Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

4. Effets de la chute du califat de Cordoue en Catalogne d’après une charte de Guitard abbé de Sant Cugat (26 juillet 1012)

Texte intégral

1Ce préambule d’un document catalan de 1012 montre à l’évidence le sentiment de soulagement éprouvé par les habitants du comté de Barcelone lorsque la crise du califat de Cordoue, commencée en 1009, allège la pression que les forces de ce dernier exerçaient sur sa frontière méridionale. Sous les comtes Raimond Borrell III de Barcelone (993-1018) et Ermengaud ou Armengol d’Urgel, son frère, les Catalans sont intervenus à Cordoue en 1010, alliés au parti du gouverneur de la Marche de Medinaceli, l’esclavon Wadîh, et du calife Muhammad al-Mahdî (1009-1010), contre le prétendant au califat Sulaymân al-Musta‘în qui s’était emparé de la capitale avec l’aide des Castillans en novembre 1009. Le monastère de Sant Cugat, qui se trouve dans la dépression intérieure du Vallés, à une dizaine de kilomètres de la ville de Barcelone, possédait des biens importants dans les vastes territoires de la marche méridionale du comté.

2Au nom de la sainte et perpétuelle Trinité. Guitard, par la grâce de Dieu, abbé de Sant Cugat d’Octavianum et mes frères moines du même monastère. Nous faisons savoir à tous ceux qui servent la foi chrétienne que nous avons trouvé un petit domaine redevenu depuis longtemps un désert, que le seigneur roi Louis, fils de l’empereur Charles avait donné par précepte audit monastère, quand il libéra la cité de Barcelone du désordre néfaste des Sarrasins.

3Par la suite, ce bien demeura inculte, sans habitant, sans cultivateur et sans le son d’aucune voix humaine, parce qu’il fut gravement exposé à l’incursion de gens dépravés et que la multitude tout à fait détestable des Ismaélites, par une opposition aussi tenace qu’ininterrompue avait, avec ses troupes, mené batailles et combats contre les fortifications et les châteaux (castella) des marches de Barcelone, où ils avaient pénétré, comme nous l’avons dit plus haut et qu’ils tenaient. Ainsi, pendant plus de trois cents ans, ce lieu ne fut bon qu’à la pâture des onagres, des cerfs et autres animaux sauvages.

4Il se trouve situé à l’extrémité des limites des marches de la cité de Barcelone, au couchant, au delà des frontières du territoire du castrum d’Olerdola, dans la marche ultime à laquelle on donne le nom ancien de Santa Oliva. Ses limites commencent à la villa Domegno, se poursuivent jusqu’à un profond gouffre marin (?), puis les étangs propices à la pêche. A la latitude de la guardia de Bagnarias, elles obliquent jusqu’à la villa Thomabuis et au territoire du castrum de Fontrubi et Montagut, et à Pignana. Ces limites sont celles déterminées anciennement dans le précepte du susdit prince de France et confirmées par un privilège apostolique.

5La férocité et la violence des païens l’ont emporté durant de très nombreuses années dans les provinces des chrétiens et y ont détruit les nombreuses fortifications, jusqu’à ce que Dieu ait donné la victoire aux chrétiens par la main des deux comtes Raymond et son frère Ermengol qui, guidés par la main de Dieu, taillèrent en pièces leurs forces en combattant, entrèrent audacieusement à Cordoue, livrèrent combat de façon louable [devant Cordoue], mirent en fuite, par le consentement de Dieu, tous les Sarrasins et les barbares, et remirent sur le trône le roi musulman qui s’était réfugié auprès d’eux. Alors Dieu donna la liberté aux chrétiens, qui purent parcourir en paix les dites marches, y reconstruisant les nombreuses forteresses jadis détruites du fait de la prépondérance des païens.

6C’est à ce moment qu’y alla un certain Hisnabertus, de noble origine, envoyé par Dieu et par saint Cugat, qui s’intéressa à ce lieu et nous le demanda pour l’habiter. Il y vint avec toute sa familia et ses paysans, avec des bœufs, des vaches, des chevaux et des troupeaux, et construisit dans ses lieux une tour solide en chaux et en pierre de bonne fabrication, faisant de grandes dépenses en or, en argent, en pain, viande et vin pour l’édification de cette tour de quinze coudées de haut, et établissant autour des colons de diverses origines pour qu’ils habitent à cet endroit.

7[Le monastère confirme ces biens, avec les oblations, prémices, dons des fidèles à l’église de Santa Oliva, et les deux tiers des dîmes, ne retenant pour lui que le tiers des dîmes et la laboratio qu’il pourra entretenir en ce lieu]

8Texte latin dans Cartulario de Sant Cugat del Vallès, éd. José Rius Serra, II, Barcelone, 1946, document no 449.

Bibliographie

Bibliographie

Pierre Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une société, tome 1, Toulouse, 1975. - Evariste Levi-Provencal, Histoire de l’Espagne musulmane, tome 2 : Le califat umayyade de Cordoue, Paris, 1950 (nouvelle édition 1999).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540