Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

1. Lettre de Berthe de Toscane au calife abbasside al-Muktafî (906)

Traduction de J.-M. Poisson

Texte intégral

1Berthe de Toscane, fille du roi Lothaire II de Lotharingie, épouse vers 895 le marquis de Toscane Adalbert, après la disparition duquel (915) elle jouera un rôle politique important jusqu’à sa propre mort en 925. Plusieurs auteurs arabes ont conservé le souvenir d’une lettre qu’elle écrivit au calife de Bagdad al-Muktafî (902-908) : Muhammad b. Ishâq, dit « Ibn al-Nadîm », auteur d’une sorte de répertoire bibliographique de la production littéraire arabe, le Fihrist (« Index ») composé en 987, énumérant les différentes écritures connues à Bagdad au Xe siècle, mentionne l’« écriture franque », qu’il compare à la grecque. Il dit qu’elle est fréquente sur les épées franques, et qu’il a pu la voir sur une lettre sur soie blanche (?) que la reine des Francs avait envoyée à al-Muktafî par l’intermédiaire d’un eunuque aghlabide ; il annonce la reproduction du document, passage manquant dans les manuscrits. Un auteur tardif, al-Ghuzûlî (m. en 1412), dans ses Matâli‘ al-budûr, recueil d’anecdotes et de curiosités, consacre un chapitre aux dons et cadeaux, et y inclut une liste de ceux qu’une reine des Francs dont il ne donne pas le nom fit au calife Muktafî en 293 de l’hégire. Il cite un passage de sa lettre où elle dit être plus puissante que l’empereur de Constantinople, régner sur vingt quatre royaumes, et dominer Rome.

2Surtout, dans un manuscrit intitulé al-Dhakhâ’ir wa-l-tuhaf (« Les trésors et les dons »), d’un auteur appelé Shihâb al-Dîn Ahmad b. ‘Abd Allâh b. Hasan al-Awhadî (peut-être un Egyptien du XIe siècle ?), conservé dans un fonds anatolien et étudié par Muhammad Hamidullah (Journal of the Pakistan Historical Society, I, 1953), figure un compte rendu plus complet de l’ambassade de Berthe de Toscane, et la transcription du contenu de la lettre qu’elle adressa au calife. Contrairement aux auteurs antérieurs, Hamidullah identifie aussi correctement la « reine » franque en question. S’agissant de l’ambassade, les Dhakhâ’ir expliquent que l’envoyé de Berthe était un eunuque du souverain aghlabide d’Ifrîqiya, que ce dernier avait été envoyé à la tête d’une expédition navale contre le pays des Francs et des Byzantins. Capturé et gardé plusieurs années auprès de Berthe qui l’avait attaché à son service, il fut envoyé par celle-ci à Bagdad porteur de la lettre officielle et d’un message personnel au calife (contenant une proposition de mariage). L’eunuque arriva alors que le calife chassait dans la région de Sâmarrâ. Au témoignage d’un secrétaire de l’entourage califien, on demanda à un Franc qui faisait partie de l’administration de la garde-robe du calife et pouvait lire le latin de traduire la lettre en grec. Ensuite on demanda à un médecin chrétien nestorien connu, Ishâq b. Hunayn (mort en 910-911) de la traduire du grec en arabe. On donne ci-dessous le texte de la lettre figurant dans les Dhakhâ’ir, dans la traduction qu’en donne Lévi della Vida d’après le texte arabe transcrit par Hamidullah.

3Au nom de Dieu clément et miséricordieux. Dieu te garde, ô roi excellent en autorité et puissant en seigneurie, de tous tes ennemis, qu’il assure ton règne et te maintienne en bonne santé de corps et d’âme. Moi, Berthe, fille de Lothaire, reine de tous les Francs, je te salue, mon seigneur et roi. J’étais en relations amicales avec le roi d’Ifrîqiya car je ne savais pas jusqu’à présent qu’il existât un roi supérieur à lui. Mes navires ont capturé des navires du roi de l’Ifrîqiya [Ziyâdat Allâh b. al-Aghbad] commandés par un eunuque nommé Ali : je l’ai fait prisonnier avec cent cinquante hommes qui étaient avec lui sur ces navires et les ai gardés pendant sept ans. Je l’ai trouvé intelligent et vif, et j’ai appris de lui que tu es le roi au-dessus des rois ; et bien que j’aie reçu dans mon royaume beaucoup de gens, aucun ne m’avait dit la vérité sur toi sauf cet eunuque qui est porteur de la présente lettre. Je t’ai envoyé avec lui en présents des choses qui sont produites dans mon pays pour te rendre honneur et recevoir ton affection ; il s’agit de 50 épées, 50 boucliers, 50 lances du type franc, 20 vêtements tissés d’or, 20 eunuques slaves, 20 femmes esclaves slaves belles et gracieuses, 10 grands chiens qui résistent aux bêtes féroces, 7 faucons, 7 éperviers, 1 dais de soie avec tous ses accessoires, 20 vêtements de laine produite par un coquillage, extrait du fond des mers d’ici aux couleurs variées comme l’arc en ciel qui change de couleur selon l’heure du jour, 3 oiseaux du pays des Francs qui crient et battent des ailes quand ils voient des mets empoisonnés, pour en avertir leur maître, des perles de verre qui permettent d’extraire sans douleur les pointes de flèche ou de lance même si la chair s’est reformée autour.

4‘Ali m’a informée qu’entre toi et le roi des Byzantins qui réside à Constantinople il y a des relations amicales. Mais j’ai un empire plus vaste et des armées plus nombreuses, puisque mon domaine comprend vingt-quatre royaumes, chacun desquels a une langue diverse de son voisin et dans mon royaume se trouve Rome la grande : Dieu soit loué.

5Il m’a dit de toi que les choses vont pour le mieux, ce qui a rempli mon cœur de satisfaction, et je demande à Dieu de m’aider à obtenir ton amitié et l’accord entre nous pour les années qui me restent à vivre, si tu le veux.

6L’accord est une chose que personne de ma famille, de ma parentèle ou de ma dynastie n’a jamais recherché, et personne ne m’avait jusque là informée de tes armées et de ton opulence, comme l’a fait cet eunuque que je t’envoie. Donc, ô seigneur, puisses-tu bénéficier pour l’amour de Dieu de la santé meilleure possible ; écris-moi à ce sujet et demande-moi tout ce que tu peux désirer provenant de mon royaume, par l’entremise de cet eunuque ‘Ali. Ne le retiens pas près de toi, afin qu’il puisse me porter ta réponse : j’attends son retour. Je l’ai aussi chargé d’un secret qu’il te dira de vive voix, afin que ce secret reste entre nous, car je ne veux pas qu’il soit connu de quiconque hormis toi, moi et cet eunuque. La santé de Dieu le plus grand soit sur toi et sur les tiens, et Dieu puisse-t-il humilier tes ennemis et les faire tomber sous tes pieds. Salut.

7Giorgio Levi della Vida, « La corrispondenza di Berta di Toscana col califfo Muktafi », Rivista Storica Italiana, LXVI, 1954, p. 21-38.

Bibliographie

Bibliographie

F. Bougard, "Les trésors...", Les trésors de sanctuaire, Paris, 1996. – M. Hamidullah, "Embassy of queen Bertha of Rome to caliph al-Muktafi Billah in Bagdad", Journal of the Pakistan Historical society, Karachi, 1953, p. 1-29. – C. Inostrancev,, "Note sur les rapports de Rome et du califat abbaside au commencement du Xe siècle", Rivista degli Studi orientali, IV, 1911-12, p. 81-86. – G. Levi della Vida, "La corrispondenza di Berta di Toscana col califfo Muktafi", Rivista storica italiana, 66, 1954, p. 21-38. – Bernard Lewis, Comment l’Islam a découvert l’Europe, Paris, 1984. – C.G. Mor, "Intorno ad una lettera di Berta di Toscana al califfo di Bagdad", Archivio storico italiano, 112, 1954, p. 299-312.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site