Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

36. Lettre de l’Emir de Tunis aux Pisans (1157)

Texte intégral

1Dans la première moitié du xiie siècle, on voit s’affirmer en Méditerranée centrale et occidentale la puissance croissante des villes de Gênes et de Pise. Exposées jusqu’aux environs de l’an mille aux raids des musulmans venus d’Ifrîqiya ou de Sicile, elles ont commencé dès les premières années du xie siècle à lancer au contraire des expéditions contre les musulmans : ainsi les Pisans, en représaille à une attaque, vont-ils attaquer Reggio en 1005. En 1015-1016 Génois et Pisans chassent Mudjâhid de Sardaigne. En 1034 les Pisans vont attaquer Bône, et en 1087 Palerme. En 1092 les deux villes sont à nouveau associées dans une expédition contre Tortosa, sur la côte d’al-Andalus. Gênes participe davantage à la première croisade, laissant temporairement la prépondérance en Méditerranée occidentale à Pise, qui en 1113-1115 s’unit au comte de Barcelone pour attaquer et ravager Majorque. En 1135 et 1137 la flotte pisane, au cours des campagnes de l’empereur contre Roger II, met à sac le port et le duché d’Amalfi, sa rivale commerciale. L’arrière plan commercial de cette affirmation de la puissance des villes italiennes à ses débuts est difficile à appréhender faute d’archives suffisamment anciennes (les registres notariés génois ne commencent qu’avec le registre de Giovanni Scriba, pour les années 1155-1164). Sur les relations, commerciales ou militaires (butin) de Pise avec le monde musulman, on possède pour cette époque le témoignage archéologique des fameux bacini ou plats en céramique importés des pays d’Islam et servant de décor aux façades des églises pisanes. La lettre aux autorités pisanes envoyée en 1157 par le chef politique de Tunis, qui appartient à la petite dynastie locale des Banû Khurâsân, conservée dans sa version arabe et dans sa version latine, transcrite (de façon assez libre, à partir des deux versions) par Mas Latrie, est l’un des premiers témoignages précis de l’activité commerciale des Pisans au Maghreb oriental. Tunis est alors la seule ville importante de la côte ifrîqiyenne qui échappe à l’impérialisme normand.

2ʻA bd Allah b. Abû Khurâsân à l’illustre et très noble archevêque de Pise, aux illustres shaykhs, consuls, comtes, notables, et à tout le peuple de la ville, que Dieu les guide !

3Au nom de Dieu clément et miséricordieux !

4Nous vous offrons nos saluts les plus affectueux et les plus distingués. Nous honorons votre nation, dont tous les jours des choses flatteuses nous sont dites, par suite des liens d’amitié et de bienveillance qui existent depuis longtemps entre nos pays, et qui ont amené de fraternels rapports entre nos deux peuples. Nous avons reçu les gracieuses lettres que vous nous avez envoyées par le shaykh illustre, le ra’îs Abû Tamîm Maymûn, fils de Guillaume, votre ambassadeur, homme d’une si grande prudence, habileté, etc. Nous louons votre haute sagesse de nous avoir envoyé un tel homme, qui s’est occupé avec intelligence et avec un dévouement infatigable de ce qui était contenu dans votre lettre, et de tout ce qui concerne l’honneur et les intérêts de votre commune.

5Comme c’est le signe de l’amitié d’instruire ses amis de l’état de ses affaires, nous vous faisons savoir, à vous qui êtes ceux que nous aimons le plus dans le monde chrétien, que Dieu nous a délivrés nous et notre Etat de l’invasion des Masmûda (des Almohades). Nous avons repoussé leurs armées, et nous avons tué un grand nombre de nos ennemis.

6Vous nous parlez d’une galère venue d’Alexandrie à Tunis, laquelle a été bien accueillie par nous, quoiqu’elle eût fait tort aux Pisans ; voici la vérité sur cet incident. Nous avions envoyé une galère de course en mer, quand le gros temps la poussa dans le port d’Alexandrie. Elle y fut bien reçue et bien traitée. Nous ne pouvions répondre par l’ingratitude à ce bon procédé. Aussi une galère égyptienne étant peu de temps après venue à Tunis, elle y reçut bon traitement ; elle s’y approvisionna, elle y vendit une partie de ses prisonniers et ramena les autres à son départ. Nous ignorions que cette galère eût capturé plusieurs Pisans. Si nous en avions été informés, nous aurions racheté avec empressement les prisonniers de nos propres deniers, pour les remettre à vos honorables shaykhs en témoignage de notre amitié. Du reste, nous avons remédié pour l’avenir à de semblables inconvénients, et rendu impossible pareille chose à tous ceux qui s’occupent de la vente des captifs et des esclaves dans nos pays.

7Quant à ce droit qu’il est coutume de prélever ici (sur les grains), à savoir cinq jointées de main par sac, il doit être diminué. Nous avons réglé qu’on devra se contenter de prendre à l’avenir quatre poignées sur le haut de chaque sac.

8Nous avons accordé en outre, au sujet des marchandises que vos marchands ne pouvaient vendre en notre pays, et sur lesquelles on percevait néanmoins (comme sur les marchandises vendues) un pour dix, qu’aucun droit ne serait à l’avenir exigé, et qu’elles pourraient être remportées librement. Au sujet de l’alun, importé par les Pisans, aucun droit ne sera à l’avenir exigé. Nous avons ordonné que tous vos marchands, leurs facteurs, leurs familles, leurs employés ou domestiques qui demeurent entre le mur (de la ville de Tunis) et l’enclos (de leur fondouk ou de leurs maisons), soient traités avec égards et avec une affectueuse attention. Nous en avons donné l’assurance au shaykh, le ra’îs Abû Tamîm Maymûn, et ce sera fait ainsi.

9Nous avons ordonné aussi que tout prisonnier ou esclave pisan trouvé dans nos terres soit délivré ou racheté en mon nom et envoyé à Pise en liberté. Votre envoyé nous a promis la réciprocité.

10Nous avons ainsi éloigné tous sujets de différends entre nous. Nous avons arrêté toutes ces choses avec votre honorable envoyé, l’illustre shaykh, le ra’îs Abû Tamîm Maymûn, par un pacte ferme et irrévocable que nous avons sincèrement et en bonne forme ratifié. Nous avons confié au même envoyé la lettre que nous adressons à Vos Seigneuries, que Dieu accroisse leur gloire ! avec la réponse verbale (aux demandes de la république), que son éloquence leur exposera quand il les reverra.

11Nous terminons en vous envoyant nos plus cordiaux saluts, pour les grands et pour les petits, pour les nobles et pour le peuple, Dieu est notre espérance et notre meilleur protecteur.

12L.de Mas-Latrie, Traité de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen Age, Paris, 1856, p. 38-39.

Bibliographie

Bibliographie

David Abulafia, « Trade and Crusade, 1050-1250 », dans Cross cultural Convergences in the Crusader Period, éd. M. Goodrich, S. Menache, S. Scheiss, New-York, 1995 — Wilhelm Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, 2 vol., Leipzig, 1885-1886, réimp. Amsterdam,1959-1967 — Hady Roger Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides (Xe-XIIe siècles), 2 vol., Paris, 1959 — Robert S. Lopez et Irving W. Raymond, Medieval Trade in the Mediterranean World, New York, s.d. — Yves Renouard, Les villes d’Italie de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle, nouvelle édition par Ph. Braunstein, Paris, SEDES, 2 vol., 1969.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site