Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

25. Lettre aux péripatéticiens de France (vers 1120)

Traduction de J. Tolan

Texte intégral

1Pierre Alphonse, né Moïse, juif de l’Espagne musulmane, reçoit une éducation religieuse (il apprend à lire l’hébreu et étudie la Torah et le Talmud) et aussi une éducation scientifique et philosophique en arabe. Ses connaissances, banales en al-Andalus, le font un homme d’une culture scientifique extraordinaire dès qu’il franchit les Pyrénées. En 1106, il se fait baptiser à Huesca, dans le petit royaume pyrénéen d’Aragon, et prend le nom de Petrus Alfonsi (Pierre Alphonse) ; il adopte ce deuxième nom en l’honneur de son parrain, Alphonse Ier, roi d’Aragon. En 1110, Pierre compose son Dialogue contre les Juifs, dans lequel il essaie de prouver la supériorité du christianisme sur le judaïsme et l’islam. La passion pour la science anime cette œuvre, au point que les deux adversaires oublient parfois leurs arguments théologiques pour bavarder longuement des mouvements du soleil ou des causes de la pluie. Pierre Alphonse se rend ensuite en Angleterre, où il enseigne l’astronomie et sert peut-être de médecin au roi Henri Ier. On connaît le nom de deux de ses élèves : Wauchier de Malverne et Adélard de Bath ; avec le second, Pierre collabore à la traduction de tables astronomiques. Les œuvres scientifiques de Pierre Alphonse et de ses deux élèves ne constituent pas un grand ensemble. Mais Pierre et Adélard ont été les catalyseurs d’un renouveau scientifique et de l’intérêt pour les textes arabes.

2Le texte qui suit est extrait d’une lettre que Pierre adresse aux “péripatéticiens de France". Il y émet des critiques acerbes contre les piètres connaissances scientifiques des Latins, contre leurs préférences malheureuses pour les arts “inférieurs" de la dialectique et de la rhétorique, et contre leur prétention intellectuelle. Il rejette les arguments théologiques contre l’astrologie : puisque c’est un art, il est vrai ; puisqu’il est vrai, il ne peut pas aller contre la vraie foi du christianisme. On voit que peu d’étudiants assistent à ses ces cours, alors que les maîtres parisiens attirent des foules dans leurs cours des arts “inférieurs” de la rhétorique.

3La médecine (physica) est très utile et nécessaire pour les hommes et les autres animaux dans ce monde. C’est un art par lequel la santé peut être préservée et la durée de la vie peut être connue. Cet art ne peut être maîtrisé sans la connaissance de l’astronomie, puisque grâce à l’astronomie on prévoit le changement des quatre saisons. Ainsi les maladies des hommes et des animaux peuvent également être prévues et une fois prévues, on peut chercher un remède par lequel la maladie peut être soit évitée soit allégée. C’est encore par l’astronomie que l’on calcule les moments propices pour cautériser, pour faire les incisions, pour ponctionner les abcès, pour saigner ou appliquer la succion à l’endroit nécessaire, pour donner des potions ; c’est par l’astronomie aussi que l’on sait à quel jour et à quelle heure une fièvre se terminera.. Beaucoup d’autres choses essentielles à la médecine ne peuvent être connues qu’à travers l’astronomie, comme Constantin [l’Africain] l’affirme dans le livre qu’il a traduit de la langue sarrasine [l’arabe].

4Par l’astronomie aussi on prévoit le beau temps ou les nuages, chose très utile pour la navigation, qui devrait être attentivement observée. Beaucoup d’autres avantages sont exposés dans ma lettre, ainsi que les plaisirs qui réjouissent l’âme quand celle-ci connaît les choses célestes.

5Puisque, comme je l’ai dit, l’astronomie est nécessaire pour la médecine et dans d’autres domaines, il est évident qu’elle est plus utile, plus agréable et plus efficace que les autres arts. Puisque j’ai constaté que presque tous les Latins ignorent cet art, et puisque moi-même je le pratique depuis un moment et que j’en ai appris une partie non négligeable, j’ai décidé (si cela vous plaît) de vous en instruire et de vous le présenter (avec bienveillance et soin) comme quelque chose de rare, doux et délicieux.

6Nous avons entendu dire que certains de ces hommes qui cherchent la sagesse en ayant recours à l’analogie (référence désobligeante aux étudiants de la logique) s’apprêtent à traverser des pays lointains et à gagner les régions les plus reculées pour parvenir à une meilleure connaissance de l’astronomie. A ceux-ci je réponds sans hésitation que puisqu’il cherchent le vrai, ils peuvent obtenir rapidement ce qu’ils veulent et que ce qu’ils s’apprêtent à chercher au loin est tout près—sauf s’ils doutent de nos compétences. Je ne crois pas que ce soit la coutume d’hommes sages de juger des choses qu’ils ne connaissent pas ou de lancer des accusations à propos de choses qu’ils n’ont pas vérifiées. L’art de l’astronomie ne peut être compris que par l’expérience, et de même personne ne peut le maîtriser sans l’expérience. Mais certains, après avoir lu Macrobe et d’autres qui semblent avoir maîtrisé l’astronomie, estiment qu’ils peuvent s’en satisfaire, et qu’ils ont acquis une connaissance parfaite de cet art. De surcroît, quand les hommes savants exigent d’eux une présentation logique (ratio) ils échouent dans leur démonstration et c’est dans les autorités (auctores) qu’ils fondent leur preuves [...].

7Je crois, en fait, qu’ils repoussent l’étude de cet art parce qu’il est difficile à apprendre et laborieux à comprendre [...].

8Notre intention en l’enseignant est de nous préparer un renom éternel après la mort et de ranimer la connaissance de cet art qui a disparu chez les Latins ainsi que de détruire les prétentions de ceux qui déclarent qu’ils sont prêts à étudier cet art si seulement ils le rencontrent. Tous les jours des messagers arrivent, de loin et de près, pour nous dire que les personnes qui les ont envoyés promettent de venir écouter nos leçons dès que nous les aurons commencées. Mais celui à qui les auditeurs manquent toujours ne peut pas commencer d’enseigner. Si nous voulions commencer avec les moins érudits et les plus lents, nous aurions pu le faire depuis longtemps. Mais nous voulons des étudiants sérieux et intelligents, qui soient avec nous depuis le début, et qui, après nous, puissent comme ils le doivent obtenir la maîtrise de cet art.

9Petrus Alfonsi (Pierre Alphonse), Epistola ad peripateticos [années 1120 ?] § 5-7, 9-10. Édition du texte latin et traduction anglaise par J. Tolan, Petrus Alfonsi and his Medieval Readers. Gainesville, University Press of Florida, 1993, p. 163-81.

Bibliographie

Bibliographie

John Tolan, « La Carta a los estudiosos Francese », dans Maria Jesús Lacarra éd„ Estudios sobre Pedro Alfonso, Saragosse, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1996, p. 381-402. — Id. « Reading God’s Will in the Stars : Petrus Alfonsi and Raymond de Marseille Defend the New Arabic Astrology », Revista Española de Filosofía Medieval, 2000.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site