Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

26. Inscriptions arabes syriennes des années 1124-1144

Texte intégral

1Ces inscriptions tirées principalement du volume 8 du Répertoire chronologique d’épigraphie arabe, publié en 1937 par l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire sous la direction de E. Combe, J. Sauvaget et G. Wiet, sont intéressantes à divers titres, mais principalement pour les titulatures des détenteurs d’une partie de la souveraineté, et pour les indications qu’elles peuvent fournir sur le renouveau de l’esprit de djihâd et les rapports avec les Francs. La première, qui se trouvait dans la cour du lycée français d’Alep avant d’être transportée au musée de Damas, a été relue et publiée une seconde fois un peu plus tard de façon plus complète et assurée par Jean Sauvaget. Elle concerne un neveu d’Il-Ghazî, qui combat vigoureusement les croisés avant d’être tué à Manbidj. C’est dans cette inscription de 1124 que l’on trouve, semble-t-il pour la première fois un qualificatif du type « subjugueur des polythéistes », inconnu jusqu’alors, et qui deviendra habituel dans la titulature de Nûr al-Dîn. La seconde est dédiée par Unur, affranchi de Tughtakîn et futur gouvernant de Damas, à la mémoire de son patron défunt. La troisième pose un problème : le nom de Shihâb al-Dîn Mahrnûd, alors souverain de Damas, n’y figure pas, alors qu’elle accorde à Zankî, qui est souverain d’Alep, une place et des louanges développées ; peut-être cela s’explique-t-il par l’emprise croissante de ce dernier sur Damas. On sait que la même année 1138 il épouse Safwat al-Mulk, mère de l’émir de Damas Shihâbal-Dîn Mahrnûd b. Bûrî. D’autre part Zankî n’a pas porté le titre de Sultân que semble lui attribuer cette inscription. Sur l’émir Mudjâhid al-Dîn Buzân, chef des troupes kurdes à Damas, cf. M. Yared , Politique extérieure, p. 260. A l’époque de la dernière inscription, le pouvoir est échu à l’émir Mu’în al-Dîn Unar depuis la mort de Shihâb al-Dîn Mahrnûd en 533/1139.

Inscription funéraire de l’Artuqide Balak à Alep (518/1124)

2Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. - « Certes vous ne devez pas croire que soient morts ceux qui ont été tués pour la cause de Dieu : au contraire ils sont vivants auprès de leur Seigneur et reçoivent de Lui leurs moyens d’existence » (Coran, III, 163) - Le martyr, l’émir qui a besoin de la miséricorde de son seigneur, Nûr al-Daw[la fils de Ba]rhâm, fils d’Urtuq, l’orgueil de la religion, le soleil des émirs, le glaive des champions de la guerre sainte, le chef des armées musulmanes, le défenseur de l’imâm, la flèche des rois, le dompteur des infidèles et de ceux qui associent à Dieu d’autres divinités, a été rappelé à Dieu. Il a trouvé le martyre-Dieu veuille l’agréer, illuminer sa tombe et lui faire miséricorde - au mois de rabî‘ [I] 518 (avril-mai 1124).

3J. Sauvaget, « La tombe de l’ortokide Balak », Ars Islamica, 5/2, 1938, p. 207-215.

Texte de construction d’une madrasa fondée par Unur à Damas en 524/1130

4Au nom de Dieu. Cette madrasa bénie a été fondée par le grand émir, le maréchal (isfahslâr) Mu‘în al-Dîn Unur, fils de ‘Abd Allâh, affranchi du prince champion de la foi, combattant, guerrier (al-malik al-mudjâhid al-murâbit al-mughâzî) Tughtakîn, des bienfaits de son défunt maître. Cela en l’année 524 (1130).

5RCEA, 8, no 3033.

Texte de construction à Damas en 533/1138

6Au nom de Dieu. La construction de ce martyrion (mashhad) béni a été ordonnée durant les jours du roi (malik), le sultan (?), le juste (al-’âdil), le champion de la foi (al-mudjâhid), le guerrier (al-ghâzî), le combattant (al-murâbit), le défenseur de la communauté et de la religion, le subjugueur des polythéistes, l’exterminateur des hérétiques... de l’Emir des croyants, ‘Imâd al-Dîn Zankî, fils d’Aksunkur, al-Djamâlî-que Dieu éternise son règne-par le grand émir, le commandant, Sayf al-Dîn Rustam, fils de ‘Alî, fils de Muhammad, fils de Marwân, al-Kurdî, al-Djalâlî, le défenseur de l’Emir des croyants. Cela |a été achevé] le 10 rab‘ II de l’année 533 (15 décembre 1138).

7RCEA, 8, no 3093.

Texte de construction (sur porte de madrasa) à Damas en 538/1143-1144

8Au nom de Dieu. La construction de cette porte et de la muraille bénie a été ordonnée par l’émir très illustre, le grand maréchal (al-isfahsalar al-kabîr)... le fidèle, le choisi (?), le favorisé, le bienheureux, le prospère, Mudjâhid al-Dîn, la beauté de l’Islam, la rapière (?) de l’empire, le secours (?) de la communauté,... de la nation, la majesté des rois, la confiance des sultans, l’auxiliaire des champions de la foi, la noblesse des émirs, l’orgueil des hautes qualités, le plus glorieux des courtisans, Abu l-Fawâris Buzan, fils de Mâmîn, fils de ‘Alî, fils de Muhammad, al-Kurdî al-Djilâlî, le défenseur de l’émir des croyants, dans la recherche de la récompense de Dieu et le désir de Sa satisfaction...Cela [a été achevé] en l’année 538 (1143-1144).

9RCEA, 8, no 3117.

Bibliographie

Bibliographie

Carole Hillenbrand, The Crusades. Islamic perspectives, Edimbourg., 1999. — Mariam Yared - Riachi, La politique extérieure de la principauté de Damas (468-549 H/1076-1154), Damas, 1997, p. 287. — Yasser Tabbaa, « Monuments with a Message : Propagation of Jihâd under Nûr al-Dîn (1146-1174) », dans : The meeting of two worlds. Cultural Exchange between East and West during the Period of the Crusades, V. P. Goss éd., Kalamazoo, 1986.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540