Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

16. Restauration de la cathédrale de Huesca par Pierre Ier d’Aragon (5 avril 1097)

Texte intégral

1La ville de Huesca est la première capitale importante prise par les Aragonais, à la fin de 1096, après la bataille d’Alcoraz du 19 novembre 1096 entre le roi Pierre Ier (1094-1104) et l’émir de Saragosse al-Musta’în (1085-1110). Dans cette charte se marque bien le caractère de restauration des structures ecclésiastiques (évêchés) antérieures à la conquête musulmane et détruites du fait de celle-ci que prend la Reconquête, et la « diabolisation » de l’Islam qui contribue à la justification de cette dernière.

2Au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ le Nazaréen et de son ineffable piété. Pierre, roi d’Aragon et de Pampelune, à tous ceux qui suivent la foi chrétienne. Personne n’ignore que presque toute l’Espagne avait été conquise par la force considérable des barbares, et a été opprimée 460 ans durant sous leur cruelle autorité. Du fait de leur invasion néfaste, la foi chrétienne a été dispersée, les chaires épiscopales arrachées dans les villes où elles avaient jadis brillé par l’autorité apostolique, les monastères détruits jusqu’à leurs fondations, et toutes les églises privées de leur antique dignité. Là où le sacrement du corps du Christ avait été célébré, on cultiva les rites abominables des démons et du très immonde Mahomet.

3Cependant, la bonté ineffable du Dieu miséricordieux et tout puissant, de même qu’elle avait jadis prêté attention aux gémissements et aux tribulations des Israélites exilés en Égypte, considérant les nôtres propres, a ôté le joug qui nous écrasait et soumis le pouvoir qui nous dominait. Ayant vaincu en effet le roi de Saragosse avec une foule innombrable de Sarrasins et de faux chrétiens, dont presque 40 000 ont péri, nous avons pris l’illustre et célèbre ville de Huesca, en l’an de l’Incarnation du Seigneur MXCVII. Afin d’y restaurer l’antique siège pontifical, j’ai remis la mosquée - la plus magnifique de toutes les villes d’Espagne - mosquée que, en l’honneur de Notre Seigneur Jésus-Christ le Nazaréen, du bienheureux prince des apôtres Pierre, de sainte Marie mère de Dieu, de saint Jean-Baptiste et de saint Jean l’Évangéliste, j’ai fait consacrer en église, à l’évêque d’Aragon Pierre, avec son accord et en présence des archevêques Bérenger de Tarragone et Amat de Bordeaux, des évêques Pierre de Pampelune, Foulque de Barcelone, Sanche de Lescar.

4C’est avec une joie toute spéciale pour moi que je reconnais et confirme à la même église et au même évêque, comme dotation, tout ce que cette mosquée possédait au temps des Sarrasins. J’ajoute également, pour le salut de mon âme et de celle de mon fils Pierre, et pour le repos de celle des mes parents, ainsi que pour la conservation de notre royaume, pour complaire à la majesté du juge suprême, le château et la villa dits « Fanianare », qui se trouvent à proximité d’Alchala avec tous les territoires cultivés ou non qui en dépendent et aussi tous les hommes qui y habitent et y habiteront, tous les biens mobiliers et immobiliers, tout ce qui est ou doit être de mon droit, en totalité, à la condition que Sanche Garcez et sa descendance tiennent là, pour Jésus le Nazaréen, pour saint Pierre et pour l’évêque dudit siège ce qu’il tenait pour moi jusqu’à présent, et qu’il serve ce dernier comme il devait me servir, sauf si lui-même ou un de ses successeurs agissait de telle façon contre l’évêque qu’il devrait alors perdre ces biens.

5J’ajoute à cette donation le castrum et la villa de Tabernas, avec tous ses territoires cultivés ou non, sauf ceux que possèdent là saint Jean et l’évêque de Pampelune, de telle sorte que Fortunio Lopez et sa descendance tiennent cela de la même manière que le susdit Sanche Garcez. Je donne aussi audit siège épiscopal et aux chanoines qui y seront attachés la ville dite Banaries, près d’Orrios avec tous ses territoires cultivés ou non, tous les biens mobiliers et immobiliers, tous les hommes qui y habitent et y habiteront, comme ils ont été jusqu’à aujourd’hui de mon droit et possession, de façon à ce que Jésus le Nazaréen, saint Pierre et l’évêque et les chanoines dudit siège possèdent à jamais ladite villa libre et franche (libéram et ingenuam) par droit héréditaire, sans menace ou contestation de quiconque. Je concède de même dans le moulin appelé Addavaro sis sur le Flumen une meule que j’y possède ; de même, à Boltania, je donne un pauvre (meschinum) du nom de Galinno Enneconis, avec toute sa progéniture et tous biens tant mobiliers qu’immobiliers. Je confirme en outre les maisons et les alleux qui en dépendent que j’avais donnés précédemment audit siège. J’ajoute aussi toutes les tendas fixées à ladite église, sauf celles que j’avais données à Saint Pons, d’un angle de l’église à l’autre. J’ajoute une pardinam (?) appelée Borvata, qui est à côté de Fanianare, avec tous ses territoires cultivés ou non, comme il a été écrit par ailleurs.

6De plus, pour honorer l’autel de Jésus le Nazaréen qui m’a donné à moi et à mes ancêtres de glorieuses victoires, nous ajoutons que l’évêque et les chanoines dudit siège tiennent trois églises selon cette liberté : que le grand sacristain dispose d’elles selon sa volonté, sans l’avis des voisins, et y institue qui il veut comme chapelains, et que des abbés ne soient jamais placés là par les voisins. Ces villae sont Fraella, Tramacet et Placencia, dont je rends les autels libres, comme sont les plus importants de ce siège.

7Toutes les choses écrites cidessus, moi, Pierre roi par la clémence de Dieu, en union avec mon fils Pierre, je les approuve et les confirme d’un esprit bienveillant et spontanément, afin que l’évêque et les chanoines dudit siège les possèdent librement et totalement, sans menace ou contestation de quiconque. Et j’ai fait ce signe de confirmation de ma propre main, en présence des archevêques et évêques susdits, ainsi que de Frotard abbé Tomeriensis, de Raimond de Lérida, Pons Asanensis et Grégoire Generensis et de dame Sancha, comtesse, ma tante et de mon frère Alphonse.

8Texte latin dans Antonio Ubieto Arteta, Collection Diplomática de Pedro I de Aragon y Navarra, Saragosse, 1951, p. 251-253.

Bibliographie

Bibliographie :

Jean Flori, La première croisade : l’Occident chrétien contre l’Islam, Paris, 1992. — Carlos Laliena Corbera, La formation del Estado feudal : Aragon y Navarra en la época de Pedro I, Huesca, 1996. — Philippe Senac, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle) : le peuplement musulman au nord de l’Ebre et les débuts de la reconquête aragonaise, Paris, 2000.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site