Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

35. Les relations avec les chrétiens dans la prosopographie de quelques savants d’époque almohade

Texte intégral

1D’une thèse en cours, dans laquelle est constitué un catalogue des savants de l’époque almohade mentionnés dans les dictionnaires bibliographiques, on a extrait les notices suivantes, dans lesquelles figurent les indications que fournissent ces dictionnaires (liste à la fin du texte) sur des personnages d’époque almohade affectés dans leur vie et leur carrière, de façon diverse, par la Reconquête et les relations avec les chrétiens. Il s’agit très rarement de relations pacifiques (on notera à cet égard l’intérêt de la notice no 2, qui apporte une information tout à fait exceptionnelle ; dans le même ordre d’idée, on relève aussi la notice no 6). La plupart du temps, ces personnages ont émigré lors de la conquête de leur ville, été prisonniers, ou sont morts martyrs au combat (no 7, no8, no 9...) ou lors d’une attaque chrétienne (no 1, no 3...). Le numéro du catalogue a été indiqué après le numéro d’ordre de la notice dans la liste ci-dessous. Le no 3 est sans doute un parent du chroniqueur Ibn Sâhib al-Salâ, qui était originaire de Béja et évoque la famille qu’il avait dans cette ville. Le no 17 est le ra’îs de Minorque sous le protectorat aragonais (cf le document no 70 dans ce même recueil). La bibliographie en espagnol serait importante, et l’on se contentera d’indiquer une brève bibliographie en français Ces notices mettent en évidence l’intérêt de l’étude des dictionnaires biographiques.

2(1) 132-Ahmad b. ‘Abd al-Malik Abî Marwân b. Muhammad b. Ibrâhîm b. Muhammad b. Ahmad b. ‘Abd al-Malik, Abû 1-Abbâs, Abû Dja‘far, Abû ‘Umar, Ibn Abî Marwân, al-Ansârî m. en 549/1154]. Traditionniste et faqîh zâhirite, il appartenait à l’école (tarîqa) d’Ibn Hazm ; il donnait une grande importance au hadîth et composa des ouvrages dans ce domaine ; mort martyr lors de l’attaque contre les habitants de cette ville [ΙΑ (H), I, 54-5 (163) ; DT, I,1, 265-6 (346) ; SD, XX, 249 (165)].

3(2) 814-‘Abd Allâh b. Sahl, Abu Muhammad al-Gharnâtî, originaire de Grenade, vécut dans cette ville et à Baeza [vit en 553/1158-59]. Enseignant, il donnait une grande importance au Coran, au hadîth et au nahw (grammaire). Il était connu pour sa compétence en ‘ilm al-mantiq (logique), en hisâb (mathématiques) et en sciences anciennes. Lorsqu’il habitait Baeza, les chrétiens de Tolède venaient chez lui pour recevoir son enseignement [IG, III, p. 404-405].

4(3)141-Ahmad b. Yûsuf b. Ismâ‘îl, Abû Dja‘far, Ibn Sâhib al-Salât, de Béja [m. en 557/1162]. Transmetteur du hadîth/il mourut martyr à Béja près de la porte de la mosquée lors d’une attaque des ennemis [ΙΑ (H), I, 54-5 (163) ; DT, I/1, 265-66 (346) ; SD, XX, 249 (165)].]

5(4) 182-Ahmad b. ‘Abd al-Rahmân b. Abî Ahmad, Abu Dja‘far, al-Kinânî, alWaqqashî [m. en 574/1178]. Né à Valence, vécut à Málaga. Adîb (lettré), poète et kâtib. Il fut kâtib auprès d’Abû Ishâq b. Hamushk et après la mort de celui-ci il alla à Marrakech où il composa un poème dans lequel il faisait l’éloge du calife Abu Ya‘qûb b. ‘Abd al-Mu’min en 564/1168-69. Dans le même poème il exposait la situation de l’Andalus et appelait au djihâd [HS, II, 257 (152) ; DT, I, 1, 197-201 (270)].

6(5) 189-Ahmad b. Muhammad b. ‘Alî b. ‘Umar, Abû Dja‘far, al-Hâshimî [m. 575/1179-80], Habitant de Tortosa, il quitta cette ville en 544/1149-50 après la prise de cette ville et s’installa à Séville après un séjour à Denia [ΙΑ (H), I, 72 (211) ; DT, I/2, 469 (707)].

7(6) 204-Ahmad b. ‘Abd al-Samad b. Abî ‘Ubayda, Abû Dja‘far, al-Ansârî, alKhazradjî [519/1125-26-582/1187] ; né à Cordoue. Vécut à Grenade, Bougie et Fès ; pendant son séjour dans cette dernière ville, il vécut grâce à l’aide que lui apportèrent les gens. Il rencontra al-Khattâb, ra’îs (chef) des habitants de la ville de Mu‘din ‘awwâm (localité proche de Fès), qui lui demanda quelle somme il lui fallait pour vivre durant une année ; le savant indiqua la somme de 360 dinars, et al-Khattâb lui alloua cette somme jusqu’à sa mort. Il fut mis à l’épreuve et emprisonné en 540/1145-46. Il composa divers ouvrages, dont le Kitâb maqâmiʻ al-sulbân wa marâti‘riyâd ahl al-îmâm, réponse à des évêques de la ville de Tolède pendant sa captivité dans cette dernière [ΙΑ (H), I, 76 (224) ; DT, I/1, 239-41 (308) ; WW, VI, 41 (3003) ; DM (B), 119 (96) ; YQ, I, 141(91 ; NI (T), 69 (37) ; SN, I, 156 (477) ; MK, I, p. 274].

8(7) 644-Al-‘Abbâs b. Ahmad, al-Andalusî, al-Fâsî, originaire d’al-Andalus, vécut à Fès, à la Mecque et au Mashriq. Mort martyr au Mashriq en 595/1198-99 [YQ, II, 386-87 (382)].

9(8) 266-Ahmad b. Harûn b. Ahmad b. Dja‘far b. ‘At, Abû ‘Umar, al-Nafzî, de Játiva (Jâtiva, la Mecque, Marrakech, Alexandrie, Damas, Mossoul) [542/1148-609/1212]. Il avait des connaissances moyennes concernant les furû‘et les masâ’il (étude des cas juridiques), et n’accordait pas grande importance à ces disciplines. Il fut invité par le calife à Marrakech, et participa aux discussions scientifiques de la cour. La pauvreté de ses connaissances en ‘ilm al-kalâm (théologie spéculative) l’amenèrent à cesser de participer à ces rencontres pour un certain temps et à ne les rejoindre qu’après avoir acquis les bases suffisantes. Il mourut martyr à las Navas de Tolosa (al-‘Uqâb) [ΙΑ (H), I, 90 (262) ; DT, I/2, 556-62 (858) ; SD, XXII, 13-14 (7) ; ΤΗ, IV, 1389-90 (1118) ; MU, p. 116 ; DM (B), 126-27 (122) ; NT, II, p. 100, 160 ; II, V, p. 36 ; SN, I, 172 (549) ; IL, II, 117 (156) ; MK, II, p. 198-99].

10(9) 289-Ahmad b. Muhammad b. Ahmad b. ‘Ubayd Allâh b. ‘ Abd al-Rahmân b. Mûsâ, Abû l-‘Abbâs, al-Ansârî, al-Mudjâhid, originaire de Séville [m. en 614/1217-18], Il mourut martyr lors de la bataille (kâ’ina) de qasr Abî Dânis (Alcacer do Sal) en 614 [DT, I/1, 371(516)].

11(10) 312-Ahmad b. Ahmad b. Muhammad b. Ismâ‘îl b. Muhammad, Abû l-Qâsim, al-Umayyî, al-Tarasûnî, originaire de Murcie où il vécut [m. en 622/1225]. Doué pour la prose et la poésie, il enseigna le fiqh et rédigea des contrats ; il avait aussi des connaissances en littérature et en médecine. Il fut mis à l’épreuve par les juges à cause de la singularité de son comportement et de ses paroles. Il mourut martyr à la bataille de Nabbût, dans la région de Murcie [IA (H), I, 100 (286) ; BR, 163 (84) ; DT, I/1, 391-2 (555), 400 (580) ; BSb, I, 363 (704)].

12(11) 334-Ahmad b. Mâlik b. Ghâlib b. Sa‘îd b. ‘Abd al-Rahmân, Abu Dja‘far, Ibn al-Saqqâ’, al-Tudjîbî, originaire d’Ubeda, vécut à Ubeda, Cordoue, Murcie et Valence [m. après 630/1232-33]. Il quitta la ville d’Ubeda après sa prise par les chrétiens [ΙΑ (H), I, 105-6 (301) ; DT, I/2, 536 (818)].

13(12) 347-Ahmad b. ‘Alî, Abû l-‘Abbâs, Ibn al-Mawwâq, al-Ansârî, de Majorque, vécut à Majorque, Bougie, Tunis [573/1177-78- 639/1241-42], Faqîh, hâfiz et notaire, il rejoignit les montagnes de Majorque après la prise de la ville par les chrétiens. Quand les habitants purent rejoindre la capitale de l’île, il alla à Bougie et exerça des charges en Ifrîqiya [IA, I/1, 345-346 (436)].

14(13) 76-Ibrâhîm b. Ishâq b. Muhammad b. ‘Alî b. Khalaf b. Ahamad b. Muhammad b. ‘Alî, Abû Ishâq, b. ‘Â’isha al-‘Abdarî [577/1181-1182-642 /1245], Originaire de Cordoue, habitant de Majorque. Après la prise de Majorque par les chrétiens il fut emprisonné. Après sa libération il rejoignit Valence où il fut vicaire aux ahkâm (jugement). Il alla ensuite à Denia où il fut cadi. Il quitta l’Andalus afin de s’installer à Tunis [ΙΑ (H), I, 146 (452)].

15(14) 1023-‘Abd al-Wahhâb b. ‘Abd Allâh b. ‘Abd al-Wahhâb, Abû Muhammad, al-Tandathâ’î, originaire d’Égypte, vécut à Bagdad et à Murcie [dernière date connue : 642/1244-45]. Il prétendait être l’envoyé du calife abbasside et s’installa à Murcie, qu’il quitta après sa prise par les chrétiens en 642 ; il fut emprisonné par les chrétiens en Sicile, mais réussit à s’échapper et rejoignit son pays [ΙΑ (H), III, 111 (273)].

16(15) 359-Ahmad b. Muhammad b. Wahb, Abû Dja‘far, al-Bakrî, de Játiva, vécut dans cette ville et à Orihuela [m. en 645 /1248]. Il avait des connaissances en arabe, en matière de cas juridiques (masâ’il) et en rédaction des contrats. Il partit de Játiva après la prise de la ville par les chrétiens [ΙΑ (H), I, 109 (310 ; DT, I/2, 525 (774)].

17(16) 568-Sa‘d b. Muhammad b. Muhammad b. Sa‘d, Abû 1-Hasan, Abu ‘Uthmân, al-Haffâr, al-Ansârî, originaire de Grenade, vécut à Grenade, en Ifrîqiya, à Murcie et Valence [m. en 646/1248]. Il voulut effectuer le pèlerinage, mais fut capturé en mer [DT, IV, 15-16 (39) ; IZ4, 214-15 (428)].

18(17) 577-Sa‘îd b. Hakam b. ‘Umar b. Ahmad b. Hakam b. ‘Abd al-‘Azîz b. Hakam, Abû ‘Uthmân, al-Qurashî, al-Ma‘âfirî, originaire de Tavira (Algarve), vécut à Tavira, Séville, Minorque, Ceuta, Majorque et en Ifrîqiya [601/1205-680/1281-82], Nahwî (grammairien) et adîb (homme de lettres), il avait des connaissances en fiqh, hadîth, poésie et médecine. Il quitta l’Andalus pour l’Ifrîqiya où il fut kâtib auprès des gouverneurs, il retourna en al-Andalus à Majorque en 624/1226-27 pendant le pouvoir de Yahyâ b. Abî ‘Umrân qui le chargea de la gestion des impôts (al-madjâbî) et des affaires (amr) des soldats à Minorque. Il occupa ces charges jusqu’à la prise de Majorque par les chrétiens. Il fut l’auteur du traité de paix entre les habitants de Minorque et le pouvoir chrétien de Majorque [DT, IV, 28-33 (67) ; WW, XV, 212-13 (294) ; BSb, I, 583-4 (1223)].

19Ahmad Bâbâ, Nayl al-ibtihâdj [NI] ; Dhahabî, Tadhkirat al huffâz [TH], Siyar [SD] ; Ibn al-Abbâr, Takmila [IA], Huila [HS] ; Ibn Farhun, Dîbâdj [DM] ; Ibn Ibrâhîm, I‘lâm [IL] ; Ibn al- Khatîb, Ihâta [IG] ; Ibn al-Qâdî, Djadhwat al-iqtibâs [YQ] ; Ibn al-Zubayr, Silat al-Sila [IZ] ; Ibn‘Imâd, Shadarât al-dhahab [II] ; Kahhala, Mu’djam [MK] ; Makhluf, Shadjarat al-nûr [SN] ; Maqqari, Nafh al-tîb [NT] ; Marrâkusi, Dhayl [DT] ; Nubahi (Bunnahi), Marqaba [MU] ; Ru‘ayni, Barnâmadj [RN] ; Al- Safadî, al-Wâfî bi-lwafayât [WW] ; Suyuti, Bughyat. [BSb].

Bibliographie

Bibliographie

P. Guichard, Les musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), Damas, 1990-1991. — D. Urvoy, « La vie intellectuelle et spirituelle dans les Baléares musulmanes », Al-Andalus, 1972/1, p. 87-132. — Id, Le monde des ulémas andalous du VI[-XIe au VII/-VIIIe siècle. Etude sociologique, Genève, 1978.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site