Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

24. Fatwâ du cadi Ibn Rushd au sujet de biens enlevés aux musulmans et vendus à Cordoue par des marchands tolédans (autour de 1120)

Texte intégral

1Cette fatwâ ou consultation juridique, extraite de la grande compilation jurisprudentielle en douze volumes du juriste maghrébin al-Wansharîsî (Tlemcen, 1430-31-Fès, 1508) intitulée Mi‘yâr al-Mughrib, a été émise par Abû l-Walîd b. Rushd, « le grand-père » du célèbre philosophe du même nom (l’Averroès des Latins), qui exerce la fonction de grand cadi de Cordoue de 511/1117-18 à 515/1121-22. Elle lui a été demandée par le gouverneur almoravide de l’Andalus, Abû l-Tâhir Tamîm, frère de l’émir ʻAlî b. Yûsuf b. Tâshfîn, nommé par ce dernier comme son représentant dans la péninsule en 1106 et mort en 1126 ou 1127. Le texte présente un intérêt certain du point de vue des relations commerciales qui s’établissent de part et d’autre de la frontière, mais témoigne aussi du souci de conformité aux formes du droit dont font preuve les autorités almoravides (termes « canoniques » de sulh, ʻahd et fay’, exigence de témoignages légaux, etc.) Du point de vue de la technique juridique, il s’agit d’un cas de ghasb, où il y a prise de force de biens, avec en plus enlèvement de personnes libres. Le plaignant en demande restitution (istirdâd) et affirme apporter la preuve de la propriété dont il attend la restitution du mufti ou du cadi (istihqâq) (précision communiquée par Madame Sihem Missaoui, professeur à l’Université de Tunis I).

2On l’interrogea au sujet de biens que des musulmans ont reconnu comme leur appartenant [alors qu’ils se trouvaient] entre les mains de chrétiens venus de Tolède à Cordoue-que Dieu la rende aux musulmans-pour cause de commerce durant une période de trève (sulh). Le texte de la question émane de l’émir Abû l-Tâhir Tamîm b. Yûsuf b. Tâshfîn : [je te demande] une réponse-que Dieu soit satisfait de toi-au sujet des biens que des gens de notre pays ont reconnus comme leurs en possession de marchands de Tolède venus dans notre pays pour y faire du commerce. Ils ont établi par preuve testimoniale (bayyina) que lesdits biens avaient été leur propriété, qu’ils ne les avaient ni vendus ni donnés jusqu’à ce que des cavaliers provenant assurément de Tolède s’en emparent et leur enlèvent ces biens, en même temps qu’ils faisaient prisonniers des musulmans, tout cela pendant une trève (hudna) établie entre nous et eux. Cette preuve testimoniale étant probante, doit-on, par jugement, restituer ces biens aux ayants droit comme on aurait jugé dans un cas de restitution entre musulmans, ou non ? Quid si les propriétaires de ces biens reconnus prétendent que certains des leurs, capturés ainsi qu’il a été dit durant la trève, sont incarcérés à Tolède dans les maisons de ces marchands ? Ceux qui pensent que leurs proches sont chez eux peuvent-ils ou non obtenir des gages des marchands chrétiens se trouvant chez nous pour les contraindre à libérer ces captifs ? Explique nous cela, si Dieu le très haut le veut, dans l’attente de la rétribution divine.

3Il a donné cette réponse -que Dieu, qu’il soit exalté, l’agrée- : je me suis penché attentivement sur ta question ; si les marchands de Tolède -que Dieu la rende à l’Islam- sont sortis de cette ville après l’incursion hostile dans le pays des musulmans ayant entraîné l’emprisonnement des hommes et la capture des biens, ils ne bénéficient d’aucun pacte (lâ ‘ahd la-hum) car un tel pacte ne pourrait les garantir pour venir dans le pays des musulmans (balad al-muslimîn) pour y faire du commerce que s’ils s’abstiennent de tout acte dommageable aux musulmans et de toute attaque contre leurs personnes et leurs biens. La réponse est donc qu’ils peuvent être saisis comme otages avec les biens qu’ils ont en leur possession, biens pris lors de l’incursion, jusqu’à restitution aux ayants droit. S’ils obtempèrent, la trève continuera d’être respectée comme il avait été convenu. En cas de refus, elle sera rompue et la guerre déclarée ; les marchands pris en otage deviendront captifs des musulmans, leurs biens constitueront un butin (fay’). Ce dont il sera prouvé par témoignage, parmi leurs biens et leurs marchandises, que cela appartenait à l’un de ceux qui ont été dépouillés lors de l’incursion tolédane susdite effectuée après la conclusion de la trève, que cela lui soit rendu. Seul Dieu assure la réussite.

4Traduction complétée d’après Vincent Lagardere, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Age. Analyse du Mi’yâr d’Al-Wansharîsî, Madrid, Casa de Velâzquez, 1995, p. 418-419.

Bibliographie

Bibliographie

Vincent Lagardere, Le vendredi de Zallâqa (23 octobre 1086), Paris, 1989, Les Almoravides. Le djihâd andalou (1106-1143), Paris, 1998. — Id., « La haute judicature à l’époque almoravide en al-Andalus », Al-Qantara, Madrid, VII, 1986, p. 135-228.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site