Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

21. L’appareil militaire égyptien et les Francs en 509/1115-1116. L’Égypte fâtimide au début des croisades

Texte intégral

1L’Égypte fâtimide était un État très riche, doté d’une excellente marine militaire mais dont les armées de terre, pléthoriques et coûteuses, manquaient d’efficacité sur le terrain, notamment dans les actions offensives. C’est pourquoi lorsque la pression croisée s’aggravait, le vizir, Prince des Armées, se tournait vers la Syrie et notamment vers Damas pour obtenir une action militaire contre les Francs qui les détournent d’opérer dans le Delta. Les rapports entre les Fâtimides et les Bûrides sunnites furent en général assez bons. En effet, la tension qui avait opposé au XIe siècle les Turcs seldjukides aux Fâtimides, chî’ites ismâ ‘îliens, fut bien plus faible à l’époque bûride, également turcs et sunnites, mais qui ne pratiquèrent qu’un djihâd défensif contre les Croisés et ne combattirent guère les « hérésies » musulmanes. Une fois Nûr al-dîn installé à Damas en 1154, les choses devaient changer.

2Des chameliers arrivèrent, [envoyés par le] gouverneur de la [province de la] Sharqiyya pour annoncer que Baghdawîn (Baudouin), roi des Francs, avait pénétré dans la région d’al-Faramâ. Alors, al-Afdal, fils du Prince des Armées, envoya immédiatement avertir le gouverneur de la Sharqiyya que les soldats d’al-Markaziyya (la garnison centrale) ainsi que les Muqta’în (les officiers jouissant d’iqtâ‘) devaient s’y rendre. Il fit partir les fantassins d’al-’Utufiyya (corps caserné au Caire). Le gouverneur devait marcher en personne sur les assaillants après avoir donné l’ordre à tous les Arabes des tribus de s’avancer en éclaireurs, de traquer les Francs et de les surveiller durant la nuit avant que l’armée [d’Égypte] ne surgisse sur ceux-ci. Le gouverneur se conforma à ces instructions. Puis al-Afdal donna l’ordre de sortir les tentes et de préparer les hommes (les combattants) et les valets. Quand les armées [d’Égypte] parvinrent [sur le lieu de l’invasion ennemie], précédées par les Arabes des tribus qui traquaient les Francs, Baudouin, le roi des Francs, apprit que ces armées [hostiles] marchaient l’une derrière l’autre pour l’attaquer et il se rendit compte qu’il lui était impossible de résister. Il donna l’ordre à ses hommes de piller, de détruire et d’incendier, de raser les lieux de prière, de mettre le feu aux grandes mosquées et autres sanctuaires de la province ainsi qu’à l’ensemble de la région, puis il prit la décision de faire demi-tour. Mais Allâh, qu’il soit loué, le Très Haut, l’emporta pour l’expédier au feu [éternel]. Ses compagnons celèrent sa mort et ils s’en allèrent après avoir ouvert le corps de Baudouin et l’avoir rempli de sel afin qu’il se conservât jusqu’au retour à son pays où ils l’enterrèrent.

3Quant aux armées musulmanes, elles menèrent des attaques contre le pays des ennemis et elles revinrent après avoir campé à l’extérieur de Qasidân. On écrivit à l’amîr Zahîr al-dîn Tughtakîn, le maître de Damas, pour lui demander de marcher sur le pays des Francs. Il vint à Qasidân et on lui offrit des mets d’hospitalité et on diffusa [au peuple] les raisons de sa venue. On donna l’ordre de rassembler [pour donner à Tughtakîn et à ceux qui arrivaient avec lui] des tentes, des chevaux en grand nombre, des vêtements, des étendards et des drapeaux, [et, en particulier] une épée d’or, un baudrier d’or, une chaîne de cou en or, une très grande tente complète, équipée de tapis royaux et de couvertures et munie de tous les ustensiles et toutes les commodités nécessaires pour son usage, fabriqués en argent. On expédia à destination de Shams al-Khawâss, c’était un grand général, un habit d’honneur cousu d’or, un baudrier et une épée. On expédia à destination des personnes les plus notables parmi ceux qui arrivaient des vêtements d’honneur et des épées.

4[...] Chaque jour, le gouverneur montait à cheval, accompagné des deux amîrs, des grands officiers et des soldats pour se rendre à la tente royale. Ils discutaient des décisions militaires à prendre pour la bonne marche des armées et ils s’y conformaient. Les attaques contre le territoire tenu par les ennemis se succédaient ; on faisait des prisonniers et on massacrait. [Les grands officiers venus de Damas] reçurent à nouveau des vêtements d’honneur... Cette fois-là, Shams alKhawâss reçut trente mille dînârs. Les dépenses occasionnées par cette expédition ainsi que par les opérations entreprises lors de l’arrivée de Baudouin qui aboutirent à sa mort atteignaient cent mille dînârs.

5Ibn Al-Ma’mûn Al-Batâ’ihî, Akhbâr Misr, édition A.F. Sayyid, 13-4, événements de l’année 509/1115-6,

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540