Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

33. La conquête de Mahdiyya, Sfax et Sousse par les Normands (juin-juillet 1148)

Texte intégral

1Bouleversé par la venue des tribus hilâliennes en Ifrîqiya au milieu du XIe siècle, l’émirat zîrîde se décompose : l’émir se maintient dans une difficile position défensive sur Mahdiyya, tandis que se multiplient les pouvoirs locaux, comme à Gabès, dont le gouverneur se rallie aux Hilâliens dès 1062-1063. L’émir de Mahdiyya Tamîm (1062-1108) s’efforce de restaurer la puissance zîrîde, tant en Ifrîqiya qu’en Méditerranée : il reprend Sfax et Sousse et envoie ses fils contre la Sicile dans les années 1063-1069 ; leurs succès retardent momentanément la conquête normande et sont suivis de coups de main sans envergure dans les deux décennies qui suivent. La paix conclue entre Roger Ier et Tamîm est respectée sous l’émir zîrîde Yahyâ (1108-1116). En revanche, la lutte de l’émir de Mahdiyya contre Gabès monopolise une bonne partie des énergies zîrîdes à partir des années 1080 : Tamîm assiège à plusieurs reprises la ville et à l’époque de l’émir de Mahdiyya’Alî (1116-1121), le chef de Gabès, qui concurrence la marine de Mahdiyya, fait appel à Roger II de Sicile pour lutter contre l’émir de Mahdiyya. A la mort de l’émir de Gabès, en 1146-1147, l’un de ses affranchis, Yûsuf s’empare du pouvoir, mettant sous tutelle le fils cadet de l’émir défunt, Muhammad b. Rushayd : pour se protéger de l’émir de Mahdiyya al-Hasan (1121-1148), Yûsuf offre à Roger II de gouverner Gabès en son nom. En 1147-1148, l’armée d’al-Hasan parvient à reprendre Gabès au rebelle qui a reconnu Roger II ; mais il ne s’agit que d’un succès sans lendemain pour l’émir de Mahdiyya, auquel Roger II va porter le coup de grâce. En effet, depuis le milieu des années 1130, les Normands poursuivent en Ifrîqiya leur expansion aux dépens de l’Islam, expansion dont le principal artisan est un chrétien syrien, Georges d’Antioche.

2Nous avons dit sous l’année 541 (1146-1147) que la famille de Yûsuf, prince de Gabès, s’était rendue auprès de Roger de Sicile pour lui demander du secours. Cela excita le vif mécontentement de ce prince, qui était lié par un traité de paix qui devait encore durer deux ans avec al-Hasan b. ‘Alî b. Yahyâ b. Tamîm al-Mu‘izz b. Badis, le Sanhadjide d’Ifrîqiya, et qui se rendait compte qu’il ne pouvait laisser échapper l’occasion de faire des conquêtes en profitant de la famine qui ravageait tout le Maghreb depuis 537 (1142-1143) et était à son comble en 542 (1147-1148) : en effet, la population abandonnait villes et bourgades, et beaucoup étaient venus en Sicile, car les hommes se mangeaient les uns les autres et la mortalité était considérable. Roger se décida donc, et équipa une flotte considérable composée d’environ deux cent cinquante galères remplies d’hommes, d’armes et de vivres. Partie de Sicile, cette flotte arriva d’abord à Pantellaria, île située entre Mahdiyya et la Sicile, et y rencontra par hasard un bâtiment venu de Mahdiyya. Ceux qui le montaient furent faits prisonniers et amenés à Georges [d’Antioche], chef de l’expédition, qui les interrogea sur l’état de l'Ifrîqiya. Comme ce bâtiment était porteur d’une cage renfermant des pigeons voyageurs, et que l’équipage jura n’en avoir encore expédié aucun, il força l’homme qui était préposé à ces oiseaux d’écrire ceci de sa main : « Arrivés à Pantellaria, nous y avons trouvé des bâtiments de Sicile dont les matelots nous ont appris que la flotte maudite a appareillé pour les îles de Constantinople ». Le pigeon fut lâché et porta à Mahdiyya une nouvelle qui réjouit al-Hasan et son peuple. Georges, qui avait voulu par cette ruse arriver inopinément, régla sa marche de manière à se présenter devant Mahdiyya au point du jour et à l’investir avant que les habitants pussent s’enfuir. La réussite de son plan n’aurait permis à personne de se sauver ; mais la volonté divine souleva un vent violent qui ne permit aux navires que l’emploi des avirons, de sorte que le jour était levé et qu’ils furent aperçus quand ils arrivèrent le 2 safar (21 juin).

3Georges, qui vit son coup manqué, envoya ce message à al-Hasan : « je n’amène cette flotte que pour venger Muhammad b. Rushayd et le rétablir dans son gouvernement de Gabès ; quant à toi, les traités que tu as avec nous ne sont pas expirés encore, et nous ne te demandons qu’un corps d’armée qui marche avec nous ». Al-Hasan convoqua les juristes et les principaux habitants pour délibérer avec eux, et leur avis fut de combattre, puisque la ville était assez forte pour résister : « Mais, repartit al-Hasan, je crains que l’ennemi débarquant ne nous assiège par terre et par mer et n’intercepte l’arrivée des vivres, dont nous n’avons pas pour un mois. Comme je préfère à mon pouvoir de voir les fidèles échapper à la captivité et au massacre qui seraient la conséquence de la prise de la ville de vive force, et que d’autre part on me demande d’envoyer des troupes contre Gabès, la situation est celle-ci : ou bien consentir, et ainsi commettre un acte illicite en prêtant secours à des infidèles contre des musulmans ; ou bien refuser, et alors l’ennemi prétextera la rupture de traités, son but n’étant que de gagner du temps pour nous couper de la terre ferme. Comme nous ne sommes pas en état de combattre avantageusement, je pense que nous devons quitter la ville avec nos femmes et nos enfants ; que quiconque y est disposé s’empresse de faire comme nous ! » Il donna aussitôt l’ordre du départ et emmena son entourage et les objets d’un faible poids ; le peuple aussi s’en alla avec femmes et enfants et en emportant les objets et les meubles facilement transportables, mais il y en eut également qui se cachèrent chez les chrétiens et dans les églises. La flotte était en vue de la ville, mais la force du vent empêcha le débarquement de se faire avant que les deux tiers de la journée fussent passés, et alors il ne restait plus personne de ceux qui avaient voulu se sauver.

4Les Francs pénétrèrent dans la ville sans aucune difficulté. A son entrée dans le palais, Georges le trouva intact, puisqu’al-Hasan n’avait emporté que les objets précieux d’un faible poids et qu’il s’y trouvait encore plusieurs de ses concubines. Il vit les trésors remplis d’objets précieux et de toutes sortes de choses curieuses et rares, et fit apposer les scellés sur ce palais après en avoir fait sortir les concubines d’al-Hasan.

5Les princes descendants de Zîrî b. Manâd avaient été, jusqu’à al-Hasan, au nombre de neuf et avaient régné deux cent quatre-vingt ans, de 361 (971-972) à 543 (1148-1149) (sic). Un des officiers d’al-Hasan, qui avait antérieurement été envoyé en ambassade à Roger, avait reçu de ce prince une lettre de sauvegarde pour lui et pour sa famille, et ne s’enfuit pas de la ville avec les autres.

6Après que le pillage eut duré environ deux heures, on proclama une amnistie générale, qui fit sortir de leurs retraites ceux qui s’étaient cachés. Le lendemain matin, il fit convoquer les Arabes du voisinage, qu’il traita bien et à qui il distribua des sommes considérables ; il envoya également des hommes du djund de Mahdiyya restés en ville porter des lettres de grâce aux habitants qui s’étaient enfuis, avec des montures destinées à ramener les femmes et les enfants. Les fuyards, en effet, étaient déjà torturés par la faim, bien qu’ayant laissé à Mahdiyya des choses précieuses dans des cachettes et de l’argent en dépôt. Une semaine à peine s’était écoulée que la plus grande partie de la population était rentrée dans ses foyers [...].

7Huit jours après s’être installé à Mahdiyya, Georges expédia deux flottes, l’une contre Sfax, l’autre contre Sousse. Cette dernière ville était gouvernée par ‘Alî, fils du prince lui-même, qui retourna auprès de son père dès qu’il eut appris la prise de Mahdiyya ; les habitants aussi abandonnèrent la ville que les Francs occupèrent sans coup férir le 12 safar (1er juillet 1148). Mais à Sfax, dont la population s’était renforcée de nombreux Arabes, il y eut de la résistance ; les habitants firent une sortie où les Francs, après avoir feint de fuir et les avoir attirés assez loin, firent volte-face et les mirent en déroute ; les uns furent rejetés dans la ville, les autres dans la campagne, et un certain nombre furent tués. Les Francs s’emparèrent de la place le 23 safar (12 juillet) à la suite d’un assaut qui leur coûta beaucoup de monde, et réduisirent en esclavage les hommes survivants, les femmes et les enfants. Une amnistie générale fut ensuite proclamée et permit à la population, rentrée dans ses foyers, de racheter femmes et enfants. Le vainqueur traita avec mansuétude les habitants de Sfax aussi bien que ceux de Sousse et de Mahdiyya. Ensuite arrivèrent des lettres de Roger qui accordaient l’amnistie à toute l'Ifrîqiya et qui étaient remplies de belles promesses.

8Après avoir rétabli l’ordre dans les villes conquises, Georges conduisit sa flotte à Iqlîbiya [Kélibia], château-fort bien défendu naturellement. Mais à cette nouvelle les Arabes se jetèrent dans la place et la défendirent si vigoureusement que les Francs durent se rembarquer après avoir subi des pertes sensibles, et regagner Mahdiyya. Malgré cet échec, les Francs se trouvèrent maîtres de la région qui s’étend de Tripoli de Barbarie jusqu’aux environs de Tunis et depuis le [désert du] Maghreb jusqu’en-deçà de Kairouan. »

9Ibn al-Athîr, Annales du Maghreb et de l’Espagne, trad. E. Fagnan, Alger, 1898, p. 562-567.

Bibliographie

Bibliographie

H. Bresc, « Le royaume normand d’Afrique et l’archevêché de Mahdiyya », Le partage du monde, échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, M. Balard et A. Ducellier (dir.), Paris, 1998, p. 347-361. – H. R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zîrîdes, Paris, 1962.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540