Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

5. Tentative manquée de conquête de la Sardaigne par Mudjâhid de Denia (1015)

Texte intégral

1Après la « Révolution de Cordoue » de 1009, avec la déstabilisation et l’affaiblissement du pouvoir califien, s’organisent des centres de pouvoir local de plus en plus indépendants. L’un des plus dynamiques est Denia, que gouverne un affranchi des Amirides, Mudjâhid (al-Amîrî). Personnage cultivé et ambitieux, il mène une politique très active à la fois dans le domaine religieux et culturel - en promouvant certaines disciplines comme la lecture coranique, et du point de vue politico-militaire. S’en étant fait donner mission par le calife éphémère qu’il a fait proclamer à Denia, il engage la conquête de la Sardaigne, sans doute appuyée sur les moyens navals existant depuis le début du IXe siècle sur la côte méditerranéenne d’al-Andalus. Mais depuis le début du siècle les villes italiennes du nord, Pise et Gênes sur la côte tyrrhénienne, font preuve d’une capacité de défense, puis d’agressivité, toute nouvelle, première manifestation du dynamisme des pays latins, et l’entreprise de Mudjâhid échoue assez piteusement. C’est la dernière entreprise musulmane d’envergure en Méditerranée occidentale. On reproduit ci-dessous quelques sources arabes et latines rapportant l’événement.

  • 1 M. Amari, Biblioteca arabo-sicula, Leipzig 1857-87, ch. XXXV, an. 92, p. 91-92, et Tornberg, t. 9, (...)

2IBN AL-ATHÎR, Al-Kâmil fi l-ta’rîkh1 (1160-1233).

3[92 H]

  • 2 L’archonte ou juge de Cagliari Salusio mentionné sur l’inscription funéraire de S. Antiochio, Cf. (...)

4En l’an 406 [21 juin 1015-9 juin 1016] Mudjâhid al-‘Âmirî, prince de Dénia, parti de cette cité avec 120 navires, assaillit la Sardaigne et la conquit ; il tua Malut2 et emmena en captivité les femmes et les enfants. Les rois des Rûm ayant appris cela, s’unirent contre lui et, partant du continent avec une puissante armée, s’y rendirent |en Sardaigne] et s’attaquèrent aux musulmans. Ceux-ci furent défaits et chassés de l’île de Sardaigne. Certains de leurs navires furent pris, et faits prisonniers un frère de Mudjâhid et son fils ‘Ali b. Mudjâhid. Les autres rentrèrent à Dénia. Il ne se produisit plus d’attaques en Sardaigne.

5[407 H]

6Dénia et Algésiras étaient aux mains d’al-Muwaffaq b. al-Husayn [Abû lDjaysh] Mudjahîd alʻÂmirî. Venu de Cordoue auprès de lui, le jurisconsulte Abu Muhammad ‘Abd Allâh al-Mu‘aytî avec beaucoup de gens, Mudjâhid en fit une sorte de calife qui agissait selon sa volonté et lui prêta serment [de fidélité] le 2 du mois de djumâdâ 405 [27 nov. - 25 déc. 1014]. Après cinq mois à peu près que celui-ci se trouvait à Dénia avec Mudjâhid et ses partisans, il se rendit avec lui dans les îles de Majorque, de Minorque et d’Ibiza. Puis Allâh al-Mu‘aytî envoya Mudjâhid en Sardaigne avec 120 navires grands et petits et avec 1000 chevaux. Mudjâhid conquit la Sardaigne le 1er du mois de rabî 406 [19 août - 17 sept. 1015] ; il y fit un grand massacre de chrétiens et de nombreux prisonniers. Mais à la fin de la même année, débarqués contre lui du continent, les Francs et les Rûm le chassèrent de Sardaigne et il s’en retourna en Espagne. Entretemps alMu‘aytî était mort. Al Mudjâhid se jeta dans les guerres civiles d’Espagne tant qu’il vécut. A sa mort lui succéda son fils Ibn Mudjâhid (...).

  • 3 F. Codera et J. Ribera, Bibliotheca arabico-hispanica, Madrid, t. 3, 1885.

7AD-DHABBÎ, Bughyat al-multamis3 (m. en 1203).

8Al-Mudjâhid partit des îles orientales de l’Espagne, îles vastes et fertiles, qu’il occupa et tint fortement. De celles-ci, ensuite, avec une flotte, il assaillit la Sardaigne, grande île des Rûm, en l’an 406 ou 407 (juin 1015 - mai 1017] ; il occupa la plus grande partie de cette île et en prit les forteresses. Mais ses soldats s’étant rebellés et des renforts de Rûm approchant, il se préparait à abandonner la Sardaigne, soucieux de réprimer ceux qui [en Espagne] conspiraient contre lui, quand les Rum l’attaquèrent et lui prirent la plupart de ses navires (...).

  • 4 C. Levi-Provençal, La péninsule ibérique au Moyen Age d’après le Kitâb al-mi’târ fî khabar al-aqtâ (...)

9AL-HIMYARÎ, Al-Rawd al-mi‘târ fî khabar al-aqtâr4 (XIVe s.).

10En 409 [21 mai 1018 - 8 mai 1019] Abu al Djaysh Mudjâhid al-‘Amiri, surnommé Al-Muwaffaq débarqua dans l’île et en occupa la plus grande partie. Il s’y établit et restaura une de ses anciennes cités. Mais lui et les musulmans, après qu’ils furent frappés de disette et de maladies, abandonnèrent l’île en 416 [4 mars 1025 - 20 fév. 1026]. Les Rum détruisirent ensuite sa ville, qui aujourd’hui est à l’état de ruines.

  • 5 Ed. Le Caire, 1867, vol. IV, p. 164.

11IBN-KHALDÛN, Kitab al-Ibar5 (1332-1406).

12Mudjâhid avait porté la guerre en Sardaigne, assujetti l’île et en avait chassé les chrétiens, lesquels firent prisonniers son fils, qui lui fut rendu après quelque temps.

  • 6 Ed. Bonaini, Archivio Storico Italiano VI/2, p. 1-72. Maragone a utilisé le Chronicon pisanum seu (...)

13BERNARDO MARAGONE, Vetus chronicon Pisanum6.

14MXVI. Pisans et Génois firent la guerre à al-Mudjâhid en Sardaigne et grâce à Dieu le vainquirent.

15MXVII. Al-Mudjâhid retourna en Sardaigne et y édifia une ville, en y emmurant vivants des Sardes. Alors Pisans et Génois arrivèrent et il s’enfuit en Afrique. Pisans et Génois revinrent à Torres et là les Pisans vainquirent les Génois qui s’étaient dressés contre eux et les expulsèrent de Sardaigne.

  • 7 Ughelli, Italia sacra, Rome, 1647, I, p. 198 et 205.

16ANONYME Annales rerum Pisanorum7.

171015. Pisans et Génois se partagèrent la Sardaigne.

181016. Le roi Mudjâhid et les Sarrasins retournèrent en Sardaigne et la même année Pisans et Génois la récupérèrent.

  • 8 Id.., III, p. 884.

19ANONYME Chronicon breve Pisanum ab anno 1004 usque ad annum 11788.

201017 (style pisan). Le pape Benoît [VIII] envoya à Pise son légat le cardinal d’Ostie pour exhorter les Pisans à expulser le roi Mudjâhid de Sardaigne. Rome conféra à la cité de Pise l’étendard de saint Pierre et lui concéda le privilège sur toute l’île, ce qu’acceptèrent les consuls et l’évêque Lamberto.

211020 (style pisan). Mudjâhid reçut castrum Johannis qui dépendait de l’évéché de Milan. La même année Mudjâhid retourna en Sardaigne ; Pisans et Génois s’y rendirent, le mirent en fuite et s’emparèrent du trésor qu’il portait avec lui qui fut remis aux Génois. Les musulmans ne se risquèrent plus à venir.

221050 (style pisan). Le roi Mudjâhid avec une grande armée retourna en Sardaigne, y édifia des cités et s’y fit couronner. Les Pisans portant l’étendard de saint Pierre envahirent le royaume, s’emparèrent de toute la terre et donnèrent la couronne à l’empereur. Rome concéda à Pise toute l’île.

  • 9 Ed. Banti, Fonti per la storia d’Italia, XCIX, Rome 1963.

23RANIERI SARDO, Cronaca di Pisa9 (1320/24-1399).

24En 1017 (style pisan.), au temps de Lamberto archevêque de Pise, la Sardaigne fut assiégée. Le pape envoya à Pise le cardinal d’Ostie prêcher la croisade en Sardaigne contre les Sarrasins. L’évêque et la Commune de Pise s’engagèrent dans l’entreprise. Ils reçurent l’étendard vermillon, comme pour dire « va et venge la mort du Christ ! » La Sardaigne leur fut concédée et ils s’y rendirent et firent de grands dégâts.

25En 1022 (style pisan), le roi Mudjâhid se mit en route vers la Sardaigne, [prit la couronne du roi] et en chassa les Pisans qui s’y trouvaient. Les Pisans s’allièrent aux Génois pour conquérir la Sardaigne, s’y rendirent, la prirent par force et la soumirent au saccage. Ils se mirent d’accord pour qu’aux Génois revienne le butin et aux Pisans la terre.

26En 1050 (style pisan), le roi Mudjâhid s’empara de la Sardaigne et y édifia des villes et de nombreuses forteresses. Par la volonté du siège romain, qui leur en accorda le privilège, les Pisans prirent la mer avec une flotte pour se rendre à nouveau en Sardaigne mais la fortune les mena en Corse où ils durent s’abriter du mauvais temps. Le roi Mudjâhid apprenant leur venue, mit le feu à toute l’île et partit en Afrique (Barbaria). Les Pisans s’emparèrent de la Corse et la donnèrent à leur évêque, et reprirent la Sardaigne et y érigèrent de grandes forteresses.

Bibliographie

Bibliographie

Enrico Besta, La Sardegna Medievale, (Palerme 1908-1909), Bologne, 1966, 2 vol. — Alberto Boscolo, « Le incursioni arabe in Sardegna nel Medioevo », Atti della settimana internazionale di studi mediterranei medievali e moderni, Milan, 1980, p. 13-23. — Francisco Codera, « Moche’hid, conquistador de Cerdeña », Centenario della nascità di Michele Aman, t. 2, Palerme, 1910, p. 115-133. — Ambrosio Huici Miranda, Historia musulmana de Valencia y su región, t. 3, Valence, 1970, — Maria Jesús Rubiera Mata, La taifa de Denia, Alicante, 1985. — Jean-Michel Poisson, « Menaces extérieures et mise en défense des zones côtières de la Sardaigne pendant le haut Moyen Age », Castrum 3, Guerre, fortification et habitat dans les pays méditerranéens au Moyen Age, Rome-Madrid, 1987, p. 49-58.

Notes

1 M. Amari, Biblioteca arabo-sicula, Leipzig 1857-87, ch. XXXV, an. 92, p. 91-92, et Tornberg, t. 9, Beyrouth, 1963.

2 L’archonte ou juge de Cagliari Salusio mentionné sur l’inscription funéraire de S. Antiochio, Cf. T. Casini, Le iscrizioni sarde neI Medioevo, ASSI 1905, p. 302-380.

3 F. Codera et J. Ribera, Bibliotheca arabico-hispanica, Madrid, t. 3, 1885.

4 C. Levi-Provençal, La péninsule ibérique au Moyen Age d’après le Kitâb al-mi’târ fî khabar al-aqtâr d’Ibn ‘Abd-Mun‘ im al-Himyari. Texte arabe des notices..., Leiden, 1938.

5 Ed. Le Caire, 1867, vol. IV, p. 164.

6 Ed. Bonaini, Archivio Storico Italiano VI/2, p. 1-72. Maragone a utilisé le Chronicon pisanum seu fragmentum auctoris incerti (Ed. M. Lupo Gentile, Rerum Italicarum Scriptores VI/2, Bologne 1936, p. 99-103.)

7 Ughelli, Italia sacra, Rome, 1647, I, p. 198 et 205.

8 Id.., III, p. 884.

9 Ed. Banti, Fonti per la storia d’Italia, XCIX, Rome 1963.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site