Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

13. Fatwâ d’al-Mâzarî au sujet du commerce avec la Sicile (avant 1093)

Texte intégral

1Muhammad b. ‘Alî b. ‘ Umar b. Muhammad al-Tamîmî al-Mâzarî al-Mahdawî, Abû ‘Abd Allâh est l’une des grandes figures du mâlikisme ifrîqiyen. Né probablement vers 453/1061, il a passé la majeure partie de sa vie à Mahdiyya, où il meurt en 536/1141. Sa famille est originaire de Mazzara en Sicile, sans que l’on sache s’il a lui-même vécu dans l’ile, puisque sa formation semble s’être déroulée entièrement en Ifrîqiya : disciple de grands juristes kairouanais, on ne lui connaît aucun maître sicilien. Versé dans les principes de la jurisprudence et de la théologie (usûl al-fiqh, usûl al-dîn), il rendait aussi, en tant que jurisconsulte (mufti) de Mahdiya, de nombreux avis juridiques (fatwâ s), qui ont été partiellement conservés dans des compilations postérieures, comme le Mi‘yâr d’al-Wansharîsî.

2La fatwâ suivante, de structure complexe, et qui mériterait une analyse plus fouillée, pose, entre autres, le problème de la licéité du voyage en Sicile normande. Elle montre comment les marchands ifrîqiyens s’associaient pour aller acheter des céréales en Sicile, afin de pourvoir au ravitaillement du pays, notamment en périodes de disette. Dans la seconde moitié du XIe siècle, les villes portuaires d’ifrîqiya, et notamment Mahdiya sur la côte sahélienne, semblent avoir été bien en peine de subvenir à leurs besoins à partir des ressources d’un territoire nourricier souvent de dimensions très réduites, du fait de la pression nomade. Une fois l’île passée sous domination chrétienne, les juristes ifrîqiyens ne pouvaient plus toutefois faire l’économie d’une réflexion sur le caractère licite ou non de ces expéditions de ravitaillement à destination de la Sicile. Du fait de l’inexistence d’un hinterland capable de fournir aux villes ifrîqiyennes des produits (huile, textile, etc.) susceptibles d’être échangés contre le grain sicilien, les marchands musulmans semblent avoir réglé leurs achats essentiellement en numéraire. D’où deux autres problèmes, qui sont aussi le corollaire de la question précédente : celui de la conversion des monnaies musulmanes apportées par ces marchands à l’étalon monétaire en vigueur dans l’île ; celui du profit réalisé par les chrétiens, profit réinvesti dans la lutte qu’ils mènent contre les musulmans. Cette fatwâ peut être datée selon toute vraisemblance d’une période légèrement antérieure à 486/1093, terminus ante quem fourni par la mort du maître d’al-Mâzarî, ‘Abd al-Hamîd b. al-Sâ’igh, que le jurisconsulte de Mahdiya dit avoir consulté à propos de la question de la licéité du voyage en Sicile.

3Question concernant l’usage du numéraire en Sicile. Des personnes, savants connaisseurs du Coran (ahl al-’ilm wa-l-qur’ân), marchands (tudjdjâr) et gens de bien, embarquent à destination de la Sicile, apportant des dinars tripolitains ou almoravides (al-danânîr al-tarâbulusiya wa-l-murâbitiya) en échange de vivres (aqwât, du blé d’après le contexte). Le chef de la monnaie sicilienne (sâhib al-sikka) fait fondre ce numéraire, y incorpore un quart (rub‘) de son poids d’argent (fidda), pour le convertir selon l’étalon (ʻiyâr) monétaire en vigueur. Lorsqu’il les remet aux Musulmans venant d’lfrîqiya, sous la forme de rubâʻî-s (de rubʻ, « quart »), il prélève le poids de la masse d’argent incorporée à chaque pièce d’or. Un autre problème survient lorsque le navire ramène à Mahdiya le blé (qamh) acheté de la sorte en Sicile : bien des fois celui-ci, amené par un seul navire, s’avère de qualité supérieure, et influe sur le cours des prix. La valeur de ce blé varie en outre en fonction du nombre d’associés en commandite présents ou non lors de la prise en possession de la cargaison.

4Après une longue évocation des problèmes engendrés par la répartition des gains de la cargaison entre associés présents ou non lors du débarquement des vivres achetés en Sicile, et avant de se prononcer sur la question de la monnaie, al-Mâzarî aborde le sujet, plus général, de la licéité du voyage en Sicile.

  • 1 Coran, sourate L’immunité, IX, 28 (trad. Denise Masson).

5Considérons les différents aspects de la question, à commencer par celle de savoir s’il est licite d’aller en Sicile. (...) Sur ce point, j’ai déjà donné ma réponse : lorsque les lois de l’Infidélité s’appliquent dans un pays donné à ceux qui, parmi les Musulmans, y pénètrent, le voyage jusqu’à un tel endroit est illicite. Jadis, le sultan avait ordonné la réunion chez nous à Mahdiya des muftis (ahl al-fatwâ) pour nous consulter sur la licéité du voyage en Sicile. Cette question souleva une grande agitation dans la docte assemblée, du fait de la nécessité impérieuse (darûra) de se ravitailler devant laquelle se trouvaient les gens. Je m’adressai alors à l’assemblée des jurisconsultes - que Dieu les prenne tous en Sa miséricorde - en ces termes : « Je pense que lorsque les lois de l’Infidélité (ahkâm alkufr) s’appliquent dans un pays donné aux Musulmans qui y pénètrent, le voyage jusqu’à un tel endroit est illicite, sans qu’il soit possible d’alléguer le besoin (hâdja) où l’on se trouve d’y acheter des vivres. La preuve réside en Sa parole - qu’il soit exalté - : « Les polythéistes ne sont qu’impureté : ils ne s’approcheront donc plus de la Mosquée sacrée après que cette année se sera écoulée. Si vous craignez la pénurie, Dieu vous enrichira bientôt par Sa grâce, s’il le veut. Dieu sait tout et II est riche1 ». Dieu - qu’il soit exalté - nous avertit du fait que le caractère inviolable (hurma) de la Mosquée sacrée doit être préservé de la profanation (ibtidhâl) et de la souillure (nadjâsa) des Infidèles. Une telle protection (siyâna) de l’inviolabilité des Lieux Saints ne peut se voir abandonnée, sous prétexte d’un besoin où l’on se trouve de recourir aux Infidèles pour se procurer de la nourriture (ta‘âm) et la transporter jusqu’à La Mekke. Il en est de même de l’intégrité du Musulman (hurmat al-muslim), dont on ne peut se défaire pour un besoin en vivres. Dieu pourvoiera par Sa grâce, s’il le veut. »

6L’assemblée des doctes approuva cette argumentation, et l’un de ses membres me demanda si je l’avais lue quelque part, ou si elle était de mon fait. Lui ayant appris que je ne l’avais prise nulle part, il loua cela et s’en trouva fort étonné. Puis, lorsque je m’aperçus du trouble qui avait tout d’abord gagné l’assemblée, je m’informai auprès de notre maître et imam ‘Abd al-Hamîd al-Sâ’igh, qui vivait alors retiré et ne rendait plus de consultations juridiques, du fait de son âge avancé. Sa réponse me parvint, semblable à celle que j’avais moi-même rendue : pour lui aussi, le voyage en Sicile devait être tenu pour illicite, tout en faisant valoir une autre raison que la mienne : « Lorsque nous allons chez eux, disait-il, le prix des denrées agricoles s’accroît ; nous leur donnons en conséquence de grosses sommes grâce auxquelles ils gagnent en force dans les combats qui les opposent aux Musulmans, et razzient leurs pays ». Il en était ainsi de son temps (du temps de ‘Abd al-Hamîd al-Sâ’igh) : les Siciliens gagnaient en puissance militaire grâce à l’argent qui leur parvenaient, fait qui relève du préjudice causé aux Musulmans. Et c’est là l’un des aspects de ta question.

7Quant au deuxième aspect de celle-ci, il concerne la frappe de la monnaie [en Sicile par des Musulmans], S’il se trouve sur ces pièces une image de la croix (sulbân) ou d’autres signes graphiques défendus, il ne convient pas que le Musulman se distingue par un tel acte illicite, ou qu’il y soit contraint. En ce qui concerne la présence sur les monnaies de signes graphiques prohibés, alors que l’on y rencontre aussi dans le même temps les noms de Dieu - qu’il soit exalté-, on réprouve pour la même raison dans la Mudawwana les transactions menées par les Infidèles avec des monnaies musulmanes, et ceci pour assurer la préservation (siyâna) des noms de Dieu - qu’il soit exalté - de la profanation par leurs mains. Mais sur ce second point, il existe un désaccord (ikhtilâf) entre les juristes (...)

8Quant à la question concernant les sommes en dinars envoyées en Sicile avec lesquelles on achète des vivres, et ce que font les marchands de ces richesses lorsqu’ils arrivent en Sicile et vont dans l’atelier monétaire où le chef de la monnaie y incorpore un quart du poids en argent, pour convertir ce numéraire selon l’étalon monétaire en vigueur. Lorsqu’il les remet aux Musulmans venant d’Ifrîqiya, sous la forme de rubâ‘î-s, il prélève le poids de la masse d’argent incorporée à chaque pièce d’or. Il est évident que cela est illicite, de par le délai que cela implique pour le change, l’ignorance des conditions de l’achat, et la teneur aléatoire en or de la frappe monétaire. Cela lorsque la personne en question a le choix, et peut faire autrement. Mais en cas de force majeure (idtirâr) et de nécessité (hâdja) qui pousse les gens à acheter des vivres et à faire ce qu’ils ont l’habitude de faire en un tel moment, sans qu’ils aient d’autre échappatoire, peut-on tolérer cela au nom même de cette nécessité, ou cela ne diffère-t-il en rien des autres circonstances ?

9Après un long développement concernant des problèmes de frappes monétaires auxquels ont été confrontés les grands jurisconsultes mâlikites de la fin du VIIIe et du IXe siècles, al-Mâzarî déclare cette pratique licite, du fait de la nécessité dans laquelle se trouvent les musumans de se procurer des vivres, et aussi du fait que, selon lui, seul la monnaie frappée en Sicile a cours dans ce pays.

10A1-Wansharîsî, Miʻyâr, éd. Rabat, VI, p. 306-320.

Bibliographie

Bibliographie

Hady-Roger Idris, « Commerce maritime et kirâd en Berbérie orientale », Journal of Economic and Social History of the Orient, IV, 1961, p. 225-239 ; Idem, La Berbérie orientale sous les Zîrides, II, Paris, 1962, p. 665-667.

Notes

1 Coran, sourate L’immunité, IX, 28 (trad. Denise Masson).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540