Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

3. L’architecture « mozarabe » (milieu xe siècle-fin xe siècle)

Texte intégral

1En péninsule ibérique la rencontre des cultures latine et arabe donne naissance à deux créations artistiques syncrétiques puissamment originales, désignées respectivement sous le nom de « mozarabe » et de « mudéjar », bien qu’elles ne soient pas l’expression directe des chrétiens arabisés ou des communautés musulmanes installées en terre chrétienne après la reconquête.

2Des constructions des chrétiens arabisés d’al-Andalus, nous ne savons pratiquement rien parce que les dynasties maghrébines détruisirent les quelques églises qu’ils avaient élevées. Pour la première fois en 1919, un historien de l’art espagnol, M. Gómez Moreno, qualifia aussi de « mozarabes » les monastères construits essentiellement entre les années 850 et 950 dans les régions de repeuplement situées entre la cordillère cantabrique et le Duero, parce que, selon lui, ces édifices avaient été bâtis par des moines émigrés de Cordoue qui introduisirent des formes constructives et décoratives musulmanes. Cette thèse a été fortement nuancée depuis et désormais deux courants historiographiques s’opposent. Le premier, traditionnel, dominant hors de la péninsule et dont l’un des représentants les plus marquant est Jacques Fontaine, continue à baptiser « mozarabe » l’art de cette période. Le second récuse le terme, « simplificateur et équivoque» à ses yeux, et lui substitue ceux d’« art du repeuplement » (I. Bango), d’« art préroman » (X. Barrai) ou encore d’« art post wisigothique » (P. de Palol). Les tenants de ce courant arguent du fait que certaines de ces constructions ont été élevées par des chrétiens émigrés non d’al-Andalus mais des pays chrétiens du Nord, que la planimétrie et la volumétrie ainsi que l’arc outrepassé s’inscrivent dans la tradition wisigothique et que les emprunts, au demeurant controversés, à l’art de Cordoue ne définissent pas un style à eux seuls. Pour eux, ces églises ne seraient que la traduction artistique du « néo-gothicisme » qui caractérise alors la monarchie et la culture du royaume asturo-léonais.

3Le langage architectural de ces édifices se distingue de celui des autres styles antérieurs et postérieurs. Vue de l’extérieur, l’église « mozarabe » donne l’impression d’un conglomérat de volumes rectangulaires purs, aux formes cubiques et aux faces planes, où le seul jeu esthétique est architectural. Toute forme courbe et décoration sont bannies, à l’exception des ondulations des modillons « à copeaux » qui supportent les corniches, et dans lesquels sont taillés des marguerites à six pétales et des soleils en hélices. Les murs, en appareil irrégulier, sont liés par du mortier de chaux. Ces églises ne se distinguent les unes des autres que par le nombre et la situation des différents volumes ; elles ne possèdent pas de visage, parce qu’elles n’ont pas de façade principale, les portes se situant toujours sur le côté. L’intérieur est beaucoup plus gracieux et soigné, avec des colonnes de marbre, des chapiteaux souvent de remploi et des arcs toujours outrepassés.

Vue de San Cebrian de Mazote

Plan et coupe de San Cebrian de Mazote, début Xe siècle (d’après Jacques Fontaine)

4Le plan des édifices ne peut se ramener à un schéma uniforme et constant. Il est toutefois le plus souvent basilical, à une ou trois nefs terminées par une abside et parfois une contrabside centrale, toutes en forme de fer à cheval, prises par un chevet plat, ou empatées dans un massif rectangulaire et qui constituent les seules parties voûtées de l’édifice. L’espace est discontinu, articulé en différentes unités distinctes à caractère vertical, de différentes hauteurs, fermées par des arcs en fer à cheval et des rideaux, voire un chance !, et hiérarchisées à partir de l’abside centrale. La lumière, irrégulièrement distribuée en rayons par de rares et petites ouvertures situées dans les parties hautes et ébrasées vers l’intérieur, accentue le caractère magique et mystérieux de ces lieux clos. Cette organisation spatiale répond aux nécessités liturgiques qui imposent une séparation stricte des officiants, du clergé et du peuple, et à une théologie axée sur le mystère de la Trinité.

Croisée du transept et abside de San Cebrian de Mazote (d’après Fernando Regueras)

Coupe et plan de San Baudelio de Berlanga (Province de Soria)
d’après J. Fontaine

5L’art « mozarabe » se distingue aussi par ses magnifiques manuscrits enluminés des commentaires de l’Apocalypse de saint Jean, connus sous le nom de leur rédacteur, le moine Beatus. 27 ont été recensés au Xe siècle. Ils différent des miniatures irlandaises et carolingiennes contemporaines par la prolifération d’images, l’intensité des couleurs, la schématisation de la forme et les contrastes violents de tons entre le fond et les figures. L’influence arabe se restreint au graphisme et aux scolies qui apparaissent dans les marges.

6Cet art « frontalier » est profondément ancré dans la tradition wisigothique, mais la conception spatiale, la légèreté des constructions, certains éléments du répertoire décoratif, disons la « mentalité esthétique » de quelques édifices remarquables, témoignent de l’assimilation du patrimoine andalou.

San Baudelio de Berlanga, intérieur (d’après Fernando Regueras)

Bibliographie

Bibliographie

Jacques Fontaine, L’art mozarabe, La Pierre-qui-Vire, 1977. — Mireille Mentré, La peinture mozarabe. Un art chrétien hispanique autour de l’An mil, Paris, 1995. – Fernando Regueras, La arquitectura mozàrabe en León y Castilla, Salamanque, 1990. – Henri Stierlin, L’art du haut Moyen Age en Espagne, coll « Que sais-je ? », Paris, 1994. – Henri Stierlin, Le Livre de Feu, l’Apocalypse et l’art mozarabe, Paris, 1978. – Otto Werckmeister, « Islamische Formen in Spanischen Miniaturen des 10. Jahrhunderts und das Problem der Mozarabischen Buchmalerei », Settimane di Studi del centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, XII, Spolète, 1965, p. 933-967. – Joaquim Yarza Historia del arte hispánico, II : la edad media, Madrid, 1980. – Arte y cultura mozarabes, Primero Congreso Internacional de Estudios mozarabes, Tolède, 1975 Tolède, 1977.

Table des illustrations

Légende Vue de San Cebrian de Mazote
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20931/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Plan et coupe de San Cebrian de Mazote, début Xe siècle (d’après Jacques Fontaine)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20931/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Croisée du transept et abside de San Cebrian de Mazote (d’après Fernando Regueras)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20931/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Coupe et plan de San Baudelio de Berlanga (Province de Soria)d’après J. Fontaine
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20931/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende San Baudelio de Berlanga, intérieur (d’après Fernando Regueras)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20931/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540