Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

37. Le partage entre la Castille et le León des terres musulmanes avant leur conquête (1158)

Traduction de B. Buresi

Texte intégral

1Par rapport aux autres régions d’Europe occidentale, la péninsule ibérique voit précocement émerger la notion de frontière. Le terme frontaria y apparaît, uniquement pour désigner les frontières du royaume, dès la fin du XIe siècle en Aragon, au milieu du XIIe siècle en Castille et seulement un siècle plus tard en France. En outre ce néologisme ne désigne pas n’importe quelle limite : tant en Aragon qu’en Castille, son emploi semble exclusivement réservé à la frontière avec l’Islam. Cette innovation s’inscrit dans une évolution générale : à toutes les échelles de la société, la préoccupation pour la définition des droits se manifeste par la multiplication des traités délimitant les seigneuries, les royaumes et même les territoires à conquérir. Le premier traité connu prévoyant les aires d’expansion sur l’Islam de deux royaumes chrétiens date de 1151 : il s’agit du traité de Tudillén passé entre Alphonse VII de Castille et Raymond-Bérenger IV de Barcelone, le souverain d’Aragon, dans l’euphorie des conquêtes réalisées aux dépens d’un empire almoravide en crise depuis 1144 (Alméria en 1147, Lérida et Tortosa en 1148).

2Tudillén annonce les traités de Sahagún (1158), Cazorla (1179) et Almizra (1244) qui mettent en jeu deux aspects fondamentaux de la formation de l’Europe : les tendances expansionnistes des royaumes chrétiens et la définition des Etats territoriaux en formation. Tous ces traités concernent les frontières entre la Castille et l’Aragon, sauf celui de Sahagún passé entre la Castille et le León. À la mort de « l’empereur » Alphonse VII (1157), ses Etats sont partagés entre ses deux fils Sanche III et Ferdinand II. Sanche III (1157-1158) et son fils Alphonse VIII (1158-1214) règnent sur la Castille, Ferdinand 11 (1157-1188) et son fils Alphonse IX (1188-1229) sur le León. Le nouveau découpage politique issu de ce partage dure près de trois quarts de siècles et donne le jour à ce que les historiens sont convenus d’appeler « l’Espagne des cinq royaumes » (les cinco reinos : Aragon-Catalogne, Navarre, Portugal, Castille et León). À la mort d’Alphonse IX de León, la Castille et le León sont unis définitivement sous la direction de Ferdinand III de Castille (1230).

3Malgré la crise traversée par la Castille en 1157 - conquête d’Alméria par les Almohades et mort de “l’empereur” Alphonse VII -, le traité de Sahagún est marqué par le même optimisme qui caractérisait déjà le traité de Tudillén : la conquête des territoires musulmans et portugais ne semble y faire aucun doute. La nouveauté du traité de Sahagún par rapport à celui de Tudillén tient à la disparition des préoccupations « vassaliques ». En effet, le traité de Tudillén reconnaissait la légitimité des prétentions impériales léonaises et les futures conquêtes aragonaises étaient soumises à la vassalité castellano-léonaise. Avec le partage politique de la Castille et du León, le monarque castillan dut renoncer au titre impérial qui était attaché traditionnellement à la monarchie léonaise. La disparition de l’« Empire » castellano-léonais enlève toute raison d’être aux serments vassaliques prêtés par les souverains de la Péninsule à l’Empereur Alphonse VII.

4L’intervention des Almohades, la réunification d’al-Andalus sous leur égide, leur politique offensive face aux royaumes chrétiens et la mort de Sanche III quelques temps après rendent rapidement caduques les clauses du traité de Sahagún. Pourtant, à la fin des années 1160, cet accord sert encore de référence pour les revendications territoriales léonaises : ainsi, lorsqu’en 1169 la ville almohade de Badajoz est assiégée par Giraldo Sempavor, le « Cid portugais », allié au roi de Portugal, Alfonso Enríques, Ferdinand II de León se dirige contre eux avec son armée, libère la cité et la rend aux Almohades pour préserver les droits que lui avait reconnus le traité de Sahagún en 1158.

5Au nom de la sainte et indivisible Trinité, qui est honorée et adorée par les fidèles dans l’unité. Une foule d’exemples enseignent et montrent quels avantages proviennent, pour le royaume et l’Église de Dieu, de l’alliance et de l’amitié entre les rois et entre ceux qui occupent une charge princière sur les autres.

6C’est pourquoi, moi, le roi Sanche de Tolède et de Castille, et mon frère Ferdinand de León et de Galice, faisons la paix et un vrai pacte d’amitié en toute bonne foi et sans mauvaise intention, comme de bons frères et de bons amis, dorénavant et pour toujours.

7Et nous faisons ce pacte d’amitié ferme et sincère en tant que fils de même père et de même mère, de telle sorte que nous nous aiderons fidèlement contre tous ceux qui voudraient nous porter tort, sauf contre le comte de Barcelone, qui est notre oncle maternel et le garant de notre amitié ;

8et qu’aucun de nous ne fera de pacte d’amitié ou ne traitera avec le roi de Portugal, ni avec quiconque qui pourrait nuire à l’autre, sans l’accord, le conseil et l’acceptation de celui-ci ;

9et, si l’un de nous meurt sans fils légitime, que l’autre aura son royaume en entier avec ses hommes ; et si l’un de nous a renvoyé ses enfants ou petits-enfants légitimes, qu’il respectera pour eux ce pacte d’amitié et convenientia. De même, que nos enfants et petits-enfants légitimes auront, possèderont et conserveront ce pacte d’amitié et convenientia tel que nous le faisons ;

10et moi le roi Sanche, je vous donne par grand amour et par amitié, à vous mon frère le roi Ferdinand, cette terre qui est à vous et que j’ai prise (suivent les modalités de la rétrocession).

11Et moi le roi Ferdinand, pour cet amour que vous avez pour moi et pour l’affection que je veux toujours avoir pour vous, je vous jure et je vous donne en hommage le comte Ramire et le comte Pierre et Ponce de Minerve et Aprilus, de telle manière que si, moi, je vous ai trompé à propos de ce pacte d’amitié et de cet accord, ils vous servent avec leur corps et avec les honores qu’ils tiennent de moi, et qu’ils vous jurent fidélité jusqu’à ce que je vous fasse réparation [...].

12Et moi le roi Sanche, je vous jure avec mes hommes que, si je vous trompe dans ce pacte d’amitié et convenientia, ces mêmes hommes vous aideront avec leur corps et leurs honores jusqu’à ce que je vous fasse réparation.

13[Nous stipulons par ailleurs] que tout ce que nous acquerrons au Portugal sera divisé en deux entre nous : sur tout ce que nous aurons acquis, vous, mon frère le roi Ferdinand, vous ferez le partage et moi, le roi Sanche, je choisirai ma part.

14En ce qui concerne la terre des Sarrasins, nous faisons cette division, c’est-à-dire que, vous, mon frère le roi Ferdinand, vous aurez de Niebla jusqu’à Lisbonne, Niebla avec ses droits, Montánchez avec ses droits, Mérida avec tout son royaume, Badajoz avec tout son royaume, Évora avec tout son royaume, Mértola, Medina de Silves, et Silves et Castula avec tout son royaume jusqu’à Lisbonne, avec la mer, les îles, les montagnes, les terres et les eaux. Et moi, le roi Sanche, j’aurai à partir de là tout le reste des terres.

15Ce pacte d’amitié, et convenientia, a été fait lors de la Saint Facundo, Ere mclxxxxvi, le 10 des Kalendes de juin, l’année où notre père don Alphonse, le très fameux Empereur des Espagnes, est mort.

16Je vous accorde, moi, le roi Sanche, à vous mon frère le roi Ferdinand que vous receviez la moitié de la ville de Séville, et la moitié de ses revenus, et tous les châteaux qui appartiennent à cette même ville et qui se trouvent entre le fleuve Guadalquivir et Niebla, et moi j’aurai tous les autres du Guadalquivir jusqu’à Grenade.

17J. Gonzâlez, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. 2, Madrid, 1960, doc. 44, pp. 79-82.

Bibliographie

Bibliographie

Pierre Guichard, « Avant Tordesillas : la délimitation des terres de reconquête dans l’Espagne des XIIe et XIIIe siècles », Le partage du monde. Echanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, Michel Balard et André Ducellier (dir.), Paris, 1998, p. 453-460 (sur les traités castellano-aragonais de Tudellén, de Cazorla et d’Almizra).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540