Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

14. La taïfa de Valence et sa conquête par le Cid (1094)

Texto completo

1La prise de Tolède en 1085 ( voir texte no 12) par les armées d’Alphonse VI représente pour les musulmans un cuisant revers, vécu comme une humiliation dans al-Andalus car elle marque la perte de la première grande ville, capitale de la marche médiane, jadis capitale de l’Espagne wisigothique. Pour résister à l’avance du roi de Léon et de Castille, les rois des taïfas de Séville, Grenade et Saragosse demandèrent l’aide des Almoravides qui avaient conquis le Maroc entre 1063 et 1082. Leur émir Yûsuf b. Tâshfîn débarqua à Algésiras et stoppa net la reconquête en écrasant l’armée chrétienne à Zallâqa en 1086. Les chrétiens hispaniques avec l’aide de chevaliers “français” rétablirent lentement la situation et entreprirent de conquérir une partie de la Manche. Le grand héros de cette entreprise fut un petit noble de la région de Burgos, Ruy Díaz de Vivar, né vers 1043, immortalisé, mythifié et magnifié sous le nom de « sayyid », Cid ( seigneur) Campeador ( al-kanbiyatûr : batailleur) - que lui auraient donné ses soldats musulmans et chrétiens,-dans le Cantar de mío Cid et la geste cidienne.

2Après s’être illustré contre la Navarre et avoir été exilé par son roi Alphonse VI, il mit son épée au service des émirs de Saragosse. Il bloqua au Levant l’avance des Almoravides en « protégeant » d’abord le royaume de Valence avant de s’emparer de la ville en 1094. Il conserva et défendit victorieusement sa conquête jusqu’à sa mort en 1099. La prise de Valence déclencha une nouvelle réaction des Almoravides auxquels Alphonse VI opposa une résistance farouche, avant d’être à nouveau sévèrement battu le 15 août 1097 à Consuegra. En 1102, le souverain dut abandonner Valence et toutes les conquêtes du Cid.

3La lutte du Cid au Levant et la prise de Valence sont relatées par plusieurs auteurs arabes et chrétiens. Muhammad b. Khalaf Ibn ‘Alqama né à Valence en 1036, mort à Denia en 1116, est l’un d’eux. Secrétaire de chancellerie dans une taïfa du Levant, il fait un récit du siège et de la prise de Valence par Rodrigue dans un ouvrage pompeusement intitulé Exposition claire sur la calamité accablante. Ce texte, souvent confus, aujourd’hui perdu est cependant presque intégralement conservé en traduction dans la Primera Crónica General et quatre autres chroniques castillanes postérieures. Il a été reconstitué en grande partie par E. Lévi-Provençal, malgré les risques que comporte une telle entreprise. L’auteur se propose de mettre en évidence qu’il ne peut y avoir de profit à traiter avec les chrétiens.

Mise à mort d’al-Qâdir, le petit-fils d’Ibn Dhî l-Nûn

4En l’année 486 (1er février 1093-20 janvier 1094), les maux causés à Valence par le chef chrétien s’aggravèrent, la situation des Valenciens empira et devint très critique. Ils demandèrent alors à l’émir des musulmans Yûsuf b. Tâshfîn de venir à leur secours et ils lui exposèrent en détail les malheurs qui s’étaient abattus sur eux. Le souverain prit les dispositions nécessaires et donna à ses généraux et à ses gouverneurs des territoires d’al-Andalus l’ordre de leur porter secours. Des contingents musulmans se rassemblèrent dans ce but à Játiva. La nouvelle de cette concentration parvint à l’ennemi qui ne bougea pas et demeura sur ses positions. Les troupes musulmanes approchèrent, accompagnées d’un nombre important de volontaires, fantassins et cavaliers et poursuivirent leur marche en toute hâte ; elles arrivèrent bientôt à proximité immédiate de Valence. Les habitants de la ville, qui les attendaient avec impatience, se réjouirent de l’assistance qu’elles leur apportaient et de la revanche qu’elles allaient prendre sur l’ennemi. Et les Valenciens se reprirent à aimer la vie.

5Le chef ennemi se porta alors à l’extérieur de son camp et disposa ses troupes en deux groupes qui, l’un et l’autre, sur les ordres reçus, demeurèrent en formation serrée, par files. La volonté divine décida que ce dispositif fit reculer les troupes musulmanes qui battirent en retraite. Les Valenciens furent consternés.

Récit de la prise de Valence par l’ennemi au cours de la même année (1094)

6Au comble de l’adversité et à la dernière limite de la résistance, les Valenciens, qui ne voyaient aucun secours leur parvenir, se trouvèrent dans l’obligation de livrer leur ville à l’ennemi, poussés par la nécessité et bien contre leur gré. Ils se groupèrent autour de leur cadi Abû 1-Mutarrif Ibn Djahhâf et envoyèrent auprès du Campéador, le chef maudit, une députation chargée de discuter l’obtention de l’aman (sauvegarde, pardon). Il fit un accueil favorable à leur démarche en ce sens, tout en se proposant, dans son for intérieur, de se conduire avec perfidie et de violer bientôt le pacte qu’il allait conclure, l’amân qu’il allait accorder étant bien tel que celui que des chefs impurs de son espèce ont coutume de donner. Dans ces conditions, le cadi sortit de Valence et alla trouver le Campéador : celui-ci fit signer un traité, engagea sa parole en des conventions et des clauses particulières, qu’il exigea avec fermeté et sans mettre de frein à ses exorbitantes prétentions, qui ne laissaient nulle matière à discussion dans leur interprétation. Une fois les tractations terminées, on lui ouvrit les portes de Valence, et il pénétra dans la ville avec toutes ses troupes. Cela se passait en djumâdâ 1 de la même année (19 mai-17 juin 1094).

7Ni le Campéador, ni les siens-qu’Allâh les maudisse !-ne firent rien qui pût causer en quelque façon du préjudice à Valence, non plus qu’à ses habitants. Ceux-ci alors se réjouirent et fondèrent de vastes espérances. La population retrouva la paix. Le Campéador cependant la surveillait de près et lui interdisait de sortir de la ville. C’est dans ces conditions que ce personnage se rendit maître de Valence.

8Ces circonstances remplirent d’effroi les Almoravides à Denia, ainsi que les Musulmans des places fortes et des chefs lieux du voisinage. Les razzias lancées de Valence dans leur direction se firent de plus en plus nombreuses, les coups de force se succédèrent, les dommages s’amplifièrent, les routes furent coupées, et les communications ne furent plus sûres. Les habitants de ces régions furent ainsi réduits à la gêne la plus grande, les hostilités devenant de plus en plus rigoureuses. Ils écrivirent alors à l’émir des musulmans pour lui demander secours et l’informer de la mauvaise situation du Levant de l’Espagne, dont la population courait à sa perte. Le souverain se transporta alors à Ceuta et donna aux contingents des tribus l’ordre de le rejoindre dans cette ville. Il y demeura un certain temps pour y enrôler des troupes régulières et faire passer dans la Péninsule des renforts successifs. Il confia ces troupes et leur commandement à son neveu l’émir Abû Abd Allâh (Muhammad) qui était le fils du frère utérin de Yûsuf. L’émir Abu Bakr était également un fils du frère utérin de Yûsuf, lequel frère uterin se trouvait être en même temps le cousin germain de Yûsuf.

  • 1 Parasange : mesure de distance basée sur une notion de temps, la distance parcourue en une heure d (...)

9L’émir des musulmans ordonna également au gouverneur de Grenade et du territoire dépendant de cette ville de fournir aux musulmans du Levant des renforts pris dans sa propre région. Il écrivit également au seigneur de Santa María ( Shantabariya) ibn Razîn, surnommé al-Hâdjib, et à al-Shanyatî, qui était un intrépide chevalier et un guerrier remarquable, de faire leur jonction avec son neveu, de façon que le plus de forces possible fussent rassemblées et qu’une action plus efficace fût réalisée, lors du prochain investissement de l’ennemi dans Valence. Les troupes africaines arrivèrent en Espagne à la fin de sha’bân le noble de cette même année (13 septembre 1094) : leur nombre dépassait quatre mille cavaliers et plusieurs fois plus de fantassins. Les contingents andalous qui avaient reçu l’ordre de partir en campagne se joignirent à ces troupes, et de toutes parts des convois de vivres vinrent ravitailler les forces musulmanes. Celles-ci s’avancèrent jusqu’à une parasange1 de Valence : leur camp formait une agglomération considérable, et les chrétiens s’aperçurent qu’elles ressemblaient par leur masse à une mer environnante. Ils songèrent tous à s’enfuir et à abandonner Valence, à l’exception de leur chef maudit, le Campéador, qui ne laissa nullement voir qu’il était intimidé par ce rassemblement de troupes et ne s’en soucia aucunement. Il tirait des augures du vol des oiseaux et ajoutait à ces fables d’autres mensonges par quoi il ranimait l’ardeur de ses compagnons.

10C’est à ce sujet qu’un Valencien a dit :

11« Dites à Rodrigue que le bon droit vient triompher, ou bien sondez-le au moment où il tire ses présages ! »

  • 2 Sinhâdja : groupe berbère.

12« Les sabres des Sinhâdja2 dans toutes les mêlées vont empêcher ses oiseaux d’augurer des véritables événements ! »

13Quand les troupes musulmanes vinrent l’assiéger, le maudit prit une décision concernant les femmes et les enfants musulmans sans ressources et les força à se rendre au camp almoravide en leur disant « Allez rejoindre les gens de votre nation. » Les femmes tombèrent entre les mains des nègres et des palefreniers et des commerçants de basse classe, qui les cachèrent et abusèrent d’elles, sans que la nouvelle en parvint au commandement de l’armée, qui eût mis fin à ces actes blâmables.

14Une partie des colonnes se mit ensuite en route pour Denia et d’autres lieux. On vit alors dans le camp musulman moins de fermeté et d’énergie, et la lassitude s’empara des troupes, parmi lesquelles se manifesta du désordre. Le général qui les commandait ne s’aperçut de rien, trompé qu’il était par la grande quantité des soldats, sur le nombre important desquels il fondait ses estimations ; il n’avait que du dédain pour l’ennemi et croyait que les opérations de siège allaient normalement se poursuivre. Mais les défaillances qui se produisirent permirent des coups de surprise de la part de l’adversaire. Le Campéador se trouvait alors gêné pour résister à ce rassemblement de forces musulmanes, et il demanda l’assistance d’Alphonse VI : la nouvelle de cette demande parvint dans les corps d’armée musulmans et y causa les craintes les plus vives. Ces circonstances furent les prémisses des événements qu’allait entraîner le destin.

Récit du coup de force de Rodrigue contre le camp des musulmans

15Quand Rodrigue-qu’Allâh le maudisse !-s’aperçut de la façon dont on désertait le camp musulman et eut vent des défections qu’on y enregistrait, il décida de profiter de ce désordre et d’user d’un stratagème, sans attendre l’arrivée des renforts qu’il avait demandés. Il sortit une nuit, à la tête d’une partie de sa cavalerie, et embusqua l’autre à proximité du camp musulman. Le lendemain matin, il s’avança en dispositif de combat, alors que les soldats musulmans, se croyant en sécurité, avaient relâché leur surveillance. Mais quand l’alarme fut donnée au camp, il y eut du tumulte, et des cris s’élevèrent. Ceux des soldats réguliers et des volontaires qui n’étaient pas partis montèrent à cheval : il ne resta dans le camp que des esclaves et des hommes incapables de participer à la défense. Les cavaliers se ruèrent sur Rodrigue, qui fit semblant de fuir devant eux en direction de Valence ; et ils le poursuivaient avec ardeur. Il se mit à l’abri derrière le rempart, au contact même des troupes musulmanes qui lui causaient des pertes et semblaient avoir le dessus. Mais les soldats chrétiens postés en embuscade sortirent alors de leur retraite en direction du camp musulman et l’attaquèrent. L’émir Muhammad, le neveu de l’émir des musulmans, qui était malade et y était demeuré, se hâta alors de quitter le camp. Parmi les troupes musulmanes, un long cri se fit entendre, annonçant l’invasion du camp par l’ennemi. Ce fut alors de l’affolement : personne ne douta que c’était Alphonse VI qui venait d’y arriver. Chacun se mit alors à errer et à s’en aller dans toutes les directions. Ceux qui se dirigèrent vers le camp, à la vue du pillage qui s’y faisait et des cavaliers ennemis qui y circulaient, changèrent de route, et personne n’y revint.

16L’ennemi, occupé à piller, ne poursuivit pas les fuyards, voulant épargner ses chevaux très affaiblis par les efforts qu’ils avaient fournis depuis qu’ils avaient rejoint Valence. Aussi n’y eut-il guère d’échange de coups d’épée, ni effusion de sang, exception faite de quelques musulmans isolés qu’Allâh gratifia du martyre, pour la foi.

17La nouvelle de ces événements parvint à Alphonse VI alors qu’il avait parcouru une bonne partie du chemin qu’il suivit pour venir porter secours à Rodrigue. Il reçut également sa part du butin fait sur le camp musulman (...)

18L’émir des musulmans, Yûsuf b. Tâshfîn fut de son côté informé de ce qui s’était passé. Il en fut profondément affecté et conçut une vive irritation contre son neveu, pour son manque d’énergie et le fait qu’il avait abandonné son camp sans même l’excuse d’un combat à aller livrer. Les troupes almoravides s’étaient portées vers Denia, puis vers Jativa, et leurs chefs se hâtèrent d’écrire à l’émir des musulmans pour tenter de se justifier. Mais le souverain ne prêta aucune attention à leur message et négligea d’y répondre. Le neveu du monarque, voyant son oncle persister dans sa rancune contre lui et les généraux qui l’accompagnaient, chercha à se concilier sa bienveillance et attribua son échec à la providence et à un arrêt prédestiné de Dieu. Yûsuf enfin accepta cette explication de l’échec comme un effet de la volonté divine et rendit sa faveur à celui qu’il avait précédemment blamé et maudit. Il lui écrivit de se maintenir à Játiva pour mettre l’ennemi dans l’impossibilité d’y exercer sa malfaisance et de couper les routes en direction de Valence ; en même temps, il lui recommanda de faire des coups de main contre la ville. Le prince almoravide se conforma à ces ordres dans la mesure de ses possibilités et dépensa tous ses efforts pour les exécuter. L’émir des musulmans continua de soutenir son neveu, en lui envoyant de l’argent et des troupes, si bien que l’armée almoravide finit par devenir très importante. Mais en même temps, l’indiscipline s’y fit jour et grandit (...).

19Ibn ‘Alqama, Extraits contenus dans Al-Bayân al-Mughrib de Ibn ‘Idhârî, traduction E. Lévi-Provençal, publiés par R. Menéndez Pidal, La Espana del Cid, t. 2, p. 896-902.

Bibliografía

Bibliographie

Mikel de Epalza, Suzanne Guellouz, Le Cid, personnage historique et littéraire, Paris, 1983. — R. Fletcher, The quest for el Cid, Oxford Univ. Press, Oxford, 1989. — Pierre Guichard, Les musulmans de Valence et la reconquête ( XIe -XIIIe siècles), 2 vol., Damas, 1990. — Evariste Levi-Provençal, « La prise de Valence par le Cid », Islam d’Occident. Etudes d’histoire médiévale, Paris, 1948, p. 188-238. — Ramón Menendez Pidal, La Espana del Cid, 2 vol., Madrid (7e éd.), 1969.

Notas

1 Parasange : mesure de distance basée sur une notion de temps, la distance parcourue en une heure de marche à pied, soit environ 6 km.

2 Sinhâdja : groupe berbère.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Freemium

open access

Brindado por L’éditeur de ce site