Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

19. Vie de Mahomet par Guibert de Nogent (1109)

Texte intégral

1Guibert, Abbé de Nogent (m. 1124), est un des auteurs les plus remarquables du XIIè siècle : rhétoricien expert, polémiste acerbe, il déploie ses talents littéraires considérables pour chanter les louanges de ses amis et pour vilipender ses ennemis. Connu surtout pour son De vita sua (ou Autobiographie), Guibert s’en prend souvent, dans ses différents œuvres, à ceux qu’il présente comme les ennemis du christianisme : pour Guibert, le diable inspire tous les ennemis du Christ ; les Cathares qui tuent des chrétiens, les brûlent, et utilisent leurs cendres dans leurs rites sataniques ; les Juifs qui apprennent les arts magiques sous la tutelle de Satan.

2La petite vie de Mahomet qui suit se trouve dans la Geste de Dieu par les Francs, une chronique de la première croisade que Guibert acheva en 1109. Placée au début de cette œuvre, la vie de Mahomet a une fonction claire : elle justifie la croisade. Guibert affirme que les chrétiens d’orient, trop ingénieux, sont amenés par leurs ratiocinations à tomber dans toutes sortes d’hérésie ; l’islam ne serait que la manifestation la plus récente et la plus catastrophique de ces tendances hérétiques. Le message est simple : les orientaux ont besoin des occidentaux pour mettre de l’ordre dans leurs affaires. On notera que Guibert a certaines connaissances de l’islam et de la vie de Mahomet, connaissances déformées de manière à discréditer et dénigrer l’islam. Les histoires de faux miracles ressemblent à celles qu’on raconte à propos des hérésiarques : ces supercheries d’inspiration diabolique expliqueraient pourquoi les foules adhèrent aux hérésies.

3L’opinion populaire veut qu’il y ait eu jadis un homme qui avait pour nom, si je le formule bien, Mathome |Mahomet], et qui avait complètement détourné les Orientaux de la croyance au Fils et au Saint-Esprit ; il enseignait que seul le Père était Dieu, unique et créateur ; il disait que Jésus-Christ n’était qu’un être humain ; pour résumer sa doctrine, après avoir institué la circoncision, il a lâché la bride à toutes les impudicités des hommes. A mon avis, cet être impie n’appartenait pas à une très haute antiquité ; mais je n’ai pas d’autre raison de le croire que celle de n’avoir jamais trouvé personne, parmi les docteurs de l’Église, qui ait écrit contre son infamie. Aucun texte ne m’ayant non plus renseigné sur ses mœurs ni sur sa vie, nul ne doit s’étonner que je m’en tienne à répéter ce que j’ai entendu dire ici ou là par des gens bien informés. Et celui qui discuterait de la fausseté ou de la vérité des faits perdrait son temps ; car l’on ne doit prêter attention qu’à l’importance d’un tel maître, qui fut l’inspirateur de tant de forfaits si tristement fameux. On ne court aucun risque à mal chanter d’un homme dont la malignité surpasse de loin tout ce qu’on en dira de plus mauvais (...).

4Un ermite hérétique avait imprégné son disciple [Mahomet] des préceptes impies que lui soufflait le diable ; le précédant où qu’il allât, comme son héraut, il le faisait passer aux yeux de tous pour un prophète. Cette renommée grandissante rendit bientôt Mahomet illustre en tous lieux ; il voyait monter vers lui, pour écouter ses enseignements, les populations des environs et celles de provinces éloignées ; aussi décida-t-il, sur le conseil de son docteur, de rédiger sa loi, dans laquelle, pour mieux engager ses adeptes à le suivre, il lâcha la bride à toutes sortes de turpitudes. Cela fait, il réunit une immense multitude ; afin de mieux abuser ces cœurs incertains avec la religion qu’il leur annonçait, il leur ordonna un jeûne de trois jours et les incita à supplier Dieu de leur octroyer une loi. Il leur donna aussi ce signe : s’il plaisait à Dieu de leur accorder sa loi, celui-ci le ferait d’une façon extraordinaire et par un intermédiaire inattendu. Or, le prophète avait une vache, qu’il avait dressée à se précipiter vers lui, sans qu’aucune force ne put la retenir, dès qu’elle entendait sa voix ou le voyait arriver. Il attacha donc le livret qu’il venait d’écrire autour des cornes de la bête, et la dissimula dans la tente où il vivait. Le troisième jour, il monta sur une tribune d’où il dominait tout le peuple assemblé, et se mit à le haranguer d’une voix retentissante. A peine le son de ses paroles eut-il effleuré, pour ainsi dire, les oreilles de la vache, qu’elle sortit de la tente, située en contrebas ; elle se fraya un passage au milieu des gens agglutinés et, portant le rouleau fixé sur ses cornes, parvint aux pieds de l’orateur comme pour lui rendre hommage. Tous s’émerveillent ; le volumen est déroulé en hâte, exposé à la vue de la foule haletante ; les excès permis par cette honteuse loi sont accueillis avec joie. Que dire de plus ? Des centaines d’applaudissements ont salué le miracle de l’offrande du livre. La nouvelle licence de s’accoupler à volonté s’est propagée dans toutes les nations comme une autorisation venue du ciel ; les souillures permises se sont multipliées d’autant plus que, tout en taisant leur ignominie, on célébrait la grâce d’un Dieu désormais enclin à plus d’indulgence. On accablait de mille invectives la sévérité du christianisme ; et ce que les Évangiles avaient qualifié autrefois de vertu et de force d’âme était appelé dureté cruelle ; les préceptes apportés par la vache prirent valeur universelle et représentèrent seuls la liberté instaurée par Dieu (...). La noirceur de cette doctrine néfaste a recouvert alors le nom chrétien : elle l’a effacé jusqu’à présent dans les contrées les plus reculées de l’Orient presque tout entier, de l’Afrique, de l’Égypte, de l’Éthiopie, de la Libye et, plus près de nous, de l’Espagne.

5Guibert de Nogent, Dei gesta per Francos. R. B. C. Huygens, éd. Corpus Christianorum Continuatio Medievalis 127A (1996), 1:3-4. [traduction française de M. Garand, Geste de Dieu par les Francs, Turnhout, Brepols, 1998, p. 60, 63-64] (écrit en 1109).

Bibliographie

Bibliographie

Jean Flori,. Pierre l’ermite et la première croisade, Paris, Fayard, 1999. — Robert Levine, « Satiric Vulgarity in Guibert de Nogent’s Gesta Dei per Francos, » Rhetorica 7, 1989, p. 261-73. — John Tolan, Saracens : Islam in the Medieval European Imagination, New York, Columbia University Press, 2001, chap. 6.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site