Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

11. Les évêchés du Maghreb à l’époque de Grégoire VII

Texte intégral

1Le maintien de communautés chrétiennes au Maghreb après la conquête musulmane est attesté par quelques rares textes (arabes et latins) et quelques documents épigraphiques (comme les épitaphes chrétiennes de la première moitié du XIe siècle trouvées à Kairouan). Pour autant, nous ne connaissons presque rien de leur organisation interne et fort peu de choses de leurs rapports avec les autorités musulmanes. Nous n’avons non plus aucune indication sur l’exercice de leur pratique religieuse ni sur le contenu de leur foi. Nous savons seulement que leur nombre a très rapidement diminué et que l’encadrement épiscopal s’est vite effondré : de deux cent vingt évêques mentionnés vers le milieu du VIe siècle, on est tombé à cinq au milieu du XIe siècle, puis à un en 1076.

2Cependant, dans la deuxième moitié du XIe siècle, la papauté semble s’intéresser à nouveau à ces chrétiens vivant en pays musulman. Deux lettres de Léon IX en 1053 (une à l’archevêque de Carthage, l’autre à deux évêques dont le siège n’est pas précisé), puis cinq lettres de Grégoire VII (qui font l’objet du présent dossier) une vingtaine d’années plus tard, éclairent un peu - et pour la dernière fois - la situation de ces communautés, du moins celles de l’Ifrîqiya. Dans cette partie orientale du Maghreb, la domination des Zîrîdes connaît alors une très grave crise, résultat d’un processus de désagrégation interne initié par la constitution de la principauté hammâdide à l’ouest dès le début du XIe siècle et aggravé par les ravages causés par l’invasion hilâlienne des années 1051-1052. Profitant de ces difficultés et de l’hostilité qui oppose Zîrîdes et Hammâdides, plusieurs petites principautés tentent alors de se constituer et de se rendre plus ou moins indépendantes des uns et des autres. Le contrôle plus étroit des communautés chrétiennes là où elles ont encore une certaine importance, qui passe par le rejet de ce qui subsiste de l’ancienne primauté du siège épiscopal de Carthage - qui est alors désertée - peut constituer un aspect de cette recherche d’indépendance. C’est ce qui paraît guider l’action du maître de Tunis, ‘Abd al-Haqq b. Khurâsân (en qui il faut très certainement voir le « roi » dont parle Grégoire VII : cf. lettre 2), d’abord vassal, puis ennemi des Hammâdides : c’est avec les chrétiens de sa ville qu’il entend obtenir de l’archevêque de Carthage Cyriacus l’ordination d’un évêque pour sa capitale, ce que ce dernier refuse, malgré les mauvais traitements subis. C’est aussi, d’une certaine façon la même raison qui pousse trois ans plus tard le prince hammâdide al-Nâsir (1062-1088/9) à demander cette fois au pape l’érection d’un siège épiscopal pour Bougie, sa nouvelle capitale, fondée en 1067, et où il paraît donc qu’il avait attiré (de gré ou de force) un certain nombre de chrétiens.

3L’attitude différente de Grégoire VII dans ces deux affaires s’explique avant tout par sa volonté d’appliquer partout où se trouvent des communautés chrétiennes les principes réformateurs que Ton trouve réunis au même moment (1075) dans les Dictatus Papae. Il s’agit pour lui de rappeler les chrétiens à l’obéissance qu’ils doivent d’abord à leur évêque « naturel » et au pape, et au respect des règles canoniques, sinon ce sont de « pseudo-fils » (lettres 1 et 2) ; de proscrire ensuite toute ingérence des princes temporels quels qu’ils soient (et a fortiori s’ils sont musulmans) dans la vie des églises ; de restaurer sous son contrôle la hiérarchie épiscopale de manière à ce que l’Église d’Ifrîqiya puisse à terme fonctionner selon les règles canoniques (lettre 3). On a pu aussi avancer que, au moment (printemps 1076) où il envisageait de se rapprocher des Normands lancés à la conquête de la Sicile, Grégoire VII ait voulu chercher à se concilier le prince hammâdide, ce qui pourrait expliquer le ton très courtois de la lettre qu’il lui adresse, et l’absence de toute allusion désobligeante à l’Islam, que l’on rencontre pourtant en d’autres occasions sous la plume du pape, en particulier dans la lettre adressée à Cyriacus en 1073.

Lettre de Grégoire VII au clergé et au peuple de Carthage (15 septembre 1073)

4Grégoire, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, au clergé et au peuple de Carthage, salut et bénédiction apostolique.

5La grâce et la paix soient avec vous par Dieu le père et son fils unique Jésus-Christ, qui, par miséricorde gratuite, a daigné façonner en vous l’homme nouveau dans l’effusion de son sang ; il a accepté de mourir et de ressusciter, afin de vous faire périr dans la chair, de vous vivifier par l’esprit, et de vous conduire à Dieu. Le témoignage de cela, il l’a donné par la pierre sur laquelle lui-même a édifié l’église en disant : « Le Christ est mort une fois pour nos péchés, juste pour les injustes, afin de nous mener à Dieu, morts selon la chair, mais vivifiés selon l’esprit » (I P 3, 18). A ce sujet, l’apôtre dit aussi : « Il s’est livré lui-même pour nous offrande et hostie à Dieu d’agréable odeur » (Eph. 5, 2) ; et ailleurs : « Le Christ s’est fait pour nous obéissant jusqu’à la mort » (Phil. 2, 8). Soyez donc ses imitateurs, lui qui a voulu, suspendu lui-même à la croix, être souillé pour vous par des crachats et, compté au nombre des voleurs, souffrir pour vos péchés et ainsi mettre fin à lui-même selon la chair, afin de laver vos péchés. Vous êtes ses débiteurs mais non selon la chair, la mort de la chair ayant été accomplie par l’esprit. Si vous menez une vie selon l’esprit, alors vous jouirez de l’héritage de son royaume pour l’éternité comme des fils, cohéritiers du Christ et héritiers de Dieu. Aussi, poussés par une charité paternelle, nous vous avertissons d’avoir à renoncer aux hypocrisies, aux haines et à tout dénigrement. S’il arrive quelque chose à ceux qui sont placés sous la puissance des Sarrasins, ne vous effrayez pas ; chaque fois que vous souffrez pour le Christ, soyez dans l’allégresse, de sorte que, exultant, vous vous réjouissiez de l’avènement de sa gloire. Assurée est en effet la parole : « Celui qui a ressuscité Jésus vous ressuscitera aussi » (2 Cor. 4, 14). [...] En ayant confiance dans celui qui promet de façon si sûre, mortifiez vos membres pour une gloire indicible, croyant avec l’apôtre que « les souffrances de ce temps ne sont rien auprès de la gloire future qui doit se révéler en nous » (Rom. 8, 18). Évitez comme le poison les querelles et les différends, endossez l’humilité du disciple de l’humilité, obéissez par devoir à celui qui tient au-dessus de vous la place du Christ [...] ; quand vous recevez l’enseignement ou les jugements de celui-ci, ce sont ceux du Christ que vous recevez ; il a dit en effet : « Qui vous reçoit me reçoit ; qui vous rejette me rejette » (Mat. 10, 40 ; Lc 10, 16). Si vous faisiez autrement, vous pécheriez dans le Christ, vous rejetteriez le Christ, vous cesseriez d’être les disciples du Christ, vous résisteriez à l’apôtre qui a dit : « Chacun doit être soumis aux pouvoirs supérieurs » (Rom. 13, 1). Donc, puisque l’apôtre a enseigné qu’il fallait obéir aux pouvoirs de ce monde, à plus forte raison il faut obéir aux pouvoirs spirituels et à ceux qui, parmi les chrétiens, en disposent à la place du Christ.

6Cela, très chers fils, je le pense en gémissant, je l’écris en pleurant et je vous l’envoie avec une profonde douleur au cœur. Il est en effet revenu à nos oreilles que certains d’entre vous ont porté auprès des Sarrasins, de manière irréligieuse, contre la loi chrétienne et contre le Christ, des accusations contre notre vénérable frère Cyriacus, votre archevêque et votre maître, bien plus votre Christ, et qu’ils l’ont accablé par des actions de diffamation, de sorte que lui, le juste, le voici rangé au nombre des voleurs et fouetté. Quel exemple inique, cet exemple de votre déshonneur et de celui de toute la sainte Église ! Le Christ est à nouveau arrêté, il est à nouveau condamné par des faux accusateurs et des faux témoins, compté au nombre des voleurs et fouetté. Et par qui ? Par ceux qui sont dits croire en son incarnation, vénérer sa passion et accueillir dans la joie les autres saints mystères de sa foi. Faut-il faire silence à leur sujet, ou les dénoncer et les corriger dans les larmes ? Il est écrit : « Crie à pleine gorge, ne te retiens pas » (Is. 58, 1) ; ailleurs il est prescrit : « Si tu n’avertis pas le méchant de sa méchanceté, je demanderai son sang de ta main » (Ez., 3, 18). Je proclamerai donc par obligation qu’il faut nécessairement corriger, afin qu’on ne demande pas votre sang de ma main, afin que je ne sois pas accablé devant le juge redoutable, devant le juge juste et immuable. J’ouvre donc pour vous les entrailles de la piété paternelle, les entrailles de la miséricorde en partie parce qu’à cause de l’étendue et des dangers de la mer il ne vous est pas facile de venir jusqu’à nous, en partie parce que je ne veux pas reconnaître que le motif de la colère efface le motif de la douleur et du malheur, ce qui fait que je ne porterai pas de sentence sur cette affaire. Je vous avertis, je vous prescris par l’autorité apostolique que, de même que la puanteur de votre témérité et de votre méchanceté inouïe a troublé notre esprit d’une grande tristesse, de même, que les odeurs suaves de la correction et de la pénitence le tournent maintenant à la joie. Si vous ne le faisiez pas, je vous frapperai justement du glaive de l’anathème et je lancerai contre vous la malédiction de saint Pierre et la nôtre.

7Donné à Capoue, le XVII des calendes d’octobre, indiction XII.

8E. Caspar, Das Register Gregors VII, M.G.H., Epistolae selectae, II, p. 36-39.

Lettre de Grégoire VII à Cyriacus, évêque de Carthage (15 septembre 1073)

9Grégoire, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, à Cyriacus, évêque de Carthage, salut et bénédiction apostolique.

10Au vu de la lettre de ta fraternité au sujet des mauvais traitements qui t’ont été infligés par les païens et de pseudo-fils de ton Église, nous t’offrons notre fraternelle compassion. Nous comprenons que tu sois lassé d’un double combat, puisque tu souffres des embûches dissimulées des chrétiens et que, du fait de la persécution des Sarrasins, tu es poussé à perdre non seulement la subsistance nécessaire à la fragilité humaine, mais encore la foi elle-même. En effet, pour un prêtre, enfreindre la loi de Dieu sur l’ordre d’un pouvoir temporel n’est-il rien d’autre que renier sa foi ? Mais, grâce à Dieu, au milieu d’une nation mauvaise et perverse, la constance de ta foi s’est fait connaître à tous comme un astre, au point que, présenté à l’audience royale, tu as choisi de souffrir divers tourments, plutôt que de célébrer sur ordre du roi des ordinations contre les canons. Mais combien aurait été plus précieuse la confession de ta religion si, après les coups que tu as alors supportés, montrant leurs erreurs et prêchant la religion chrétienne, tu étais allé jusqu’à rendre l’âme. Bien que nous ne cherchions pas à ce que ta fraternité fasse preuve de telles ardeurs, et que pour rendre témoignage à la vérité elle aille jusqu’à subir la mutilation des membres, cependant, appelant toujours à des choses meilleures, nous exhortons ta dévotion à te montrer toujours prêt à ne pas être abattu par les tribulations, comme à te réjouir de la consolation du Seigneur. « Nombreuses sont les tribulations des justes, mais de toutes Dieu les délivre » (Ps. 33, 20). De cette manière, grâce à laquelle elle a grandi, la sainte Eglise se régénère, et les saints pères nous ont laissé cet héritage, à savoir que c’est par de nombreuses tribulations que nous entrerons dans le royaume des cieux. La bataille est rude, mais les récompenses sont infinies. En effet, « les souffrances de ce temps ne sont pas comparables à la gloire qui doit se révéler en nous » (Rom. 8, 18). En ce qui nous concerne, bien qu’absents de corps, nous sommes présents en esprit grâce aux consolations mutuelles des lettres, et chaque fois que l’opportunité le permet, nous pressons et prions assidûment Dieu tout puissant, pour qu’il daigne porter ses regards sur l’Église d’Afrique, à la peine depuis déjà longtemps et ébranlée par les flots de diverses perturbations, en disant avec le psalmiste : « Lève-toi, pourquoi dors-tu Seigneur ? Réveille-toi et ne nous rejette pas jusqu’à la fin. Pourquoi caches-tu ta face, oublies-tu notre misère et notre oppression ? » (Ps. 43, 23-24). Quant à nous, te montrant en tout, comme nous le devons, la compassion fraternelle, nous adressons notre lettre à ton clergé et à ton peuple, afin que, ayant renoncé à toute hostilité, tous te vénèrent comme père spirituel.

11Donné à Capoue le XVII des calendes d’octobre, indiction XII.

12Ibid., p. 39-40.

Lettre de Grégoire VII à Cyriacus, archevêque de Carthage (juin 1076)

13Grégoire, évêque, serviteurs des serviteurs de Dieu, à son cher fils dans le Christ Cyriacus, archevêque de Carthage, salut et bénédiction apostolique.

14Il est parvenu à nos oreilles que l’Afrique, qu’on dit être une des parties du monde, et qui autrefois, alors que la chrétienté y était florissante, était dirigée par un grand nombre d’évêques, se trouve dans un danger tel qu’elle n’a plus trois évêques pour procéder à une ordination épiscopale. Aussi, considérant le très grand péril pour la religion chrétienne, et compatissant de tout cœur au dur labeur de ceux, si peu nombreux, qui peinent dans un aussi grand champ, nous avons résolu que vous, c’est à dire toi et celui auquel nous avons récemment imposé les mains, vous choisissiez selon les constitutions des saints pères une personne que vous nous enverrez avec des lettres de recommandation, afin que, avec l’aide de Dieu, nous l’ordonnions et vous la renvoyons pour le besoin des églises ; ainsi, vous pourrez pourvoir aux ordinations des évêques, selon les prescriptions des saints canons, le peuple chrétien se réjouira chaque jour et fera des progrès sous la conduite pastorale, et le travail au dessus de vos forces qui vous accable, deviendra plus léger grâce à une administration en union avec vos collègues. Donné à Rome, au mois de juin, indiction XIIII.

15Ibid., p. 285.

16Trad. d’après Ch. Courtois, « Grégoire VII et l’Afrique du Nord. Remarques sur les communautés chrétiennes d’Afrique au XIe siècle », Revue Historique, t. CXCV, 1945, p. 217.

Lettre de Grégoire VII au clergé et au peuple de Bougie (mai 1076)

  • 1 Cette précision, portée par une autre main sur le manuscrit, est une erreur géographique manifeste (...)

17Grégoire, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu au clergé et au peuple de Bougie (c’est-à-dire Hippone1) en Mauritanie Sitifienne en Afrique, salut et bénédiction apostolique.

18Vous nous avez envoyé Servandus archevêque élu par vous pour être consacré ; conformément à votre demande, selon notre loi, la clémence divine y étant favorable, nous l’avons consacré, et nous vous l’avons renvoyé consacré et instruit avec soin, autant que le temps le permettait, de nos usages légaux. Nous vous demandons avec toute la dévotion d’une charité mutuelle, nous vous prions avec toute la révérence due à la religion chrétienne et vous avertissons avec une paternelle charité de le recevoir, et vous exhortons à lui manifester humblement l’obéissance due à la loi divine, afin que les peuples sarrasins, qui sont autour de vous, voyant la sincérité de votre foi, la pureté de la charité mutuelle régner entre vous ainsi que celle de l’amour fraternel, soient davantage conduits, à cause de vos actes, à rivaliser avec la foi chrétienne qu’à la condamner. Il est important, en effet, que, vous observant, ils glorifient votre Père, qui est aux cieux. Agissez donc, très chers fils, selon le précepte de notre Seigneur Jésus-Christ qui dit à ses apôtres : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Personne ne manifeste de plus grande charité que celui qui donne sa vie pour ses amis » (Jn 15, 12-13). L’apôtre Paul, maître et docteur des gentils, dit : « Si notre Seigneur Jésus-Christ a donné sa vie pour ses brebis et a donné son sang en rédemption pour la multitude, nous devons nous donner notre vie pour nos frères » (1 Tm. 2, 6). C’est pourquoi, très chers et très aimés frères, montrez-vous empressés envers le culte de la religion chrétienne, en sorte que, après la mer de cette vie, vous puissiez parvenir heureusement au port du repos perpétuel et de l’éternelle béatitude par notre seigneur et rédempteur Jésus-Christ, qui avec le Père et le SaintEsprit, vit et règne, Dieu, dans les siècles des siècles. Amen.

19Ibid., p. 286-287.

Lettre de Grégoire VII à al-Nâsir b. ‘Alannâs (juin-juillet ? 1076)

20Grégoire, évêque, serviteurs des serviteurs de Dieu, à Anazir, roi de la province de Mauritanie Sitifienne en Afrique.

21Ta noblesse nous a envoyé cette année une lettre pour que nous ordonnions évêque selon la loi chrétienne le prêtre Servandus. Ce que nous nous sommes empressé de faire, parce que ta demande paraissait juste et excellente. D’autre part, tu nous as envoyé des présents, et, par révérence pour le bienheureux Pierre prince des apôtres et par amour pour nous, tu as libéré des chrétiens qui étaient retenus prisonniers chez vous et tu as promis d’en libérer d’autres. C’est Dieu créateur de toutes choses, sans lequel nous ne pouvons rien faire ni même rien penser de bon, qui a insufflé cette bonté dans ton cœur : lui qui éclaire tout homme venant dans ce monde, il a éclairé ton esprit dans cette intention. Car Dieu tout puissant, qui veut que tous les hommes soient sauvés et qu’aucun ne périsse, n’apprécie rien tant en nous que, après l’amour envers lui, l’amour de notre prochain, et que l’on ne fasse pas à autrui ce que l’on ne voudrait pas qu’il nous fasse. Cette charité, nous et vous, nous nous la devons plus encore que nous la devons aux autres peuples, nous qui confessons et reconnaissons, bien que de façon différente, un seul Dieu, et qui le vénérons et le louons chaque jour comme créateur des siècles et gouverneur de ce monde. En effet, comme le dit l’apôtre : « Il est notre paix, lui qui des deux ne fait qu’un » (Eph. 2, 14).

22Plusieurs nobles Romains ayant appris par nous la grâce qui t’a été accordée par Dieu, admirent sans réserve ta bonté et tes vertus et ils les font connaître. Parmi eux, deux de nos familiers, Albericus et Cencius, élevés avec nous au palais romain depuis leur jeunesse ou presque, désirant fortement gagner ton amitié et ton affection, et te rendre service pour ce qu’il te plairait dans nos contrées, t’envoient des hommes à eux, afin que par eux tu comprennes combien ils te tiennent pour sage et noble, et combien ils peuvent et veulent te rendre service. Recommandant ces hommes à ta magnificence, nous te demandons de t’efforcer de faire preuve à leur égard, par amour pour nous et pour récompenser leur fidélité, de la même charité que celle dont nous désirons toujours faire montre vis à vis de toi et de tous les tiens. Dieu sait en effet que nous t’aimons sincèrement pour son honneur, que nous désirons ton salut et ta gloire dans la vie présente et future, et que nous demandons de cœur et de bouche que Dieu te conduise, après une longue vie, dans le sein de la béatitude du très saint patriarche Abraham.

23Ibid., p. 287-288.

24Trad. d’après Ch. Courtois, art. cit., p. 99-101.

Bibliographie

Bibliographie

Ch. Courtois, « Grégoire VII et l’Afrique du Nord. Remarques sur les communautés chrétiennes d’Afrique au XIe siècle », Revue Historique, t. CXCV, 1945, p. 97-122 et 193-226. — H.E.J. Cowdrey, Pope Gregory VII, 1073-1085, Oxford, 1998.— J. Cuoq, L’Église d’Afrique du Nord du IIe au XIIe siècle, Paris, 1984.— H.R. Idriss, Les Zirides, 2 vol., Paris-Alger, 1959-1962.— M. Talbi, « Le christianisme maghrébin de la conquête musulmane à sa disparition », Conversion and Continuity. Indigenous Christian Communities in Islamic Lands, VIIIth to XVIIIth Centuries, éd. M. Gerbers et R.J. Bikhari, Toronto, 1990, p. 313.

Notes

1 Cette précision, portée par une autre main sur le manuscrit, est une erreur géographique manifeste, Hippone étant l’ancien nom de Bône et non de Bougie (fondée en 1067). Serait-ce, comme le pense E. Caspar, l’éditeur du Registre, pour affirmer une sorte de rénovation de l’antique Eglise d’Afrique s’exprimant au travers du transfert du siège de l’illustre Augustin de Bône à Bougie ? Cf. les réserves de Ch. Courtois, art. cit., p. 207-208.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540