Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

20. La défense de Tyr contre les Francs en 1111-1112

Texte intégral

1Le texte du chroniqueur damascain Ibn al-Qalânisî (v. 1073-1160), le seul auteur syrien contemporain de la prise de possession par les croisés du littoral syrien, fournit un bon exemple de l’énorme effort et des moyens investis par les Francs dans le siège et la prise des villes de la côte, et de la défense musulmane de ces villes. La ville est attaquée par le roi Baudoin Ier fin novembre 1111 lorsqu’il apprend que le gouverneur fatimide de Tyr, ‘Izz al-Mulk Anûshtakîn, qui n’attend pas beaucoup d’aide du gouvernement du Caire dirigé par al-Afdal, a demandé de l’aide contre une probable attaque franque à Zahîr al-Dîn Tughtakîn de Damas. Celui-ci envoie 200 hommes, puis un peu plus tard des renforts supplémentaires, mais ceux-ci furent interceptés par les Francs. Le siège de Tyr dura jusqu’en avril 1112, les Francs s’étant finalement découragés, et c’est semble-t-il seulement un peu plus tard, en 506 (du 28 juin 1112 au 17 juin 1113), et avec l’accord du gouvernement du Caire, que Tughtakîn envoie aux Tyriens qui craignent une nouvelle attaque franque, un gouverneur, Sayf al-Dawla Mas’ûd, qui était jusque-là le maître de Bâniyâs, chargé de coordonner la défense de la ville. Le siège ayant échoué, Tyr conserve un statut hybride : la prière y est dite et la monnaie y est frappée au nom du calife fatimide, mais le gouverneur damascain reste en place avec l’accord du vizir égyptien et jusqu’à la mort de ce dernier en 1121. Peu après, les autorités du Caire reprennent en mains le gouvernement de la ville et font arrêter Mas’ûd, réinstallant un gouverneur qui dépend alors de nouveau directement des Fatimides. Tyr fera de nouveau appel à Damas en 1124 lorsque les Francs assiègeront à nouveau la ville, mais l’aide apportée ne sera pas suffisante pour l’empêcher de tomber finalement en juillet 1124 après un siège de trois mois.

  • 1 Soit une hauteur respective d’environ vingt et vingt-cinq mètres.

2La construction des deux tours et de leurs béliers fut terminée au bout de soixante-quinze jours environ. Les Francs se mirent à les pousser en avant et à s’en servir pour l’attaque le 10 sha‘bân (11 février) ; ils les rapprochèrent du rempart de la ville et le combat redoubla dans leur secteur ; la plus petite des deux tours était haute de plus de quarante coudées, la plus grande dépassait cinquante coudées1. Le 1er ramadân (2 mars), les gens de Tyr sortirent des bastions [de la ville], emportant des feux grégeois, du bois, du goudron et de quoi allumer un incendie, mais ne purent atteindre ni l’une ni l’autre tour ; ils lancèrent pourtant un paquet de matière enflammée à proximité de la plus petite, à un endroit où les Francs ne pouvaient l’écarter ; sous l’effet du vent, le feu prit à cette tour qui fut incendiée après une chaude lutte tout autour et un rude corps à corps ; les musulmans en rapportèrent comme butin de nombreuses cottes de maille, des cuirasses et autres objets. Puis le feu gagna la grande tour. La nouvelle se répandit parmi les musulmans que les Francs avaient abandonné l’attaque de la ville, affairés qu’ils étaient auprès de la tour en flammes ; aussi les musulmans abandonnèrent-ils la lutte devant les bastions [de la ville]. Ce que voyant, les Francs les attaquèrent vigoureusement, les repoussèrent loin de la tour et éteignirent le feu qui y avait pris ; puis ils disposèrent de tous côtés, pour la garder et pour garder les mangonneaux, un grand nombre de leurs meilleurs hommes.

  • 2 Environ trente mètres.
  • 3 Je n’ai pu trouver dans aucun dictionnaire le mot sarâqa que Gibb traduit par kindling wood (bois (...)
  • 4 Sens obtenu en ajoutant wa entre haulaho et fi at-tabaqât comme semble autoriser la phrase suivant (...)

3Ils persévérèrent dans leurs attaques contre Tyr jusqu’à la fin du ramadân (fin mars) et approchèrent leur tour de l’un des bastions de la muraille après avoir comblé les trois tranchées qui se trouvaient devant. Les défenseurs eurent alors recours au procédé suivant : ils sapèrent et étayèrent le mur du bastion qui faisait face à la tour des Francs, puis y mirent le feu ; les étais brûlèrent et le pan de mur qui faisait face à la tour tomba devant elle, empêchant de l’avancer jusqu’à la muraille et de s’en servir pour l’assaut. Le point d’attaque était maintenant protégé par un mur peu élevé, mais comme les bastions de la ville le commandaient, la tour ne pouvait avancer de ce côté. Les Francs déblayèrent les décombres, traînèrent leur tour vers un autre bastion de la ville et la poussèrent jusqu’à proximité de la muraille qu’ils frappèrent à coup de bélier jusqu’à l’ébranler et en faire tomber des pierres. A ce moment les gens de la ville furent près de leur perte. C’est alors qu’un officier de marine originaire de Tripoli, qui avait des connaissances en métallurgie et une expérience éclairée des choses de la guerre, entreprit de fabriquer des grappins de fer destinés à s’accrocher au bélier, lorsqu’il battait la muraille, par la tête et par les côtés, au moyen de cordes que tiraient les soldats ; ils tiraient si vigoureusement que la tour de bois faillit tomber sous leur effort. Parfois les Francs en venaient à briser le bélier par crainte pour [la stabilité] de la tour, parfois il était faussé ou détérioré, parfois il était fracassé par deux grosses pierres attachées ensemble qu’on lançait sur lui de la ville. Les Francs fabriquèrent plusieurs béliers qui furent brisés de cette manière l’un après l’autre ; chacun d’eux avait soixante coudées de long2 et était attaché par des câbles à la tour de bois ; chacun d’eux portait à sa tête une pièce de fonte qui pesait plus de vingt livres. Les Francs continuèrent à fabriquer de nouveaux béliers et poussèrent la tour à proximité du mur ; alors ce marin dont on vient de parler mit en jeu une poutre longue, épaisse et solide qu’il dressa sur le bastion de la ville qui faisait face à la tour des Francs ; au sommet de cette poutre en était fixée une autre formant potence et qui mesurait quarante coudées de long ; elle tournait sur des roulettes, au moyen d’un cabestan, à la guise de celui qui la manœuvrait, tout comme les vergues des bateaux ; à l’une des extrémités de cette poutre mobile était fixée une flèche de fer et à l’autre extrémité des cordes qui tournaient sur poulie, à la guise de l’homme chargé de la manœuvre ; il y faisait monter des jarres pleines de saletés et d’immondices qu’il déversait sur les Francs dans la tour pour les détourner de la manœuvre du bélier. La situation des occupants de la tour devint difficile et ils furent détournés de leurs occupations normales. Le marin prit alors des paniers à raisin et des couffins qu’il remplit d’huile, de bitume, de bois à brûler (?)3, de résine et d’écorce de roseau ; il y mit le feu et lorsqu’il eut pris, les suspendit à l’appareil qui a été décrit et les balança au-dessus de la tour franque. Le feu finit par prendre au sommet de cette tour, et comme les Francs s’affairaient à l’éteindre avec du vinaigre et de l’eau, le marin s’empressa de suspendre d’autres paniers et en même temps lança sur la tour de l’huile bouillante dans de petites cruches pour que l’incendie se développât. Le feu s’étendit, gagna de proche en proche et devint violent, atteignant les deux hommes postés au sommet de la tour dont l’un fut tué et l’autre échappa aux flammes en descendant. Le feu embrasa toute la partie supérieure de la tour, gagna ensuite l’étage en-dessous, puis l’étage du milieu, en se propageant dans le bois de l’ouvrage ; il atteignit tous ceux qui se trouvaient tout autour et dans les étages4. Incapables d’éteindre l’incendie, tous les Francs qui étaient postés dans la tour et autour d’elle prirent la fuite. Les gens de Tyr firent une sortie pour piller la tour et en rapportèrent un butin d’armes, d’appareils et d’équipement qui défie la description.

4Voyant cela, les Francs se laissèrent aller au désespoir et commencèrent à battre en retraite, après avoir incendié les baraquements qu’ils avaient édifiés dans leur camp pour s’y loger, ainsi qu’une bonne partie des navires qu’ils avaient tirés sur le rivage et dont ils avaient pris les mâts, les gouvernails et les agrès pour la construction des tours. Il y avait là deux cents navires environ ; dans quelques uns d’entre eux ils emportèrent leurs bagages les plus légers. Ayant passé quatre mois et demi à assiéger Tyr, ils s’en allèrent le 10 shawwâl 505 (10 avril 1112) dans la direction d’Acre, puis se dispersèrent dans leurs provinces respectives. Les gens de Tyr sortirent de la ville et firent main basse sur tout ce qu’avaient laissé les Francs. Quant aux Turcs qui avaient été envoyés à la rescousse, ils regagnèrent Damas, après avoir perdu en combat une vingtaine des leurs ; ils reçurent là leur solde et leurs rations de chaque mois. Jamais tour franque, ni dans le passé, ni dans le présent, n’eut un sort pareil à celle-là qui fut brûlée depuis le haut jusqu’en bas. Ce qui facilita ce résultat, c’est la hauteur égale des deux tours, [celles des Francs et celle de la ville] ; si l’une d’elles avait dépassé l’autre, c’est la moins haute qui aurait été détruite. Les pertes parmi les habitants de Tyr atteignirent le chiffre de quatre cents personnes, celles des Francs, au dire des gens bien informés, furent d’environ deux mille hommes.

5Francesco Gabrieli, Chroniques arabes des croisades, Paris, 1996, p. 57-60.

Bibliographie

Bibliographie

Jean-Michel Mouton, Damas et sa principauté sous les Saljoukides et les Bourides (468-549/1076-1154), Le Caire, IFAO, 1994. — Mariam Yared-Riachi, La politique extérieure de la principauté de Damas (468-549 H/1076-1154), Damas, IFEAD, 1997.

Notes

1 Soit une hauteur respective d’environ vingt et vingt-cinq mètres.

2 Environ trente mètres.

3 Je n’ai pu trouver dans aucun dictionnaire le mot sarâqa que Gibb traduit par kindling wood (bois à brûler).

4 Sens obtenu en ajoutant wa entre haulaho et fi at-tabaqât comme semble autoriser la phrase suivante : kullu man fîhi wa-hawlahu.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site