Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

2. Les Sarrasins du « Fraxinetum » au xe siècle

Texte intégral

1La Provence a souffert des raids sarrasins depuis le milieu du IXe siècle comme l’Italie méridionale. Mais si les dévastations, qui ne touchèrent que l’ouest de la région, furent répétées, elles n’aboutirent jamais à une installation durable. Ce fut le cas de la seconde vague d’« invasions » qui occasionna des troubles profonds pendant près d’un siècle. Le meilleur témoin de ces événements est Liutprand (920 - 971/972), évêque de Crémone. Familier d’Otton Ier, qui l’envoya en ambassade à Byzance, il vécut longtemps à la cour d’Hugues d'Arles et pouvait avoir une bonne information sur ce qui se passait en Provence. Dans son oeuvre principale, dédiée à l’évêque Récémont d’Elvire, l’Antapodosis (« Représailles » contre Bérenger II d’Ivrée), il narre les événements survenus en Provence de l’arrivée des Sarrasins à leur échec final.

2L’installation des Sarrasins serait partie d’un événement fortuit, le naufrage d’une barque de maraudeurs venus de l’Espagne omeyyade. Bientôt rejoints par des renforts plus importants, entre la fin du IXe siècle et le début du siècle suivant, ces pirates s’approprièrent le maquis forestier des Maures et se fortifièrent dans la presqu'île du F reinet, dans le golfe de Grimaud (Var) ; la commune actuelle de la Garde-Freinet conserve ce toponyme. A partir de cette base, ils dévastèrent l’ensemble de la Provence orientale, menant des raids jusqu'au coeur des Alpes, et entretenant un réel climat d’insécurité ; l’intensité des ravages des bandes sarrasines concordant avec l'accentuation des luttes politiques dans le royaume d’Arles. Son roi, Hugues, s’assura le concours de l'empereur de Byzance dont les troupes bloquèrent le Fraxinetum en 942, mais Bérenger d’Ivrée, compétiteur d’Hugues, traita avec les Sarrasins, ce qui provoqua la colère de Liutprand. L’empereur Otton entreprit des négociations infructueuses avec le calife de Cordoue pour obtenir le rappel des bandes musulmanes. La capture de l'abbé de Cluny, Mayeul, au col du grand Saint-Bernard, provoqua un vif sursaut qui se traduisit par diverses opérations militaires, dont la principale fut celle menée par le comte de Provence Guillem d’Arles contre le retranchement du Fraxinetum d’où les Sarrasins furent délogés définitivement en 972.

3Les chroniques arabes et byzantines contemporaines ne font aucune allusion à cette installation des Sarrasins en Provence et les annales franques la mentionnent très sommairement, ce qui ramène l’importance de ces incursions à leur juste valeur de troubles régionaux.

4Pour donner un exemple évident, parmi d’autres très nombreux, je vais me taire et laisser parler un oppidum du nom de Fraxinetum, qui est situé avec certitude aux confins de l’Italie et de la Provence.Pour que la situation de ce lieu soit claire pour tous - je pense qu’elle ne t’est absolument pas inconnue, et même mieux connue qu’à moi, comme tu peux l’apprendre de ceux qui sont tributaires de ton roi Abd-al-Rahman - il est entouré d’un côté par la mer, et partout ailleurs par une forêt très dense d’épineux. Quiconque s’y aventurerait serait retenu par la sinuosité des buissons et percé de leurs pointes aiguës, de sorte qu’il ne pourrait ni avancer ni reculer sans très grande peine.

5Cependant, en secret et avec l’aide de Dieu qui le juge bon, vingt Sarrasins seulement, partis d’Espagne sur une petite barque furent entraînés en cet endroit, sans le vouloir, par le vent ; ces pirates, débarqués de nuit et entrés furtivement dans une bourgade, y égorgent les chrétiens et s’en attribuent la possession. Ils aménagent le mont Maure, jouxtant cette localité comme un refuge contre les populations voisines ; dans ce but, ils rendent le maquis d’épineux plus vaste et plus dense de telle sorte qu’il recouvre tout sauf l’ouverture d’un chemin très étroit. Puis, confiants dans la difficulté d’accès de leur repaire, ils fondent successivement et à l’improviste sur leurs voisins. Ils envoient plusieurs messages en Espagne qui vantent leur installation et assurent qu’il faut tenir pour rien les gens du voisinage ; ainsi ils ramènent bientôt avec eux une centaine de Sarrasins qui les croient sur parole.

6Pendant ce temps les populations provençales les plus proches commencent à se diviser en factions hostiles ; l’un voulant égorger l’autre ou lui ravir ses biens. Cependant, parce que les uns étaient incapables de faire aux autres tout ce que l’envie ou la colère leur suggéraient, ils demandent l’aide de ces Sarrasins aussi rusés que cruels. Ces derniers les aident, non seulement à tuer leur prochain, mais aussi à transformer en désert un terroir fertile. Les Sarrasins ne peuvent rien avec leurs seules forces, mais, réduisant les uns avec l’aide des autres et augmentant toujours leurs troupes avec des renforts d'Espagne, ils attaquent ensuite par tous les moyens ceux qu’ils semblaient d’abord défendre. Ceux qui restent des populations voisines tremblent de crainte parce que, selon la parole du Prophète, un seul d’entre eux en poursuivait mille et deux mettaient en fuite dix mille. Et pourquoi ? C’est que leur Dieu les avait abandonnés et avait décidé leur perte (...).

7Durant ces événements (en 941) les régions montagneuses qui entourent l’Italie à l’ouest et au nord avaient été cruellement saccagées par les Sarrasins habitant le Fraxinetum. C’est pourquoi le roi Hugues avec l’accord de son conseil, envoya des messagers à Constantinople, priant l’empereur Romanos de lui envoyer des navires avec le feu grégeois, nefs que les Grecs appelent chelandia. Son projet était le suivant : alors que lui-même s’efforcerait de détruire le Fraxinetum par voie de terre, les Grecs assiégeraient avec leur flotte cette partie qui est défendue par la mer. Ils incendieraient les navires des Infidèles et veilleraient attentivement à ce que des secours en vivres, ou en troupes ne parviennent pas d’Espagne.

8Le roi Hugues ayant rassemblé ses troupes, et après avoir envoyé les flottes par la mer Tyrrhénienne vers le Fraxinetum, s’y rendit lui-même par voie de terre. Dès que les Grecs furent arrivés, ils envoyèrent le feu grégeois sur les navires sarrasins et bientôt tous brulèrent. De son côté, le roi, après avoir pénétré dans le Fraxinetum, força tous les Sarrasins à s’enfuir sur le mont Maure. Là, en les assiégeant, il aurait pu le prendre, si une affaire plus urgente ne l’en avait empêché. Le roi Hugues craignait par dessus tout que Bérenger, après avoir rassemblé des troupes en Souabe, ne fonde sur lui et ne lui ravisse son royaume. De ce fait, bien mal conseillé, il renvoya les Grecs et conclut une alliance avec les Sarrasins dans le but de les installer sur les montagnes qui séparent la Souabe et l’Italie ; ainsi, dans le cas où Bérenger voudrait y engager son année, ils l’empêcheraient de passer par tous les moyens possibles.

9Ainsi établis dans cette région, ils répandirent le sang de très nombreux chrétiens qui se rendaient en pèlerinage aux tombeaux des bienheureux apôtres Pierre et Paul ; celui-là seul connaît le nombre des victimes qui est chargé d’écrire leurs noms dans le livre des vivants. De quelle façon abominable, ô roi Hugues, tu as tenté de défendre ton royaume ! Hérode pour n’être pas privé de son royaume terrestre a fait tuer un grand nombre d’innocents, toi au contraire pour obtenir le même résultat tu as laissé s’enfuir des hommes criminels et qui méritaient la mort.

10Liutprand de Crémone, Opera omnia, éd. P. Chiesa, Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis 156, Turnhout, 1998, Antapodosis I, 1-4 et V, 9, 16-17.

11Trad. Edouard Baratier, revue et complétée, Documents de l’histoire de France, Toulouse, Privat, 1971, p. 57-59.

Bibliographie

Bibliographie

M. Fixot et alii, La Provence des origines à l’an mil, Rennes, 1989, p. 488-491. – E. Karpf, « Liutprand von Cremona », Lexikon des Mittelalters, 5, 1991, col. 2041-2042. – J.-P. Poly, La Provence et la société féodale (879-1166). Contribution à l'étude des structures dites féodales dans le Midi, Paris, 1976.– Ph. Sénac, Provence et piraterie sarrasine, Paris, 1982. – J.N. Sutherland, Liutprand of Cremona, Bishop, Diplomat, Historian. Studies of the Man and His Age, Spolète, 1988. –M. Zerner, « La capture de Mayeul et la guerre de libération de Provence : le départ des Sarrasins à travers les cartulaires provençaux », Saint Mayeul et son temps. Actes du Congrès international de Valensole, 1997, p. 199-210.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site