Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

15. La charge chrétienne à la bataille d’Alcoraz (19 novembre 1096) et la parade musulmane contre cette charge, d’après le Sirâdj al-mulûk d’Abû Bakr al-Turtûshî

Texte intégral

1Le grand juriste malikite Abû Bakr al-Turtûshî (1059-1126), qui quitta l’Andalus pour l’Orient en 1083 et passa toute la fin de sa vie en Égypte, rédige pour le vizir fatimide al-Ma’mûn al-Batâ’ihî (1121-1125) un « miroir des princes » intitulé Sirâdj almulûk (« Lampe des princes »), recueil de conseils de politique et d’anecdotes le plus souvent empruntées à des traditions relatives aux premiers siècles de l’Islam. Très décevant au total pour ce qui touche à l’Orient de l’époque de l’établissement des Francs en Terre sainte, et sans références au concept même de djihâd, l’ouvrage contient cependant quelques anecdotes relatives à l’Andalus et à la Marche supérieure dont était originaire l’auteur. Ici deux passages relatifs à la redoutable charge de la cavalerie chrétienne dans la période qui précède immédiatement la première croisade. Le second décrit une formation musulmane destinée à lui faire face ; le premier se présente comme le témoignage d’un musulman présent à la bataille d’Alcoraz entre Pierre Ier d’Aragon (1094-1104) et al-Musta’în de Saragosse (1084-1110). Les indications du juriste andalou sont intéressantes dans la mesure où, dans sa résidence d’Alexandrie, Abû Bakr al-Turtûshî était en contact avec de très nombreux voyageurs andalous passant par cette ville lors de leur voyage en Orient, qui venaient le visiter attirés par sa réputation.

2Veille donc avec la plus grande attention à tout faire comme il est indiqué et à mener à bien, conformément à ces recommandations, tout ce qui touche à l’organisation des guerres, s’agissant de l’utilisation d’hommes valeureux et au choix de héros courageux. Utilise des hommes intrépides et audacieux, sans te soucier qu’ils soient en nombre considérable ; évite même qu’ils soient trop nombreux et n’oublie pas ces vers du poète :

« Mille personnes sont comme une seule et une seule

est comme mille, si c’est moi qui les commande »

3Cela s’est vérifié, et l’on a même vu le cas d’un seul en valant dix mille. A ce propos je vais te raconter un exemple qui va susciter ton admiration.

4Bien qu’ils soient en petit nombre (les bons combattants) font dans les armées le même effet que la présure dans le lait.

5Lorsqu’eut lieu le combat entre al-Musta‘ în b. Hûd et le roi infidèle fils de Ramire, le chrétien, près de la ville de Huesca, sur les frontières d’al-Andalus, les deux armées avaient des forces équivalentes, comptant chacune environ vingt mille combattants, entre les cavaliers et les fantassins. Quelqu’un qui faisait partie de l’armée et qui assista à la bataille m’a raconté ce qui suit :

6Comme le moment de la bataille approchait, l’infidèle fils de Ramire dit à l’un de ses hommes dont l’expérience des choses de la guerre et l’intelligence lui inspiraient pleine confiance :

7- Vérifie combien d’hommes valeureux il y a dans l’armée musulmane, connus de nous et dont nous soyons connus, ceux qui sont présents et ceux qui sont absents.

8L’homme s’en alla, puis revint en disant :

9- Avec eux se trouvent Un Tel et Un Tel... (et il en mentionna sept).

10- Regarde donc maintenant, lui répondit l’infidèle, les hommes de valeur éprouvée qu’il y a dans mon armée et qui d’entre eux est absent.

11On les compta et on en trouva seulement huit, sans dépasser ce chiffre.

12L’infidèle se leva en riant joyeusement et en disant :

13- Quel jour favorable !

14Il y eut une lutte acharnée, chacun des camps offrant une résistance tenace, sans qu’aucun d’entre eux ne tourne le dos ni n’abandonne ses positions, jusqu’à la mort de la plus grande partie des deux armées, sans que personne ne s’enfuie. Au milieu de l’après-midi, ils restèrent un moment à s’observer, puis ils chargèrent les nôtres d’une seule charge qui rompit complètement nos rangs (thumma hamalû ‘alay-nâ hamlatan wâhidatan, wa dakhalû-nâ mudâkhalatan) laissant les nôtres divisés en deux groupes, eux-mêmes se trouvant au centre, ce qui fit céder notre résistance et affaiblit notre force. Au bout de quelque temps de combat dans ces conditions, nous nous trouvions beaucoup plus désorganisés que les chrétiens, les chefs de corps conseillèrent au sultan de se mettre à l’abri ; l’armée musulmane fut complètement dispersée et défaite, et Huesca passa au pouvoir de l’ennemi (...).

15Pour ce qui est de résister au choc, il y a une excellente tactique que Ton observe dans notre pays et qui est la plus efficace de toutes celles que nous ayons mis en pratique dans la lutte contre nos ennemis. On place en première ligne les fantassins avec des écus complets, de longues lances et des javelots aigus et pénétrants. Ils formaient leurs rangs et occupaient leurs postes, appuyant les lances sur le sol derrière eux, avec les pointes tournées vers l’ennemi. Eux-mêmes se mettaient à terre, chacun posant son genou gauche sur le sol et plaçant devant lui l’écu dressé. Derrière eux se plaçaient des archers d’élite, ceux dont les flèches transpercent les cotes de mailles, et derrière eux la cavalerie ; de telle sorte que lorsque l’ennemi approche, les archers tirent contre lui leurs flèches et les fantassins leurs javelots, et ils les reçoivent sur les pointes des lances. Ils font ensuite front à droite et à gauche, et la cavalerie musulmane sort d’entre les archers et les fantassins et obtient contre l’ennemi ce que Dieu veut.

16Quelqu’un qui a été présent à l’un de ces combats qui a eu lieu dans mon pays, Tortosa, m’a dit : « J’ai opposé aux chrétiens Tune de ces formations. Ils chargèrent contre nous (hamalû ‘alay-nâ) ; l’un des nôtres qui était à l’extrémité de la file se mit debout, et aussitôt un infidèle l’attaqua (hamalû ‘alay-hi) et le tua, profitant de sa négligence.

17Abu Bakr Al-Turtushi, Sirâdj al-mulûk, éd. Muhammad Fathî Abû Bakr, Beyrouth, 1994, t. 2, p. 684-686 et 698-699 (d’après la trad. Maximiliano Alarcón, Lámpara de los principes par Abubéquer de Tortosa, Madrid, 1931, p. 317-319 et 332-333).

Bibliographie

Bibliographie

Vincent Lagardere, « L’unificateur du malikisme oriental et occidental à Alexandrie : Abu Bakr al-Turtûshî », Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, 31, 1981, p. 47-61. - Carlos Laliena Corbera, La formación del Estado feudal. Aragon y Navarra en la época de Pedro I, Huesca, 1996. - Felipe Maillo Salgado, « Guerra y sociedad a fines del siglo XI », De Toledo a Huesca. Sociedades medievales en transición a finales del siglo XI (1080-1100), Carlos Laliena Corbera et Juan F. Utrilla Utrilla éd., Saragosse, 1998, p. 11-27.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site