Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

23. La bataille de Darb Sarmadâ (17 rabî I 1513/28 juin 1119)

Texte intégral

1Conquérir, s’installer, s’implanter. Après la première croisade, les Francs élargissent leurs territoires, guerroyant, occupant des forteresses, imposant tribut à de petits émirs locaux, s’entendant, parfois, avec les maîtres d’Alep ou de Damas.

2En Syrie du Nord s’opposent notamment la principauté franque d’Antioche et celle, musulmane, d’Alep. La capitale nord-syrienne, en situation difficile, s’est donnée en sha’bân 512/nov.-déc. 513 à l’amîr Nadjm al-Dîn ÎI Ghâzî, maître de Mârdîn, en Djéziré. Allié à Zahîr al-Dîn Tughtâkîn qui souffre également des incursions franques toujours plus proches de Damas, il inflige, sans ce dernier arrivé trop tard, leur première défaite sérieuse aux Francs, à Tall-‘Aqibrîn, à l’issue orientale de la plaine de Sarmadâ.

3Il semble bien, comme le suggère le récit d’Ibn al-Qalânisî (c. 465-555/1073-1160), que la combinaison de la supériorité numérique et de l’intelligence tactique d’un ÎI Ghâzî bien renseigné (il sait se donner l’avantage du terrain, réussissant à encercler les troupes franques et indigènes de Roger d’Antioche), provoque le désastre de l’Ager sanguinis des sources latines. Les Turcomans, archers montés redoutables, harcèlent sans relâche, ici, des Francs déboussolés par leur nombre.

4La victoire est éclatante, les morts innombrables ; si le butin intéresse plus les Turcomans qu’une quelconque poursuite de leur avantage, chez un chroniqueur thuriféraire de Tughtâkîn, la charge franque, signalée par d’autres sources, est mise en échec.

Année 512 (24 avril 1118-13 avril 1119)

5Cette année-là arrivèrent du territoire franc des renseignements et des rumeurs selon lesquels les Francs avaient des visées sur certaines villes et forteresses, s’étaient mis d’accord pour y répandre ravages et dommages, profitant de ce que l’Islam négligeait de mener contre eux des expéditions ou le djihâd, et s’étaient mis à faire des préparatifs à cet effet. L’atâbak Zahîr al-Dîn écrivit aux chefs locaux et aux hauts fonctionnaires (manâdjib) pour les inviter à coopérer à la défense contre les maléfices de ces maudits en s’entraidant sans défaillance.

6On annonça aussi que l’amîr Nadjm al-Dîn Îl Ghâzî se dirigeait vers Damas à la tête de son armée (fî’askar-hi), pour se joindre à l’atâbak Zahîr al-Dîn, délibérer sur l’organisation de la chose, échanger des vues sur sa mise en pratique et en décider. Il avait au préalable envoyé des messagers aux tribus turcomanes, pour les appeler à s’acquitter de l’obligation de djihâd et les inciter à lancer des appels dans ce sens et à réunir leurs forces. L’amîr, venant d’Alep, arriva à Damas avec des collaborateurs et des familiers [...].

Année 513 (14 avril 1119 - 1er avril 1120)

7Lorsque l’atâbak Zahîr al-Dîn arriva à Alep au terme fixé d’après leurs décisions afin d’y rejoindre Nadjm al-Dîn pour l’opération qu’ils avaient arrêtée, il trouva déjà concentrés les Turcomans, venus de toutes parts ; ils étaient en très grand nombre, leur force était visible ; c’était comme des lions en quête de leur proie ou comme des faucons qui tournoient au-dessus de leurs victimes. On annonça que Roger, seigneur d’Antioche, était sorti de sa ville avec tout ce qu’il avait pu rassembler et recruter dans toutes leurs provinces et leurs régions, en fait de régiments francs (tawâ’if al-Ifrandj) et de fantassins arméniens (ridjâl alArman) : plus de vingt mille cavaliers (fâris) et fantassins (râdjil), sans compter la valetaille (al-atbâ‘). Cette immense masse était parfaitement équipée et armée de pied en cap. Ils avaient établi leur camp en un endroit appelé Sarmadâ ou encore Dânîth al-Baqal, entre Antioche et Alep. Dès que les musulmans le surent, ils fondirent sur eux comme un vol de faucons qui vont protéger leurs nids. Aussi vite que deux regards se croisent, les deux partis s’approchèrent l’un de l’autre : les musulmans partirent à l’attaque et entourèrent les Francs de tous côtés, frappant de leurs épées (suyûf), décochant leurs flèches (sihâm) ; Dieu Très Haut - qu’il soit loué - accorda la victoire au parti de l’Islam sur la pègre rebelle ; en moins d’une heure, le samedi 17 rabî‘ I 513 (28 juin 1119), les Francs étaient à terre, gisant tous pêle-mêle, cavaliers (fâris) et fantassins (râdjil) avec leurs chevaux et leurs armes, au point qu’aucun d’entre eux ne put s’échapper pour porter la nouvelle et que leur chef Roger fut trouvé étendu parmi les cadavres. Plusieurs témoins oculaires de cet événement ont raconté qu’ils s’étaient promenés sur le champ de bataille pour y contempler le signe éclatant de l’action de Dieu Très Haut et qu’ils avaient vu des cadavres de chevaux transformés en hérissons par la quantité de flèches (nishâb) qui les avaient frappés. Cette victoire fut l’une des plus belles ; jamais triomphe pareil n’avait été accordé à l’Islam dans les années passées, dans les jours d’autrefois. Antioche resta sans protection, privée de défenseurs et de soldats, vide de guerriers braves et valeureux, proie pour celui qui sauterait dessus, occasion pour ceux qui en chercherait. Mais on n’y fit pas attention parce que Vatâbak Zahîr al-Dîn ne participait pas à cette journée et que les Turcomans s’étaient précipités à la bataille sans préparation, parce que Dieu en avait décidé ainsi, parce que tous (al-nâs) s’étaient préoccupés de ramasser un butin (ghanâ’im) dont les mains furent pleines, les cœurs raffermis, les esprits satisfaits de tant de beauté : « Voilà leurs demeures désertes » (Coran, XXVII, 53). « Louange à Dieu, maître des mondes » (Coran, I, 1).

8Ibn Al-Qalanîsî, Dhayl Târîkh Dimashq, éd. S. Zakkar, Damas, 1983, pp. 318, 319-320 ; trad. R. Le Tourneau, Damas, 1954, pp. 147-150.

Bibliographie

Bibliographie

C. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des Croisades, Paris, 1940. - C. Hillenbrand, « The career of Najm al-Dîn Ghâzî », Der Islam, t. LVIII, 2, p. 250-292.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site