Version classiqueVersion mobile

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

24. Fatwâ du cadi Ibn Rushd au sujet de biens enlevés aux musulmans et vendus à Cordoue par des marchands tolédans (autour de 1120)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette fatwâ ou consultation juridique, extraite de la grande compilation jurisprudentielle en douze volumes du juriste maghrébin al-Wansharîsî (Tlemcen, 1430-31-Fès, 1508) intitulée Mi‘yâr al-Mughrib, a été émise par Abû l-Walîd b. Rushd, « le grand-père » du célèbre philosophe du même nom (l’Averroès des Latins), qui exerce la fonction de grand cadi de Cordoue de 511/1117-18 à 515/1121-22. Elle lui a été demandée par le gouverneur almoravide de l’Andalus, Abû l-Tâhir Tamîm, frère de l’émir ʻAlî b. Yûsuf b. Tâshfîn, nommé par ce dernier comme son représentant dans la péninsule en 1106 et mort en 1126 ou 1127. Le texte présente un intérêt certain du point de vue des relations commerciales qui s’établissent de part et d’autre de la frontière, mais témoigne aussi du souci de conformité aux formes du droit dont font preuve les autorités almoravides (termes « canoniques » de sulh, ʻahd et fay’, exigence de témoignages légaux, etc.) Du point de vue de la technique juridique, il s’agit d’u...

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search