Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

8. Lettre du calife fatimide al-Hâfiz à Roger II (1137)

Texte intégral

1Le Subh al-A’shâ du secrétaire (kâtib) égyptien al-Qalqashandî (1355-1418), ouvrage en sept volumes consacré au métier de secrétaire et aux sciences théoriques et pratiques nécessaires à son exercice, présente, pour les historiens, le très grand intérêt d’inclure la transcription de nombreux documents, textes de diplômes et autres actes officiels, donnés à titre d’exemples, mais qui constituent une mine d’informations historiques d’autant plus importante que l’on ne possède pas d’archives musulmanes médiévales (en dehors des célèbres documents de la Geniza). Parmi ces documents figurent des lettres échangées avec d’autres souverrains. Celle qui nous intéresse ici est envoyée par le calife fatimide al-Hâfiz (1130-1149) au roi normand Roger II (1130-1154), en réponse à une missive de ce dernier, au lendemain de la destitution du vizir arménien chrétien Bahrâm, vizir militaire de 1135 à 1137, qui « porte curieusement les laqab-s de Sayf al-Islâm wa Tâdj al-Dawla, Sabre de l’islam et Couronne de la Dynastie » (Th. Bianquis). Il est remplacé par un officier musulman, Ridwân, appuyé par le mécontentement des soldats irrités par le recrutement massif d’Arméniens dans l’armée auquel s’était livré Bahram. Cette lettre a été donnée à connaître par l’arabisant Marias Canard.

2Vous nous avez fait part de votre conquête de l’île connue sous le nom de Djarba, à cause de l’hostilité qu’avaient manifestée ses habitants, parce qu’ils s’étaient détournés des voies et des sentiers du bien, parce qu’ils avaient audacieusement commis des actes d’oppression d’une nature telle qu’il n’était pas permis d’y rester indifférent, parce qu’ils étaient en pleine rébellion et se livraient à l’iniquité, parce qu’ils allaient trop loin dans l’égarement en rivalisant de mauvaise foi et d’excès et parce qu’ils ne comptaient plus sur un châtiment de leurs forfaits, voyant qu’il tardait à venir. Ceux qui sont dans une telle situation méritent que la miséricorde de Dieu s’éloigne d’eux, il est légitime que Dieu leur retire de façon croissante la sécurité qu’il leur accordait, de même qu’il est clair que nous devons donner la part la plus complète de notre attention aux gens de bien, qui suivent la voie de la droiture, qui visent au bon état moral de leurs affaires propres, qui ne contreviennent à leurs obligations ni en secret ni en public, leur octroyer le lot qui leur revient de nos égards, les mettre à l’abri de ce qui pourrait les troubler ou les inquiéter, chercher leur bonheur et leur joie, les préserver de toutes les vexations qui pourraient les atteindre et les protéger contre tout dommage qui pourrait leur arriver et tomber sur eux.

3Vous avez exprimé votre gratitude envers votre vizir, l’émir, soutien et appui de votre Etat, force et gloire de votre royaume, règle de l’autorité (nizâm alriyâsa), émir des émirs. A celui qui a été formé à votre école, qui a pris modèle sur votre nature et a été éduqué par vos méthodes, n’est pas refusée la réussite dans les desseins ; il n’est pas étonnant que le succès accompagne ses entreprises ; c’est une obligation pour lui de faire de son cœur le siège d’un loyal dévouement et de continuer pendant toute sa vie, soir et matin, de faire preuve d’une sincère fidélité.

4En ce qui concerne le vaisseau « La Fiancée » (al-‘Arûs), et l’arrivée de la lettre de son agent commercial (wakîl) qui mentionne la détermination qu’a prise le commandant de votre flotte de le garder et de le protéger, de veiller sur lui et d’en prendre soin, et de faire rendre ce qui a été pris sur lui avant qu’on eût connaissance qu’il naviguait pour le compte du dîwân privé du calife (bi’annahu djârin fi’al-dîwân al-khâss al-hâfizî), c’est une belle action dont l’origine remonte à vous, dont il convient qu’on la mentionne et qu’on la rapporte en vous l’attribuant. Elle montre que vos officiers connaissent votre pensée et la solidité des liens de l’amitié. Elle témoigne de votre désir de faire paraître cette amitié au grand jour dans des vêtements éclatants et renouvelés toutes les fois qu’elle prend de l’ancienneté. Cet acte qui découle de vos belles qualités n’est pas une innovation, car vous avez accumulé chez l’Emir des Croyants (par d’autres actes du même genre) un trésor qui est arrivé au plus glorieux endroit de séjour et au plus noble des lieux de dépôt. Aussi, soyez assuré que nos ordres ont été donnés à nos flottes victorieuses qui vous feront cueillir le fruit de ce que vous avez semé, et qui élèveront le phare de votre louange que vous avez fondé et appuyé sur la plus solide des bases ; nos instructions ont été données prescrivant de continuer à vous faire bénéficier des avantages durables d’un traitement de faveur dans ce qui est dû au diwân de ce qui est arrivé pour votre compte sur vos bateaux, ainsi que pour le compte de l’Emir soutien de votre dynastie et vizir, et des deux ambassadeurs arrivant, soit comme droits d’entrée (‘an haqq al-wurûd) dans la place maritime d’Alexandrie - que Dieu le Très Haut la protège !-, puis au Caire - que Dieu le Garde !-, soit comme droits de sortie (haqq as-sudûr), de ces deux villes. Tout ce qui vient de votre part est traité de cette façon.

5En ce qui concerne la gratitude que vous avez exprimée pour les captifs que l’Emir des Croyants a ordonné de remettre en liberté pour répondre à votre demande, et qu’il a prescrit de vous envoyer pour satisfaire à votre désir et à votre vœu, l’idée qui nous a inspiré est qu’ils seront marqués du signe distinctif d’être les affranchis de votre intercession, les esclaves de votre faveur. C’est une des preuves des belles pensées et des nobles intentions que nous nourrissons pour vous et un des témoignages montrant que nous avons pour vous des égards que nous n’avons pour aucun des rois chrétiens.

6En ce qui concerne votre demande de libérer celui dont la captivité a été renouvelée, et l’avis que vous nous avez fait parvenir que sa situation vous préoccupe, l’Emir des Croyants a accueilli votre intercession en y répondant conformément à ses habituelles dispositions généreuses et il vous a envoyé, en compagnie de votre ambassadeur, un homme dont le document garantit qu’il en vaut un grand nombre. Vous avez appris ce qu’il en était de Bahrâm et de son arrivée auprès du gouvernement fâtimide (que Dieu rende son empire éternel !) en fugitif chassé de son pays.

7Le calife continue l’exposé de l’affaire de Bahrâm en montrant comment il a été accueilli par le gouvernement du calife et comblé de bienfaits et comment il s’éleva dans la hiérarchie jusqu’à devenir, au gré des circonstances, vizir du calife. Mais c’est alors qu’il se laissa tenter par le démon qui lui suggéra des projets insolents. Correspondant par messages secrets avec les gens de sa nation, il en fit venir petit à petit un très grand nombre et réunit autour de lui 20.000 Arméniens, fantassins et cavaliers. Ces Arméniens ne firent que fortifier en lui une résolution qui provoqua le trouble dans les affaires et le mécontentement des troupes. C’est alors que le calife fit appel à Ridwân qui groupa une troupe nombreuse devant laquelle Bahrâm n’eut d’autre ressource que de fuir tandis que le vizirat était confié à Ridwân.

8Quand Bahrâm se fut mis à fuir sans relâche et que les troupes victorieuses eurent déployé toute leur ardeur à le poursuivre, quand les voies lui furent étroites et qu’il fut certain de sa perte quel que fût l’endroit où il se dirigerait, il eut recours aux sentiments nobles et généreux de la dynastie et demanda pour lui l’amân qui le sauvât de la ruine. Il a été enveloppé du manteau de la miséricorde, un sauf-conduit a été rédigé pour lui et la faveur lui a été rendue. Il s’est mis en liaison avec les hommes de l’armée victorieuse et il est revenu à un heureux sort après avoir été privé des chances abondantes qu’il possédait.

9Trad. M. Canard, « Une lettre du calife fatimite al-Hâfiz (524 - 544/1130 – 1149) à Roger II », dans Atti del Convegno Internazionale di Studi Ruggeriani, I, Palerme, 1955, p. 125 - 146.

Bibliographie

Bibliographie :

C. Cahen, Orient et Occident au temps des Croisades, Paris, 1983. — H. Wieruszowski, « The Norman Kingdom of Sicily and the Crusades », dans K. M. Setton, A History of the Crusades, vol. II : The later Crusades, 1189-1311, MadisonLondres, 1969, p. 3-42 (pour la politique normande en Méditerranée en général).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site