Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

34. L’émir Unur et les Francs (1149)

Texte intégral

1L’état de guerre larvée régnant entre les Latins et les Musulmans se traduisait en particulier par des raids incessants, opérations de « petite guerre » marquant un territoire, razziant des populations, pillant les récoltes. Aux dires des chroniqueurs, tardifs en général, des massacres se perpétuèrent pendant toute la période des Croisades ; ils participaient souvent à une stratégie de la terreur. Très tôt néanmoins on fit des prisonniers, de part et d’autre : prisonniers de guerre, paysans emmenés à l’occasion d’une expédition, mais aussi commerçants et pèlerins en route vers la Mecque.

2L’inscription de Bosrâ ici présentée fut retrouvée le siècle dernier dans la cour de la mosquée Dayr al-Muslimîn. Datée par Max Van Berchem de 544/1149, elle retrace l’activité de Mu ‘în al-Dîn Unar, principal émir damascain qui devint « régent » de la principauté bûrîde de Damas. La construction d’un four et d’un moulin, consacrés de même que le sixième d’un village au rachat des captifs, était une activité éminente et pieuse. L’époque était à la trêve, ou même à l’alliance, entre Damas et le royaume de Jérusalem : le danger était alors constitué par l’ambition de Zankî, maître d’Alep aspirant à la possession de la capitale syrienne. L’esprit de djihâd se développait néanmoins. Notons que les sunnites seuls sont concernés.

3L’activité de Mu‘în al-Dîn est confirmée et magnifiée par le témoignage d’Usâma Ibn Munqîdh (488-584/1095-1188) dont le « récit de vie » constitue un témoignage inégalé sur la vie quotidienne en Syrie, au XIIe siècle. Originaire de la forteresse de Shayzar, près de Hamâ, combattant arabe de valeur, fin lettré et diplomate avisé, proche des Templiers, Usâma fut notamment chargé du rachat de prisonniers auprès des Francs, prisonniers qui appartenaient à celui qui s’en était saisi sur le champ de bataille, le chef s’en voyant néanmoins attribuer la grande majorité. Certains se faisaient une véritable profession de l’enlèvement de musulmans, tel le Guillaume présenté dans l’extrait proposé qui écumait les côtes méditerranéennes. Un véritable marché aux captifs existait ; on voit d’ailleurs Usâma aller et venir comme bon lui semble en terre franque, en période de trêve comme il le rappelle avec soin. Si les prix pratiqués sont rarement mentionnés, les Francs, qui n’hésitaient pas à demander des sommes beaucoup plus élevées que la norme pour compenser leur manque de numéraire, au début de leur installation, semblent s’être ensuite acclimatés aux tarifs en vigueur, soit un homme pour 45 dinars environ.

Inscription de l’émir Unar à Bosrâ (544 H)

4Au nom de Dieu [...]. La construction de ce four et du moulin béni a été ordonnée par le maître, le roi (malik), le savant, le juste, l’assisté de Dieu, le victorieux, le vainqueur, le champion de la foi, le combattant, le défenseur du droit, Mu‘în al-Dîn, l’épée de l’islam (sayf al-islâm), le parangon de la Syrie (bahrawân al-Shâm), le brave guerrier, le sage prince, l’atabeg Abû Mansûr Unar, le soutien de l’émir des croyants. Il les a immobilisés et consacrés en waqf, pour l’amour de Dieu, et en a destiné le revenu à la libération des musulmans des prisons des Infidèles (al-kuffâr), de ceux qui sont sans famille et qui n’ont pas les moyens de se libérer eux-mêmes.

5Il réserve cela (la fondation) aux sunnites (ahl al-sunna), à ceux [qui ne s’écartent pas] de la communauté et à ceux qui savent le Coran par cœur. Si Dieu améliore [la situation] et qu’il n’y a pas de prisonniers, le revenu sera dépensé pour les orphelins, les veuves, les indigents et les voyageurs.

6En plus de cela, le serviteur avide de Dieu, Surkhak, a constitué en waqf le sixième du petit village connu [sous le nom de] Mardj Kharâsah en faveur des personnes mentionnées ci-dessus dans cet acte [de waqf].

7Quiconque altérera quelque disposition de ce waqf [...] s’attirera la colère de Dieu et le sang d’al-Hasan et d’al-Husayn. [...]

8La construction a été dirigée par le serviteur avide de Dieu, Surkhak.

9Traduction d’après la transcription de Max Van Berchem, « Inscriptions arabes de Syrie », Mémoires de l’Institut égyptien, III. 1897, (repris dans Opera Minora, I, Genève, 1978, pp. 368-381) ; Répertoire Chronologique d’Epigraphie Arabe, 8, no 3146 ; M. Yared-Riachi, La politique extérieure de la principauté de Damas 468-549H./1076-1154, Damas, 1997, p. 296-298.

Tractations avec les Francs

  • 1 Djamâl al-Dîn Muhammad b. Bûrî régna sur Damas après l’assassinat de son frère Shihâb al-Dîn Mahmû (...)
  • 2 Personnage non identifié.
  • 3 Mu‘în al-Dîn Unar.

10Alors que la paix régnait entre Djamâl al-Dîn Muhammad b. Tâdj alMulûk - Dieu le prenne en pitié ! - et le roi des Francs, je faisais de fréquentes visites à ce dernier, qui était l’obligé de mon père - Dieu le prenne en pitié ! - pour le roi Baudouin, père de la reine, elle-même épouse du roi Foulques, fils de Foulques1. Les Francs amenaient devant moi leurs prisonniers (asârâ-hum). J’étais là pour les racheter et, de fait, je rachetai tous ceux dont le Très-Haut facilita la délivrance. L’un des Francs, un démon (shaytân), nommé Guillaume Djîbâ2 et qui se livrait à des raids (yughzî), sur un bateau (markab) à lui, avait pris un vaisseau (markab) où se trouvaient des pèlerins maghrébins, quatre cents environ, hommes et femmes. J’en vis arriver plusieurs groupes, conduits par leurs propriétaires (mâliki-him), et je rachetai ceux que je pus. Il y avait parmi eux un homme jeune encore, qui saluait et s’asseyait sans dire un mot. Je voulus savoir qui il était ; on me répondit que c’était un ascète (radjul zâhid), et son maître un tanneur (dabbâgh). Comme je lui demandai son prix, le tanneur me dit : « Par la vérité de ma religion, je ne le vendrai qu’en compagnie de ce vieillard, les deux ensemble comme je les ai achetés moi-même, au prix de quarante-trois dinars ». Je rachetai donc, en mon nom personnel, ces deux-là avec un petit nombre d’autres et, pour le compte de Mu‘în al-Dîn3 - Dieu le prenne en pitié !-quelques autres encore, pour cent vingt dinars. Je versai tout ce que j’avais sur moi et offris une garantie pour le reste de la somme.

  • 4 Par Dieu, dans la vie future.

11Arrivé à Damas, je dis à l’émir Mu‘în al-Dîn - Dieu le prenne en pitié ! : « J’ai racheté en ton nom des prisonniers, et je t’ai personnellement engagé dans cette affaire. Mais je n’avais pas de quoi les payer. Me voici maintenant rentré chez moi. Si tu les veux, tu paieras leurs prix ; sinon, c’est moi qui le ferai. - Non, répondit-il, c’est à moi, par Dieu, de verser la somme, car personne n’est plus désireux que moi d’en être récompensé4. » Mu>în al-Dîn - Dieu le prenne en pitié ! - était bien, en effet, l’homme le plus empressé du monde à faire le bien pour en tirer la récompense. Il me versa donc la somme et je revins, quelques jours après, à Acre. Il restait, aux mains de Guillaume Djîbâ, trente huit prisonniers, parmi lesquels la femme d’un de ceux que le Très-Haut avait délivrés par mon intermédiaire. Je la rachetai, mais sans avoir de quoi payer immédiatement la somme. Je chevauchai jusqu’à la maison de Guillaume - Dieu le maudisse ! - pour lui dire : « Tu m’en vends dix ? - Par la vérité de ma religion, me réponditil, je ne les vendrai qu’en bloc. - Je n’ai pas sur moi de quoi les payer tous. Je vais en racheter quelques-uns, et le reste la fois prochaine. » Comme il me répétait qu’il ne les vendrait qu’en bloc, je le quittai. Mais Dieu - loué soit-Il ! - décréta qu’ils s’enfuiraient cette même nuit, tous ensemble. Les habitants des campagnes, autour d’Acre (sukkân diyâr ‘Akkâ), étaient tous musulmans, et lorsqu’un prisonnier (asîr) leur arrivait, ils le cachaient en l’aidant à rejoindre les pays musulmans.

12Ce maudit fit rechercher les fuyards, mais ne put mettre la main sur un seul : Dieu - loué soit-il ! - avait fait ce qu’il fallait pour leur délivrance. Au matin, Guillaume me demanda le prix de la femme que j’avais rachetée sans rien verser et qui s’était enfuie avec les autres. « Livre-la moi, lui dis-je, et tu recevras son prix. - Son prix, répliqua-t-il, m’est acquis depuis hier, avant qu’elle s’échappe. » Il me contraignit à verser la somme, ce que je fis d’un cœur léger, tant j’étais heureux de la délivrance de ces pauvres gens.

13Usâma Ibn Munqîdh, Kitâb al-l’tibâr, éd. H. Derenbourg, 1896, pp. 60-62 ; trad. A. Miquel, Des enseignements de la vie. Souvenirs d’un gentilhomme syrien du temps des Croisades, Paris, 1983, p. 207-211.

Bibliographie

Bibliographie

Y. Friedman, « The ransom of captives in the Latin Kingdom of Jerusalem », in M. Balard éd., Autour de la Première Croisade, Paris, 1996, p. 177 sq. — C. Hillenbrand, The Crusades : lslamic Perspectives,, Edimbourg., 1999.— Robert Irwin, « Usamah ibn Munqidh : An arab-syrian gentleman at the time of the crusades. Reconsidered », The Crusades and their sources, éd. J. France et W. G. Zajac, Aldershot,, 1998, p. 71-87.— J.-M. Mouton, Damas sous les Saljoukides et les Bourides (468-549/1076-1154). Vie politique et religieuse, Damas, 1994.

Notes

1 Djamâl al-Dîn Muhammad b. Bûrî régna sur Damas après l’assassinat de son frère Shihâb al-Dîn Mahmûd le 23 juin 1123, Mu‘în al-Dîn Unar détenant la réalité du pouvoir. Les événements décrits semblent se situer au début de l’année 1140, avant sa mort en sha‘bân 534/mars 1140, alors que Zankî, maître d’Alep, bloquait Damas. Le souverain franc est Foulques V, roi de Jérusalem de 1131 à 1143 ; fils de Foulques IV d’Anjou, il avait épousé Mélisende, fille de Baudouin II. L’obligation dont parle Usâma renvoie à l’époque de la captivité de Baudouin, lorsque les Munqidhîtes l’avaient hébergé à Shayzar, en juin 1124.

2 Personnage non identifié.

3 Mu‘în al-Dîn Unar.

4 Par Dieu, dans la vie future.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540