans aucune protestation. Je garantis aussi et je prends à témoin que j’ordonne que vous ayez à perpétuité votre bétail, vos maisons, vos cabanes, ce fuero, ces coutumes et les calumnia qui m’appartiennent et j’ordonne que mon acte demeure toujours ferme et profondément établi. Si, cependant, quelqu’un de ma descendance ou d’une autre voulait annuler ou enfreindre mon aumône, qu’il soit maudit par Dieu et excommunié et qu’il soit noyé avec Judas, le traître du Seigneur, et avec Dathan et Abiron qui furent engloutis par la terre au fond de l’enfer et qui ne sont jamais revenus et que, de plus, il soit tenu de payer au roi six mille sous en monnaie d’argent.

7Cette charte fut faite à Zorita [de los Canes] à l’époque où le comte Nuño et le comte Ponce y étaient détenus prisonniers par cet homme infâme appelé Loup de Arenis. Ère MCCVII. Troisième jour des nonnes de mars, le sérénissime roi Alphonse régnant à Tolède et en Castille, à Nâjera, en Estrémadure et en Asturies. Moi, roi Alphonse, je signe et je confirme en main propre cette charte que j’ai ordonné de faire. Cerebrun, par la grâce de Dieu archevêque du siège de Tolède et primat des Espagnes, conf.

8Pierre, évêque de Burgos conf., Joscelin, évêque de Sigüenza conf. Sanche, évêque d’Ávila conf. Guillaume, évêque de Ségovie conf. Jean de Huesca conf. Rodrigue, évêque de Calahorra conf.

9Pierre Rodriguez conf. Ferdinand Ruiz de Guzman conf. Ferdinand Gutierrez conf. Gonzalo Portoles conf. Loup de Mena conf. Gutierro Fernández conf. Comte Loup conf. Comte Alvare conf. Comte Pierre conf. Comte Gonzalo conf. Gonzalo de Marañón conf.

10(autour du seing royal) : Rodrigue González, porte-étendard du roi (Alférez) conf. Martin Fernandez, chancelier conf. Pierre Garsiz, majordome de la cour du roi conf.

11Pierre, notaire du roi, rédigea cet acte.

12Julio González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. 2, Madrid, 1960, no 116, p. 198-199. Traduction P. Buresi

Alphonse VIII donne à l’ordre de Calatrava le portage des convois qui vont en terre des Maures (1173)

13Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, Amen. Le roi Alphonse ordonna au maître de Calatrava, Martin de Sion, à tous ses frères ainsi qu’à Rodrigue Rodriguez qu’ils fassent entre eux cet accord de telle manière que si un convoi traverse par Consuegra, continue son chemin tout droit vers la Sierra de Segura, va de là en direction des terres des Maures, et, après y avoir fait du commerce, revient par cette même Sierra, qu’il donne le portage à Consuegra. S’il passe par Consuegra mais ne traverse pas la Sierra de Segura, qu’il donne le portage aux frères de Calatrava.

14Et sur l’ordre du roi Alphonse, le maître de Calatrava, Martin de Sion, et ses frères et Rodrigue Rodriguez coupèrent eux-mêmes cette charte rédigée par ABC en présence du roi Alphonse. Le roi Alphonse confirme cette charte ; le maître de Calatrava, Martin de Sion, conf. Rodrigue Rodríguez conf.

15Cerebrun, archevêque du siège de Tolède, témoin. Sanche, évêque d’Avila t. Guillaume, évêque de Ségovie t. Comte Nuño t. Comte Ponce t. Comte Blasco de Portugal t. Comte Pierre de Lara t. Pierre Rodríguez fils du comte Rodrigue t. Gonzalo Marañon t. Gomez Garcia de Roda t. Roy Gutierrez de Campos t. Roden Garcia t. Tello Pérez de Campos t.

16Cette charte fut faite le VIII des Kalendes d’avril, Ère MCCXI.

17Ibid, no 176, p. 297-298.

Bibliographie

Bibliographie

Olivia Remie Constable, Trade and Traders in Muslim Spain. The Commercial Realignment of the Iberian Peninsula. 900-1500, Cambridge, 1994. –Jean-Gautier-Dalché, « Les péages dans les pays de la Couronne de Castille. État de la question, réflexions, perspectives de recherches », Les communications dans la péninsule ibérique au Moyen Âge, Actes du Colloque de Pau (28-29 mars 1980), Paris, 1981, p. 73-78. - Marie-Claude Gerbet, « Les Ordres Militaires et l’élevage dans l’Espagne médiévale », En la España medieval, V, Estudios en memoria del Profesor D. Claudio Sanchez-Albornoz, I, 1986, p. 413-445. – César Gonzàlez Minguez, El portazgo en la edad media. Aproximación a su estudio en la Corona de Castilla, Bilbao, 1989.

Notes

1 Terme d’origine arabe (ta’lîqa) désignant une sacoche suspendue sur le dos d’une monture mais utilisé ici pour évaluer une certaine quantité de butin, comme l’atteste la mention du « quint », l’impôt royal sur les prises de guerre.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.