Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

39. Le minbar de Nûr al-Dîn, transporté d’Alep à Jérusalem par Saladin

Texte intégral

1Cette inscription figure sur le minbar fait à Alep lors de la réfection de la mosquée par Nûr al-Dîn, mais selon toute vraisemblance en prévision de la reconquête espérée de Jérusalem, et que Saladin fit effectivement placer dans la mosquée Al-Aqsâ (absurdement détruit par un chrétien fanatique en 1969). La traduction proposée par Yasser Tabbaa, dont on donne aussi ci-après le commentaire, est un peu plus explicite à cet égard que celle du Répertoire chronologique d’épigraphie arabe, vol. 9, publié en 1937 : « Il s’agit de la plus riche de toutes les inscriptions de Nûr al-Dîn en proclamations de la victoire de l’Islam et de la défaite des infidèles. Alors qu’elle contient un certain nombre d’épithètes convenues ou « formules banales » [en français] telles que « celui qui a besoin de sa pitié » ou « le pilier de l’Islam et des musulmans », l’inscription inclut aussi un certain nombre de formules inhabituelles et d’eulogies qui semblent se référer à la situation effective, le désir de Nûr al-Dîn de conquérir Jérusalem... [particulièrement suggestive] est l’eulogie fataha lahu wa ‘alâ yadayi-hi [(que Dieu) lui accorde la conquête et la fasse arriver entre ses mains], Nûr al-Dîn ne souhaite pas seulement la conquête par l’Islam, il demande aussi à Dieu de lui accorder l’honneur de celle-ci. La dernière eulogie, wa-aqarra bi nasri wa 1-zulfa ‘ayna-hu (que Dieu réjouisse ses yeux par la victoire et Sa proximité) ajoute une nuance morale et religieuse à la demande de Nûr al-Dîn de lui accorder la conquête, car il espère que celle-ci le rapprochera de Dieu. Une telle série d’invocations aussi chargées d’affectivité est extrêmement rare dans les inscriptions, qui sortent rarement de la banalité » (Yasser Tabbaa , « Monuments with a Message : Propagation of Jihâd under Nûr al-Dîn (1146-1174) »,dans The meeting of two worlds. Cultural Exchange between East and West during the Period of the Crusades, V.P. Goss éd., Kalamazoo, 1986, p. 233).

L’Inscription du minbar fait à Alep sur ordre de Nûr al-Dîn, en 564/1168-1169

2Ceci a été fait par ordre de l’esclave avide de Sa miséricorde, reconnaissant de Sa faveur, champion de la foi dans Sa voie, combattant les ennemis de sa religion, al-Malik al-cAdil Nûr al-Dîn, le pilier de l’islam et des musulmans, celui qui rend justice aux opprimés contre les oppresseurs, Abû 1-Qâsim Mahmûd, fils de Zankî, fils d’Ak-Sunkur. le défenseur de l’Emir des croyants, que Dieu glorifie ses victoires, fasse durer son pouvoir, élève ses marques, répande aux deux bouts du monde ses emblèmes et ses étendards, glorifie les amis de son empire, avilisse ceux qui méconnaissent Sa faveur, ouvre à Son (profit) et par Ses mains [fataha la-hu wa ‘alâ yadayi-hi], et rafraîchisse ses yeux (en lui donnant) Son secours [wa-aqarra bi nasri wa l-zulfa ‘ayna-hu] et en le rapprochant de Lui, par Ta miséricorde, ô Maître des mondes ! Cela (a été achevé) dans les mois de l’année 564 (1169).

3R.C.A., 9, no 3281.

Description du minbar de Nûr al-Dîn dans la mosquée d’Alep par Ibn Djubayr (1184)

4[La mosquée d’Alep] est l’une des plus belles et des plus magnifiques qui soient. Sa vaste cour est entourée d’un grand et large portique qui s’ouvre tout entier sur cette cour par des portes aussi belles que celles d’un palais, au nombre de plus de cinquante. C’est un spectacle captivant pour les regards. Dans la cour, deux puits d’eau vive. La galerie de la qibla n’a point de maqsûra, mais elle est d’une largeur extrême et d’un développement splendide. Le travail de la sculpture sur bois a atteint sa perfection dans la chaire, et je n’en ai vu, en aucun pays, qui fut de cette forme et de cet art exquis ; les panneaux sculptés en bois se continuent sans interruption depuis la chaire jusqu’au mihrâb : toutes les surfaces en sont revêtues de bois sous cette forme exceptionnelle ; et c’est comme une immense couronne qui s’élève au dessus du mihrâb et va rejoindre le plafond. La partie supérieure s’en incurve en arcade et est surmontée de panneaux de bois ajourés. Le mihrâb est tout entier incrusté d’ivoire et d’ébène, et ces incrustations se joignent sans interruption, de la chaire jusqu’au mihrâb, ainsi qu’à la partie du mur de la qibla qui joint l’une à l’autre, sans qu’il apparaisse de séparation. Les yeux y jouissent du plus beau spectacle qui soit au monde. D’ailleurs cette mosquée est belle au-delà de toute description.

5Ibn Djubayr, Voyages, trad. M. Gaudefroy-Demombynes, vol. 3, Paris, 1953, p. 291.

Texte de ‘Imâd al-Dîn al-lsfahânî (1125-1201)

6Après la prise de Jérusalem, Saladin donna ordre [...] de placer dans la mosquée al-Aqsâ un minbar inaugural pour le premier jour, comme prescrit par la loi religieuse. Mais ensuite on eut besoin d’un mihrab plus splendide [...] Saladin se souvint alors qu’al-Malik al-‘Âdil Nûr al-Dîn en avait fait faire un pour Jérusalem plus de vingt ans avant la conquête de la ville [...] il écrivit à Alep pour le réclamer et le faire transporter à Jérusalem, où il fut utilisé pour le but pour lequel il avait été fait...

7On dit que Dieu avait révélé par avance à Nûr al-Dîn [...] que Jérusalem serait prise après lui [...] car il est l’un de Ses confidents intimes et serviteurs honorés pour recevoir ses révélations... On disait alors de toutes parts : « C’est une chose impossible, c’est une idée illogique [...] alors que les Francs deviennent jour après jour plus nombreux [...] N’avons nous pas été contraints de partager avec eux la majorité des provinces du Hawrân ? N’ont-ils pas opposé l’hérésie à la foi et n’ont-ils pas jour après jour vaincu les princes musulmans ? Voyez à quel degré de dégradation nous sommes tombés ». Mais lui (Nûr al-Dîn), qui possédait la force de la certitude, et qui savait que Dieu confirmerait la victoire de la vraie religion, disait : « Patience, car nous avons prévu avec la lumière de la divination que la conquête aura lieu bientôt et que Dieu exaucera cette demande (concernant le minbar) seulement après cette conquête [...]

8Ainsi qu’il est arrivé, la bénédiction qu’il avait reçue de Dieu fut étendue à l’Islam après lui et consacrée par la conquête de Saladin [...] Le minbar était resté à sa place dans la grande mosquée d’Alep [...] jusqu’à ce temps, où Saladin a ordonné l’accomplissement du vœu de Nûr al-Dîn et fit transporter le minbar au lieu pour lequel il était destiné à Jérusalem.

9D’après la traduction anglaise donnée par Yasser Tabbaa, « Monuments with a message », p. 233-234.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540