Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

30. Le cadre arabo-musulman de la monarchie palermitaine

Full text

1On a regroupé dans ce dossier une reproduction du manteau du couronnement de Roger II, conservé au Kunsthistorisches Museum (Schatzkammer) de Vienne en soie brodée d’or et rehaussée de perles, et garnie d’émaux cloisonnés et de verre (345 cm x 146 cm, d’un poids de près de 50 kg), l’inscription en petits caractères de kufique fleuri qui figure sur la bordure de ce vêtement, l’une des images du roi en majesté, de tradition abbasside, qui figurent parmi les peintures du plafond à muqarnas de la chapelle palatine de Païenne, le texte arabe d’une stèle funéraire palermitaine quadrilingue de 544/1149, et la célèbre description que fait le voyageur andalou Ibn Djubayr de la place des musulmans dans les organes centraux de l’Etat arabo-normand, qu’il visite en 1185.

Le manteau du couronnement

Traduction de l’inscription du manteau

2Voici ce qui a été fait dans le trésor (ou « magasin » : khizâna) royal, rempli de la chance, de l’illustration, de la majesté, de la perfection, de la longanimité, de la supériorité, du bon accueil, de la prospérité, de la libéralité, de l’éclat, de l’orgueil, de la beauté, de la réalisation des désirs et des espérances, du plaisir des jours et des nuits, sans cessation ni mutation, de la gloire, du dévouement, de la conservation, de la protection, de la chance, du salut, de la victoire et de la capacité, en la ville (=capitale) de [la] Sicile, l’an 528 (1133-1134).

3Répertoire chronologique d’épigraphie arabe, dir. par Et. Combe, J. Sauvaget, G. Wiet, 8, Le Caire, 1937, no 3058, p. 184-185.

Image du Roi au plafond de la Chapelle Palatine

Inscription funéraire de 1149 (Museo Nazionale, Palerme)

4Anne, mère du prêtre Grisante, prêtre de la Majesté souveraine, royale, haute et élevée, magnifiée, splendide, sanctifiée, éclatante, qui se glorifie grâce à Dieu (bi-Llâh), unie par Son pouvoir, victorieuse par Sa force, souveraine d’Italie, de Lombardie, de Calabre, de Sicile et d’Ifrîqiya, qui rend glorieux l’imâm de Rome, qui défend la communauté chrétienne-que Dieu rende éternelle sa principauté !-est décédée le vendredi, dans l’après-midi du 20 août de l’année 543 (1148) ; elle a été enterrée dans la cathédrale auguste, puis transportée (?) par son enfant, solennellement, à cette église Saint Michel, le vendredi, à la première heure du soir, le 20 mai de l’année 544 (1149). Celui-ci bâtit sur sa tombe cette église, dédiée à Sainte Anne, d’après le nom de sa mère... [Mar]yam,...quiconque invoquera pour elle la miséricorde ! Amen, amen, amen !

5Ibid., inscription no 3140, p. 249-250.

Texte d’Ibn Djubayr

6L’attitude du roi est vraiment extraordinaire. Il a une conduite parfaite envers les musulmans ; il leur confie des emplois, il choisit parmi eux ses fityân (officiers du palais eunuques), et tous, ou presque tous, gardent secrète leur foi et restent attachés à la foi de l’islam. Le roi a pleine confiance dans les musulmans et se repose sur eux de ses affaires, et de l’essentiel de ses préoccupations, à tel point que l’intendant de sa cuisine est un musulman. Il a une troupe d’esclaves noirs musulmans qui sont commandés par un chef (qâ’id), pris parmi eux. Ses vizirs et ses chambellans sont des eunuques (fityân), dont il y a un grand nombre, qui sont les hommes de son gouvernement et auxquels il confie son privé. C’est en eux que se montre l’éclat de son pouvoir royal, car ils étalent des vêtements magnifiques, des montures fringantes. Il n’en est point qui n’ait une cour, des intendants, une suite. Ce roi a des palais superbes et des jardins merveilleux, particulièrement dans sa capitale. A Messine il y a un château, blanc comme la colombe, qui domine le rivage et la mer.

7Il a un choix nombreux de pages et de femmes esclaves. Il n’y a point de roi des chrétiens qui soit plus splendide en sa royauté, plus fortuné, plus luxueux que lui. Par les jouissances du pouvoir où il est plongé, par la belle ordonnance de ses décrets, par les solides assises de son pouvoir, par la juste répartition des rangs parmi ses hommes, par l’éclat de la pompe royale, par l’étalage de sa parure, il ressemble aux rois des musulmans. Son autorité royale est très considérable. Il a des médecins, des astrologues, dont il a grand souci et dont il est si féru que, s’il apprend qu’un médecin ou un astrologue passe par son royaume, il ordonne qu’on s’empare de lui et il lui prodigue de larges moyens d’existence pour lui faire oublier son pays. Dieu veuille par sa grâce garantir les musulmans du désordre où ce roi pourrait les jeter ! Il a environ trente ans. Que Dieu protège les musulmans contre son iniquité et son oppression !

8Un autre trait que l’on rapporte de lui et qui est extrordinaire, c’est qu’il lit et écrit l’arabe et que, selon ce que nous avons appris de l’un de ses serviteurs particuliers, sa devise est : « Louange à Dieu (Allâh), comme est due la louange », et que celle de son père était : « Louange à Dieu (Allâh), reconnaissance de ses bienfaits ».

9Les femmes esclaves et les favorites de son palais sont toutes des musulmanes... Les officiers, qui sont les yeux de son gouvernement et les agents de son autorité royale, sont musulmans. Il n’en est point parmi eux qui manque à jeûner les mois prescrits...

10Ibn Djubair, Voyages, traduits et annotés par Maurice Gaudefroy-Demombynes, troisième partie, Paris, 1953, p. 380-382.

Bibliography

Bibliographie

Jonathan M. Bloom, « L’iconographie figurative dans les arts décoratifs », dans Égypte. L’âge d’or des fatimides, Dossiers de l’archéologie, n° 233, mai 1998, p. 58-65. — J. Bloom et S. Blair, Islamic Arts, Londres, 1997. — Henri Bresc, « Esclaves auliques et main d’œuvre servile agricole dans la Sicile des XIIe et XIIIe siècles »,dans Les figures de l’esclave au Moyen Age et dans le monde moderne, Paris, 1996, p. 97-114. — Georgette Cornu, « Importance et richesse des textiles », et Ralph Pinder - Wilson, « L’influence fatimide en Sicile et en Italie du sud », dans Trésors fatimides du Caire, Exposition de l’Institut du Monde Arabe, Paris, 1998, p. 201-210 et 212-221.— Francesco Gabrieli, Umberto Scerrato, Gli Arabi in Italia, Garzanti-Scheiwiller (Milan)-Credito Italiano, 1979 (2nde éd. 1985). —Angelo Lipinsky, « L’âge d’or sicilien. L’époque normande et souabe », Cahiers de civilisation médiévale, XVIIIe année, nos 3-4, juillet-décembre 1975, p. 239-255. —Jean-Marie Martin, Italies normandes (XIe-XIIe siècles), Paris, 1994. — V. Monneret de Villard, Le pitture musulmane al soffitto della Capella Palatina in Palermo, Rome, 1950. — Katarina Otto-Dorn, L’art de l’Islam, Paris, 1964.

List of illustrations

Caption Le manteau du couronnement
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21021/img-1.jpg
File image/jpeg, 185k
Caption Image du Roi au plafond de la Chapelle Palatine
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21021/img-2.jpg
File image/jpeg, 231k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Terms of use: http://www.openedition.org/6540