Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

7. Les chrétiens à Alep sous les Mirdâssides (vers 1029)

Texte intégral

1Ce texte rapporte un cas concret relatif à la situation des chrétiens orientaux sous l’un des pouvoirs qui se partagent au XIe siècle la Syrie musulmane. Les Mirdâssides, arabes kilâbites d’origine bédouine, constituent, grâce à l’excellence de leur cavalerie, une dynastie qui règne à Alep de 1023 à 1079. Sâlih b. Mirdâs Asad al-Dawla, le premier de ces princes, accède au pouvoir à la faveur de la forte agitation des tribus arabes de Syrie dans la seconde décennie du XIe siècle ; il gouverne la ville de 1023 à 1029. Les Mirdâssides souhaitent avant tout préserver leur indépendance, et jouent de la rivalité entre les Byzantins avec lesquels ils renouvellent le traité douanier conclu sous leurs prédecesseurs hamdânides, et les Fâtimides, chî’ites comme eux. Lorsqu’en 1032 a lieu à Constantinople la réunion diplomatique destinée à établir la paix en Syrie du Nord, les envoyés du mirdâsside Shibl al-Dawla Nasr b. Salîh (1029-1038) proposent de placer Alep dans la vassalité byzantine, ce qui est absolument refusé par les Fâtimides. Les rapports des pouvoirs arabes de Syrie du Nord avec les chrétiens locaux, qui composent une partie importante de la population, sont en général bons. On cite souvent la lettre écrite par le premier émir munqidhite de Shayzar, Abû l-Hasan ‘Alî b. Munqidh, grand-père d’Usâma, l’auteur de sa célèbre autobiographie traduite par A. Miquel sous le titre Les enseignements de la vie, où il se glorifie d’avoir fait coexister en bonne harmonie sous son pouvoir, chrétiens et musulmans, dans la petite seigneurie qu’il avait soustraite à l’autorité des gouverneurs byzantins d’Antioche en 1082 (« je mêlai leurs porcs avec mes troupeaux et le son de la simandre avec les voix des muezzins »). C’est un autre épisode de cette coexistence antérieure aux croisades qui est présenté ici. On notera cependant que l’auteur musulman, le chroniqueur alépin Kamâl al-Dîn Ibn al-‘Adim (1193-1262), dans sa Zubdat al-Halab, qui est un abrégé chronologique de sa grande histoire biographique d’Alep (Bughyat al-talab fî tâ’rîkh Halab), note les réactions hostiles de la population musulmane à l’action du vizir chrétien.

2Le cadi d’Alep à l’époque de Sâlih b. Mirdâs était Abu Ya‘lâ ‘Abd al-Mun‘im b. ‘Abd al-Karîm Ibn Sinân, appelé « le cadi noir ». Il avait succédé à Abu Usâma, assurant la fonction de cadi d’Alep à partir de 410, il demeura cadi sous le règne de Shibl al-dawla, le fils de Sâlih.

3Sâlih avait comme vizir Tâdhrus (Théodore) b. al-Hasan al-Nasranî (le chrétien). Ce chrétien était tout puissant auprès de Sâlih ; il était maître du calame et du sabre (il avait à la fois une charge civile et militaire).

4On rapporte que les gouverneurs et les cadis devaient mettre pied à terre quand ils croisaient celui-ci, qu’Allâh le maudisse, cela s’appliquait aussi à ceux qui étaient de moindre rang, seule exception le cadi Abû Ya’lâ ‘Abd al-Mun‘im b. ‘Abd al-Karîm Ibn Sinân, cadi d’Alep et le shaykh Abû 1-Hasan alMuhadhdhab b ‘Alî b. al-Muhadhdhab. En effet, il avait tenté de forcer ce dernier de mettre pied à terre pour lui mais celui-ci avait juré de ne jamais le faire.

5On rapporte que la population de Hâs, un village dépendant de Ma’arrat alNu‘mân, avait tué un de ses parents qu’on appelait al-Khûrî (ou al-Khûzî), du village de Tall Mannas, parce que celui-ci leur avait causé du tort. Quand Tâdhrus apprit que son parent (ou son beau père) al-Khûrî avait été tué, il sortit d’Alep à la tête de l’armée, poursuivant les habitants de Hâs dans les hameaux et dans les montagnes. Les meurtriers avaient pris la fuite vers Apamée où il les retrouva et le gouverneur de la ville les lui livra.

  • 1 Au XIe siècle, dans la plupart des régimes musulmans, sauf sur le champ de bataille, la décision d (...)

6Il envoya un message à Sâlih lui demandant l’autorisation de les mettre à mort1. Ayant reçu cette autorisation, il les fit exécuter et il cloua leurs corps au gibet. Lorsqu’on les descendit des bois de justice, pour prier sur leurs corps et les ensevelir, une foule immense vint prier.

7Alors, les gens, pleins de rancune contre les chrétiens, dirent :

8« Nous avons vu au-dessus des défunts des oiseaux blancs, ce n’était autre chose que des anges ! »

  • 2 La scène se passe à Ma’arrat al-Nu‘mân, voir plus bas.
  • 3 Mâkhûr, signifie à la fois cabaret et lieu de débauche, bordel. Seuls, les chrétiens avaient droit (...)

9Il advint qu’une femme vint crier dans la grande mosquée2, c’était un vendredi, elle affirmait que le maître du cabaret3 avait voulu abuser d’elle. Tous ceux qui étaient dans la mosquée sortirent, à l’exception du cadi et des mashâyikh, et ils détruisirent le cabaret, emportant les éléments de bois |[qui en constituaient l’armature]. Asad al-Dawla Sâlih se trouvait alors à Sayda, c’était en 417.

10Quand il revint à Alep en 418, Tâdhrus n’eut de cesse que d’obtenir de lui l’arrestation des mashâyikh de Ma’arra et des autres notables. Quarante hommes furent incarcérés. On leur imposa une amende de 1000 dînârs. Quand Tâdhrus continua à réclamer [un châtiment] auprès de Sâlih, celui-ci lui répondit :

  • 4 Abû l-‘Alâ 1-Ma‘arrî, poète syrien aveugle, modèle incontesté dans la maîtrise de la langue arabe (...)

11« Vais-je tuer al-Muhadhdhab et Abû 1-Majd à cause d’un cabaret ? Je ne le ferai pas ! » On m’a rapporté qu’on implora [Allâh] en faveur des prisonniers jusqu’à Âmid et à Mayyâfâriqîn mais Tâdhrus l’emportait dans l’esprit [de Sâlih], Ils demeurèrent incarcérés dans la citadelle soixante-dix jours jusqu’au moment où Sâlih, passant par Ma’arra, fit convoquer Abû l-‘Alâ b. Sulaymân4 à l’extérieur de la cité. (Le poète réclama en vers leur liberté et le prince d’Alep lui fit don des prisonniers)

12Ibn Al-‘Adim, Al-Zubda, édition Dahhân, tome 1, Damas 1951, p. 232 et sq.

Notes

1 Au XIe siècle, dans la plupart des régimes musulmans, sauf sur le champ de bataille, la décision d’exécution capitale n’était pas déléguée aux gouverneurs locaux ou aux généraux qui devaient toujours en référer à la décision personnelle du souverain.

2 La scène se passe à Ma’arrat al-Nu‘mân, voir plus bas.

3 Mâkhûr, signifie à la fois cabaret et lieu de débauche, bordel. Seuls, les chrétiens avaient droit de vendre du vin dans l’Orient musulman ; ils y joignaient parfois le commerce des femmes.

4 Abû l-‘Alâ 1-Ma‘arrî, poète syrien aveugle, modèle incontesté dans la maîtrise de la langue arabe et de la pensée critique dans le domaine religieux.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site