Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

18. « L’Ami entier ». Un exemplum de la Disciplina dericalis de Pierre Alphonse (xiie s.)

Texte intégral

1Pierre Alphonse, juif né vers 1062, reçoit une éducation andalouse. Il est baptisé en 1106 à Huesca. Alphonse Ier est son parrain. Les Juifs l’accusent de s’être converti par goût du pouvoir : ses Dialogues contre les Juifs, composés vers 1108/1110, seraient une réponse à ses détracteurs. Il connaît bien l’hébreu et la Bible, le Talmud. Sa culture est solide en lettres, sciences et philosophie. Entre 1106 et 1116, il se trouve en Angleterre, à la cour du roi Henri Ier (fut-il son médecin privé ?). En 1116, il traduit de l’arabe en latin les tables astronomiques attribuées à Al-Kwârizmî. On ne sait ni où ni quand il composa sa Disciplina clericalis. Il meurt vers 1140.

2La Disciplina clericalis est un court dialogue entre un maître et son disciple autour de sujets moraux : l’amitié, le mensonge, la tromperie des femmes, la grandeur de Dieu, la mort. Elle offre une trentaine de récits, d’origine orientale, et un grand nombre de proverbes. Cette œuvre a eu un immense succès au Moyen Age tant chez les prédicateurs que chez les novellistes comme Boccace. Elle a été adaptée en français (deux en prose, deux en vers), en islandais, en anglais, en italien, en hébreu.

3“L’Ami entier” (ou “Les Deux amis”), deuxième récit du recueil, frappe par “la sobre maîtrise de l’intrigue et la clarté de leçon qu’elle suggère” (Claude Bremond), s’articulant sur l’enchaînement de deux épisodes (don, contre-don). La thématique s’apparente de près à celle où puisent les Mille et une nuits et la matière mise en œuvre est homogène : intrigue placée dans un espace compris entre Bagdad et l’Égypte, pérégrinations des riches marchands, relations épistolaires, faste de l’hospitalité, mal d’amour, caprices de la fortune, épisode du refuge dans une mosquée, exécution du condamné plusieurs fois suspendue, comparution des héros devant le “roi” de Bagdad. Boccace reprendra ce conte dans le Décaméron, X, 8, en le transposant dans le décor gréco-latin des écoles de rhétorique.

4Balaam, qui en langue arabe est appelé Lucaman, dit à son fils : [...] « Fils, qu’il ne te semble pas peu de chose que d’avoir un ennemi, ni trop que d’avoir mille amis ». Et voici ce que je te dis. [Premier récit. Les amis du fils d’un Arabe refusent d’enterrer le cadavre d’un veau que le fils fait passer pour celui d’un homme ; le « demi-ami » de son père accepte]. Voici ce que l’on m’a raconté à propos de deux marchands. L’un habitait en Égypte et l’autre à Bagdad. Ils ne se connaissaient que par ouï-dire et par les messagers qu’ils s’envoyaient pour les besoins de leurs affaires. Or il arriva que celui qui habitait Bagdad décida d’aller commercer en Égypte. L’Égyptien, à la nouvelle de son arrivée, accourut vers lui, l’accueillit avec joie dans sa maison, se mit à son service pendant huit jours de toutes les manières comme est de coutume entre amis, et lui fit entendre toutes les espèces de chants dont il disposait dans sa maison. Au bout des huit jours, l’invité tomba malade. Gravement inquiet quant au sort de son ami, le maître de maison fit venir tous les médecins d’Égypte pour qu’ils examinassent son hôte et ami. Mais les médecins, ayant pris son pouls, ayant inspecté à maintes reprises les urines, ne lui reconnurent aucune maladie. Et parce qu’ils ne lui avaient reconnu aucune maladie corporelle, ils surent que c’était le mal d’amour. Ayant appris cela, le maître de maison vint vers lui et lui demanda s’il y avait dans sa maison une femme dont il était amoureux. A ces mots, le malade lui dit : « Montre-moi toutes les femmes de la maison, et si par hasard je la vois parmi elles, je te la désignerai ». Ayant entendu ces paroles, le maître de maison lui montra les chanteuses et les domestiques, dont aucune ne lui plut. Après cela il lui montra toutes ses filles. Il les repoussa comme les précédentes sans y prêter la moindre attention. Mais l’Égyptien avait dans sa maison une certaine jeune fille noble dont il avait depuis longtemps entrepris l’éducation pour en faire son épouse. Celle-là aussi, il la montra à son hôte. Le malade, quand il l’eut aperçue, dit : « C’est d’elle que j’ai reçu la mort et c’est en elle que j’ai ma vie ! » Ayant entendu ces mots, le maître de maison lui donna la jeune fille noble pour épouse avec tous les biens qu’il aurait reçus en l’épousant. Et outre cela, il lui donna les biens qu’il aurait lui-même donnés à la jeune fille s’il l’avait prise comme épouse. Cela fait, ayant pris la jeune fille avec les biens qu’elle avait reçus comme épouse et ayant conclu ses affaires de commerce, il s’en retourna dans son pays.

5Mais il arriva après cela que l’Égyptien perdit tous ses biens de nombreuses façons et que, devenu pauvre, il pensa en lui-même qu’il devait aller à Bagdad vers l’ami qu’il avait là-bas, pour que celui-ci le prît en pitié. Nu et affamé, il s’accrocha au chemin et arriva à Bagdad dans le silence de la profondeur nocturne. Mais la honte le retenait de se rendre à la maison de son ami, de peur de ne pouvoir se faire reconnaître à pareille heure et d’être jeté dehors. Il entra donc dans certain temple antique pour y passer la nuit. Mais tandis qu’il restait longtemps là à ruminer anxieusement ses pensées, deux hommes qui étaient dans la ville s’approchèrent du temple où il était. L’un tua l’autre et prit la fuite sans être vu. Une foule de citoyens accourant au bruit découvrirent le mort et, cherchant qui avait commis le crime, entrèrent dans le temple avec l’espoir d’y trouver le meurtrier. C’est là qu’ils trouvèrent l’Égyptien et que, lui demandant qui avait tué l’homme assassiné, ils l’entendent leur répondre : « C’est moi qui l’ai tué ». Il avait en effet un véhément désir de mettre fin à sa pauvreté par la mort, à défaut d’autre moyen. C’est pourquoi il fut arrêté et mis en prison.

6Le lendemain matin, il fut présenté aux juges, condamné à mort et conduit à la croix. Une foule de gens accoururent comme de coutume et, parmi eux, l’ami à cause de qui il était venu à Bagdad. Celui-ci, regardant plus attentivement le condamné, reconnut l’ami qu’il avait laissé en Égypte. C’est pourquoi, se souvenant de bienfaits qu’il avait reçus en Égypte, réfléchissant qu’il ne pourrait pas l’en récompenser après sa mort, il décida de s’offrir lui-même pour mourir à sa place. Il s’écria donc d’une voix forte : « Pourquoi condamnez-vous un innocent et où le menez-vous ? Il n’a pas mérité la mort, c’est moi qui ai tué l’homme ». Alors, ils mirent la main sur lui, le ligotèrent et le traînèrent avec eux vers la croix tandis qu’ils absolvaient l’autre de la peine de mort.

7Mais le meurtrier, qui se trouvait lui aussi dans la foule, voyant cela, s’avançait en se disant : « J’ai tué cet homme, et celui-ci est condamné ! Celui-ci, innocent, est conduit au supplice, et moi, coupable, je jouis de la liberté ! Quelle est la raison de cette injustice ? Je n’en connais d’autre que la patience de Dieu. Mais Dieu, juge juste, ne permet à aucun crime de rester impuni. De peur donc qu’il ne sévisse plus tard plus durement contre moi, je me livrerai comme responsable de ce crime ; et ainsi, en les absolvant de la mort, j’expierai moi-même le péché que j’ai commis ». Il s’exposa donc au péril en disant : « C’est moi, c’est moi qui ai fait le coup ; laissez aller cet innocent ! » Les juges, qui n’étaient pas peu étonnés, lièrent celui-ci après avoir absous l’autre de la peine de mort. Et doutant désormais du jugement qu’ils devaient rendre, ils menèrent devant le roi celui-ci avec les deux autres qu’ils avaient auparavant libérés. Ils lui rapportèrent tous les événements dans l’ordre et l’amenèrent à hésiter lui-même. C’est pourquoi, suivant l’avis de tous, le roi leur pardonna tout crime dont ils s’étaient chargés à la condition pourtant de dévoiler les causes du crime dont ils s’étaient accusés. Ils lui exposèrent la vérité de l’affaire.

8Tous ayant été acquittés d’un avis unanime, l’homme de Bagdad qui avait voulu mourir pour son ami l’amena dans sa maison et, après lui avoir rendu tous les honneurs rituels, lui dit : « Si es tu d’accord pour demeurer avec moi, tous les biens nous seront communs, à la discrétion de chacun ; mais si tu veux retourner dans ta patrie, partageons mes biens en parts égales. ” Mais l’Égyptien, pris de la nostalgie du sol natal, prit la part du bien total qui lui avait été offerte et repartit ainsi pour son pays.

  • 1 Cette traduction s’inspire beaucoup de celle proposée par Claude Bremond dans « Postérité orientale (...)

9Disciplina clericalis, 2. Traduit du latin d’après Alfons Hilka, Werner Söderhjelm, éd., Petri Alfonsi Disciplina clericalis, Lateinischer Text, Helsingfors, 1911 (Acta societatis scientiarum fennicae, 28/4), p. 3-61.

Bibliographie

Bibliographie

Claude Bremond, Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 2e éd. 1996 [1982] (Typologie des sources de l’Occident Médiéval, 40). – Claude Bremond, « Postérité orientale d’un exemplum de Pierre Alphonse », dans Juan Paredes, Paloma Gracia, éd., Tipología de las formas narrativas breves románicas medievales, Grenade, Editorial Universidad de Granada, 1998, p. 311-381. – Maria Jesús Lacarra, Pedro Alfonso, Saragosse, Diputacíon General de Aragon, 1991 (Los Aragoneses, 3). – Maria Jesús Lacarra, éd., Estudios sobre Pedro Al fonso de Huesca, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1996 (Collección de estudios altoaragoneses, 41). – Jürgen Stohlmann, « Orient-Motive in der lateinischen Exempla-Literatur des 12. und 13. Jahrhunderts », dans Orientalische Kultur und Europaïsches Mittelalter, éd. A. Zimmermann, I. Craemer-Ruegenberg, G. Vuillemin-Diem, Berlin-New York, 1985 (Miscellanea Mediaevalia. Veröffentlichen des Thomas-Instituts der Universität zu Köln, 17), p. 123-150. – John Tolan, Petrus Alfonsi and his medieval Readers, Gainesville, University Press of Florida, 1993.

Notes

1 Cette traduction s’inspire beaucoup de celle proposée par Claude Bremond dans « Postérité orientale d’un exemplum de Pierre Alphonse », communication citée en bibliographie, p. 311-313.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540