Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

6. Les habitants de Tudela tentent de s’opposer au passage du comte de Castille Sancho Garcia en 1016

Texte intégral

1L’épisode suivant, relaté par Ibn Hayyân dans son ouvrage perdu sur son époque, le Matin, et reproduit dans la Dhakhîra d’Ibn Bassâm (XIIe siècle), est assez connu, mais on donne rarement la totalité du texte, qui présente l’intérêt de montrer, d’après un témoin oculaire, le peu de conscience qu’avaient à cette date les habitants d’une cité pourtant fontalière des capacités militaires des chrétiens, et de fournir un portrait de prince chrétien vu par un notable musulman. Sancho Garcia de Castille est le petit-fils du fondateur de la Castille indépendante, Fernán Gonzalez, et il règne de 995 à 1017. Peu avant sa mort, sa fille Sancha épouse l’héritier du comté de Barcelone, Bérenger Raymond, fils du comte Raymond Borell 9921018). - (Ce mariage souvent évoqué dans l’histoire de cette époque, et qui frappa les contemporains, eut lieu dans la capitale musulmane de Saragosse, peut-être à l’instigation, et en tout cas avec l’accord intéressé et la participation active du premier émir Tudjîbide de la capitale de la vallée de l’Ebre, Mundhir Ier (1010-1023) dont le pouvoir s’affirme alors en une première taifa politiquement autonome de la vallée de l’Ebre, au moment où le pouvoir central califal se désorganise à Cordoue depuis la « révolution » de 1009. Le but de l’émir de Saragosse est de constituer une alliance avec la Castille et Barcelone capable de s’opposer à la pression qu’exerce sur lui le roi de Navarre Sanche (III) Garcés (ou Garcia) le Grand, également mentionné avec admiration par l’auteur musulman. Le gouverneur de Tudela mentionné dans le texte, Sulaymân b. Hûd, deviendra une vingtaine d’années plus tard (1039) le premier souverain de la dynastie hûdide, qui substituera alors Saragosse aux Tudjîbides discrédités.

  • 1 Wa kâna min wudjûh man kharadja ‘an-nâ’ayyâm al-fitna : on pourrait comprendre aussi : « il faisai (...)

2Ibn Hayyân dit : le kâtib Abu Umayya b. Hâshim al-Qurtubî - il faisait partie de ceux qui avaient abandonné notre parti à l’époque de la fitna1 pour s’installer dans la marche de Tudela et je n’ai pas vu parmi les grandes familles de personnalité d’un mérite comparable - m’a raconté ce qui suit : le comte Sancho b. Garcia seigneur (sâhib) de Castille passa devant les portes de Tudela au début du gouvernement du hâdjib Mundhir. C’était alors son ami Sulaymân b. Hûd qui nous gouvernait en son nom. (Le comte) se dirigeait vers les confins de la Marche supérieure pour y rencontrer le comte Raymond, seigneur (sâhib) de Barcelone afin d’y conclure une alliance matrimoniale entre eux, la fiancée étant du côté de Sancho. Notre gouverneur Mundhir était au courant de son entrée dans notre territoire, et avait obtenu la garantie de ce que son armée s’abstiendrait de nous faire aucun mal. Mais les gens de Tudela, qui jouissaient à l’époque d’une condition de grande puissance, désapprouvèrent cela et décidèrent de désobéir à leur émir Mundhir pour lui éviter le déhonneur (de recevoir le comte). Cela fut rapporté au tyran Sancho qui, lorsqu’il approcha de la ville, envoya des messagers pour convoquer une commission de ses notables avec qui il discuterait sur sa route.

3Abû Umayya poursuivit : j’étais parmi ceux qui vinrent alors à son campement, dont j’estimais l’effectif de cavaliers et de fantassins à environ six mille hommes, sans qu’il ait rassemblé le gros de son armée. Nous arrivâmes à son pavillon ; il était assis sur son siège seigneurial, vêtu à la façon des musulmans. Il avait la tête découverte, était chauve, d’âge mûr sans être encore vieux. Il avait le teint brun et belle allure. Il nous parla de belle et agréable façon, nous exposant le motif de son voyage et faisant mention de l’alliance mutuelle par laquelle notre gouvernant (wâlî-nâ) l’avait distingué. Nous l’informâmes de la grave contrariété de ceux que nous représentions et de leur décision d’engager le combat. Il nous en dissuada, évoquant les maux de la guerre. Nous le quittâmes et rapportâmes ses paroles à nos mandants ; mais l’ensemble des gens du peuple ne les agréa pas, et la présomption les poussa à faire une sortie vers les chariots qui étaient à l’arrière chargés des provisions de son armée afin de les piller, en opposition avec les notabilités de la ville. Quand cela lui fut rapporté, il envoya quelque cinq cents de ses cavaliers qui surgirent devant les gens, les assaillant. Tous les habitants de la ville sortirent alors pour les repousser, mais une partie de ces cinq cents hommes les attaqua, et les gens tournèrent le dos et prirent la fuite, se précipitant pour s’engouffrer dans la porte de la ville.

4Je n’ai jamais vu parmi les chrétiens à cette époque des gens comme ceux de Sancho, ni parmi les tyrans de roi que je puisse mettre à son niveau quant à son maintien grave et équilibré pendant les audiences, à la virilité, à la finesse, à la perfection des connaissances, à l’expressivité dans ses paroles, sauf son parent par alliance et homonyme Sancho b. Garcia, seigneur des Basques, qui détint seul le pouvoir après lui et qui était semblable à lui, que Dieu disperse leur faction !

5Ibn Bassam, Al-Dhakîrafî mahâsin ahl al-Djazîra, I/1, Le Caire, 1939, pp. 154-155. (d’après la trad. esp. M.J. Viguera, revue pour la version française par B. Soravia).

Bibliographie

Bibliographie

Reinhart Dozy, Recherches sur l’histoire et la littérature de l’Espagne pendant le Moyen Age, 3e éd., Leyde, 1881, réimpr. Amsterdam, 1965. — Juan A. Souto et Maria Jésus Viguera, « Aportación al estudio de una madîna andalusí de frontera : Tudela », Frontières et espaces pyrénéens au Moyen Age, Ph. Sénac coord., Perpignan, 1992, p. 95-127. — Afif Turk, El Reino de Zaragoza en el siglo XI de Cristo (V de la Hégira), Madrid, 1978. — María Jesús Viguera, Aragon musulman, Saragosse, 1981.

Notes

1 Wa kâna min wudjûh man kharadja ‘an-nâ’ayyâm al-fitna : on pourrait comprendre aussi : « il faisait partie des notabilités qui nous avaient quittés à l’époque de la fitna ». B. Soravia propose plutôt la première traduction plus conforme au vocabulaire habituel d’Ibn Hayyân, et à sa forte réprobation de la fitna dans la communauté cordouane lors de la crise des années 1009-1031.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540