Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

22. Tughtakîn et l’armée de Damas face aux Francs (512/1118-1119)

Texte intégral

1Ce texte montre la prudence qu’avait acquise l’atâbeg de Damas, Tughtakîn, face à la cavalerie franque et à sa charge dévastatrice. Son fils, plus audacieux, n’attend pas que les Francs acculés se rendent, mais les attaque. Il connaît alors une dure défaite. On voit également que les Fâtimides comptaient beaucoup sur l’armée damascaine dont les cavaliers turcs étaient meilleurs que leurs troupes terrestres. Entre Francs et Musulmans, il ne s’agit pas d’une guerre totale, mais de razzias alternées, comme cela avait été longtemps le cas entre Musulmans et Byzantins en Cilicie. Notez également le large jeu d’alliance de la principauté de Damas.

2Mention de la mort du roi des Francs et de ce qu’il advint entre les Francs et les musulmans

  • 1 Bay‘a al-Qumâmma, l’Église du tas d’ordure, Qumâmma, pour Qiyâma, l’Église de la Résurrection (les (...)

3En dhû l-hijja de l’an 511/février-mars 1118, mourut Baudoin (Baghdawîn), roi de Jérusalem. Il avait marché à la tête d’une troupe de Francs sur l’Égypte qu’il désirait conquérir et dominer. Sa convoitise pour le territoire égyptien s’était renforcée. Il arriva en face de Tinnîs et nagea dans le Nil. Une blessure qu’il avait s’infecta. Lorsqu’il se sentit condamné, il rentra à Jérusalem où il mourut. Il avait donné par testament son pays au Qummis/Comte, maître dal Rûha/Édesse, celui que Djakarmash avait fait prisonnier et qu’avait libéré Djawâlî Saqâwû. Il se trouvait que ce comte s’était rendu à Jérusalem pour visiter l’Église d’al-Qumâmma1. Lorsqu’il reçut en legs le Royaume [de Jérusalem] il l’accepta, réunissant sous son pouvoir Jérusalem et Édesse.

4L’Atâbek Tughtakîn était sorti de Damas pour aller combattre les Francs. Il fit halte entre Dayr Ayyûb et Kafar Basal, près du Yarmûk. On avait dissimulé la nouvelle de la mort de Baudouin. Tughtakîn ne fut informé de l’événement que vingt jours plus tard, alors que [les deux armées] n’étaient séparées que par deux journées [de marche]. Il reçut des messages du [nouveau] Roi des Francs lui demandant une trève. Tughtakîn exigea que celui-ci abandonne les revendications qui les divisaient concernant al-Hanâna, al-Salt, al-Ghûr. N’ayant obtenu aucune réponse sur cela, il décida de montrer sa force. Tughtakîn marcha sur Tibériade qu’il pilla ainsi que le territoire alentour. De là, il marcha sur Ascalon.

5Ce port était entre les mains des Egyptiens qui y avaient des soldats. Ils en avaient envoyé [d’autres, en renfort] quand le Roi de Jérusalem avait quitté l’Égypte, agonisant. Il se trouvait là sept mille cavaliers. Tughtakîn réunit les deux armées. Le général commandant les Égyptiens l’informa que son maître lui avait enjoint de se mettre aux ordres de Tughtakîn et d’agir selon ce que celui-ci jugerait bon de lui ordonner. Ils demeurèrent à Ascalon durant deux mois. Ils ne découvrirent aucun moyen d’agir contre les Francs. Tughtakîn rentra à Damas. Il apprit que cent trente chevaliers francs avaient pris (543/544) un château se trouvant sur son territoire, du nom d’al-Habs, château appelé Hisn Djaldak. C’était le préposé à sa garde qui le leur avait livré et, par la suite, les Francs avaient marché sur Adhri‘ât/Déraa qu’ils avaient pillée. Il dépécha contre eux, Tâdj al-Mulûk Bûrî b. Tughtakîn (son fils). Les Francs trouvèrent refuge contre ce dernier en montant sur une montagne près de là. Bûrî s’installa en cet endroit [pour les assiéger]. Son père vint auprès de lui et lui déconseilla de les attaquer. Le fils n’obtempéra pas, désirant s’en emparer. Quand les Francs se virent dans une position désespérée, ils déclenchèrent une bataille sanglante ; dévalant de la montagne, ils chargèrent les Musulmans, dans une charge menée dans un style parfait, charge qui les (les Damascains) mit en déroute. Parmi les Musulmans, les Francs firent de nombreux prisonniers et en tuèrent un grand nombre. Les fuyards rentrèrent à Damas en piteux état.

6Tughtakîn partit pour Alep où se trouvait Îl-Ghâzî, pour implorer son secours, lui demandant de venir s’opposer aux Francs. Il-Ghâzî lui promit de venir. Pendant que Tughtakîn se trouvait à Alep, il reçut la nouvelle que les Francs avaient attaqué le Hawrân, province dépendant de Damas. Après y avoir pillé, massacré et emmené des habitants en esclavage, ils s’étaient retirés. Îl-Ghâzî et Tughtakîn se trouvèrent d’accord pour que Tughtakîn rentre à Damas, afin de mettre ses territoires en état de se défendre et pour qu’îl-Ghâzî revienne à Mardîn et qu’il lève des soldats afin qu’ils combattent ensemble les Francs. Îl-Ghâzî conclut une trève avec les Francs qui étaient à proximité de son territoire selon ce que nous avons rapporté précédemment. 11 traversa [la steppe et les montagnes] jusqu’à Mardin afin d’y lever des troupes. C’est ce que nous rapporterons sous les événements de l’année 513/1119-20, si Allâh le permet.

7Ibn Al-Athîr, Al-Kâmil, fî l-târîkh, année 512/1118-9 éd. Tornberg, Beyrouth, 1966, tome X, p. 543.

Notes

1 Bay‘a al-Qumâmma, l’Église du tas d’ordure, Qumâmma, pour Qiyâma, l’Église de la Résurrection (les deux ductus sont très proches), désignation la plus courante du Saint Sépulcre chez les historiens musulmans.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540