Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

17. Siège et prise de Ma’arrat al-Nu’mân par les croisés (1098)

Texte intégral

1Le long siège d’Antioche fut suivi d’une pause dans la progression des armées croisées vers Jérusalem. Elles la mirent à profit par la conquête de territoires environnants. Après une première tentative infructueuse, menée par le comte de Toulouse Raymond de Saint-Gilles, Ma’arrat al-Nu‘mân fut assiégée du 23 novembre au 11 décembre 1098 par différents contingents.

2Ce siège est conté, notamment, par les Gesta anonymes dont il est établi aujourd’hui que son auteur était un croisé normand d’Italie du Sud, appartenant à l’armée de Bohémond de Tarente mais qui suivit, après la prise d’Antioche, Raymond de Saint-Gilles jusqu’à Jérusalem.

3Réputés pour la force de frappe de leur cavalerie, les Francs surent également être efficaces dans la guerre de siège, qui constitua une part majeure de l’affrontement avec les musulmans, l’ennemi « païen » à abattre, pendant l’époque des Croisades. Ma’arrat al-Nu‘mân fut conquise grâce à l’utilisation combinée d’un castrum, tour roulante construite pour l’occasion, du travail des sapeurs de Raymond Pilet (non mentionné ici), et des négociations de reddition menées par Bohémond. Pillages et tueries se multiplièrent après la prise de la ville, alors que sont évoqués des actes de cannibalisme qui marquèrent les esprits du temps.

4Son récit est complété par celui, proche mais beaucoup moins détaillé, d’Ibn al-Qalânisî (c. 465-555/1073-1160) dont le Dhayl Târîkh Dimashq laisse aussi entrevoir une tactique élaborée prévoyant plusieurs assauts simultanés. Le chroniqueur damascain préfère s’attarder sur l’attitude des Francs, dont les promesses d’amân (vie sauve) ne furent pas respectées, dont les déprédations plongèrent la ville dans le marasme. Avant leur départ, les remparts furent démantelés.

5Ces mesures prises, au mois de novembre, Raymond, comte de Saint-Gilles, quitta Antioche avec son armée (exercitus) et arriva à une ville appelée Rugia, puis à une autre nommée Albara. Quatre jour avant la fin de novembre, il parvint à la cité de Marra, où une grande multitude de Sarrasins, de Turcs, d’Arabes et autres païens se trouvait rassemblée et, dès le lendemain, le comte l’attaqua. Peu de temps après, Bohémond suivit les comtes avec son armée et fit sa jonction avec eux le dimanche. Le lundi, ils attaquèrent vivement la ville de toute part et avec une telle ardeur et une telle vigueur que les échelles (scalae) se trouvèrent dressées contre la muraille (ad murum) ; mais si grande était la force des païens que, ce jour-là, ils ne purent leur causer aucun dommage.

6Nos seigneurs voyant qu’il n’y avait rien à faire et qu’ils se donnaient du mal en vain, Raymond, comte de Saint-Gilles, fit construire un castrum de bois fort et élevé ; ce castrum était disposé et construit sur quatre roues. A l’étage supérieur se tenaient plusieurs chevaliers (milites), avec Evrard le Veneur, qui sonnait très fort de la trompette ; au-dessous étaient des chevaliers revêtus de leur armure (armati milites), qui poussèrent le castrum près de la muraille (murus), contre une tour (turris). Ce que voyant, la gent païenne fabriqua aussitôt une machine (instrumentum) qui jetait de grosses pierres sur le castrum, si bien que presque tous nos chevaliers (milites) furent tués. Il jetaient aussi du feu grégeois (grecos ignes) sur le castrum dans l’espoir de l’incendier et de le détruire, mais Dieu tout-puissant ne voulut pas qu’il brûle cette fois : elle dépassait en hauteurs tous les murs de la cité.

7Nos chevaliers (milites) placés à l’étage supérieur, parmi lesquels Guillaume de Montpellier et beaucoup d’autres, lançaient d’énormes pierres sur les défenseurs de la muraille. Ils tapaient si raide sur leurs boucliers (clipeus) que bouclier et ennemi tombaient, celui-ci mortellement frappé, à l’intérieur de la ville. Ainsi combattaient ceux-ci ; d’autres tenaient des lances (hasta) garnies de pennons (signa) et, à l’aide de leurs lances (lanceae) et d’hameçons de fer, ils essayaient de tirer à eux les ennemis. On combattit ainsi jusqu’au soir.

8Derrière le castrum étaient les prêtres, les clercs revêtus de leurs ornements sacrés, priant et adjurant Dieu de défendre son peuple, d’exalter la chrétienté et d’abattre le paganisme. D’un autre côté [de la ville] nos chevaliers (milites) combattaient chaque jour l’ennemi, dressant des échelles contre le mur de la ville ; mais la résistance des païens était telle que les nôtres ne pouvaient faire aucun progrès. Cependant, Goufier de Lastours monta, le premier, sur le mur par une échelle, mais aussitôt elle se rompit sous le poids de la multitude qui le suivait. Il parvint cependant sur le mur avec quelques uns. D’autres, ayant trouvé une autre échelle, la dressèrent rapidement contre la muraille ; un grand nombre de chevaliers (milites) et de piétons (pedites) y montèrent aussitôt et escaladèrent le mur. Mais les Sarrasins les attaquèrent avec une telle vigueur, sur le mur et sur le sol, les criblant de flèches, pointant sur eux leurs lances (lanceae) à bout portant, que beaucoup des nôtres, frappés de terreur, se jetèrent du haut du rempart (munis).

9Pendant le temps que ces hommes de grande prudence (prudentissimi virï), restés sur la muraille, souffraient persécution, ceux qui étaient sous le castrum sapèrent le mur de la ville. En s’en apercevant, les Sarrasins furent saisis de terreur et s’enfuirent dans la cité. Tout ceci eut lieu le samedi, à l’heure de vêpres, au coucher du soleil, le 11 décembre. Bohémond fit dire par un interprète aux chefs sarrasins de se rassembler avec leurs femmes, leurs enfants et leurs biens dans un palais situé au-dessus de la porte ; il s’engagea à les préserver de la mort.

10Puis les nôtres pénétrèrent tous dans la ville, et tout ce qu’ils trouvèrent de quelque valeur dans les maisons ou dans les fosses (foveae), chacun d’eux se l’appropriait. Le jour venu, partout où ils découvraient un ennemi, homme ou femme, ils le tuaient. Pas un coin de la cité qui fut dépourvu de cadavres sarrasins, et à peine pouvait-on circuler dans les rues de la ville sans marcher sur ces cadavres. Bohémond saisit ceux à qui il avait donné l’ordre d’entrer dans le palais (palacium), leur enleva tout ce qu’ils possédaient, or, argent et autres parures (ornamenta), fit tuer les uns et conduire les autres à Antioche pour y être vendus.

11Les Francs s’arrêtèrent dans cette ville un mois et quatre jours ; y mourut l’évêque d’Orange. Il y en eut parmi les nôtres qui ne trouvèrent pas là ce dont ils avaient besoin, tant par suite de la longueur de cet arrêt que de la difficulté de se nourrir car, hors de la ville, ils ne pouvaient rien trouver [à saisir]. Alors ils sciaient les cadavres, parce qu’on découvrait des besants cachés dans leurs ventres ; d’autres découpaient leurs chairs en morceaux et les faisaient cuire pour les manger.

12Gesta Francorum et aliorum Hierosolymitanorum, traduction d’après E. Bréhier, Histoire Anonyme de la Première Croisade, Paris, 1924, pp. 172-179 et Aude Matignon, La Geste des Francs (trad.), Paris, 1998 (lère éd. 1992), p. 133-137.

Année 491 (9 décembre 1097 - 27 novembre 1098)

13Cette année-là aussi, les Francs (al-Ifrandj) prirent tous la direction de Ma’arrat al-Nu‘mân et mirent le siège devant cette ville le 29 dhû l-Hidjdja (27 novembre) ; ils livrèrent l’assaut au moyen d’une tour (burdj) et d’échelles (salâlim).

Année 492 (28 novembre 1098 - 16 novembre 1099)

14Au mois de muharram, les Francs donnèrent l’assaut au rempart (al-sûr) de Ma’arrat al-Nu‘mân par l’Est et le Nord. Ils poussèrent leur tour près du mur, qui était moins haut qu’elle et chassèrent de là les musulmans qui se trouvaient sur ce rempart. Le combat (al-harb) pour le rempart dura jusqu’au coucher du soleil du 14 muharram (11 décembre) ; les Francs ayant escaladé la muraille (al-sûr), les gens de la ville se retirèrent et s’enfuirent. Auparavant ils avaient reçu plusieurs messages des Francs qui leur demandaient de traiter, de livrer la ville moyennant la sauvegarde (al-amân) de leurs personnes et de leurs biens et d’accepter un préfet (shihna), cet arrangement fut rendu impossible par la mésentente des habitants et par la décision et l’arrêt de Dieu Très Haut. Les Francs étaient maîtres de la ville après la prière du coucher du soleil ; beaucoup de gens des deux camps trouvèrent la mort. Comme les habitants s’étaient réfugiés dans les maisons d’al-Ma‘arrat pour s’y défendre, les Francs, après avoir leur avoir promis la vie sauve, en usèrent traîtreusement avec eux et dressèrent des gibets qui dominaient la ville, frappèrent d’imposition les citadins, ne respectèrent aucune de leurs conventions, pillèrent tout ce qu’ils trouvèrent et émirent des exigences que la population n’était pas en état de satisfaire. Ils se retirèrent le jeudi 17 safar (13 janvier 1099), en direction de Kafartâb.

15Ibn Al-Qâlânisî, Dhayl Târîkh Dimashq, éd. S. Zakkar, Damas, 1983 pp. 221-222 ; trad. R. Le Tourneau, Damas de 1075 à 1054, Damas, 1952, p. 41,42-43.

Bibliographie

Bibliographie

C. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des Croisades et la principauté franque d’Antioche, Paris, 1940. — J. Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, t. 1, Paris, 1969. — R. Rogers, Latin Siege Warfare in the Twelth Century, Oxford, 1993.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540