Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

12. La prise de Tolède par Alphonse VI (1085) et l’intervention almoravide dans la Péninsule (1086) vues par deux auteurs du xiiie siècle

Translated by Pascal Buresi

Full text

1La conquête de Tolède par Alphonse VI de Castille et León en 1085 est un épisode majeur de l’expansion occidentale dans la péninsule Ibérique : pour la première fois, une grande ville musulmane passe aux mains des chrétiens. Cet événement a un retentissement d’autant plus grand que cette cité a été la capitale des rois wisigothiques. Alphonse VI prétend alors retrouver le passé et la grandeur des souverains qui gouvernaient l’Espagne avant la conquête musulmane (711) en installant sa cour dans la cité du Tage et en y « restaurant » le siège archiépiscopal. La prise de Tolède constitue une rupture tant pour la monarchie castellano-léonaise que pour les relations entre les royaumes chrétiens et les principautés musulmanes. Le traité de capitulation qui établit, entre autres choses, le droit des musulmans de la ville à conserver leur Grande mosquée, va servir de modèle, par exemple en 1118, lors de la conquête de Saragosse. Mais la rapide conversion de la Grande mosquée de Tolède en cathédrale Sainte-Marie révèle très vite les tensions existant entre les différentes communautés (musulmanes, chrétiennes et mozarabes).

2Pour les musulmans, cette perte sanctionne la division politique d’al-Andalus, depuis la disparition du Califat de Cordoue en 1031, en principautés (taifas) plus ou moins étendues, organisées autour des grandes villes. Les luttes internes affaiblissent ces taifas militairement et financièrement face aux monarchies chrétiennes. En effet, outre les frais liés à l’entretien des troupes et au paiement des mercenaires, souvent chrétiens, les roitelets musulmans versent aux rois du nord des tributs annuels : les parias. Au cours du XIe siècle, le nombre des taifas diminue au profit de quelques-unes dont le pouvoir s’accroît : Badajoz, Cordoue, Grenade, Saragosse, Séville ou Tolède. En 1085, la conquête de Tolède rompt avec la politique chrétienne de prélèvement des parias et provoque un choc dans le monde musulman dont les souverains sont tenaillés entre les menaces chrétiennes si les tributs ne sont pas versés et le mécontentement des sujets, fatigués de la pression fiscale et de la multiplication des impôts non-coraniques.

3L’intervention en Andalus des Almoravides, une dynastie berbère originaire du Sahara, va avoir de nombreuses conséquences : d’abord, ils arrêtent l’élan castillan en défaisant Alphonse VI lors de la bataille de Zallâqa (Sacralias, Sagrajas) en 1086, ensuite, en quelques années, ils soumettent tous les rois des taifas et unifient le Maghreb et al-Andalus sous un même pouvoir ; enfin, pendant les quatre premières décennies du XIIe siècle, ils mènent presque annuellement des opérations de guerre sainte contre les chrétiens.

4Les textes d’ibn al-Athîr et de Lucas de Tuy évoquent les conditions de l’intervention almoravide dans la Péninsule. Extraits de chroniques rédigées plus d’un siècle après l’événement, ils nous présentent deux points de vue très différents sur les relations entre la Castille et les Almoravides à la fin du XIe et au début du XIIe siècle.

5Le premier texte a été rédigé, au début du XIIIe siècle, par l’Oriental Ibn al-Athîr (1160-1231). Ce chroniqueur appartient à une famille de fonctionnaires des Zengides. Il est engagé en première ligne dans la lutte contre les chrétiens puisqu’il participe aux côtés de Saladin à certains combats contre les Francs. Le texte présenté est extrait de son Kâmil fî 1-tarîkh (« Le complet dans l’histoire »), une histoire relatant les événements de la création du monde jusqu’à 1231. Quoique réalisé par un auteur oriental longtemps après les faits qu’il rapporte, cet ouvrage fournit des informations de qualité parce qu’il utilise des sources musulmanes occidentales disparues : le récit n’’en reste pas moins partial et engagé. Cela est encore plus flagrant dans le second texte présenté.

6Il s’agit d’un extrait de la « Chronique du Monde » composée par l’ecclésiastique Lucas de Tuy. Celui-ci commence à écrire le Chronicon Mundi alors qu’il est régulier au monastère de San Isidore de León, entre 1197 et 1204 : il affirme en effet commencer son œuvre sur ordre de Bérengère, la femme d’Alphonse IX ; or le mariage de ces monarques a lieu en 1197 et il est annulé en 1204. En 1236, Lucas est nommé évêque de Tuy.

7Ibn al-Athîr décrit les étapes de la conquête de Tolède par Alphonse VI, puis les conditions de l’appel à l’aide envoyé aux Almoravides. Lucas donne sa version de l’intervention des Almoravides et résume en quelques lignes plusieurs dizaines d’années de relations militaires entre Castellano-léonais et Almoravides. Les deux textes divergent sur le rôle joué par le souverain de Séville al-Mu ‘tamid b. ‘Abbâd (« Benabeth » pour Lucas de Tuy). Pour Ibn al-Athîr, ce fidèle musulman, las des exigences d’Alphonse VI, fait appel au souverain almoravide, Yûsuf b. Tâshfîn ; pour l’évêque de Tuy, en revanche, Ibn ‘Abbâd, beau-père du roi castellano-léonais, était en fait chrétien et avait monté un stratagème avec son gendre. Á partir de faits réels comme le mariage (ou concubinage) d’Alphonse VI avec la fille d’al-Mu‘tamid, union qui donna naissance à l’infant Sanche, l’évêque de Tuy et, à sa suite, l’archevêque don Rodrigo Jiménez de Rada, dans son De rebus Hispaniæ, brodent en cherchant à donner un sens chrétien aux événements qu’ils relatent.

La prise de Tolède par Alphonse VI et l’appel aux Almoravides racontés par Ibn al-Athîr (début XIIIe siècle).

  • 1 La dynastie des Banû Dhî 1-Nûn dirige la taifa de Tolède pendant plus d’un demi-siècle. Ses deux pr (...)
  • 2 Al-Mu‘tamid est un des plus célèbres souverains de taifa. Prince-poète raffiné, il est le dernier r (...)

8En 478 (28 avril 1085), les Francs - que Dieu les maudissent - conquirent sur les musulmans la ville de l’une des fortes et des Tolède, plus plus grandes d’Andalus, dans les circonstances suivantes : Alphonse VI, roi des Francs d’alAndalus, avait vu sa situation se renforcer, son royaume grandir et le nombre de ses troupes s’accroître, depuis qu’al-Andalus s’était divisé en autant de royaumes qu’il y avait de villes qui devinrent comme des royaumes de taifas. L’avidité des Francs s’était alors manifestée par la conquête de nombreuses régions frontalières. Alphonse avait commencé par entrer au service du prince al-Qâdir billâh b. al-Ma’mûn b. Yahyâ b. Dhî 1-Nûn, apprenant ainsi comment et par quels moyens il se rendrait maître du pays1. Au moment propice, Alphonse regroupa son armée et marcha contre Tolède, qu’il prit après un siège de sept ans, augmentant ainsi son pouvoir de celui d’al-Qâdir. Abû ‘Abd Allâh Muhammad b. ‘Abbâd al-Mu‘tamid ‘alâ Allâh2 était alors le principal des princes d’al-Andalus ; il commandait à la majeure partie du pays, comme Cordoue et Séville, mais versait à Alphonse un tribut annuel. Lorsque le roi Alphonse s’empara de Tolède, al-Mu’tamid lui envoya le tribut comme à l’accoutumée, mais [Alphonse] le refusa et le renvoya avec un message menaçant, promettant d’aller conquérir Cordoue si toutes les fortifications de montagne ne lui étaient pas remises et si les musulmans ne se contentaient pas de garder les plaines. Le porteur de ce message avait une escorte de cinq cents cavaliers. Al-Mu‘tamid l’accueillit et confia chaque membre de son escorte à un officier de son armée à qui il donna l’ordre de le mettre à mort. Il se fit amener le messager lui-même et le frappa au visage jusqu’à lui faire jaillir les yeux des orbites. Trois hommes seulement purent s’échapper et annoncer ce qui s’était passé à Alphonse. Celui-ci, qui était en route pour assiéger Cordoue, retourna à Tolède pour y réunir ses engins de siège, et al-Mu‘tamid se rendit à Séville [...].

  • 3 L’Ifrîqiya correspond à la région orientale du Maghreb médiéval, c’est-à-dire à la Tunisie actuelle (...)

9Après son arrivée, les shaykh-s de Cordoue, mis au courant du traitement infligé aux envoyés d’Alphonse et considérant quelle était la puissance des Francs et la faiblesse des musulmans et comment les rois musulmans appelaient les Francs à l’aide pour se combattre les uns les autres, se réunirent pour délibérer : « En raison des conquêtes du pays d’al-Andalus par les Francs, les musulmans n’en possèdent plus qu’une faible partie ; si cela devait continuer, le pays tout entier redeviendrait chrétien. » Ils se rendirent alors chez le qâdî ‘Abd Allâh b. Muhammad b. Adham et lui dirent : « Tu sais quel est l’état de faiblesse et d’humiliation des musulmans, obligés aujourd’hui de payer la capitation qu’autrefois ils prélevaient. Voici donc ce que nous te proposons : c’est d’écrire aux Arabes d’Ifrîqiya3 pour leur demander de se joindre à nous contre la promesse de partager nos biens avec eux et de participer avec eux à la guerre sainte. - Je crains, dit le qâdî, qu’ils ne ravagent notre pays comme ils ont fait en Ifrîqiya et que, négligeant les Francs, ils ne commencent par nous-mêmes. Mieux vaut recourir aux Almoravides, qui d’ailleurs sont plus rapprochés. - Eh bien ! écris donc au Prince des musulmans pour lui demander de passer chez nous et de nous envoyer quelques-uns de ses officiers. »

10Al-Mu‘tamid b. ‘Abbâd arriva pendant que cette affaire était en cours, et le qâdî lui expliqua de quoi il était question. Al-Mu‘tamid voulut le charger de cette ambassade, mais Ibn Adham, pour être à l’abri de tout soupçon, refusa d’abord, puis il céda aux instances du prince et se rendit auprès de Yûsuf b. Tâshfîn, à qui il porta le message et à qui il exposa la crainte inspirée par Alphonse aux musulmans.

11Yûsuf, qui était alors à Ceuta, donna aussitôt à ses troupes l’ordre de passer en Andalus et fit venir de Marrakech celles qui y étaient encore. Sitôt que toutes furent rassemblées, il s’embarqua et vint rejoindre à Séville al-Mu’tamid, qui avait aussi réuni son armée, renforcée par une troupe formée de Cordouans et par des volontaires de la foi arrivés de tous les points d’al-Andalus.

  • 4 Ibn al-Qasîra est un célèbre fonctionnaire-épistolier (kâtib, pl. kuttâb) de la taifa de Séville pa (...)

12Alphonse, informé de ces faits, convoqua ses chevaliers et sortit de Tolède, après avoir fait écrire à Yûsuf par un lettré musulman un message grossier où il était parlé avec exagération de sa force, de ses nombreux soldats et de ses préparatifs. Yûsuf chargea Abû Bakr b. al-Qasîra4, qui était un rédacteur de beaucoup de talent, d’écrire la réponse. Celle-ci était très bien conçue, mais quand le secrétaire la lut à son maître, celui-ci lui dit : « Cette lettre est trop longue ; prends la lettre d’Alphonse et écris au dos : “Ce qui arrivera, tu le verras !” »

13Ibn al-ATHÎR, Al-kâmil fl al-târîkh, éd. Tornberg, t. 10, p. 92 et 99 ; t. 10, Beyrouth, éd. Dâr Sâdir, sd., p. 142-143, 151-152. D’après la traduction d’Émile Fagnan, dans Annales du Maghreb et de l’Espagne, Alger, 1898, p. 480-482.

14Traduction revue et corrigée par Pascal Buresi.

L’intervention des Almoravides d’après le Chronicon Mundi de Lucas de Tuy (début du XIIIe siècle).

15Donc, comme le roi Alphonse régnait dans la quiétude, au milieu d’une grande prospérité, il prit la fille du roi Benabeth presque comme femme (quasi pro uxore) comme c’était promis et il engendra d’elle Sanche. Puis, après délibérations avec Benabeth, il fit venir dans les territoires d’Espagne les Barbares d’outre-mer qu’on appelle Almoravides et Almohades.

  • 5 « Miramamolin » vient de l’arabe amîr al-mu’minîn (« Prince des Croyants »). Ce titre n’était porté (...)

16En effet, le roi Alphonse avait pensé que ces peuples se battraient contre les autres Sarrasins et que les Barbares se détruiraient mutuellement par le glaive. Mais ces mêmes Sarrasins almohades, en partie par la force, en partie par la persuasion, ramenèrent les Sarrasins d’Espagne en bonne entente avec eux : ils choisirent parmi les leurs un roi qu’ils désignèrent du titre honorifique de Miramamolin.5

  • 6 Contrairement à ce qu’affirme Lucas de Tuy, le souverain musulman de Séville, al-Mu‘tamid b. ‘Abbâd (...)
  • 7 Ce site est connu en arabe sous le nom de Zallâqa.
  • 8 Avec la prise de Tolède par Alphonse VI de Castille en 478/1085 et l’intervention almoravide dans l (...)

17Donc, une fois l’entente établie entre les Sarrasins hispaniques et africains, ces Barbares se mirent à agresser gravement le roi Alphonse et refusèrent absolument de lui payer les tributs coutumiers. D’abord ils tuèrent le roi Benabeth, car il était chrétien en secret, et uni au roi Alphonse par un grand amour6. Ensuite, une armée innombrable de Maures ayant été réunie, ils se mirent à dévaster les territoires des chrétiens. Mais le comte Garcia et le comte Rodrigue coururent au devant des Sarrasins à la tête d’une grande armée. La rencontre eut lieu à Roda, les chrétiens furent vaincus et beaucoup des nôtres périrent. Ensuite le Miramamolin, après avoir réuni une troupe impressionnante de Maures, entra dans les terres chrétiennes. Le roi Alphonse, à la tête de son armée, se porta à sa rencontre dans un lieu appelé Barduzo, c’est-à-dire Sacralias7. Une quantité innombrable des nôtres tomba au combat. Mais le roi Alphonse fut considéré dans cette rencontre comme merveilleux parce que plus il était vaincu, plus il s’engageait dans le combat. Cette même année, à la tête d’une grande armée qu’il avait réunie, il alla jusqu’à Séville, y fit de d’immenses ravages puis revint en paix. Il y avait avec les Sarrasins le comte Garcia Ordôñez qui incitait ardemment les Agarènes au combat. Le roi Miramamolin, sur son conseil, envahit le royaume du roi Alphonse avec une importante armée. Mais le roi Alphonse avec une forte troupe de chrétiens vint à sa rencontre au château appelé Uclès. Le combat commença entre eux, mais après qu’on eut combattu du matin jusqu’au soir sans résultat, tant de milliers d’hommes étaient tombés des deux côtés qu’on ne pouvait les compter. Parmi les nôtres, Sanche, le fils du roi, le comte Garcia Fernandez, le comte don Martin et de nombreux autres trouvèrent la mort8.

18Le roi Alphonse demanda à ses sages pourquoi ses chevaliers (milites) ne pouvaient supporter la fatigue de l’armée en campagne. On lui répondit : parce qu’ils prennent des bains et sont délicats. Alors le roi fit détruire les bains de son royaume et fit suer ses chevaliers dans des taches militaires variées. À la suite de cela, le roi Alphonse, qui était infatigable, réunit une grande troupe composée de Galiciens et des siens, envahit la terre des Maures et assiégea le roi Miramamolin dans Cordoue. Le roi Miramamolin lui envoya alors des messagers pour faire la paix, promettant que toutes ses villes jusqu’à la mer paieraient un tribut au roi Alphonse.

19Pendant ce temps, un Sarrasin noble du nom d’Abdalla, avec une groupe de Maures, fit irruption de nuit dans le château du roi Alphonse. Les nôtres, accourant en armes, capturèrent vivant Abdalla et tuèrent un nombre inimaginable des siens. Le jour suivant, le roi Alphonse ordonna de mettre en pièces et de brûler Abdalla sous les yeux des Maures qui se trouvaient sur les murailles de Cordoue parce qu’il avait tué Benabeth, le beau-père du roi ; quant à ceux qui avaient été capturés avec lui et qui étaient des membres de sa famille, il ordonna aussi de les brûler.

20Horrifiés, les Sarrasins promirent fermement de payer leur tribut au roi Alphonse et lui offrirent de grands trésors d’or, d’argent, de pierres précieuses et d’habits de soie. Le roi revint dans sa patrie, riche et plein de gloire.

21Le roi Miramamolin retourna alors au Maroc, le siège royal de son royaume et tant que vécut le roi Alphonse, il n’osa plus venir en Espagne.

22Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, éd. André Schott, Hispanioe illustratoe sev urbium rerumque hispanicarum academiarum, bibliothecarum, clarorumdenique in omni disciplinarum genere scriptorum auctores varii chronologi historici, t. 4, Anvers, 1608, pp. 1-116, p. 101 ; éd. du texte romancé par Julio Puyol, Crónica de España, Madrid, 1926, pp. 378-380.

Bibliography

Bibliographie

Muhammad Benaboud et Angus Mackay, « The authenticity of Alfonso VI’s letter to Yûsuf b. Tâshufîn », al-Andalus, 43, 1978, p. 233-237. — Idem, « Alfonso VI of León and Castile, ‘al-Imbratûr dhû-l-Millatayn’ », Bulletin of Hispanic Studies, 56, 1979, p. 95-102. — Idem, « Yet again Alfonso VI, “the Emperor Lord of (the Adherents of) the Two Faiths, the Most Excellent Ruler” : A rejoinder to Norman Roth », Bulletin of Hispanic Studies, 61, 1984, p. 171-181. — Ambrosio Huici Miranda, Las grandes batallas de la reconquista durante las invasiones africanas, Madrid, 1956. — Miguel Àngel Ladero Quesada, « La Reconquista y el proceso de diferenciación política (1035-1217) », ix, Historia de España ‘Menéndez Pidal’, dir. J. Ma Jover Zamora, coord. M. Â. Ladero Quesada, Madrid, Espasa Calpe, 1998, p. 96-109. — Vincent Lagardère, Le Vendredi de Zallaqa, 23 Octobre 1086, L’Harmattan, 1989. Évariste Lévi-Provençal, « Alphonse VI et la prise de Tolède », Hespéris, 12, 1931, p. 33-49 réimp. dans Islam d’Occident, Paris, 1948, p. 109-135. — Peter Linehan, History and the Historians of Medieval Spain, Oxford, 1993, p. 204 et suiv. — Ramón Menéndez Pidal, « Adefonsus, Imperator Toletanus, magnificus Triumphator », Boletín de la Real Academia de la Historia, 100, 1932, p. 513-538, réimp. dans Historia y epopeya, Madrid, 1934, p. 235-262. — Bernard F. Reilly, The Kingdom of LeónCastilla under King Alfonso VI, 1065-1109, Princeton, New Jersey, 1988, p. 124-126. — María Jesús Vlguera Molíns, LOS reinos de taifas y las invasiones magrebíes, Madrid, 1992. — B. W. Wheeler, « The Reconquest of Spain Before 1095 », History of the Crusades, I, The First Hundred Years, éd. K. M. Setton et M. W. Baldwin, Pennsylvania, 1955, p. 38.

Notes

1 La dynastie des Banû Dhî 1-Nûn dirige la taifa de Tolède pendant plus d’un demi-siècle. Ses deux principaux représentants sont al-Ma’mûn qui règne de 1043 à 1075 et son fils al-Qâdir (1075-1085) qui remet Tolède au roi de Castille et León contre la promesse d’une aide pour la conquête de Valence. Le texte d’Ibn al-Athîr confond les deux souverains. Cela explique l’erreur de traduction de Fagnan qui fait entrer al-Qâdir au service d’Alphonse VI, au lieu de l’inverse. En effet, en 1071-1072, Alphonse VI, fuyant les armées de son frère Sanche II, se réfugie avec quelques troupes à la cour d’al-Ma’mûn qu’il aide contre les souverains des autres taifas. Une légende, évoquée ici, rapporte qu’Alphonse VI aurait décidé de conquérir Tolède à la suite d’une conversation sur les points faibles de la ville qu’il aurait entendue par hasard au cours d’une sieste dans les jardins du palais d’al-Ma’mûn.

2 Al-Mu‘tamid est un des plus célèbres souverains de taifa. Prince-poète raffiné, il est le dernier représentant de la dynastie des ‘Abbâdides de Séville (1023-1091). À la fin du xie siècle, après l’annexion de Cordoue, son royaume s’étend sur tout le sud-ouest de la péninsule Ibérique. Avec d’autres princes des taifas, il appelle à l’aide l’Almoravide Yûsuf b. Tâshfîn contre les chrétiens. La taifa de Séville est finalement conquise par Yûsuf lors de son troisième voyage en Andalus (1091).

3 L’Ifrîqiya correspond à la région orientale du Maghreb médiéval, c’est-à-dire à la Tunisie actuelle. Les Arabes d’Ifrîqiya mentionnés ici sont les Hilâliens ou Banû Hilâl. Il s’agit d’un ensemble de tribus, originaires de la péninsule arabique, émigrées dès le viiie siècle en Égypte, puis invitées par le calife fâtimide al-Mustansir au milieu du xie siècle à envahir les domaines de la dynastie des Zîrîdes d’Ifrîqiya après que ceux-ci se sont rendus indépendants. Partis d’Égypte en 1050, les Hilâliens s’emparent de Kairouan en 1054. Pendant un siècle ces nomades n’ont été soumis à aucun pouvoir central, jusqu’à leur mise au pas, en 1153, par les souverains almohades.

4 Ibn al-Qasîra est un célèbre fonctionnaire-épistolier (kâtib, pl. kuttâb) de la taifa de Séville passé au service de la chancellerie almoravide après l’unification de la Péninsule par Yûsuf b. Tâshfîn, En effet, lorsque les Almoravides envahissent al-Andalus, le personnel andalusî, très réputé, est engagé massivement dans l’administration du nouveau régime. Ces kuttâb se distinguaient par leur style travaillé et par les effets poétiques et rhétoriques de leurs compositions. Face au raffinement de cette culture andalouse des taifas, la propagande almohade a répandu l’idée que les Almoravides étaient des illettrés. L’anecdote rapportée par Ibn al-Athîr évoque - de manière nuancée car après tout il s’agit de la préparation d’une grande victoire musulmane - cette réputation d’analphabétisme des souverains almoravides qui n’auraient en général pas compris la langue arabe raffinée de leurs secrétaires andalusî-s.

5 « Miramamolin » vient de l’arabe amîr al-mu’minîn (« Prince des Croyants »). Ce titre n’était porté en Islam que par le calife, chef suprême de la communauté des croyants (l’umma) et successeur du prophète Muhammad. Les princes almoravides ne l’ont jamais adopté, parce que, « légitimistes » ou « orthodoxes », ils prêtaient allégeance au calife abbâsside de Bagdad qui leur envoyait des diplômes d’investiture. L’évêque de Tuy, écrivant au xiiie siècle, confond donc les deux dynasties, almoravide et almohade. Les Almohades, qui renversent la dynastie almoravide au milieu du xiie siècle, fondent en effet un califat indépendant du califat abbâsside de Bagdad et fatimide du Caire et ‘Abd al-Mu’min, le fondateur de la dynastie mu’minide adopte le titre califal de « Prince des Croyants » (amîr al-mu’minîn).

6 Contrairement à ce qu’affirme Lucas de Tuy, le souverain musulman de Séville, al-Mu‘tamid b. ‘Abbâd (Benabeth) n’est pas exécuté mais exilé au Maroc, de même que ‘Abd Allâh, le dernier roi zîrîde de Grenade (1069-1091).

7 Ce site est connu en arabe sous le nom de Zallâqa.

8 Avec la prise de Tolède par Alphonse VI de Castille en 478/1085 et l’intervention almoravide dans la péninsule Ibérique, Uclès passe aux chrétiens et acquiert un rôle de place frontalière. En 501/1108, au début du règne de l’émir ‘Alî b. Yûsuf b. Tâshfîn, les troupes almoravides assiègent la ville, devenue en 1085 la principale forteresse chrétienne au sud du Tage. Cette armée est dirigée par le frère de l’émir, le gouverneur de Grenade, Tamîm Abû Tâhir, qui nous a laissé une lettre rapportant l’événement (éd. et trad. espagnole dans Huici, Las grandes batallas, p. 120-133). Après avoir mis en déroute l’armée chrétienne envoyée de Tolède par le roi de Castille, les musulmans emportent finalement le site en mai 501/1108. Quoique cette victoire, suivie par les conquêtes de Huete et Ocaña ait mis en péril la capitale tolédane, son impact sur la frontière entre chrétienté et Islam est mineur. Les Almoravides tentent en effet en vain de profiter de leur avantage pour s’emparer de Tolède. En revanche la défaite a des conséquences considérables sur les royaumes chrétiens, car la mort de l’infant Sanche au cours de la bataille prive la Couronne de Castille de son unique héritier mâle. La crise de succession ouverte en 1109 entre Urraca et Teresa, les deux filles d’Alphonse VI, dure jusqu’en 1126 et favorise l’indépendance progressive du Portugal.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.